31 mars 2016

Ils veulent valoriser le madiran.


Un grand colloque va se tenir à Lembeye (Pyrénées-Atlantiques), le 1er avril prochain. Un colloque destiné à définir l'avenir et les enjeux nouveaux du vignoble du madiran.



La journée de travail qui sera organisée à Lembeye (64) risque fort d'être chargée. Ce premier colloque organisé autour du vin de madiran est une première et affiche d'emblée ses ambitions : «Il s'agit de définir l'avenir du vignoble et les enjeux principaux pour le développement de ce territoire, et bâtir les fondations d'une démarche collective qui réunira vignerons et acteurs publics, affirmait Michel Chantre, le président de la communauté de communes de Lembeye. Cette journée a été organisée par la communauté à la demande de l'interprofession».



Un petit rappel : le vignoble est à cheval sur deux grandes régions (Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées), sur trois départements (Hautes-Pyrénées, Gers, Pyrénées-Atlantiques) et s'appuie sur pas moins de 37 communes. Il s'agit de préparer un projet ambitieux pour que le madiran ait une lisibilité optimale dans tous les secteurs concernés : «Au cours de ce colloque, les partenaires du territoire du madiran, vignerons, mais aussi institutionnels et acteurs économiques, aborderont l'ensemble des questions liées à son développement, en particulier le développement économique, l'œnotourisme, le logement et l'emploi (par la venue des saisonniers entre autres) et l'installation des jeunes».
Pour faire concret, il s'agit de mettre en valeur le madiran, tant au niveau vin qu'au niveau territoire. «Le madiran, c'est la tête de gondole du territoire», lançait le député David Habib. Les actions concrètes ont déjà débuté, comme la présence des trois offices de tourisme à la Maison du vin de madiran. «Ce projet de développement économique sur plusieurs fronts doit réunir l'intégralité des acteurs territoriaux.» Plus de 200 personnes sont attendues pour participer à cette journée.

Étendre le vignoble

Les vignerons, premiers acteurs du développement, sont bien conscients d'être en première ligne. Ils songent, pour les actions concrètes à développer, à l'installation de jeunes, les futurs vignerons du terroir. Ils songent aussi à étendre le vignoble : «Aujourd'hui, 1.700 ha sont plantés. Il y en a 6.000 de «plantables», on a donc de la marge». C'est d'autant plus faisable que 70 % des vignerons sont aussi des agriculteurs en poly-activité. Autre atout : il y a deux appellations en madiran : madiran et pacherenc.

Le chiffre : 37

Communes >Madiran.                                                                            Hélène Dubarry

30 mars 2016

Projet pâtisserie pour les élèves de 3e.


Un itinéraire de 8 semaines pour les élèves de 3e prépa pro engagés dans un projet pâtisserie à l‘initiative Florence Laffont, professeur de français, histoire-géo, qui a fédéré Marie-Laure Grèzes, professeur de maths et sciences physiques, ainsi que leurs collègues Jérôme Coelho, Rodolphe Lauzier , l'équipe pédagogique de la cité scolaire Pierre-Mendès-France, avec l‘intervenant professionnel Bruno Chaintrier, professeur de cuisine au lycée professionnel Pardailhan d‘Auch. C‘est ainsi que Chloé, Inès, Mélanie, Evan et Théo ont eu l‘occasion de découvrir un métier de bouche dans les différents aspects théorique et pratique. 

Confectionner des gâteaux tels que tartes au citron, petits choux, éclairs, Paris-Brest individuels, pour ne citer que ceux-là, c‘est s‘inscrire dans l‘acquisition d‘un ensemble de compétences qui vont bien au-delà de la réalisation culinaire, de la production pâtissière. 

Aspect mathématique et calcul avec proportions des ingrédients, les coûts (recettes, prix d‘achat, prix de vente...) ; vocabulaire, règles d‘hygiène, communication et promotion de la production, présentation... Du reste, le rendez-vous du vendredi pour la dégustation, à laquelle participent avec délectation les équipes pédagogique et de direction, témoigne de la qualité du projet.

Motivation et soutien

Le chef Chaintrier appréciera le projet «bien ficelé, bien réfléchi», avec des moyens mis à disposition tant en approvisionnement et matériel (y compris donc la cuisine de l‘établissement avec ses équipements), qu‘en investissement des enseignants : «On sent qu‘il y a une belle équipe». Pascal Touzanne, proviseur, et Jérôme Blanc, directeur délégué aux enseignements technologiques et professionnels, soulignant que ce projet s‘inscrivait bien dans la découverte professionnelle, appréciaient l‘investissement des élèves.

Concert et tribunes d'expressions

.....

29 mars 2016

«L'Échez est en mauvais état écologique»

.....

Deux soirées badminton hebdomadaires.


