30 novembre 2015

La CCVM distinguée par Ségolène Royal.


Le mercredi 18 novembre, au ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, Jean-Louis Curret, président de la Communauté de communes Vic-Montaner, (CCVM), a reçu un diplôme signé de Ségolène Royal, valant label «Territoire à énergie positive pour la croissance verte». Un label matérialisé par une aide de l'État de 500.000€, subvention qui allégera l'enveloppe de 1,5 million d'euros de 20 projets éligibles sur le territoire intercommunal. La CCVM est engagée depuis une dizaine d'années dans un ensemble de démarches concrètes : réduction de la consommation d'énergie, production d'énergie renouvelable. Déjà, des réalisations et installations, l'unité de chaufferie-bois, par exemple, dont le président Curret indique : «J'observe que ce sujet ne fait plus débat et recueille beaucoup de retours positifs» ; ou encore les panneaux photovoltaïques, pompes à chaleur et géothermie (piscine, médiathèque, crèche, pôle des services publics…).

Synergie

Outre la volonté politique, les projets intercommunaux sont facilités par une situation locale favorable, notamment avec Patrick Baylère, maire de Sedze-Maubecq, délégué communautaire, qui exerce sa profession au sein de l'Institut pluridisciplinaire de recherche sur l'environnement et les matériaux (Iprem), rattaché à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. 
La CCVM a signé une convention de partenariat avec l'Iprem et une société allemande, Belectric, «pour expérimenter des panneaux photovoltaïques nouvelle génération et technologie, panneaux solaires flexibles OPV pour Organic Photovoltaics (photovoltaïque organique)». 
Le président Curret précise qu'il s'agit d'une première en France, dont bénéficieront des bâtiments publics à Pujo, Andrest, Vic, etc., et rappelle que le développement durable, c'est de l'économie d'énergie et de l'économie financière par «les retombées sur l'artisanat local, la CCVM provoquant un effet d'entraînement au-delà du seul patrimoine intercommunal, sur tout le territoire». Un label «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» confortant la collectivité territoriale intercommunale dans ses choix.

29 novembre 2015

Sécurité et vigilance partagées.


Suite à la rencontre de Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, préfète des Hautes-Pyrénées, avec l'ensemble des élus, autorités et services liés à la sécurité, concernant les mesures du dispositif Vigipirate et l'état d'urgence, le maire d'Andrest, Francis Plénacoste, entouré des adjoints, Marie-Jo Courrèges, Jean-François Combescot et Louis Dintrans, a réuni le personnel communal, les enseignants, les parents d'élèves élus, les présidents associatifs de l'association AnimationsAndrest, du foyer Laïque et les pompiers de la commune.
 Après une minute de silence dédiée aux victimes des attentats terroristes de la capitale, le maire a exposé les différents points évoqués lors de la rencontre départementale avec la préfète ; à savoir, concernant les lieux publics, vigilance dans les écoles avec la fermeture des portes, regroupement et stationnement interdits devant les établissements scolaires ; concernant l'environnement humain, «être vigilant à tout signe de changement de comportement qui peut conduire à une radicalisation». Une réunion d'information avant tout, avec ce mot du maire en conclusion : «Même en zone rurale, il convient d'être vigilants, mais sans sombrer dans l'angoisse».

«L'objectif ? Prendre les points de la victoire».


Rugby XV - Amateurs - Interview. Avec Manu Cascarra, co-entraineur du CO Saint-Lary Soulan et des Vallées.

À quelques heures de ce derby face à Vic-en-Bigorre, nous avons fait le point avec Emmanuel Cascarra, co-entraineur du CO Saint-Lary Soulan et des Vallées. Il nous parle de ce match, de la préparation du match, des blessées et absents, et de cette notion de derby. Interview.
Avant ce derby, les deux équipes sont à trois victoires… Seuls les bonus vous séparent.
C'est une équipe (Vic) que l'on craint, car c'est une grosse équipe. Ils se sont renforcés, on ne joue pas trop dans la même catégorie. Nous, on a un petit budget, eux, ils ont fait un gros recrutement depuis deux ans quand nous, on fait un peu avec les moyens du bord, avec nos blessés. On les craint, c'est une grosse échéance pour nous ce week-end, et même si l'on est à la maison, on est outsider.
Comment on gère cette semaine, avec la météo…
On ne peut pas se cacher que l'on n'a pas pu s'entraîner. Vu que l'on a un groupe d'une quarantaine de joueurs avec la B, cela aurait été compliqué d'aller au gymnase, on a donc fait le choix de couper, de garder de la fraîcheur en pensant qu'un entraînement ne sera pas décisif non plus. On a pensé qu'il était plus sage de rester au chaud, et ne pas faire un entraînement sur du dur dans le gymnase. On a de la casse, on n'est pas trop veinard là-dessus cette saison, on a joué la prudence, la fraîcheur mentale et physique. On va seulement mettre en place ce soir (hier soir NDLR).
Si on peut faire un point sur les blessés, sur les absents ?
On a des blessés de longue durée, le numéro 8 Verdoux, le centre Fournier qui se sont fait mal au tendon d'Achille, on a Jean-Philippe Delarue, notre maître à jouer qui s'est blessé à l'épaule sur un jeu déloyal, et puis, il y a les pépins qui s'y greffent. On n'est pas sûr de récupérer notre numéro 10 pour dimanche. C'est simple, le dernier bloc, on l'a fait sans notre charnière., on s'en sort bien, mais c'est compliqué entre les blessures, les suspendus. On s'accroche, notre objectif c'est le maintien, rien de plus cette année. on essaie de bâtir notre saison tranquillement en essayant de rester invaincus à Saint-Lary, même si on a du mal à s'exporter. Autant on a fait deux gros matchs à Saint-Lary, contre Rieumes et Pamiers, autant à l'extérieur, on a vraiment du mal à scorer, à gérer le match au pied, à occuper. Cela fait partie de l'apprentissage des divisions supérieures lorsque l'on monte. On est encore dans ce temps d'apprentissage, mais on a quand même ces trois victoires à domicile, et ça, c'est rassurant.
La notion de derby, c'est quelque chose qui compte ?
Moi je me souviens des derbys Tarbes-Lourdes ou Tarbes-Bagnères, là on pouvait parler de derby. Là, Vic c'est après Tarbes, nous, on est en fond de vallée, et même si c'est l'équipe la plus proche, au niveau de la poule, il n'y a pas quand même ce rapport-là. Bien entendu, on est dans cette notion de derby, car on est deux équipes du même comité, mais il n'y a pas ce rapport de derby comme il y avait avant avec la proximité des villes. Ces Tarbes-Lourdes, les stades étaient pleins, c'est sûr que cela fait derby au niveau de la poule, mais nous, franchement, on ne l'aborde pas comme un derby. On l'aborde comme un match à la maison que l'on doit gagner. Que cela fasse 3-0, 6-3on s'en fout, mais il faut que l'on gagne. Si l'on peut y mettre la manière on le fera, mais l'objectif principal, c'est de prendre les points de la victoire.


