31 décembre 2015

Bon réveillon.


Des anciens combattants distingués.


Lors de l'assemblée générale de l'Association des anciens combattants que préside Jean Moïse, il a été procédé à une remise de diplômes d'honneur : diplômes attribués aux plus anciens adhérents à la fédération départementale des mutilés combattants et victimes de guerre des Hautes-Pyrénées, sans distinction d'âge ou d'état de services ; diplôme de la fidélité au monde associatif patriotique. 

Si tous les récipiendaires de l'édition 2015 n'étaient pas présents, tous ont été cités : Jean Bégué, André Lapenne, Thomas Lopez, Robert Turin, Jean Lameignère et Raymond Chauvaud. Diplômes remis aux adhérents, à la section du canton de Vic, par Raymond Ducès, président de l'union départementale des anciens combattants des Hautes-Pyrénées, fidèle à l'exercice de démocratie associative, ainsi que par Sylvie Boirie, maire adjointe, représentant la municipalité, et le président Moïse qui invitait ensuite les adhérents à clôturer l'assemblée par le verre de l'amitié au Familia, selon une autre fidélité à Jean-Pierre et Chantal Carpy. 
Nous reviendrons sur l'assemblée générale, infos et composition du bureau 2016.

30 décembre 2015

Le sport adapté à l'honneur.


Le Judo-Club du Val d'Adour a été pionnier en matière d'ouverture d'une section de sport adapté en 2005 ; une volonté de vivre et faire vivre au plus près la devise du judo «jita yuwa kyoei - entraide et prospérité mutuelle». Avec au palmarès du club, de nombreux titres engrangés lors des compétitions nationales. Récemment, l'équipe du président du JCVA, Dominique Lay, a accueilli au gymnase de La Herray où évolue le club, Mathieu Assemat, nouveau conseiller technique départemental du comité départemental de sport adapté ; à cette occasion, le visiteur a félicité les judokas qui se sont illustrés au dernier championnat de France en remportant 3 titres nationaux et une 3e place. Ainsi, Sébastien Chapuis, champion de France de 2e division en moins de 73 kg ; Marie-Laure Latapie et Mikael Séveran, champions de France de 3e division des plus de 78 et des moins de 100 kg, et Julien Ivoula, monté sur la 3e marche du podium en division technique.
Le club, autour du président Lay, tient à féliciter Thierry Dabadie, entraîneur de la section sport adapté pour le travail accompli depuis une décennie, inscrivant le JCVA dans une dynamique sportive et humaine dont Vic, le Val d'Adour et la Bigorre peuvent être fiers.

29 décembre 2015

Un moment de convivialité


La première lettre de l'alphabet, première lettre du nom de la commune, est numéro 1 à plus d'un titre ! Si l'Association Andrest Animations» (ou 3 A ou AAA) du président Philippe Cayré fait figure de championne, le club des aînés, l'association Andrest Amitié, que préside Jacques Marest n'est pas mal non plus avec son doublé 2A ou AA ! Si les 3A clôturent l'année 2015 avec le réveillon de la Saint-Sylvestre, les 2A ont donné le ton festif avec le repas traditionnel avant la fameuse trêve des confiseurs. Une cinquantaine de personnes ont répondu au président Marest, organisateur de la journée ; le maire Francis Plénacoste, entouré des adjoints, étant venu saluer les convives lors de l'apéritif (une palette de couleurs spectaculaires, de la sangria maison aux toasts et verrines aussi beaux que bons). Menu et ambiance au diapason.
L'Association Andrest Animation 3A donne rendez-vous le 31 décembre. Toutes informations sur le programme et le menu à découvrir sur le site internet http://www.andrest.fr/nuit-de-la-saint-sylvestre/. Inscriptions à la mairie d'Andrest, jusqu'au lundi 28 décembre inclus, de 8 h 45 à 12heures et de 13 h 45 à 18 heures, tél. 05.62.31.15.02.

Un bel hommage au dévouement.


à Andrest, à Vic-en-Bigorre, comme sur tout le territoire, des femmes et des hommes ont fait le choix de servir leurs concitoyens, dans un engagement volontaire, qui, avec et au côté des sapeurs-pompiers professionnels, fait de la sécurité civile française un modèle d'exception. Et si en cette année 2015 dont les derniers mois ont été marqués d'une violence terroriste aveugle, leurs missions dans la capitale se sont élargies à des interventions exceptionnelles, à Andrest et à Vic, les bilans et hommages rendus lors des cérémonies autour de la Sainte-Barbe ont rappelé que dans la proximité et le quotidien, leur dévouement, leurs compétences opérationnelles et techniques, leurs qualités humaines doivent valoir la reconnaissance et les remerciements de leurs concitoyens.
La participation des autorités hiérarchiques, des élus des collectivités territoriales, de leurs collègues délégués, dont le colonel Patrick Heyraud, directeur du service départemental d'incendie et de secours, le SDIS65 ; le commandant Michel Brousse, président de l'union départementale des sapeurs-pompiers des Hautes-Pyrénées ; Bernard Poublan, conseiller départemental, président du conseil d'administration du SDIS65 ; les maires ou adjoints délégués, Sylvie Boirie et René Noguères pour Vic, Jean-François Combescot pour Andrest ; aux côtés des chefs de centres respectifs de la compagnie du Val d'Adour commandée par le capitaine Dulac, les lieutenants Fabien Cayret, Henri Guerra, aux fêtes de la Sainte-Barbe 2015, en témoigne.

28 décembre 2015

Communiqué de presse du Comité Citoyen de Vigilance.


VOUS POUVEZ RÉAGIR A CE COMMUNIQUE SUR LE BLOG DE NIOUZES VIC EN SUIVANT CE LIEN


Premiers coups de pelle pour la prochaine structure santé.