En démonstration aux Jeux Olympiques de Séoul en 1988, sport olympique depuis Barcelone en 1992, le badminton pourrait être né en Amérique latine il y a deux millénaires, mais plus sûrement, le badminton d'aujourd'hui est issu d'un jeu pratiqué en Angleterre au Moyen Âge et codifié fin du XIXe siècle par des officiers anglais rentrant des Indes où ils avaient observé (et sans doute joué) le jeu de «poona» ! Dire que la fédération internationale a été créée en 1934, avec plus de 100 millions de pratiquants comptabilisés aujourd'hui ; que des instances françaises ont été reconstituées en 1979 et que plus de 180.000 licenciés y sont adhérents, c'est dire que les 35 adhérents de l'association accueillie à Artagnan pratiquent un sport populaire. La participation du club au Forum des associations à Vic, en septembre 2015 ayant contribué, à élargir sa notoriété.
Des objectifs simples : «faire mieux connaître encore ce sport facile d'accès, dans une ambiance amicale et conviviale, toutes générations confondues». Et de fait, les mardis et vendredis, à partir de 18 heures jusqu'à 20 h 30-21 heures, de chaque côté des filets, se retrouvent indifféremment, adultes et enfants, garçons, hommes, filles, femmes, dans un esprit sport-loisirs plus que sport-compétition. Le meilleur moyen pour s'informer ? Aller sur place, salle des fêtes à Artagnan, aux jours et heures de pratique, il y aura toujours une raquette, un volant et un guide pour quelques échanges. La cotisation annuelle est de 20 € pour les adultes, 10 pour les enfants.

Basket : des minimes en bonne voie.


Des petites «bleues» que leurs aînées du BCV, Sandra Ducasse et Alice Marot, accompagnent et coachent dans un parcours parfois difficile mais toujours dans la volonté de bien faire et progresser. L'équipe des minimes filles s'est constituée au fil de la saison. Composées de 70 % de débutantes, elles ont réussi à faire preuve d'un «véritable esprit collectif, n'ont pas baissé les bras malgré les défaites». Un état d'esprit et une pugnacité récompensés lors du dernier match à Ménoni, face à Maubourguet.

Les commentaires : «Enfin ! Une victoire, 49-41, qui témoigne de la mobilisation des filles pour ce derby classique ! Face à leurs homologues venues à 7, les filles d'Alice et Sandra ont montré une équipe soudée, de l'agressivité tant offensive que défensive et un jeu collectif bien ficelé. Ce match leur a permis de mesurer leurs progrès depuis le début de l'année et de se remotiver. On continue comme ça les filles».
Et puis, «un grand merci à Véro, maman d‘Océane, pour le petit mot écrit aux filles avant le match» ; une attention «boostante».

28 mars 2016

Boucan d'enfer autour du concert de LEJ à Vic-Bigorre.


Le jeune trio, révélation de l'année, se produira à Vic le 6 mai devant 800 spectateurs… et non pas devant 2.300 personnes, soit le nombre de billets initialement vendus !
Après Cats on trees, après Boulevard des airs, la venue de LEJ, le 6 mai prochain, devait être l'événement de la saison culturelle de l'Octav, la salle multimédia de Vic-en-Bigorre. Un joli coup donc, lorsque le contrat avait été signé, à travers un producteur connu de la structure. «Nous avons une mission de service public et donc un souci d'éclectisme, avoue Pascal Paul, le président de l'Octav, émanant de la communauté de communes. LEJ nous permettait de toucher un public plus jeune.»
Sauf que depuis, la vague du succès qui a déroulé depuis Lacanau via les réseaux sociaux a transformé le rafraîchissant trio de jeunes filles en véritable tête d'affiche, placé sous la bienveillance de Live Nation qui produit, entre autres, U2, Madonna ou les Stones… Une notoriété grandissante qui fait bondir les ventes pour la date vicquoise, jusqu'en début décembre où la salle est déjà complète et les ventes stoppées. Malgré les tensions politiques qui agitent la mairie de Vic et sa communauté de communes, un accord est trouvé pour déplacer l'événement sous la halle, afin de satisfaire à la demande. «On a interrogé le producteur avec qui nous avions contractualisé qui s'est rapproché de Live Nation, détaille Pascal Paul. Nous avons eu finalement un retour favorable par mail, à condition d'équiper la halle. Nous avons fait venir un ingénieur son pour numériser l'édifice, ce qui représentait un surcoût important. Mais même si l'on ne gagnait pas davantage d'argent, c'était l'occasion de braquer les projecteurs sur Vic.»
1.300 réservations sont déjà enregistrées lorsqu'un mail émanant de Live Nation encourage l'équipe de l'Octav à poursuivre la campagne. Puis, mi-janvier, rétropédalage. Un nouveau mail informe les organisateurs de la tenue du concert à l'Octav, devant seulement 800 spectateurs. «L'après-midi, nous avions une réunion avec les équipes techniques municipale et intercommunale pour préparer le concert. On a même travaillé sur une nouvelle hypothèse, un concert en plein air, place Corps-Franc-Pommiès, avec un dispositif dédoublé en termes d'accès, de sécurité, de sonorisation. On avait même prévu de faire venir la scène annexe des Francopholies.»

Un 2e concert en juin ?