La liste Nouveau Monde en campagne.


Réunion publique à Vic avec des candidats haut-pyrénéens de la liste Nouveau Monde en commun, rassemblement citoyen, écologiste et solidaire en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, conduit au niveau régional par Gérard Onesta et départemental par Yolande Guinle. 
Pour la rencontre avec leurs concitoyens de Vic et alentours, l'expérience du militantisme, l'enthousiasme politique et/ou associatif, avec Maurice Dussollier, Romain Pagnoux, Sylvie Ferrer, issus du rassemblement du Front de gauche avec le Parti communiste, Coordination citoyenne, le Parti de gauche et Ensemble !, Europe écologie-Les Verts, la Nouvelle Gauche socialiste et le Parti occitan. Des engagements et propositions : «Que les citoyens se réapproprient leur avenir qui appartient surtout aux financiers aujourd'hui» ; la présentation d'une charte éthique et démocratique de 43 articles, avec l'engagement à la transparence, «que chaque citoyen ait accès aux informations, délibérations, consultations (…) ; on ne peut pas reprocher aux citoyens de ne pas s'intéresser à la politique si on ne leur donne pas les moyens».
Des échanges autour de la composition de la liste, «tous différents et monde en commun, ayant dégagé tout ce qui réunit». «La région peut être un contre-pouvoir de l'État en fonction des compétences.» Les grands dossiers des OGM, du traité Tafta, des services publics, l'économie sociale et solidaire… et puis aussi, parce que les citoyens veulent savoir avant le 1er tour ce que seront les perspectives du 2e tour, des questions sur les reports, désistements.
En tout cas, la volonté d'agir.

28 novembre 2015

Sainte Cécile : hommage et fête.


Au nom des musiciens t membres du bureau de l'Harmonie de l'Indépendante, Régis Fourcade, président de l'association et œuvrant au pupitre de chef, avait lancé l'invitation pour le concert de la Sainte-Cécile. Un concert donné salle de l'Octav, au centre multimédia, sur une scène partagée avec les choristes de l'espace chant qu'anime et dirige Éric Peyras au sein de Vic Music. Une soirée qui, à l'image des hommages rendus aux victimes des odieux attentats perpétrés à Paris, a donné lieu à Vic à un moment de recueillement partagé entre public, musiciens et choristes. En effet, Pascal Paul, président de la régie du centre multimédia, a invité les présents à une minute d'applaudissements et à chanter «La Marseillaise». La première partie du programme assurée par l'espace chant, dans un répertoire plutôt «seventies», a trouvé un écho complice dans l'auditoire et la deuxième partie, musicale, voguant sur musiques de films, titres de l'Eurovision et groupe ABBA, s'est conclue sur la démonstration qu'un orchestre d'Harmonie (avec le renfort du guitariste Alexandre Gardey) pouvait s'approprier des partitions de musique électronique (morceau plébiscité et bissé). L'édition 2015 de la Sainte-Cécile ? Particulière à plus d'un titre.

27 novembre 2015

Les échos des 1.000 Pattes vicquois.


Fort de plus de 200 adhérents, marcheurs, coureurs, aux objectifs se déclinant de l'activité sportive de loisirs à la compétition, le club des 1.000 Pattes a toujours des ambassadeurs sur les pistes, circuits… Donc, un agenda dense (le rapport d'activité pour la prochaine assemblée générale en témoignera).
Ainsi, il y a quelques jours, une quarantaine de marcheurs s'est rendue au Pays basque pour une balade sac à dos, accompagnés par le beau temps et la douceur. Deux parcours étaient proposés : Bidard-Saint-Jean-de-Luz, soit 13 km ; Bidard-Hendaye, 25 km ; pas de réels objectifs de classement ou de «perfs» à l'arrivée, seulement de la bonne humeur.
Assemblée générale. L'association réunit l'exercice annuel de l'assemblée générale le samedi 28 novembre, à 19 h 30, salle du conseil municipal, en mairie de Vic.

Comment couper les vivres de Daech ?


26 novembre 2015

Full dance et rythmes solidaires !