Près du centre auto, zone commerciale du Marmajou, les travaux de terrassement et d'aplanissement ont démarré pour la prochaine structure santé. Elle couvrira 240 m2 pour le premier cabinet et 220 pour l'autre.
Si les nouveaux bâtiments sortent de terre, il n'en demeure pas moins que l'équilibre est respecté puisqu'un autre cabinet reste au centre du village, allées Larbanès.
Stéphane Larguèze, de l'entreprise Géovia, et Jean-Louis Sancerry expliquent le chantier. Ils examinent les plans de la construction et confirment que les travaux de maçonnerie démarreront début 2016 (et non 2017). Pour l'instant, terrassement et mise en forme des parcelles vont bon train et devraient se terminer ce jour. Les piquets bleus délimitent la position des bâtiments.
Le chantier se poursuivra en ce début d'année avec l'aménagement de la route d'accès, actuellement à l'étude.
La route se situe tout près du passage à niveau, en liaison avec l'ancienne route.
L'accès d'entrée se fera d'un seul côté (côté passage à niveau) et le pont de sortie sera vers le contrôle auto, pour une circulation étudiée au mieux.

DE SF VERS SAUSALITO....

....

27 décembre 2015

De sympathiques «cumulards» !


Ils sont quatre 1.000 Pattes vicquois à avoir été cités lors de l'assemblée générale du club présidée par Marc Ducasse. Et si, dans certains secteurs, le cumul divise l'opinion, en l'occurrence, ici, il prend figure d'engagements nombreux rejaillissant sur le dynamisme et l'image de marque du club. Patrick Lascaray, Pierre Peyramale, Philippe Bricault et Sandrine Michaud sont de ceux-là, qui portent les couleurs jaune et bleu dans bon nombre de courses organisées, battant même les records de participation concernant les adhérents 1.000 Pattes. 
Bien sûr, on pourrait s'arrêter aux classements, temps, palmarès… On préférera retenir qu'à l'exercice sportif de leurs jambiers, quadriceps, adducteurs, etc., les ambassadeurs vicquois ajoutent l'exercice de muscles hautement performants dans la qualité des relations humaines tels que les zygomatiques !

Comment Toulouse est née...


Il y a plus de 2000 ans, Toulouse s'appelait déjà Tolosa. Jean-Marie Pailler, coordonnateur d'un livre collectif sur la naissance de la ville, revient sur l'origine, ibère, de son nom. Et révèle avec fascination comment cette appellation a parfaitement ou presque survécu à deux millénaires d'histoire.
Pourquoi un tel livre en 2015, 2001 ans après la naissance de la ville romaine ?
On a tenté de faire un livre de spécialistes, c'est-à-dire sérieux, mais aussi grand public, séduisant. Pour ce qui est de la fondation de la cité romaine en 14 de notre ère, il n'y a pas de témoignage strict, mais cela ne fait aucun doute. La décision de construire cette ville nouvelle au bord du fleuve est antérieure, 14 c'est la fin de sa construction. Les remparts seront élevés après. Mais les portes existent déjà, monumentales. Hélas, celle découverte en 1971, sur le chantier du parking du Capitole, a été détruite.
D'où vient le nom Tolosa ?
Pierre Moret, spécialiste de l'Espagne et des langues ibéro-aquitaines montre que Tolosa, utilisée bien avant la fondation romaine et même avant les Tectosages pour une localité située quelque part en bordure de Garonne, n'est ni celte, ni latin, ni grec. Mais ibéro-aquitaine. à cette époque, les contacts étaient très fréquents, de part et d'autre des Pyrénées. Ce qui est fascinant, et quasi unique en France, c'est que ce nom a traversé plus de deux millénaires sans pratiquement changer, si ce n'est de prononciation et d'orthographe. Nougaro avait bien raison lorsqu'il chantait : «l'Espagne pousse sa corne à Toulouse».
Et l'or de Toulouse ?
C'est un mythe monté à partir d'un fond réaliste. Vers 100 avant JC, les Tectosages s'allient avec les Cimbres et Teutons qui menacent Rome. Mais les Romains l'emportent, contrôlent le secteur de Toulouse et le consul Caepio se serait emparé de l'or des sanctuaires. Sur le chemin du retour vers Rome, il est défait par les Cimbres à Orange et délesté de son trésor. C'est le début, selon la légende, de malheurs pour lui et sa famille. Comme pour le punir de son vol. En fait, Rome a bien pillé l'or gaulois mais c'est tout. Les Gaulois travaillaient avec talent l'or et l'argent.
Qui étaient les Tectosages ?
C'était des Gaulois, des Celtes appelées ainsi par les Romains. Tectosage veut dire en latin : «Ceux qui cherchent des richesses, prédateurs». Il y a un débat entre spécialistes, qui n'est pas tranché dans le livre, sur le fait de savoir s'ils sont venus d'Europe centrale pour Tolosa ou s'ils ont quitté le sud-ouest gaulois pour l'Europe centrale (jusqu'à la Turquie). Une chose est sûre, les torques, colliers en or retrouvés à Fenouillet sont les mêmes que ceux d'Europe centrale.
Pourquoi aucun des bâtiments antiques n'a été conservé (hors les arènes de Purpan) ?
On a beaucoup construit en brique, à l'époque déjà, et les gens au cours des siècles se sont servis des tuiles, des briques, des rares pierres et des tessons des innombrables amphores amenées par le commerce des vins d'Italie, afin de construire leurs maisons. Les Toulousains ont été de formidables récupérateurs. L'histoire de la ville est hélas marquée par les destructions de vestiges, en 1971, déjà cité, et en 1989, sur le chantier de l'ex hôpital Larrey à Saint-Pierre où on a oblitéré l'entrée du palais wisigothique du Ve siècle.

26 décembre 2015

Téléthon musical et convivial.



Une marraine >. Concernée et talentueuse.
Voix >. D'Amistat.
Percussions et batterie >. De la Bigorcada et de l'Indépendante.
En synergie associative sous l'égide de la municipalité, autour de Patrick Roucaud, Anne-Laure Larmitou-Latrille et Eric Bertranne, l'édition 2015 du Téléthon à Vic a essaimé du gymnase de La Herray au gymnase Ménoni en passant par la halle. De très nombreux bénévoles se sont engagés, avec en point d'orgue la soirée du vendredi, à la fois musicale et conviviale, au gymnase Ménoni . Volet musical et spectaculaire avec, successivement, la chanteuse Anna Jörg, marraine de l'édition vicquoise ; la chorale Amistat, la Bigorcada, l'Harmonie de l'Indépendante et le podium Atonium. Volet convivial avec de nombreuses brigades œuvrant en coulisses en cuisine et au service. Le tout dans une ambiance bon enfant et surtout généreuse, solidaire. A l'heure du bilan avec le coordinateur départemental, nul doute que l'engagement vicquois sera à saluer.
FG.