Mais c'est toujours niet pour la société de production qui campe sur les positions du contrat signé avec l'intermédiaire initial. «Car sur le nôtre, il n'y avait même pas de jauge mentionnée», regrette Pascal Paul. Devant cette impasse, l'Octav sollicite directement le trio d'artistes, alors que l'affaire enfle sur Facebook. En début de semaine, un communiqué «signé» des jeunes musiciennes est publié (lire ci-dessus). «On avait vendu 2.300 places, soit le plus bel événement jamais organisé sur Vic, avec un consensus et un élan au-delà des tensions politiques et tout un tas d'animations autour du concert. On a le moral au fond des chaussettes. Ça fait des mois qu'on bosse là-dessus. Ailleurs, ça ne les gêne pas de faire des salles à plusieurs milliers de spectateurs. Pourtant, la culture ne doit pas être réservée aux grands centres urbains.»
Seules les places éditées à l'Octav seront acceptées le soir du concert. Les déçus et remontés qui ont réservé via internet seront remboursés. Néanmoins, l'Octav a ménagé une porte de sortie pour dénouer ce psychodrame, en invitant LEJ pour un nouveau concert, le 25 juin, dans le cadre du festival Zicavic. Proposition hier encore sans réponse.

LEJ se défend

Le refus des LEJ de se produire sous la halle a entraîné la colère de nombreux fans. Le groupe (et sa boîte de production) s'est défendu dans un communiqué : «Ce concert a (initialement) été prévu à l'Octav, et cela doit rester à l'Octav.Il est impossible d'obliger un groupe à changer de salle dans un but financier ou politique. Le contrat a été signé pour une petite salle d'une capacité de 800, car le groupe souhaite, sur cette première partie de tournée, être au plus près de son public. Il n'est ici nullement question de célébrité ou de gain financier pour nous, au contraire. Nous ne pouvons simplement pas nous laisser emporter par une pression politique et/ou financière. Il n'y a eu aucun accord pour changer de salle, mais les places ont continué à se vendre en dépit des avertissements et du contrat signé. Il est inconcevable que le public, Live Nation et le groupe LEJ soient otages de cette situation» (sic).

27 mars 2016

JOYEUSE PAQUES.

L'industrie ouvre les portes de la classe.


La semaine de l‘Industrie organisée en partenariat avec la chambre de commerce et d‘industrie de Tarbes, c‘est l‘occasion pour des entreprises d‘ouvrir leurs portes aux collégiens et/ou lycéens qui peuvent ainsi découvrir l‘environnement professionnel et les métiers qui y sont exercés. 
En ce mois de mars, pour la 6e édition de cette animation, Denis Lafargue, professeur de technologie au collège de la cité scolaire Pierre-Mendès-France, a conduit une classe de 4e sur le site de la société Sela, dont Laurent Abadie est le président-directeur général. 
Pour mémoire, l‘entreprise spécialisée dans l‘éclairage intérieur des avions d‘affaires, des cockpits d‘hélicoptères, du TGV, des yachts ... est des mieux placées sur l‘échiquier mondial, et même leader sur une innovation : le projet CLEMATIS®. C‘est dire que la présentation et la visite de l‘entreprise pendant une heure trente, guidée par Laurent Abadie, étaient de l‘ordre du privilège et de l‘exceptionnel. Séquence projection avec présentation de la Bigorre Aerospace Corporation aux USA, du marché de la Sela, de ses produits et ateliers de fabrication. 
Ainsi, sur le projet CLEMATIS® qui consiste à faire de l'événementiel dans une cabine avion, le chef d‘entreprise indiquait : «Votre smartphone peut déclencher une simulation de visite de Paris en Bateau-Mouche® : sur les côtés de la cabine avion sont projetés les images des monuments de Paris, à l'avant vous verrez les images vues de l'avant du bateau et sur le plafond apparaît un ciel étoilé… Comme si vous y étiez». 
Dans les différents ateliers, Laurent Abadie expliquait les différents travaux réalisés par ses salariés et le niveau de qualifications, avec les diplômes nécessaires pour l‘accès à ces différents postes de travail. Visiblement, de la surprise manifestée par les élèves en découvrant qu‘il existait de tels métiers et surtout une entreprise comme celle-ci à Vic. Vraiment, une visite passionnante dont le professeur remercie le chef d‘entreprise pour le «temps précieux consacré».
Découvrir la Sela, site internet :http://www.sela-light.com/

26 mars 2016

Le lycée Jean-Monnet en actions.


L'établissement public d'enseignement agricole Jean-Monnet a fait de ce mois de mars une vitrine exceptionnelle de son activité et de ses formations à travers la réalisation de Projets d'initiative et de communication (PIC). Des projets qui, du local au national, ont conduit des élèves au-devant de jurys et grand public. 
Les journées «Portes ouvertes» de l'établissement des vendredi 25 et samedi 26 mars, allée des Acacias, complètent un programme avec des étapes Porte de Versailles à Paris pour le Salon international de l'agriculture, au Parc des expositions pour le Salon agricole de Tarbes, à la médiathèque intercommunale Vic-Montaner, à l'hôtel de Journet, salle de l'Octav au centre multimédia, à la MJC de Vic... 
La 3e édition du festival Art Terre autour d'expressions artistiques, du 23 au 25, a permis d'applaudir du théâtre, des cantayres et groupes rock. Une exposition photos donnera à découvrir, ce vendredi, l'émigration basque jusqu'à Saint-Pierre et Miquelon . La crise grecque et les alternatives face à la crise seront présentées à la médiathèque, le 26, de 14 heures à 17 heures.
Ciné-débat samedi 26. À 19 heures, à CinéVic, soirée sur le «projet d'accord de libre-échange et d'investissement entre les États-Unis et l'Union européenne ; un accord transatlantique pour créer le plus vaste marché du monde sans que les citoyens puissent en débattre, alors que leur avenir y sera soumis et lié». Les étudiants ont invité René Castagnon pour animer le débat. Entrée gratuite.