Nouvelle activité à Andrest pour enfants, adolescents et adultes : activité full dance en partenariat avec la municipalité et l'association Au Bonheur des enfants, association créée en 2006 qui a pour but d'installer des bibliothèques dans les écoles sénégalaises dans un partenariat culturel et éducatif. La full dance est mise en place avec le concours de Corinne, animatrice sportive. Le corps et le cœur en un mot ! Côté corps, bouger sur des rythmes de salsa, danse orientale, danse africaine, zumba et renforcement musculaire. Le mot de Corinne : «La bonne humeur, la forme et l'entretien de votre souplesse sont garantis».
Modalités. Les cours ont lieu à la salle des fêtes, le lundi, de 18 h 30 à 19 h 30, pour les adultes ; le mercredi, de 17 heures à 18 heures (sans interruption de cours pendant les vacances scolaires). Tarifs : 5 € le cours réglable sur place pour une participation ponctuelle, 45 € pour l'achat d'une carte de 10 cours, 35 € le trimestre avec possibilité de payer mensuellement.
Pour tous renseignements, contacter Corinne, l'animatrice, au 06. 89. 79.45.67, ou Marie-Jo Courrèges, maire adjoint, à la mairie d'Andrest, au 05.62.31.15.02.

Inondations : cours d'eau en crue, routes coupées et camping évacué dans la région.


Météo France a maintenu ce jeudi les Landes, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées en vigilance orange inondation.




D’ores et déjà, la Garonne toulousaine, placée vigilance jaune, a débordé à Toulouse. A Portet, le fleuve atteignait plus de 3,20 à 14 heures. Le tronçon Ger-Salat, lui, est en vigilance orange. A Saint-Lizier, il a atteint presque 2,40 m, soit un peu plus de 10 cm de plus que lors de la crue du 10 juin 2000. Selon Keraunos, observatoire français des tornades et orages violents, les gaves réunis à Peyrehorade, dans les Landes, étaient en hausse, dans un contexte de forte marée. Autres tronçons en vigilance jaune : Ariège – Hers vif, Arize – Lèze et Garonne amont – Nestes.
Dans les Hautes-Pyrénées, l’Adour amont – Echez est en vigilance orange. A Bagnères-de-Bigorre, l’Adour a dépassé la crue du 25 janvier 2014, en frôlant les 1,40 m. A Tarbes, la rivière est sortie de son lit. De son côté, le tronçon Arros – Bouès est en vigilance jaune. Dans les Pyrénées-Atlantiques, L’Adour Maritime, le gave d’Oloron, les gaves réunis et la Saison sont en vigilance orange, alors que la Nive et le gave de Pau béarnais ont été placés en vigilance jaune. A Oloron-Sainte-Marie, le gave d’Oloron a dépassé les 4,50 m, à 30 cm de la crue de novembre 2011.

Éboulement et camping évacué

Sur Twitter, le SDIS de Haute-Garonne a annoncé l’inondation partielle de la RD83 entre Salies-du-Salat et Mazères-du-Salat. La départementale 925, dans la vallée de la Barousse, est fermée sur la commune de Créchets. Par ailleurs, en raison de la montée des eaux, le camping de Palaminy, en Haute-Garonne, a été évacué. Un éboulement s’est produit entre Sarrancolin et Arreau, dans les Hautes-Pyrénées, sur la commune de Camous. La circulation sur la RD929 se fait sur une seule voie.
La préfecture de Midi-Pyrénées rappelle les consignes de sécurité :
  • Se renseigner sur les conditions de circulation avant d’entreprendre un trajet
  • Ne pas s’engager à pied ou en voiture sur une zone immergée
  • Mettre en sécurité ses biens

Le tronçon Ger-Salat placé ce matin en vigilance pour risque de . Consignes de comportement: http://vigilance.meteofrance.com

25 novembre 2015

Des histoires de Petits Loups.


Une crèche intercommunale, rue Françoise-Dolto à Vic, structure associative à gestion parentale, qui peut accueillir 35 enfants de 3 mois à 3 ans ; plus une activité itinérante, Petits Loups en Balade (8 lieux d'accueil enfants-parents, LAEP, pour les enfants jusqu'à 6 ans). Une équipe aux compétences complémentaires dirigée par Sylvie Rey, plus des intervenants ponctuels, pour des journées de Petits Loups rythmées par de nombreuses activités (culturelles, sensitives, créatives ou tout simplement ludiques). Ainsi «Bébé bouquine». 

La crèche des Petits Loups et la médiathèque intercommunale Vic-Montaner ont mis en place une animation autour du livre, des contes ; des images à savourer, des histoires à écouter, des comptines à fredonner… Oui, car ne pas savoir lire n'empêche pas de fréquenter la médiathèque ou d'accueillir Emmanuelle, sa directrice à la crèche. Il y a tellement de manières pour découvrir les livres, les albums, les héros d'histoires à écouter et d'histoires dessinées à regarder. Les deux prochains rendez-vous de l'atelier contes : mardi 24 et vendredi 27 novembre, de 10 heures à 11 heures.

Noël partagé. Les enfants inscrits à la crèche Petits Loups et ceux de la meute des Petits Loups en balade, action itinérante des lieux d'accueil enfants-parents (LAEP), se rassembleront pour fêter Noël, le mercredi 9 décembre prochain, à 16 heures, salle de l'Octav au centre multimédia.
Rentrée nouvelle année. Des places seront disponibles à la crèche, dans le mouvement des entrées et sorties, à la rentrée de janvier 2016. Sylvie Rey, la directrice, se tient à disposition des parents pour plus de renseignements, au 05.62.96.73.26. Site Petits Loups en balade : https ://www.facebook.com/lespetitsloupsenbalade.

Voilà du bon fromage.