Yosemite valley el Capitan y su doble


25 décembre 2015

JOYEUX NOEL A TOUS.

L'EURL Cazenave veut se développer.


Avec l'étape installation sur la zone artisanale de La Herray de la société créée en février 2004 par Gilles Cazenave, c'est l'exemplarité à plus d'un titre qui est illustrée : premier artisan à investir le site aménagé par la communauté de communes Vic-Montaner dans le cadre de ses compétences ; nouvelle page de l'entreprise qui s'inscrit dans un parcours de formation et professionnel. Lors de l'inauguration, Gilles Cazenave était entouré des «acteurs» de ce parcours, partenaires, collaborateurs ; l'entrepreneur soulignant l'opportunité de son installation déterminée par plusieurs facteurs :prix du terrain abordable, choix de la surface à acquérir modulable. Une emprise de 2.200 m2 (335 bâtis dont 195 ateliers et 130 bureaux). Une appréciation soulignée par le président de la CCVM : «L'offre crée la demande; sans anticipation, les entreprises vont ailleurs!».
Pour le chef d'entreprise, l'occasion non pas d'un discours, plutôt de rappeler ses débuts, par une formation de dépanneur en chaudières au centre de formation des apprentis dispensée par André Saval (ancien responsable dans son premier emploi à la SIDV) ; puis le démarrage professionnel, sa conjointe et collaboratrice, Christine Clavel, rappelant : «Nous avons débuté à la maison à Artagnan». Et à ce jour, l'entreprise Cazenave compte, autour de Gilles, 3 techniciens (Alexandre Bergeret, Cyrille Douchement, Joël Presani), 2 secrétaires (Christine Clavel, donc, et Anne-Marie Olibère) ; fidélité, reconnaissance et continuité du relais, Gilles Cazenave est aussi formateur et assure des cours au CFA de Tarbes.
Spécificités. «Notre métier consiste au dépannage et entretien des chaudières toutes énergies y compris renouvelables (gaz et fioul), solaires, pompe à chaleur et poêle à pellets ...), nous travaillons en étroite relation avec les installateurs (artisans plombiers) et notre rayon d'action s'étend sur tout le département des Hautes-Pyrénées et les abords du Gers, Pyrénées-Atlantiques et Haute-Garonne». Et d'ajouter la compétence SAV agréé des marques De Dietrich, Frisquet, Oertelli, pour une activité «à forte saisonnalité pour 90% particuliers et 10% bâtiments».

24 décembre 2015

L'UBERISATION du salariat?

Ornithologie : le club a fait le point.


Les locaux du club Regain à la Maison des associations, rue Barère-de-Vieuzac, ont accueilli l'assemblée générale du Club ornithologique de Bigorre. En effet, le président du COB, Christian Werlé, en prévision d'une assemblée bien fréquentée, avait sollicité le président Pierrre Battaglin, les deux associations étant voisines dans le bâtiment. Et à la vue de la participation, la prévision s'est avérée réelle. 
Il faut dire qu'à l'ordre du jour, devait être présenté le bilan de trois années écoulées ; entre le moment où l'équipe dirigeante a repris le COB et aujourd'hui, le nombre d'adhérents est passé de 14 à 46,«l'état d'esprit n'ayant pas changé : se réunir autour d'une même passion». La pérennisation de l'expo-bourse à Seissan «n'amène que du positif, les visiteurs repartent satisfaits et chaque fois plus nombreux». Le bilan comptable présenté par Gérard Domec tout aussi positif, consultable sur les cahiers de compte, «ne souffre d'aucune contestation». 
Selon la procédure habituelle, le bureau démissionnaire dans son ensemble, sans nouvelle candidature, a été reconduit à l'unanimité avec quelque modification dans sa composition : Sébastien Pécarrère devient responsable «bagues» et gardien du matériel du COB, alors qu'Ingrid Rexach le remplace en qualité de secrétaire adjointe ; Christian Werlé, reconduit président, trace «la ligne de conduite pour 2016, avec les mêmes objectifs que 2015» et relance l'idée d'organiser une journée technique qui n'a pu avoir lieu. À la question «Quand ferons-nous une expo-bourse à Vic ?» le président répondra être en attente d'une réponse. Et pour clôturer l'AG, il invitera les adhérents à partager une tourte.

23 décembre 2015

La classe du Père Noël.


Il est bien connu que la transmission, le relais, il n'y a pas mieux pour perpétuer la mémoire et les traditions. Bien sûr, tout le monde croit connaître la véritable histoire du Père Noël, en particulier les parents ! Alors, pourquoi leurs réponses sont-elles aussi vagues lorsque les enfants posent des questions ? 
C'est peut-être la raison pour laquelle, lors de son étape à l'école maternelle du Petit-Bois, le Père Noël, lui-même, s'est interrogé sur la continuité du service ! Il a réuni, autour de lui, des stagiaires (déjà chapeautés) : rien n'a filtré des modalités, des projets et du contenu de l'apprentissage. Il sera intéressant de bien observer, jeudi 24 au soir ou vendredi 25 au matin, les livreurs délégués du Père Noël.

22 décembre 2015

Amis accueillants de tous âges.


À quelques jours des fêtes de fin d'année, et avant la pause associative, la trêve des confiseurs pour les sportifs et autres... les rencontres autour de goûters, spectacles, jalonnent le mois de décembre. Le rendez-vous des amis de l'Accueil des villes françaises, l'AVF Vic, avec les résidents de La Clairière, accompagnés de l'équipe d'animation de l'hôpital, pour un goûter et spectacle est à ce rang. 
Le buffet de gourmandises, agrémenté de décorations de circonstances, le tout réalisé par les adhérents AVF, a clôturé le programme donné salle Campet-Larmitou à l'hôtel de Journet : le chœur de l'atelier d'espagnol de Paul, celui de l'atelier d'anglais d'Elisabeth, l'atelier gym-step de Sandrine et l'atelier danses de salon de Maria se sont succédé dans une ambiance chaleureuse. Des attentions, des échanges, des applaudissements.