25 mars 2016

Repas de l'Amicale des anciens combattants.


La rencontre annuelle de l'Amicale des anciens combattants d'Afrique du Nord du canton de Vic-en-Bigorre s'est tenue cette année à Siarrouy. Un rendez-vous qui était fixé à midi, au monument aux morts, pour la cérémonie officielle et un dépôt de gerbe. Jacques Stulz, président de l'amicale, a remercié Marcel Claverie et Marcel Abadie, fidèles relais dans la commune, ainsi que Bernard Poublan, maire de Siarrouy, pour son accueil.
Bernard Poublan a souligné le devoir de mémoire en l'hommage des morts pour la France. Suite au recueil, il a proposé un verre de l'amitié offert par la municipalité pour précéder le repas de l'amicale.

24 mars 2016

Un rendez-vous pour ne pas oublier.


à Nouilhan, Artagnan, Pujo, Siarrouy, Andrest, communes qui ont une stèle ou une plaque dédiée apposée sur les monuments aux morts, comme à Vic, en deux sites de mémoire, le comité cantonal de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Tunisie et Maroc, la Fnaca, a célébré le 54e anniversaire du 19 mars 1962, cessez-le-feu de la guerre d'Algérie.
À Vic, après le recueillement devant la stèle dédiée au cimetière, cérémonie au monument aux morts.
En l'absence de Lucien Charignon, délégué communal aux cérémonies patriotiques, c'est le 1er adjoint, Jean-Paul Pène, qui a œuvré au protocole alors que l'adjointe Sylvie Boirie a lu le message du secrétaire d'État. Puis, avec sa collègue adjointe Sidonie Bettoni-Cardouat, elle a entouré le lieutenant Dumanoir, commandant la communauté de brigades, pour le dépôt de gerbe de la municipalité ; la gerbe de la Fnaca ayant été déposée par le président Jean-Claude Marchesin et Modeste Agon.

Une commémoration partagée pour le souvenir.


Le 54e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie a été célébré à Andrest, place de la Libération, devant la stèle dédiée qui fut érigée et inaugurée en 2001, à l'invitation de la municipalité et des anciens combattants sous la présidence du comité cantonal de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Tunisie et Maroc, la Fnaca du canton de Vic . 

Le protocole de la cérémonie annoncé par le lieutenant Fabien Cayret, entouré d'une délégation de pompiers, a vu la lecture des messages officiels nationaux (celui du secrétaire d'État aux anciens combattants et à la mémoire, et celui de la Fnaca) par deux élus municipaux, Magali Poinsot-Dargaignon et Louis Dintrans ; le dépôt de gerbes ayant vu la participation, successivement, du conseiller départemental Bernard Poublan, avec le maire adjoint Louis Dintrans; du président Jean-Claude Marchesin, accompagné d'Anne-Marie Saint-Martin, ancienne maire de la commune avant Francis Plénacoste. 

Au-delà de la commémoration du 19 mars 1962, cessez-le-feu de la guerre d'Algérie, la volonté «d'un monde préservant les valeurs de l'humain».

JP.

Les élèves brillent à Pierre-Mendès-France.


Cette année 2015-2016 voit l'association sportive de la cité scolaire Pierre-Mendès-France particulièrement bien représentée dans les compétitions UNSS tennis. Avec trois équipes engagées qui ont obtenu des résultats remarquables. Certes, l'équipe lycée - Maureen Tessier, Hugo Fontan, Valantin Lasserre et Alexandre Bouvet - s'est inclinée en finale du championnat départemental, mais «après s'être vaillamment battue contre la section sportive du lycée Jeanne-d'Arc». 
Au collège, une équipe établissement - Madeline Mezzacasa, Clara Daulon, Batiste Roussigné, Clément Charron et Théo Fabre - tous joueurs non classés ou 4e série, a décroché le titre de champion départemental au bout «d'une rencontre disputée» face au collège Jeanne-d'Arc. La seconde équipe collège excellence - avec Inès Dupouy, Luc Roussigné, Antoine Saintagne, Mathis Fontan, Thomas Tessier et Mathéo Guillot - a enchaîné les titres : champion départemental et surtout champion d'académie. 
Commentaire de l'équipe des professeurs d'EPS : «Chacun des deux titres a été remporté au terme de rencontres très serrées, à chaque fois grâce à un esprit d'équipe et à une cohésion du groupe remarquable qui a valu aux élèves de s'imposer. Des félicitations donc, et souhaitons-leur bonne chance, puisque la route de nos deux équipes de collégiens continue avec des qualifications au championnat de France contre l'académie de Montpellier».
Arbitrage. à noter qu'en parallèle aux compétitions, trois élèves ont passé des diplômes de jeune arbitre : Luc Roussigné, Mathéo Guillot, Antoine Saintagne (ce dernier a été désigné meilleur arbitre de l'académie et a gagné deux places pour Roland-Garros, et donc l'opportunité de voir les grands champions de très près).

23 mars 2016

Village sportif et multisports.