Ah, voilà du bon fromage ! Voilà du bon fromage au lait Il est du pays de celui qui l'a fait. C'était, en ce mardi 15 novembre, la séquence dégustation pour les élèves du collège Jean-Jaurès.

Découvrir ou redécouvrir les goûts et leur palette infinie, tel était l'objectif de l'équipe cuisine autour d'André Peyre. Avec eux intervenait Véronique Ducombs, responsable de resto bio.
Diversité, qualité et goût sont les caractéristiques du fromage dont il existe près de 1.200 variétés. Richesse et savoir-faire terroir se retrouvent dans le fromage et avec 26,2 kg/habitant/an, les Français en sont les champions incontestés de la consommation. Une table de présentation des fromages différents de styles, de goût, de texture, d'odeur, était proposée aux élèves. Une petite assiette de dégustation avec 3 variétés terminait leur repas. Pour Sarah : «Chez moi, je mange du chèvre et de l'emmental mais là, j'en découvre bien d'autres. Je ne connaissais pas la fourme d'Ambert, le saint-nectaire et le munster bio». Valentin, de son côté, aime le roquefort. Il aura eu le plaisir de découvrir le cantal et le munster.
Pas la peine d'en faire tout un fromage !

24 novembre 2015

Euralis : 50 personnes intoxiquées par un solvant.



Hier, cinquante salariés du site Euralis ont dû être pris en charge par le SMUR et les équipes de soins présents pour avoir été exposés à un solvant toxique.
C'est vers 16 heures que s'est produit l'accident. Très rapidement sur place, les pompiers ont déployé un dispositif impressionnant avec force matériel spécialisé (cellule risques chimiques et technologiques, d'assistance respiratoire) pour faire face à l'intoxication possible et ont apporté assistance aux salariés concernés. Le SMUR et la gendarmerie étaient également présents, ainsi que Jean Nadal, maire. Trois personnes étaient examinées avec beaucoup d'attention par la cellule de soins puis sont descendues du véhicule enveloppées de couvertures de survie et accompagnées vers les bâtiments de l'entreprise.
Le sinistre a été vite localisé puisqu'il s'agissait d'un solvant utilisé sur le toit du bâtiment. Des travaux étaient effectués pour réaliser une couche d'étanchéité quand le solvant est passé dans une aspiration d'air et s'est répandu dans une salle confinée. Le commandant Yves Rideau fournit les explications quant aux salariés incommodés : trois personnes sont intoxiquées sérieusement, 16 plus légèrement et 31 n'ont pratiquement rien. Un périmètre de sécurité a été mis en place avec interdiction d'accès aux bâtiments.

Un nouveau lieu d'exposition.


A l'invitation de l'association Les Amis du livre, le premier vernissage de la première exposition présentée dans la nouvelle salle jouxtant la bibliothèque du réseau des médiathèques intercommunales Vic-Montaner a permis de découvrir ce nouvel ensemble culturel et artistique au cœur du village de Montaner. Et pour cette première, l'équipe des Amis du livre, autour de Monique Lagahe, a donc accroché aux cimaises et présenté les œuvres des élèves de l'atelier d'aquarelles de Montaner, animé par Monique Pujo-Monfran. L'inauguration du bâtiment viendra plus tard, comme le précisera Dominique Lagahe, maire et vice-président de la communauté de communes, «l'aboutissement du projet comprenant, outre l'extension du bâtiment d'exposition, la rénovation de la façade et l'aménagement de la cour».
Un lieu qui devrait dorénavant accueillir les expositions depuis la muséographie et scénographie du château de Gaston Fébus.
à découvrir donc, l'exposition des aquarellistes présentée jusqu'au 20 décembre, selon les jours et heures suivants : mardis, de 14 heures à 15 h 30 ; vendredis, de 16 h 30 à 18 heures, plus les samedi 21 et dimanche 22, dimanche 29 novembre, dimanche 13 décembre, de 14 heures à 17 h 30.

23 novembre 2015

Rencontre de conscrits.


Les dimanches au stade Antoine-Ménoni, comme les samedis du côté de la halle, sont des jours d'affiches sportives et des jours de «courses» qui drainent un large public du territoire environnant, du pays de l'Adour bigourdan, béarnais et gascon ! La halle et le stade, des sites de rencontres intergénérationnelles, amicales, et souvent de retrouvailles. 
Ce dernier dimanche après-midi, à Ménoni, un jour de derby (les voisins de l'Union sportive des enclaves et du Plateau de Ger, l'Usep, venaient rencontrer l'US Vic) et de prolongation d'été de la Saint-Martin, rencontre de deux conscrits, Chloé et Antoine. La première avec grand-père «Papou», le second avec papa et la grande sœur Jeanne ; des conscrits, réellement, nés le 1er janvier 2015, dans le même établissement de la capitale bigourdane (et avec les honneurs de la presse !). Des conscrits qui se retrouveront sans doute dans quelques années pour les fameux repas de classe.



Aux anciens élèves «morts pour la France».