Les Pompes funèbres Hourcade-Sarraméa.

La Maison funéraire Pompes funèbres Hourcade-Sarraméa, rue du Souvenir-Français, a été inaugurée en présence, bien sûr, des entreprises qui l'ont réalisée, des personnels collaborateurs de l'entreprise, des riverains, et d'un aréopage d'élus de la République représentant des collectivités territoriales locales et départementales. à ce rang, autour de Franck Sarraméa et Xavier Hourcade, associés de l'entreprise, Clément Menet, maire de Vic ; Jean-Louis Curret, président de la communauté de communes Vic-Montaner ; Bernard Poublan, conseiller départemental ; Charles Habas, président du Grand Tarbes. 
Nous reviendrons sur cette Maison funéraire et l'ensemble des services rendus à un moment auquel chaque famille est confrontée, une entreprise qui s'inscrit à plus d'un titre dans l'histoire locale et vicquoise.

21 décembre 2015

Ils plantent un arbre pour le climat.


Alors qu'à Paris se tenait la COP 21, la commune et les écoles d'Andrest participaient à leur manière à ce rendez-vous pour l'avenir de la planète, en s'engageant dans l'action «Un arbre pour le climat» initiée par les ministères de l'Education nationale et de l'Écologie dans le cadre de la COP 2. Un arbre a donc été planté par les élèves de CM2 de la classe d'Emma Dutrey dans la cour de la nouvelle école. Ils ont aussi rédigé et présenté un texte aux autres écoliers afin de les sensibiliser à la lutte contre le dérèglement climatique et à la protection de la biodiversité. En voici le texte :
«Un arbre pour le climat. Aujourd'hui, en l'honneur de la COP 21, nous plantons un arbre pour faire comprendre que les hommes détruisent la Terre. La COP 21 est une réunion qui rassemble beaucoup de chefs d'états. Ils doivent se mettre d'accord pour trouver des solutions pour que la température de la Terre n'augmente pas de plus de 2 degrés. Cet arbre ne peut sûrement pas sauver la planète, mais si tous les gens du monde entier le font, peut-être que cela pourra réduire les dégâts. Les hommes inspirent de l'oxygène (O2) et recrachent du gaz carbonique (CO2), or les arbres font l'inverse, et donc, purifient l'air qu'on respire.
Donc, si les arbres disparaissent, il y aura davantage de gaz carbonique dans l'air, ce qui provoque le réchauffement climatique et par conséquent davantage de catastrophes naturelles (tempêtes, inondations, sécheresse, canicule …). Les arbres servent aussi à absorber l'eau, tenir le sol (les dunes sur les côtes) et à éviter les avalanches. Les forêts abritent beaucoup d'animaux, plantes et peuples qui pourraient disparaître. Le bois est essentiel, il sert à se chauffer, construire des maisons, des meubles, fabriquer du papier… Les forêts sont sources de nourriture et de travail pour les hommes. On peut donc couper des arbres mais à condition d'en replanter pour éviter la déforestation. Vous aussi vous pouvez planter un arbre chez vous, comme nous, pour aider la planète et sauver la jeunesse prochaine… alors, Plantez des arbres !».

20 décembre 2015

Les lutteurs vicquois en Aquitaine.


C'est une petite équipe de six lutteurs et lutteuses que les dirigeants Michel et Bernadette Garatens ont accompagnés à la Maison des sports Les Iris, à Lormont, pour un challenge ouvert aux catégories poussins A (jeux de lutte), poussins B-C, benjamins (lutte jeunes) et minimes, cadets, juniors, seniors en lutte libre et gréco.
L'équipe du Club des lutteurs vicquois était composée d'Eva Ricquebourg, Erwan Pineau, Florian Mounic, Maxime Caminade, Loïc Pineau et Thommy Leloutre.
Commentaire du président Garatens : «Résultats positifs mais pas significatifs car manque de lutteurs à partir des minimes» ; pour autant, 7 médailles d'or et 3 médailles d'argent, le CLV et ses 6 représentants de la lutte bigourdane termine 13e sur 18 clubs présents.
«Merci Maxime et Loïc, qui ont arbitré les poussins-benjamins jusqu'à 14 heures, et à Thommy, arbitre régional, qui a officié toute la journée et seul une bonne partie de l'après-midi, suite au départ de l'arbitre national d'Aquitaine».
Infos et photos sur le blog du club (http://clv65.skyrock.com).

19 décembre 2015

Étape bigourdane d'un continent à l'autre.


La famille Lindsay, Rick et Charlotte, leurs 2 filles Pippa (14 ans), Aïdi(10 ans), accompagnées de leur amie Annie Lawson-Carden (14 ans), sont arrivées à Sombrun en juin 2014, et à la fin de ce mois de décembre 2015, reprendront leur envol.
D'un continent à l'autre, d'Australie en Europe, pour un projet au double objectif initial : côté enfants, apprendre le français ; côté parents, préparer le marché anglais pour une entreprise de murs préfabriqués en terre (programmation 2016).Projet rondement mené entre décembre 2013, date de la formulation, mars 2014 pour l'achat de la maison et juin 2014 pour l'arrivée en France! Pippa, Aïdi et Annie étant scolarisées dans des classes de l'ensemble scolaire Saint-Martin, en raison de la «petite structure, d'une équipe éducative mobilisée, attentive à chaque élève» ; et si les filles ne parlaient pas français en arrivant, les professeurs eux s'étant remis à l'anglais en préparant des cours adaptés, «apprentissages et échanges très constructifs». 
Ghislaine Bouyssou, enseignante, et Corinne Montaru, chef d'établissement, soulignent la participation des parents Rick et Charlotte pour faire connaître l'Australie :des perspectives de prolongations comme l'appariement ou jumelage entre deux établissements.
Ici et là-bas. Occasion pour Rick de comparaisons ; ainsi, l'enseignement aux coûts d'études supérieures élevés en Australie (des établissements privés de 6.000 à 20.000€ par an) ; dans un pays à l'économie qui s'appuie sur l'agriculture, l'industrie minière et le tourisme, les filles envisagent d'être kiné, vétérinaire ou dans une profession avec des chevaux. 
Les Lindsay, d'un pays «très grand et très vide», ont particulièrement apprécié «l'image de la commune rurale française, de la communauté de village», et au rang des produits de gastronomie, «le fromage de brebis, le confit, le pain...». Puis des liens ont été tissés avec de nouveaux amis ; si la famille n'est pas accro aux autoroutes informatiques mais plus à l'écriture (quasiment de la calligraphie sur les cahiers de cours des filles !) et au courrier papier, les enveloppes aux timbres anglo-saxons dans un sens et français dans l'autre devraient transiter nombreux.