Ce premier trimestre 2016, à Andrest, c'est «Vive le sport !». On sait les propositions de l'Association Andrest animations (AAA) pour la reprise des festivités sous la bannière du tournoi et repas des Six Nations ; on a pu le constater aux vacances de février, avec la proposition d'un stage multisports réservé, selon l'annonce faite, aux mainats filles et garçons nés de 2004 à 2008. 

Une session de trois jours avec l'association Bigorre Sports 65, qui a rassemblé une dizaine d'enfants, pour des activités multiples, avec toutes les facettes d'une pratique sportive mises en application. Jeux collectifs de balles et ballons de basket, hand, foot, rugby, et ultimate ; jeux de course en relais, sprint ; jeux d'opposition (notamment mouvements de lutte) ; jeux de gymnastique. 

Ambiance sportive et ludique, découvertes d'activités qui conduiront peut-être des petits Andrestois à rejoindre des clubs du Val d'Adour pour une pratique régulière.

Recueilli par J. P.

Bigorcada : embarquement festif.


C'est jusqu'à Escondeaux que l'équipage de la batucada de Bigorre, la Bigorcada, a embarqué la batterie de ses percussions, pour un voyage musical et convivial, à la salle des fêtes du village. Un salut au printemps avec des couleurs et saveurs maritimes : décor de filets de tulle bleu courant sur du sable en chemins de table ; marinières rayées et calots au pompon rouge pour des matelots en poste sur le pont. L'air du large descendu du nord-est avec des moules-frites ; l'ambiance du sud avec un «paquito» intergénérations pour l'escale à Escondeaux.
à leur poste et à la manœuvre du soir, du mousse au pacha en passant par le crabe, le quartier-maître et le chef d'escadre… Vanessa, Marie-Christine, Jean-Marc, Laure, Sylvie, Romane, Catherine, Martine, Magali, Laurence, Jean-Bernard, Patrice, Vincent, Benoît, Olivier, Fabrice, Bruno et Nicole.
Recrutement. Aspirants percussionnistes, débutants ou confirmés, à partir de 15 ans, rejoignez la Bigorcada ; embarquement tous les vendredis de 20 h 30 à 22 heures, d'octobre à juin. Instruments de musique fournis. Contact : 06.64.33.76.96.
J.P.

22 mars 2016

EN DIRECT. Attentats à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles: des dizaines de morts.

Les Restos mobilisés en toutes saisons.


La mobilisation pour le soutien aux plus démunis, ceux qui vivent dans la précarité, confrontés à des difficultés, des détresses ponctuelles ou plus durables, ne peut se superposer au seul calendrier saisonnier. 
Certes, lorsque Coluche a lancé son idée de solidarité, la période hivernale du 15 décembre au 15 mars était ciblée. Si «on n‘a plus le droit d‘avoir faim et d‘avoir froid» l‘hiver, on n‘a pas le droit non plus de laisser des concitoyens dans le dénuement, quelle que soit la saison. 
Les campagnes d‘été et les campagnes intersaisons sont nées avec l‘organisation de collectes intermédiaires, les dates des 11 et 12 mars ayant été retenues par l‘association nationale. 7.000 bénévoles ont collecté sur la France entière les denrées alimentaires indispensables pour la poursuite des actions pendant la campagne d‘été qui démarre le 21 mars . 
Dans les Hautes Pyrénées, les bénévoles des 11 centres d'activité ont été accueillis dans 35 grandes surfaces, comme à Vic, à Carrefour Market et Intermarché.
Centre vicquois des Restos du cœur. Maison des associations, 17, rue Barère-de-Vieuzac. Accueil les jeudis après-midi, toute l‘année; les mardis après-midi, de novembre à mars. Tél. 05. 62. 31. 61. 56.
J. P.

Juniors filles en route pour les phases finales.


à partir du samedi 2 avril, démarrage des quarts de finale, et à l'issue des matchs du week-end du 19 mars, l'équipe U20 du Basket-Club vicquois connaîtra l'adversaire direct. Une première info, «d'abord l'aller à l'extérieur, mais nous recevrons pour le retour, qui se déroulera le 9 avril». La certitude : les filles de Déborah comptent bien réitérer et prolonger les succès des saisons précédentes.
Point sur les U20. Les juniors ont reçu TMB/Astro en match retour ; avec une défaite à l'aller de 15 points, le groupe se devait de remporter cette rencontre pour se positionner favorablement avant le début des play-offs. Chose faite puisqu'elles remportent la rencontre 70-55 et méritent les «bravos pour cette victoire collective, la bonne performance avec des jeux de passes de qualité qui ont mis en difficulté l'équipe adverse défendant en zone. 
Il faut donc maintenant confirmer en allant gagner le dernier match de la saison régulière à Tournefeuille le samedi 19 mars». Coup de chapeau à Amélie et Jean-Flo qui, «privés quasi au dernier moment d'arbitres officiels, ont assuré l'intendance, ainsi qu'à Laeti et Yann pour la table de marque».
Recueilli par J. P.

21 mars 2016

La belle victoire de l'Usep.