L'armistice du 11 novembre 1918, chaque année commémoré à la cité scolaire Pierre-Mendès-France, à l'invitation conjointe de l'Amicale des anciens élèves du lycée que préside Guy Cassagnet et de l'équipe de direction autour de Pascal Touzanne pour la deuxième année, revêt ici une double dimension ; celle de la mémoire perpétuée de 79 anciens élèves dont la vie s'est arrêtée au combat pour l'honneur de la France, dans des tranchées ou sur des champs de bataille lors de la guerre de 1914-1918, en y associant 8 autres lors de la guerre 1939-1945, et la dimension pédagogique, de leçon d'histoire. 
La communauté éducative (personnels, enseignants, élèves, parents élus dans les instances), élus locaux, associations patriotiques vicquoises avec leurs porte-drapeaux, se retrouvent devant le monument aux morts érigé dans l'enceinte de l'établissement où était disposé un casque de poilu de la famille Beaute-Cassagnet, de Luc. 
Cérémonie au protocole traditionnel de lectures des messages officiels, dépôt de gerbe, hymne national, minute de silence, auquel s'ajoute ici la lecture par des élèves des noms gravés sur la stèle, et chaque année, des textes témoignages qui relient l'histoire de France à l'histoire des familles, des villages ; en cette journée 2015, lettres de poilus de Marsac et de Villenave-près Marsac, et textes extraits de l'ouvrage de Dominique Delluc, «Adieu, mes petits soldats de France !», de l'association Mémoire des deux guerres en Sud-Ouest de Saint-Sever-de-Rustan. La continuité du souvenir, le devoir de mémoire exercé, pour des valeurs républicaines perpétuées.

22 novembre 2015

Piscine : l'année des records.


La clôture générale pour la saison d'hiver de l'établissement nautique intercommunal a été l'occasion pour son directeur, Patrick Marot, et le vice-président de la Communauté de communes Vic-Montaner (CCVM) délégué, Bernard Poublan, de faire un point sur l'activité du 27 avril au 16 octobre derniers ; en complétant le bilan par une présentation des projets.
Le premier constat : «Par rapport à l'année 2013, saison estivale record, année référence compte tenu que 2014 avait été gâchée par la météo estivale, 2015 est une nouvelle année de records». Et d'illustrer : supermétéo, équipe de surveillance au top, fréquentation en hausse avec au total 34.000 entrées (associatifs, scolaires, public estival). Dans le détail : pour les scolaires, 6.000 entrées d'élèves de 28 établissements primaires (4.000 CCVM,.2000 hors) ; pour le secondaire, 2.550 lycéens de Pierre-Mendès-France, Jean-Monnet, ensemble Saint-Martin. Pour les associations, les Tritons vicquois ont enregistré 2.550 entrées natation et 2.300 entrées aquagym et aquabike. 
En ce qui concerne d'autres associations telles que les centres aérés, accueils loisirs (Vic, Artagnan, Bordères, Ibos, Horgues, Séméac, MJC Vic, Léo-Lagrange et centre Roland-Chavance), 1.000 entrées. Patrick Marot ajoute qu'un des paramètres de fréquentation maximum instantanée (FMI de 600 personnes) a été relevé à la piscine Louis-Fourcade, le 1er juillet, avec 550 entrées «dans un excellent état d'esprit et de bonnes conditions». En soulignant un bilan remarquable : «Premier été sans appel au secours pour intervention de pompiers ; la seule bobologie ayant été une dent tremblante qui est tombée !». Côté loisirs, «juillet et août formidables entre tous les publics» ; côté pédagogique, la fierté exprimée concernant les statistiques des cycles scolaires des classes de 6e : «145 Savoir nager ont été délivrés sur 158 évaluations, le meilleur ratio du département».

Les projets

à l'occasion du bilan d'activité de la piscine intercommunale, Bernard Poublan et Patrick Marot, respectivement élu communautaire délégué et directeur de l'établissement nautique, ont évoqué les projets. Non sans que Bernard Poublan ait exprimé sa satisfaction sur l'exercice écoulé, «les chiffres parlent, les résultats sont là», et sur le fonctionnement. Il se dira notamment «sensible à la journée d'intégration des personnels saisonniers, à l'initiative du directeur», et saluera les conditions du recrutement avec «un jury très attentif aux compétences».
Travaux en 2 tranches. D'abord, rénovation technique et structurelle de l'existant, sur l'hiver 2015-2016 pour ouverture en mai 2016 : en terme générique, travaux sur l'accessibilité aux handicapés. La deuxième tranche, à partir d'octobre 2016 ? Des investissements pour l'économie d'énergie (toit, triple vitrage, chauffage par le sol… Investissement d'1,4 million d'euros en deux ans). Avec aussi la création d'une galerie technique pour accès à tous les tuyaux enterrés, «la moindre fuite sera repérée et réparée quasi instantanément» ; également, création de vestiaires pour les personnels.
Le «gros» projet étant l'extension avec la construction d'un espace détente (sauna, douches massantes, hammam oriental…) sur le terrain, entre le nouveau toboggan et le bâtiment du petit bassin.
Horizon 2017. La piscine de Vic, projet de 1969 alors que Pierre Guillard était maire, concrétisé sous Louis Fourcade, maire en 1971, devenue intercommunale en 1993 avec la constitution de la communauté de communes échez-Montanérès du fondateur président Claude Miqueu, avant de devenir Vic-Montaner sous la présidence de Jean-Louis Curret, renaît chaque année, le temps de la saison estivale élargie, adaptée à l'évolution de la société de loisirs, de consommation et d'apprentissages.

21 novembre 2015

Un hommage rendu aux victimes.


à Vic comme dans tout le pays, l'appel à se rassembler pour une minute de silence unitaire dédiée aux victimes des attentats perpétrés à Paris était parvenu. Ce lundi midi, alors qu'elles avaient rejoint le square de la mairie, espace symbolique devant le drapeau tricolore en berne, quelques dizaines de concitoyens ont été invités à se rendre salle du conseil municipal par une délégation d'élus autour de l'adjointe Sylvie Boirie pour observer une minute de silence. Précision faite par la suite que les personnels techniques sur le site des ateliers et les personnels des services enfance avaient partagé ce moment de recueillement.