18 décembre 2015

Club Regain : goûter et loterie de Noël.


Après-midi cadeaux salle de l'Octav au Centre multimédia où le bureau du Club Regain, autour du président Pierre Battaglin, réunissait les adhérents pour le goûter de Noël. 
Au programme : goûter jalonné de séquences danses au rythme d'un duo de musiciens ; distribution de chocolats à tous les adhérents et tirage de la loterie de Noël avec pas moins de 35 lots dans la «hotte». Une dotation dont la composition est confiée à Anne-Marie B. devenue experte ; exposés sur la scène, les lots étaient distribués au fur et à mesure du tirage. Parmi les gros lots, une centrale vapeur, une trancheuse, des coffrets gourmands ... 
Parmi les gagnants, Arlette de Tarbes, Anne-Marie, Michèle... Le Club Regain va marquer la trêve des confiseurs pour laisser la place aux réunions de famille qui marquent les fêtes de fin d'année; alors à l'année prochaine pour d'autres festivités.

Bienvenue aux nouveaux arrivants.


Andrest, deuxième commune après Vic, le chef-lieu de canton, peut s'enorgueillir d'être attractive à plus d'un titre, avec de nouveaux résidants (particuliers et entreprises). Cette année, une vingtaine de nouveaux Andrestois, qui ont été invités par l'équipe municipale autour de Francis Plénacoste, équipe à laquelle s'était jointe Chantal Cassou, présidente de l'association de l'Accueil des villes françaises, l'AVF Vic. Plus de la moitié de ces nouveaux concitoyens, sensibles à l'invitation , ont participé à la réception de bienvenue et d'autres se sont excusés. Parmi les accueillis, Richard Susini, de l'imprimerie Rotative Service Impressions, et Eric Fernandez pour l'entreprise Camping-Car 65 (réparation, vente véhicules d'occasion, entretien et dépannage).
Des mots de bienvenue, Francis Plénacoste présentant la commune en s'appuyant sur un diaporama, alors que la présidente d'AVF présentait les activités de l'association ; des cadeaux avec un livret d'accueil et plan de la commune, et puis un «pot» partagé, des échanges, du lien créé en un mot.

17 décembre 2015

Une communauté éducative mobilisée.


Suite aux attentats du 13 novembre à Paris, la communauté éducative du Lycée Jean-Monnet s'est mobilisée. De Christophe R., conseiller principal d'éducation au lycée d'enseignement général de technologie agricole et forestière, le Legtaf Jean-Monnet.
«Conseiller principal d'éducation (quèsaco ce truc encore)… en plus, dans ce lycée, nous sommes deux, un homme, une femme…pas kamikazes, mais professionnels… Enfin, nous l'espérons». Nous recevons ces photo et texte nés après les attentats terroristes à Paris.
«Il n'y a pas eu d'obligation à faire ce que nous avons fait, ce petit hommage pour vous faire un signe, un symbole qui ne fait pas tout mais qui reste important. Certains ne l'ont pas fait, très très très peu, mais ils en avaient le droit et certaines justifications, sans les chercher, qui nous sont parvenues, étaient recevables… Oui, c'est ça la France, la possibilité de ne pas suivre, de ne pas être d'accord ou en accord (les 2 vaches, elles n'ont pas eu le choix,ça, c'est clair) avec Maud, Grégory, Aurélie et Romane, on n'a pas le choix !
Merci enfin aux élèves, aux étudiants d'être ce qu'ils sont (enfin pas toujours…faut pas rêver…), à Rachel et Laurie pour leur proposition, à Grégoire, à ma grande collègue, à Bernard pour la prise d'images et de sons, le montage… Merci aux membres de notre communauté éducative dans son ensemble, un grand merci en ce moment à Latifa Ibn Ziaten, Dounia Bouzar, Sophia Aram, à Zebda, à Jean-François Bayard, Karl Lagerfeld, Philippe de Villiers (non là je déconne )… Pierre Bourdieu, Philippe Meirieu, et tant d'autres, d'exister ou d'avoir existé; oui la France est riche… notre République.»
La suite sur (https://youtu.be/ChJXRqfeuCU), (http ://194.254.27.242/video/PrayForParis.avi).
..

Une Sainte-Barbe exceptionnelle.


À Andrest, l'édition2015 de la fête des pompiers revêtait un caractère exceptionnel à plus d'un titre. Déjà pour le lieutenant Jacques Carrère qui, selon les termes de son successeur, le lieutenant Fabien Cayret, pouvait afficher «trente-cinq ans de boutique, pratiquement vingt de chef de centre, de nombreuses années au sein de l'union départementale des sapeurs-pompiers volontaires, une carrière complète, opérationnelle, depuis le sapeur jusqu'à l'officier ; fonctionnelle aussi en tant que chef de corps du temps du corps communal d'Andrest avant d'être chef de centre après la départementalisation des services de secours (…)» et s'inscrit autant dans l'histoire d'Andrest que dans celle de ce grand service public de proximité, modèle et exception français. 
La présence de personnalités venues rejoindre le lieutenant Cayret, le sergent-chef Nicolas Guth, qui assumera les fonctions d'adjoint au chef de centre au poste laissé vacant par Jacques, au 1er janvier 2016, ainsi que Jean-François Combescot, adjoint au maire d'Andrest retenu par un deuil familial — le colonel Patrick Heyraud, directeur départemental du Service d'incendie et de secours (SDIS 65) ; le commandant Michel Brousse, président de l'union départementale ; Bernard Poublan, conseiller départemental et président du conseil d'administration ; des chefs de centre du Val d'Adour — donnaient la mesure de l'événement et du salut voulu par les pompiers à leur collègue.