Annoncé comme un derby, le match s'est déroulé devant un public nombreux et enthousiaste, malgré la pluie qui s'était invitée également en début d'après-midi.
Les mauvaises conditions de jeu n'ont nullement entamé la détermination et l'engagement des joueurs des deux camps qui n'avaient sûrement en tête qu'un seul objectif, celui de remporter une victoire précieuse pour la suite de la compétition.
D'où un début de rencontre très engagé de part et d'autre qui se traduit pour l'Usep par une blessure finalement sans trop de gravité de l'ouvreur local Trilhe-Meteyer, suite à un placage à retardement (17e) et un carton jaune pour Theil (32e).
Les Vicquois, rusés et opportunistes provoquent leurs adversaires qui tombent trop souvent dans le panneau.
Le score équilibré de 11 à 10 à la pause traduit assez bien la physionomie de cette première mi-temps, le bel essai en coin de Charles Arroyo pour l'Usep ayant été compensé par celui de pénalité accordé par l'arbitre en faveur de Vic, en fin de première mi-temps.
En début de seconde période, le capitaine Loste pointe un essai d'avants qui laisse entrevoir une victoire possible des locaux. Mais les Vicquois ne l'entendent pas de cette oreille et restent toujours très menaçants. Après une longue période de domination, l'essai de Garlat ajoute à l'incertitude du résultat final.
Ce n'est qu'après le coup de sifflet libérateur de l'arbitre que les Usépistes enfin victorieux d'une bien belle équipe vicquoise laissent éclater leur joie pour la plus grande satisfaction de leurs entraîneurs et de leurs supporters.

USEP 21 - Vic-Bigorre 17

M T : 11 - 10. Arbitre : Jo Romain (Côte Basque / Landes).
Terrain boueux. 900 spectateurs environ.
Pour l'Usep 2 E Arroyo C. (20), Loste (43), 1 T Poublan (43), 3 P Trilhe (5, 11), Poublan (57).
Pour Vic- Bigorre : 2 E 1 pénalité (40), Garlat (78), 2 T (40,78), 1 P Vergez (1).
Cartons jaunes Theil (32), Cap G. (80) à l'Usep.
USEP Pécarrère, Arroyo C., Arroyo A., Hémadou, Bacqué, (10)Trilhe-Meteyer, (m) Lacombe, Latapie, Loste (cap), Coustarot, Carpy, Theil, Cap G., Barrère, Escoula.
Sont entrés : Sendrey, Laban, Candau, Cap B., Amiard, Lacrouts, Poublan.
Entraîneurs : Serge Candau, Bruno Goua de Baix, Jean-Michel Bacqué. Vic-Bigorre Mathet, Brouillot, Lacrampe, Ferrer, Vialade, (o) Vergez, (m) Lopez (cap), Uthurralt, Arino, Abadie P., Abadie Y., Partimbène, Roques, Castellot, Cazorla.
Sont entrés : Lagrange, Lacroix, Dernoncourt, Bonan, Belin, Barrejot, Garlat.
Entraîneurs : Christophe Dulong, Norbert Romo .
Yves Dupetit

Andrest, relais du Sénégal.


Jusqu‘au 26 mars, à la médiathèque Vic-Montaner/bibliothèque Pierre-Gamarra, une exposition de photos est proposée par l‘association Au Bonheur des enfants que préside Corinne Coho. Des photos qui présentent le projet de création d‘une bibliothèque dans une école sénégalaise, en partenariat avec l‘école Jules-Vernes de Tarbes.
 Corinne a fait naître ce projet en 2012, via Facebook, avec une équipe enseignante sénégalaise et des coéquipiers, pour la plupart bigourdans. L‘équipe de bénévoles aventuriers (12 personnes) a collecté des livres pour enfants et en novembre 2012, pas moins de 560 livres étaient acheminés pour la création de la bibliothèque dans une école maternelle. Confirmation de l‘aventure livres en février 2015 avec, cette fois-ci, au bout du voyage au Sénégal, le projet abouti d‘une bibliothèque de 1.500 livres !
Fournitures scolaires et plus. 
Aujourd'hui, après les livres, l‘association collecte des fournitures scolaires, des jeux créatifs, des doudous et des ballons de foot dans la perspective d‘un départ fin 2016. D‘ici là, Céline, à Andrest, assure la collecte du matériel et dons (en bon état) aux heures d‘ouverture : mercredi, de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures ; vendredi, de 9 heures à 12 heures ; samedi, de 10 heures à 12 heures. à la campagne de collecte s‘ajoutent deux actions : un atelier lecture à l‘école d‘Andrest, le 18 mars, et la projection d‘un film tout public, le mercredi 23 après-midi, témoignant de la réalisation du projet au Sénégal.  Recueilli par J. P.

20 mars 2016

Les pages de carnaval se tournent.


Andrest serait-elle la capitale du carnaval en Val d'Adour ? Dans ce village qui perpétue la tradition depuis des décennies sans discontinuer, dans un élan partagé foyer laïque-écoles, les pages carnavalesques se succèdent. 
Première page avec le spectacle de contes théâtralisés sur la scène de la salle des fêtes, devant le public très nombreux des parents et familles. La soirée mise en œuvre par les équipes du foyer laïque et des enseignantes a été clôturée par le feu, sentence immuable avec le soutien de la municipalité. 
La deuxième page a été concoctée dans le cadre des Temps d'activités périscolaires (TAP) pour des écoliers qui ont fêté carnaval en vagues. Pour les plus petits, ce moment festif a eu lieu un jeudi, et pour les grands le vendredi. Toute une galerie de personnages imaginaires et familiers à la fois, de la Reine des Neiges à Zorro… pour autant de déguisements colorés lors d'une promenade dans les rues du village avant le goûter (gâteaux, crêpes confectionnés par les mamans et boissons fournies par la mairie).
Une belle synergie avec le personnel communal et Laëtitia, directrice de l'Accueil de loisirs associés à l'école (Alae) encadrant les enfants. Carnaval laissant libre cours à l'imagination, depuis les costumes et déguisements jusqu'aux créations gourmandes, les couleurs et saveurs ont ravi petits et grands. Recueilli par J. P.