Sans doute l'essentiel, l'hommage silencieux et lourd d'émotion a-t-il été rendu aux victimes de la violence fanatique ; mais quand même, il s'est élevé des voix de colère et d'indignation pour regretter que cet hommage n'ait pas été rendu en place publique, à la vue de tous, qu'il n'y ait pas eu de rassemblement unitaire comme il y en a eu partout en Bigorre, ce lundi, des jardins de la préfecture jusqu'aux lieux d'activité, entreprises, places, établissements scolaires. Sur les stades, le samedi et le dimanche, à l'image du Football-Club du Val d'Adour, à l'image des jeunes rugbymen de l'Entente Adour/échez. Faire front, les plus nombreux possible, pour partager liberté, démocratie, tolérance, fraternité.

Une bourse aux oiseaux réussie.


Une nouvelle participation du Club ornithologique de Bigorre (COB) que préside le Camalésien Christian Werlé, à la bourse aux oiseaux organisée à Seissan, voisine gersoise. Une halle aménagée avec des stands et des volières pour une bourse ouverte aux amateurs et passionnés d'ornithologie. Les visiteurs et participants savent, pour les néophytes, pouvoir rencontrer des éleveurs chevronnés qui les conseillent quant aux choix d'oiseaux selon leur goût. Les plus affûtés ont pu échanger sur des points techniques avec Herman Heinzel, ornithologue professionnel et auteur d'ouvrages spécialisés qu'il a dédicacés. Enfin pour tous, possibilités de ventes, achats, échanges d'oiseaux. 
L'édition 2015, malgré le beau temps qui n'incitait pas à s'enfermer, a connu une assistance supérieure à l'édition 2014 et selon le commentaire du président Werlé, tout au long de la journée : «La joie et la bonne humeur ont présidé, même les grincheux sont repartis contents». L'équipe du COB tient à remercier la municipalité de Seissan qui accueille les organisateurs ; les serres du Cedon de Pavie qui assurent la décoration florale, l'Oisellerie du Sud-Ouest, Zac de Bruscos à Sauvagnon, dans les Pyrénées-Atlantiques ; Marc Lanartique, de Nouilhan, qui a dressé un joli stand de pots de miel ; et bien entendu les partenaires Pêcheurs de l'Astarac «qui ont fait un tabac avec un simulateur de capture».

AVF d'un vignoble à l'autre.


Certes, en ouvrant leurs fenêtres, beaucoup d'amis de l'Accueil des villes françaises local, l'AVF Vic, que préside Chantal Cassou, pourraient voir les vagues des vignes sur les coteaux de Madiran et, à l'horizon, de Saint-Mont ! Pour autant, pas de limitation aux prés carrés viticoles du pays de l'Adour et, curiosité en bandoulière, les adhérents et adhérentes sont partis vers les vignobles de Gironde et plus précisément Saint-Émilion. Il est vrai qu'aux fameux crus s'ajoute un patrimoine architectural historique qui a valu à la cité médiévale et sa juridiction une inscription au patrimoine mondial de l'Unesco au titre des paysages. Périple de découvertes donc pour les visiteurs du Val d'Adour guidés par Michèle Aué, avec l'étape dans le centre historique et la halte repas au restaurant Amélia Canta, au cœur de la cité ; après-midi à la manière touristique dont circuit dans le vignoble avec le petit train, halte dégustation à la cave du grand cru classé Rochebelle. Dans les bagages du retour, quelques bouteilles évidemment et… des pieds de vigne, pour viticulteur amateur indépendant !
Rendez-vous pour la réception du nouvel arrivant, le vendredi 20 novembre, à 19 heures, à l'hôtel de ville de Vic. Les nouveaux venus sur le territoire de Vic et alentours sont invités à se faire connaître auprès de l'association ; permanences lundi, de 14 h 15 à 16 h 30, au local AVF, 4 bis, rue des Écoles à Vic. Tél.-répondeur : 09.83.32.66.51; mail (avf-vic65@bbox.fr). Renseignements sur le site internet (http ://avf.asso.fr/fr/vic-en-bigorre/contact-local).

Saint-Martin : Le beau concert d'ouverture

Pour la deuxième année, les fêtes de la Saint-Martin ont été lancées avec le concert des Chanteurs pyrénéens en l'église Saint-Martin. Un chœur d'hommes inscrit dans le relais de la culture vocale, de l'histoire et d'un patrimoine pyrénéens tout en ouvrant son répertoire à d'autres patrimoines chantés bien au-delà de la chaîne d'ouest en est ! Ainsi, une envolée vers la Russie rejoignant Bigorre, Béarn et Pays basque. À chacun des titres, une présentation du chant, du ou des solistes, avec une touche personnalisée. Concert et puis convivialité avec, après le court itinéraire de l'église jusque sous la halle, pour le cocktail de la Saint-Martin offert aux Vicquois, les voix des hommes des Chanteurs pyrénéens mêlées à celles des festayres.
Pour plus d'infos dont l'agenda du chœur, site internet (http ://www.chanteurs-pyreneens.fr/accueil.html).

20 novembre 2015

Les dames du marché.


Marinette, «Baboue» et Camille, trois générations de femmes pour une même lignée, celle des Bédouret, et une même activité : les marchés. Un stand sous la halle de Vic depuis des décennies, quels que soient la saison et le temps, avec volailles, lapins, œufs… 
En s'activant derrière les vitrines froides, au milieu des clayettes et coffres, ces dames, parfois deux, parfois les trois, toujours élégantes, avenantes, pimpantes. De leur tablier écossais personnalisé à leur sourire, de leur accueil à leurs produits, elles contribuent au charme des marchés de pays.

19 novembre 2015

Un rendez-vous toujours très familial.