16 décembre 2015

Le Val d'Adour se réveille en sursaut.


D'une semaine à l'autre, c'est une étonnante bascule qu'a opérée tout le Val d'Adour ou presque. Conquis indiscutablement par le Front national au soir du premier tour, le nord du département a massivement porté la socialiste Carole Delga à la présidence de la région. Rien d'extraordinaire en somme en ces terres de gauche. Sauf que la percée historique du Front national la semaine dernière a sérieusement ébranlé les certitudes politiques locales.
Arrivé en tête sur les deux cantons du nord dimanche, le Front national n'a guère transformé cet essai lors d'un second tour marqué par un sursaut civique d'abord (près de 1.000 votants supplémentaires en une semaine sur le canton Val d'Adour/Rustan/Madiranais), républicain ensuite. Malgré la participation, Louis Alliot ne gagne que 374 voix sur le canton de Vic-en-Bigorreet à peine plus au nord du département. Une progression nettement freinée qui se traduit au niveau des communes. Quand dix d'entre elles avaient propulsé le FN en tête au premier tour, sur le canton de Vic, dont son chef-lieu, il n'y en a plus aucune ce dimanche. Partout, le Parti socialiste arrive en tête, à l'exception d'Oroix et Villenave-près-Béarn, irréductibles villages à droite. Dans le territoire Val d'Adour/Rustan/Madiranais, huit communes ont réaffirmé leur préférence au FN : Ansost, Gensac, Hères, Laméac, Lescurry, Moumoulous, Ségalas et Soublecause. Nettement moins qu'au premier tour où FN et PS étaient au coude à coude. «Par rapport aux départementales, ce n'était pas une surprise de voir le FN à ce niveau, avoue Christiane Autigeon, conseillère départementale élue au printemps. C'est au-delà de la sonnette d'alarme. Ce sont des gens déçus, souvent des jeunes, qui adhèrent à ce credo, qui veulent essayer, même pour un mandat. Ils s'estiment laissés pour compte, galèrent de plus en plus, sont déçus et donc essaient autre chose. Aujourd'hui, je suis soulagée et heureuse pour Carole Delga qui saura être à l'écoute de nos territoires ruraux, mais aussi contente pour les citoyens de la région. La voir au FN, ça faisait mal. Je suis ravie mais il ne faut pas faire la sourde oreille et agir, en allant vers ces citoyens en souffrance.»

Le PS fait coups doubles

Cette fois, les socialistes engrangent 32 communes sur 42, fort d'un important report de voix des écologistes et des autres dissidents de gauche et d'un élan citoyen qui a naturellement favorisé l'ancrage historique de ce territoire. Carole Delga double ses voix sur le canton le plus au nord ; sur celui de Vic, les socialistes font mieux encore, ajoutant près de 1.450 voix à leurs 1.181 suffrages initiaux, soit une progression de 122 % dans l'entre-deux-tours ! «Sur Vic, la mobilisation a été importante et la gauche l'emporte assez facilement, commente le maire Les Républicains de la commune, Clément Menet. Néanmoins, les socialistes n'atteignent pas la majorité absolue. Cela traduit un affaiblissement dont ne tirent pas profit Les Républicains, à cause de la montée du FN. Cela montre l'urgence absolue de refonder notre offre politique avec une ligne plus claire, une meilleure présence et l'affirmation d'une politique de droite. Sept régions gagnées par la droite, c'est une victoire en demi-teinte. Au final, personne n'a vraiment perdu et je crains que cette issue ne nuise à ce renouvellement de la vie politique.»

15 décembre 2015

Concert de roc à L'OCTAV!

La fillette a cru se faire enlever.


Rebondissement inattendu dans l'affaire de la tentative d'enlèvement à Pujo : la fillette de 9 ans qui avait été abordée par un homme mercredi entre 11 h 30 et 11 h 45 entre l'école et son domicile à Pujo, au niveau de la boulangerie, a «mal interprété le comportement de cette personne» selon le vice-procureur de la République de Tarbes. Vendredi à 16 heures, un homme s'est présenté spontanément à la gendarmerie de Vic-en-Bigorre, suite à la diffusion du portrait-robot élaboré par les gendarmes à partir des éléments recueillis lors du témoignage de la fillette. Dans la foulée, il a été placé en garde à vue. Dès le début de l'audition, l'homme a nié toute tentative d'enlèvement. Les enquêteurs ont confronté les déclarations de l'homme et celles de la fillette qui l'avait accusé.
L'homme a reconnu avoir rencontré la fillette mercredi midi à la sortie de l'école, alors qu'il venait d'acheter du pain, au niveau de la boulangerie. Pour ce qui est du lieu et des horaires, les déclarations de la fillette et de l'homme se recoupent. Sauf que les points de convergence s'arrêtent là. «Il lui a simplement dit bonjour et a engagé la conversation normalement» indique le parquet de Tarbes.
Au fil des heures, les gendarmes se sont rendu compte que «la fillette s'était méprise sur les intentions de ce monsieur. On ne peut pas vraiment dire qu'elle ait affabulé. Elle avait reçu une mise en garde de ses parents pour ne pas discuter avec des personnes rencontrées sur son chemin» précise encore le parquet de Tarbes. L'homme qui avait été placé en garde à vue, a été innocenté et remis en liberté dans la foulée. Si l'affaire a été classée sans suite, le parquet regrette que les déclarations de la fillette «portent sérieusement préjudice à une personne innocente». La fillette avait déclaré à ses parents puis aux gendarmes que l'homme l'aurait prise par le bras pour l'emmener et qu'elle se serait libérée de son emprise en lui donnant des coups de pied, avant de s'enfuir chez elle en courant.
Jeudi, sur la base des déclarations de la fillette, les enquêteurs de la gendarmerie avaient élaboré un portrait-robot et avaient lancé une enquête d'environnement sur Pujo et ses alentours à la recherche d'éventuels témoins ou personnes qui auraient reconnu l'agresseur potentiel. Faute d'indices suffisants, et pour se donner le maximum de chance, la gendarmerie, sur autorisation du parquet, avait lancé un appel à témoin et avait largement diffusé le portrait-robot dans les médias.