Juniors filles en route pour les phases finales.


A partir du samedi 2 avril, démarrage des quarts de finale, et à l'issue des matchs du week-end du 19 mars, l'équipe U20 du Basket-Club vicquois connaîtra l'adversaire direct. Une première info, «d'abord l'aller à l'extérieur, mais nous recevrons pour le retour, qui se déroulera le 9 avril». La certitude : les filles de Déborah comptent bien réitérer et prolonger les succès des saisons précédentes.
Point sur les U20. Les juniors ont reçu TMB/Astro en match retour ; avec une défaite à l'aller de 15 points, le groupe se devait de remporter cette rencontre pour se positionner favorablement avant le début des play-offs. 
Chose faite puisqu'elles remportent la rencontre 70-55 et méritent les «bravos pour cette victoire collective, la bonne performance avec des jeux de passes de qualité qui ont mis en difficulté l'équipe adverse défendant en zone. Il faut donc maintenant confirmer en allant gagner le dernier match de la saison régulière à Tournefeuille le samedi 19 mars». 
Coup de chapeau à Amélie et Jean-Flo qui, «privés quasi au dernier moment d'arbitres officiels, ont assuré l'intendance, ainsi qu'à Laeti et Yann pour la table de marque».    Recueilli par J. P.

19 mars 2016

Une belle soirée de coupe pour les basketteurs.


Dernièrement, s'est déroulé le troisième tour de la coupe de Bigorre où l'AS Artagnan devait en découvre avec son homologue de Bordères-sur-l'échez qui évolue deux niveaux au-dessus. Un écart compensé par une avance de 14 points au coup d'envoi.
En préambule de la rencontre, une photo de famille avec les différents sponsors a permis de remercier ces soutiens, à l'image du contrôle technique Securitest de Tarbes, tenu par David Buquet, qui a remis le ballon du match, ou encore l'entreprise de Rémi Gardères, qui a offert deux cercles pour débuter la saison. Ajoutons deux autres sponsors : Florent Darrodes, électricien, et la maçonnerie Mendez.
Pour en revenir au match, les «noirs et jaune» ont conservé leur avantage pendant la quasi-totalité de la partie, jusqu'au 4e quart-temps où Bordères modifiait sa défense et perturbait les locaux. Malgré tout, les gars d'Artagnan parvenaient à reprendre les devants pour terminer le match sur le score de 83-80. Une belle victoire pour les «jaune et noir», en route pour un tour supplémentaire, célébrée lors de la réception qui a suivi la rencontre.

Le martyre de «Titine», la chatte qui a pris une balle dans le poumon.


Marie-Christine Vincent et ses quatre enfants s'inquiètent pour «Titine», leur chatte de 8 ans, retrouvée couverte de sang. On lui a tiré dessus : une balle s'est logée dans un poumon et elle risque l'amputation.
Si elle survit à ses blessures, «Titine», une chatte de 8 ans, ne gardera pas que de bons souvenirs de l'espèce humaine. «Mon fils l'a retrouvée gémissante et couverte de sang devant la fenêtre où elle a l'habitude de manger» raconte Marie-Christine Vincent. Cette jeune veuve de 39 ans, domiciliée à Vic-en-Bigorre, rue des Pêcheurs, était justement au cimetière, dimanche, au moment où l'un de ses fils, complètement bouleversé, a voulu l'alerter. Mais elle avait fermé son portable. C'est seulement à son retour, vers 17 h 30, qu'elle découvre le spectacle d'un animal blessé. «C'était la protégée de mon mari, il fallait pas y toucher...», prévient-elle.
Comme le petit félin tremblait, on l'a recouvert d'une serviette, posé sur le siège arrière de la voiture et direction la clinique vétérinaire de Maubourguet. Entre hypothermie et hémorragie, «ils ne savaient pas si elle allait s'en sortir». Et puis, le diagnostic est tombé : «Cette chatte présente une plaie par balle qui a provoqué une fracture multi-esquilleuse de l'antérieur, puis s'est logée dans le poumon en y provoquant une grosse hémorragie».