Une illustration au plus près du fameux «été de la Saint-Martin», à Vic, pour l'ouverture de l'édition 2015 de la fête patronale. Soleil et températures au diapason, conditions idéales pour les sorties familiales jusqu'aux places de la cité où les manèges et attractions accueillent les générations rassemblées à l'occasion avec des légions de poussettes entourées de parents et grands-parents ! 
Un schéma familial qui se retrouve aussi du côté des métiers de la fête foraine ; ainsi Jules Lagnier présentant son fils Vincent, aux commandes du manège «Madagascar», pour la 4e génération fidèle à la Saint-Martin vicquoise, après Jules-Georges, Jean. 
Quant au petit Lucas, qui a embarqué dans le manège de Vincent auprès de maman Céline, sous les regards de papa, papy et mamie Claudine, il s'inscrit dans une lignée Fontan-Hondé de plusieurs générations vicquoises. C'est en cela que les fêtes de villages et petites villes gardent un intérêt qui va au-delà de la distraction et de l'animation : elles témoignent de liens amicaux, familiaux, de retrouvailles, de rencontres, qui perdurent et se renouvellent à la fois.

Le parcours des 1.000 Pattes en automne.


Avec leurs maillots jaunes, ils sont passés par Juillan pour clôturer octobre en participant à l'Octobre rose. Sous la bannière «Attrape-moi si tu peux», ils se sont engagés dans la course contre le cancer du sein. Philippe E., le chroniqueur, rapporte : «5 marcheurs des 1.000 Pattes ont participé (42 participants) : Isabelle Enjalran, Annie Retout, Philippe Enjalran, Patrice Bacarisse et Chantal Brouillot». Avec leurs maillots jaunes, ils ont rejoint les participants à la Ronde des Toupies voisine à Lahitte-Toupière ; en course de 10 km avec 87 arrivés, Marc Ducasse se classe 2e vétéran ; en marche 10 km et 32 arrivés, Michel Galiana, 1er au scracth ; Isabelle Enjalran, 1re féminine, et Annie Retout, 3e.
Avec leurs maillots jaunes, ils sont allés au Pays basque pour le semi-marathon Saint-Jean-de-Luz-Fontarrabie. Pierre P., le chroniqueur du jour, relaie le classement des 1.000 Pattes parmi les 2.224 participants : Patrick Lascarray, 919e n 1h51'; Sandrine Michaud, 1.115e en 1h54'; Pierre Peyramale, 1.167e en 1h55'; Annette Mouchous, 1.592e en 2h04' ; Élisabeth Leprivé, 2.033e en 2h18' ; Françoise Lascarray, 2.126e en 2h24'. Avec leurs maillots jaunes, ils ont fait la rando de proximité à Bentayou-Sérée, organisée par l'office de tourisme intercommunal Vic-Montaner ; rando gourmande qui a vu une vingtaine de marcheurs et coureurs 1.000 Pattes fouler les coteaux du Béarn sur les parcours de 6 et 12 km, avant de déguster des grillades.

18 novembre 2015

Le devoir de mémoire se perpétue.


Les célébrations de la fin des deux guerres mondiales - celle de 1914-1918 que l'on croyait la «Der des ders», le 11-Novembre, et celle de 1939-1945, le 8-Mai - sont des moments de rassemblement qui témoignent de l'empreinte de ces conflits dans la mémoire collective et les mémoires familiales et individuelles. 
Et la disparition, en 2008, du dernier poilu survivant de la tragédie 1914-1918, Lazare Ponticelli, n'a en rien affaibli la charge d'émotion ressentie, de respect exprimé, de solennité et de recueillement ; en témoigne à Vic, allée du Général-de-Gaulle, sur le site mémoriel du monument aux morts, la nombreuse assemblée intergénérationnelle qui a participé, en ce 11 novembre, à la célébration du 11 novembre 1918 ordonnancée par Lucien Charignon, délégué communal aux cérémonies patriotiques. Aux côtés des élus de la République, représentants du tissu associatif, chefs de services d'État, pompiers, des lycéens de la cité scolaire Pierre-Mendès-France, et avec les porte-drapeaux des associations patriotiques, les enfants des écoles Pierre-Guillard et Saint-Martin.

Aux messages du protocole du jour, celui du secrétaire d'État auprès du ministre de la Défense chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, sous le titre «Commémoration de la victoire et de la paix, hommage à tous les morts pour la France», lu par le maire, et celui de l'Union française des anciens combattants, l'Ufac, par Jean Moïse, président des anciens combattants, succéderont les dépôts de gerbes (pour la municipalité, Clément Menet entouré des adjoints Jean-Paul Pène et Sylvie Boirie ; pour les anciens combattants, Jean Moïse entouré du colonel René Lasjuillieras et du lieutenant de gendarmerie Serge Dumanoir ; pour les ordres nationaux, Françoise Sentilles pour la Légion d'honneur, Lucien Charignon pour les Médaillés militaires, le lieutenant-colonel louis Maslies pour l'ordre national du Mérite ; le président Jean-Claude Marchesin et Roland Larcade pour la Fédération nationale des anciens combattants Algérie, Maroc, Tunisie, Fnaca), l'ensemble de la cérémonie souligné par l'Harmonie de l'Indépendante dirigée par Régis Fourcade. Bel exercice de mémoire partagée.

16 novembre 2015

Euralis : en grève pour les salaires.

.....