14 décembre 2015

Résultats des élections régionales 2015 à Vic en Bigorre

Elections régionales - HAUTES-PYRENEES

VIC-EN-BIGORRE
Inscrits :
3.795
Votants :
2.124
55,97%
Exprimés :
2.025
Blanc/Nuls :
99
Abstentions :
1.671
44,03%
Voix%
Reynié (UD)
467
23,06
Delga (UG)
904
44,64
Aliot (FN)
654
32,30
Résultat du 06/12/2015: I: 3.795, V: 1.779, E: 1.682. Liste Reynié (UD): 328 (19,50%), Liste Delga (UG): 425 (25,27%), Liste Martinez (EXD): 12 (0,71%), Liste Cavard (ECO): 30 (1,78%), Liste Fabre (DVG): 8 (0,48%), Liste Hirimiris (Div): 17 (1,01%), Liste Saurel (DVG): 29 (1,72%), Liste Aliot (FN): 514 (30,56%), Liste Onesta (VEG): 171 (10,17%), Liste Lempereur (DL): 91 (5,41%), Liste Torremocha (EXG): 57 (3,39%).


Résultats des élections régionales LRMP

...

13 décembre 2015

Votez !


Ne pas voter affaiblit et peut même détruire la démocratie.

Regain ouvre le calendrier festif.


Si, au bout des 25 cases du calendrier de l'Avent, la fête est surtout celle des enfants, c'est la génération des aînés du club Regain qui a donné le signal des festivités qui vont jalonner le mois de décembre. Avec ce premier rendez-vous convivial qu'est le repas de l'amitié, l'équipe autour du président Pierre Battaglin reconduit un moment de partage gourmand et dansant.
En effet, le rendez-vous dominical prend des allures de thé dansant, dès midi, avec un apéritif dansant rythmé par un orchestre. Plus de 150 convives autour des tables dressées salle de l'Octav, au centre multimédia ; un menu digne d'un réveillon anticipé pour les fines bouches et sur la piste, la succession d'airs d'un répertoire à danser à deux ou en ligne, couvrant des décennies de succès. Années «60» et «70» en vedette pour l'ambiance «Regain» !
Dire que le club Regain est né en 1977, c'est rappeler que la fête des 40 ans est en ligne de mire pour 2017.

12 décembre 2015

Les élus de l'opposition vicquoise réagissent.


Elections régionales

«Les élections régionales ont engendré un vote important pour le Front national. Ce parti promet le meilleur, tout en masquant ses intentions antidémocratiques, racistes. Il n'œuvrera pas pour une région proche des citoyens, ouverte à l'économie de territoire, à la protection des plus faibles. Il met en danger par exemple nos lycées, nos modes de transport, notre vie tout court, cette vie que nous souhaitons tous la plus heureuse possible pour nous et nos enfants.
Il promet un faux bonheur aux plus démunis, aux déçus des partis politiques. Bien sûr, le quotidien est difficile, mais ne cédez pas à ces faux messages, à cette peur de l'avenir que ce parti alimente. Il va nous entraîner dans un monde sans la protection des plus fragiles, des plus pauvres, sans la protection des acteurs de l'économie, contrairement à ce qui est annoncé.
Nous vous invitons à privilégier un vote anti-frontiste vers la liste majoritaire menée par Carole Delga dans notre région qui, avec votre force de conviction, et ou de contestation, respectera les libertés publiques, les libertés individuelles.
La peur n'engendre pas le bonheur. C'est l'action qui détermine les vrais choix, et le Front national cache habilement son programme d'extrême droite qui nous a valu bien des déboires dans le passé.
Nous vous invitons à être les acteurs de votre futur en refusant ce noir message, et en votant contre le Front national pour éviter qu'il ne dirige demain notre quotidien.»

11 décembre 2015

MARCHÉ DE NOËL ASSOCIATIF CE VENDREDI.


À ne pas manquer avant de clôturer les achats de Noël pour petits et grands : le marché de Noël associatif, vendredi 11 décembre, de 10 heures à 17 heures, hall d'accueil à l'hôpital des Acacias. L'association des Amis d'hier et d'aujourd'hui et l'équipe de l'hôpital disposent sur des stands de fête des objets fabriqués par les résidents, le personnel et les bénévoles associatifs : objets et accessoires décoratifs, utiles, travaux d'aiguilles et arts créatifs à nuls autres pareils mis à la vente. Stands gourmands aussi avec vente de pâtisseries (gâteaux, biscuits, crêpes…) et confitures maison. à 15 heures, un goûter animé par un accordéoniste réunira bénévoles, créateurs, artistes et visiteurs.
Le produit des ventes lors du marché de Noël va à des projets pour le bien-être des résidents, projets auxquels l'association participe au côté de l'équipe d'animation de l'hôpital.
JP

10 décembre 2015

Vague frontiste dans tout le Val d'Adour.