«Il se passe de drôles de choses dans le quartier»

Munie de ce certificat médical et radio à l'appui, la propriétaire de «Titine» s'en va déposer plainte, lundi, à la gendarmerie de Vic. Au motif de «sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif». Déterminée, elle affirme : «Je suis révoltée, c'est inimaginable qu'on puisse faire une chose pareille à une bête». Et de se demander comment, malgré ces graves blessures, celle-ci a trouvé la force, pour regagner la maison, de sauter une murette de 1, 30 m et de ramper jusque devant la porte-fenêtre. Le phénomène ne serait pas nouveau. Marie-Christine Vincent raconte, en effet, qu'un couple d'Anglais vivant dans la même rue «a eu un chat criblé de plombs» l'an dernier. Ce qui lui fait dire : «Il se passe des choses bizarres dans le quartier».
Cette Vicquoise sera fixée aujourd'hui sur le sort de «Titine». Si on peut la sauver, «il faudra sans doute l'amputer d'une patte à cause du risque de gangrène». Aux dernières nouvelles, l'animal, qui est toujours en clinique, va un peu mieux depuis mardi. Quoi qu'il en soit, l'acte dont elle est la victime mérite que son auteur soit démasqué.
Josiane Battoue

18 mars 2016

VISITE DE L'EUROPEAN MILK BOARD (EMB) A MR LE MINISTRE DE L'AGRICULTURE & DE LA PÊCHE A PARIS.


De gauche à droite Mr Romual Shaber Président de l'EMB, Mr Stépanne LE FOLL, Ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Mr Boris Gondouin, Président de l'APLI-NATIONALE, fondatrice de Faire France, Mr Erwin Schopges Président de FairBel.

Le lait FaireFrance est disponible à l'Intermarché de vic-En-Bigorre. En achetant ce lait, vous soutenez des producteurs en grande difficulté et faîtes la démonstration concrète qu'une économie équitable est possible. C'est un lait demi écrémé auquel (contrairement à la quasi totalité des autres) nulle molécule protéinée n'a été soustraite: un excellent produit!  



Régine et les tricoteuses au rendez-vous.


Au-delà des réglementations du «fait maison» ou «fait main», de la jungle des labels, avec la vague des arts créatifs, les travaux manuels des générations précédentes sont revenus en force, sous des appellations diverses, activités personnelles, associatives… Ateliers de scrapbooking, patchwork, broderies, bijoux… et bien sûr tricot. C'est ainsi que Régine Labedens, au magasin Phildar à Vic, accueille, depuis une dizaine d'années, des clientes avec lesquelles s'échangent conseils et de ces petits «trucs» nés de l'expérience ou de l'héritage féminin, des travaux d'aiguilles à l'art de la layette.
Et dans le même temps, arrivent d'autres clientes qui voudraient bien apprendre, oui mais comment, quand, où, avec qui ! L'idée a donc germé de partager dans une ambiance amicale, ces savoir-faire : l'atelier tricot de Régine a été lancé en ce début 2016. Il y a là Lenna (7 ans), avec sa maman Babeth, toutes deux de Maubourguet, la première voulant faire une couverture pour sa poupée, la seconde avec une aiguille-fourche lancée dans une tunique quasi ethnique ; aussi Any, de Bazillac, depuis 1982, ayant gardé l'accent du Nord ; et Christiane, de Castelnau-Rivière-Basse. Et puis Chantal, d'Aureilhan, maillon d'une lignée dont sa maman «grande tricoteuse», qui a transmis savoir-faire et valeurs : «Le tricot, c'est d'abord un contact avec la matière, le toucher de la laine», soulignant sur l'ouvrage en cours - un gilet rose pour sa petite-fille -, «on tricote pour ceux qu'on aime». Et de fait, Viviane, à ses côtés, tricote des chaussons très tendance sport (type converse) pour un futur petit-fils d'avril ! Si le tricot n'est pas cultiver l'art d'être grand-mère, ça le favorise, et les petits trousseaux seront des cadeaux uniques, authenticité et qualité garanties avec amour. Elles avancent, elles avancent, dans l'ouvrage, celle-ci rattrapant les mailles que cette autre a laissé filer, complices, créatives ; prochain rendez-vous le 2e mercredi du prochain mois, le 13 avril.

Ladevèze-Ville Randonnée équestre

Elle a lieu le 20 mars, à 9 heures, sur une distance de 20 km. Elle rassemble cavaliers, cyclistes et marcheurs. VTT et marche (8 et 12 km). Rassemblement salle des fêtes de Ladevèze-Ville, suivi d'un repas. Randonnée : 6 €; repas : 10 € ; randonnée et repas : 13 €.

Belote à Ménoni

L'US Vic Rugby organise ce vendredi 18 mars, à 20 h 30, au club-house du stade Ménoni, un nouveau concours de belote ; ambiance et dotation garanties.
J.P

17 mars 2016

C'est la rentrée pour l'atelier pêche.


Au 3, quai de l'échez, la Maison de la pêche, chasse et environnement accueille l'atelier pêche et nature (école de pêche) créé par l'Association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique, l'AAPPMA Vic-Rabastens-Montaner que préside Alain Lassarrette. 

Cet atelier pour des apprentis pescofis de 8 à 12 ans, placé sous la responsabilité de Joël Semmezies, breveté d'État, est programmé les mercredis, de 16 h 30 à 19 heures Exercices théoriques et travaux pratiques : mieux appréhender le milieu aquatique (cycle de l'eau, faune et flore, chaîne alimentaire) et les techniques de pêche (découverte du matériel, montages, nœuds et réalisations), sur fond de comportement citoyen dans le respect de l'environnement et de la ressource. 
La rentrée pour cette saison 2016 aura lieu à partir du mercredi 23 mars ; dans les nouveautés, la pêche en barque et en float-tube. Pour tous renseignements, contact : Joël Semmezies au 06.84.20.36.77.
J.P