Ils n'avaient plus ressorti les banderoles depuis quatre ans. Mais tôt hier matin, les salariés de l'usine Euralis de Nouilhan ont dressé le piquet de grève, symbole d'une colère vive parmi les employés. Au total, plus de 150 se sont succédé toute la journée, soit «près de 40 % des effectifs en CDI qui ont fait grève. Nos revendications portent avant tout sur les salaires, expliquent les deux délégués syndicaux, Lionel Duzer pour FO et Stéphane Pomès pour la CGT. Nous demandons la réouverture des négociations». Les dernières NAO, débutées en juin dernier, n'ont débouché que sur une augmentation générale de 0,3 %. «Insuffisant, selon les syndicats. Depuis deux ans, ce sont les salariés qui ont redressé le pôle alimentaire de près de 10 M€. Nous réclamons des salaires décents, avec une hausse générale de 4,7 %. 

C'est une base de négociation. De plus en plus de salariés se retrouvent en difficulté le 15 du mois. En bas de l'échelle, certains arrivent à peine au Smic.» Un agent de confier : «D'autant que cet argent, on ne le vole pas. Il faut venir travailler ici pendant huit heures d'affilée, parfois plus…». Voilà pourquoi, à l'instar des autres sites d'Euralis Gastronomie, celui de Nouilhan a été impacté hier, alors que l'usine Monfort aborde sa plus forte période de production de produits de canards, à l'approche des fêtes. À ce moment de l'année, plus de 600 personnes se relaient, 24h/24, à Nouilhan (470 CDI, 150 CDD saisonniers et une centaine d'intérimaires). «Il y a aussi un taux de précarité élevé, de l'ordre de 35 %, et qui n'a cessé d'augmenter. En trois ans, 62 postes d'ouvriers-employés ont été perdus. La majorité des gens ont été licenciés pour inaptitude à tous postes de travail. Comment vont-ils faire derrière ?»

«Des efforts partagés»

Les demandes des employés ont été transmises au siège par la direction locale. Selon les responsables d'Euralis, le mouvement a concerné «10 %» des 650 salariés du pôle alimentaire de Maubourguet. La direction rappelle qu'elle a proposé «dans un contexte économique difficile» une augmentation de 1,5 % (0,3 % d'augmentation générale et 1,2 % d'augmentation individuelle). La direction d'Euralis assure avoir «toujours privilégié le dialogue social» et indique avoir rencontré les représentants du personnel. «Pour qu'ils restent dans l'entreprise, les salariés doivent être payés décemment. Il faut que l'effort soit partagé par tous, surtout dans une coopérative», concluent les syndicats. Le mouvement a été reconduit pour aujourd'hui sur tous les sites d'Euralis Gastronomie.

Vic se reprend et bonifie sa victoire.


La foule à Ménoni et une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats.
En une première mi-temps très rythmée, l'USV a chassé ses doutes. D'emblée, les «bleu et blanc» investissent le camp adverse et Mathet profite d'une avancée de son pack, bien emmené par Partimbène, les frères Abadie et la 1re ligne Roques-Castellot-Cazorla, pour claquer un drop.
Les locaux maintiennent les «violets» dans leurs 22 par un jeu au pied judicieux. Un bon ballon porté finit dans l'en-but de l'Usep avec P. Abadie à la conclusion. On sent de l'envie chez les Vicquois : Lopez s'échappe une première fois, puis c'est Mathet qui mène un contre sur 50 mètres, enfin le ballon vole jusqu'à l'aile d'Imberti arrêté à 5 mètres de la ligne. Les Bigourdans remettent la pression et Cabanne décale parfaitement Garlat qui plonge pour le 2e essai. Seul petit bémol pour une mi-temps bien menée : le manque de réussite au pied.
à la reprise, les visiteurs enclenchent enfin la vitesse supérieure. Leur domination territoriale se traduit par 2 pénalités de Chantaclé.
L'ouvreur visiteur multiplie les initiatives et son pack avance dangereusement. Mais les gars de l'Usep ne mettront pas à profit ce temps fort.
Ce sont au contraire les Vicquois qui termineront plus fort avec une superbe réalisation d'Othal : l'action partie de Lopez et Cabanne arrive à Garlat qui, tout en crochets et en vitesse, grille la défense «violette» pour offrir un ballon d'essai à son trois-quarts centre. Symbole d'une envie retrouvée, Mauriès s'échappe d'un regroupement, mais l'ovale sera perdu à proximité de l'en-but.
De cette rencontre, on retiendra d'abord qu'elle a été jouée dans un bon esprit. L'Usep n'a pas démérité mais elle est tombée sur une USV revancharde qui a maîtrisé le jeu et qui a su rester concentrée dans les temps faibles. Ce match doit être une référence pour les rencontres à venir.

Vic 20-Usep 6

M-T : 13-0. Arbitre : M. Lonchambon (M.-P.).
Pour Vic : E P. Abadie (15), Garlat (39), Othal (74) ; 1 D Mathet (6) ; 1 T Vialade (74).
Pour l'Usep 2 P Chantaclé (51, 60).
US Vic Mathet ; Imberti, Ferrer, Brouillot, Garlat ; (o) Vergez, (m) Lopez (cap.) ; Uthurralt, P. Abadie, Bonan ; Y. Abadie, Partimbène ; Roques, Castellot, Cazorla. Sont entrés en jeu : Vialade, Mauriès, Cabanne, Othal, Bordenave, Lagrange, Mauriès. Carton blanc Cabanne (53).
Usep : Pecarrère ; Bacqué, C. Arroyo, G. Trilhe-Meteyer, Arroyo ; (o) Chantaclé, (m) Lacombe ; Sendrey, Coustarot, Amiard ; Latapie, Candau (cap.) ; Barrère, Castaings Lahaille. Sont entrés en jeu : Puyjalon, Arnaud, Castaings, Lagahe, Tintet Salettis, Lacrouts, Carpy, Soulès.
Carton jaune Candau (37).
Réserve Vic 12-Usep 15.