Ce n'était pas un feu de paille. Les départementales (et les européennes avant elles) avaient déjà annoncé la couleur. Bleue à l'extrême. Présent au second tour des départementales sur le canton Val d'Adour-Rustan-Madiranais où il avait bien failli réussir le doublé au nord de la Bigorre (il ne manquait qu'une poignée de voix sur le canton de Vic au duo Masselin-Grieco pour se maintenir), le Front national s'ancre désormais durablement dans le paysage politique local, où il reste cependant jusqu'ici privé de représentations dans les exécutifs territoriaux.
Sur le canton de Vic, la liste de Louis Aliot recueille 29,18 % des suffrages, devant des socialistes habitués à jouer les premiers rôles jusqu'alors sur ces terres. Le FN rafle même 10 communes sur les 22 du canton, s'imposant parfois sur des bastions d'extrême… gauche comme Andrest, Aurensan ou Sarniguet. La liste radicalo-socialiste s'arc-boute néanmoins sur autant de communes, tandis que Dominique Reynié, à la traîne, ne s'illustre qu'à Oroix et Pintac. Même sur Vic, enfin, où les cartes semblent redistribuées récemment à la faveur de la droite, la liste Reynié peine, à près de 200 voix d'un FN en tête, loin devant Carole Delga. «Ces résultats sont dans la droite ligne des précédents scrutins, note le maire Les Républicains Clément Menet, candidat à la présidence départementale du parti. 
Ces élections sont conformes à cette tendance forte sur le canton. Cette dynamique implique une remise en question profonde pour notre mouvement. On verra bien en fonction des reports de voix, mais ce score appelle une remise en question pour répondre de manière crédible aux attentes des Français et comprendre ce phénomène de plus en plus affirmé. Les gens ne votent pas tous en faveur du FN par colère. Une partie le fait par adhésion.»
Un vote FN qui s'est répété sur le canton Val d'Adour-Rustan-Madiranais où le parti avait déjà créé la surprise au printemps. Pour moins de 30 voix, l'extrême-droite devance le mouvement PS/PRG. Le FN arrive en tête sur 24 des 43 communes, essentiellement des villages, mais aussi dans des communes plus importantes comme Rabastens. Une tendance appelée à se répéter ce dimanche. À moins que la moitié de l'électorat absent des urnes ce week-end ne bouleverse ces nouveaux équilibres.

Économie sociale et solidaire : première.


Le samedi 28 novembre dernier, a eu lieu la première journée Economie sociale et solidaire initiée par le conseil de développement du Val d'Adour.
Quelques exposants étaient réunis dans la salle du centre culturel animée.
Odile Despert a présenté la journée et les objectifs. Jean-Louis Guillaumon, président du pays du Val d'Adour, parle de journée remarquable au niveau du territoire et émet un souhait, «celui de faire naître des solutions nouvelles et des ressources innovantes. Il faut faire évoluer cette thématique. Il prodiguera remerciements et encouragements en rappelant le contrat régional unique».
Dans la salle, deux clowns, Estime et Espoir, ont raconté «leur chantier» et on fait couper le ruban d'inauguration. Sur scène, les élèves du collège de Marciac ont apporté la note musicale jazzy.
Une table ronde, un autre moment musical, ont ponctué la journée qui aurait mérité un public plus large.

09 décembre 2015

Restos du cœur : une équipe engagée.


Alors que la 31e campagne nationale depuis la création des Restos du cœur était lancée sur le territoire, l'équipe de l'antenne de Vic autour de Brigitte commençait la campagne d'hiver ; car il faut savoir qu'il n'y a pas de saison pour la précarité, et donc l'équipe de bénévoles de l'antenne locale est active toute l'année. Des bénévoles de Vic et des alentours, à l'image des 53 familles de tout le nord du département inscrites en ce début de campagne (l'autre antenne du secteur Val d'Adour hors celles de Tarbes et du sud des Hautes-Pyrénées étant celle de Bordères). 
Avec Brigitte D., Yvette D. et Clara B., qui font figure de vétérans, des fidèles et de nouveaux bénévoles investis dans l'aide à leurs concitoyens, démunis et dans une précarité ponctuelle ou de plus longue durée. Ainsi, Simone D., Maryvonne S., Patrice G., Patrick J., Patrick C., Véronique P., Annick L., Aurore D., Marie-Paule R., Marie-Chantal B., Manon D., Jean-Paul B., Julie A. ; et puis Joëlle et Jean-Yves B. (celui-ci ayant peint le portrait de Coluche), et le renfort d'Annie R. et Hervé G. de l'antenne de Tarbes, la benjamine de l'équipe étant Stéphanie V. (18 ans), qui suite à une action en milieu scolaire, s'est engagée personnellement. 
Les Restos du cœur ? Depuis l'appel de Coluche il y a trente ans, un élan fédérateur et renouvelé de bonnes volontés de tous milieux et de tous âges ; à l'antenne de Vic, une équipe soudée, «qui s'entend bien», opérationnelle les jours d'accueil et de distribution, et à l'œuvre d'autres jours pour un ensemble de tâches, administratives bien sûr, de logistique depuis la collecte jusqu'au stockage. Informations pratiques. Les inscriptions ont lieu aux jours et horaires suivants : le mardi, de 14 heures à 16 heures pour les inscriptions ; le jeudi, de 14 heures à 17 heures pour la distribution ; téléphone d'urgence hors permanences : 05.62.31.61.56, laisser un message avec des coordonnées pour être contacté.

08 décembre 2015

Vic se replace.


Un match prolifique en essais (12 au total) et qui aura réchauffé le cœur des supporters vicquois après la déconvenue du forfait de la II en ouverture.
C'est surtout la première mi-temps des «bleu et blanc» qui a été emballante. Le ton a été donné très vite par le capitaine Lopez qui, outre ses initiatives personnelles, a distribué le jeu avec intelligence. Avec un pack dominateur, qui a contrarié les visiteurs en touche et les a fait reculer en mêlée, l'USV a pu étaler ses qualités en attaque.
Si 3 des 4 essais ont été marqués par des avants, dont 2 de Cabanne en position d'ailier, les lignes arrière ont su créer du danger grâce notamment aux franchissements de Ferrer ou aux relances de Mathet ; et comme Vergez réussissait toutes les transformations, le score a vite enflé. Après la pause, le bilan est plus contrasté : c'était un peu la journée «Portes ouvertes» des deux côtés.
Rieumes a eu le mérite de se remettre dans le match avec les qualités de son ouvreur Duroueix, de son capitaine Bouchard ou encore du solide centre Conduché. Côté vicquois, certes, on a marqué 4 essais supplémentaires, mais on en a aussi encaissé 4 ! Dans ce jeu un peu «foufou», les acteurs ont sans doute pris du plaisir ; pas sûr en revanche que les coachs aient été satisfaits de tous les placages manqués. Mais le principal, c'est cette belle victoire bonifiée qui replace Vic dans le top 4 de la poule, à égalité de points avec le 3e, Gimont.
Après 3 succès consécutifs, Vic peut envisager la passe de 4, dimanche prochain, contre le FCTT.