31 mai 2016

Ce week-end le tennis est en fête.


La petite balle jaune à suivre sur les ocres des courts de Roland-Garros, et sur le bleu des courts du Tennis-Club vicquois, site sportif Antoine-Ménoni ! En effet, si la quinzaine parisienne attire la foule des spectateurs autour de l'élite mondiale, elle ne saurait faire oublier le quotidien de proximité de plus de 7.500 clubs qui accueillent, initient, perfectionnent plus d'1 million de licenciés ! 

Le Tennis-Club vicquois est de ceux-là, qui s'inscrivent dans la Fête nationale du tennis à l'occasion de Roland-Garros, les samedi 28 et dimanche 29 mai, ouvrant leurs portes et organisant des manifestations. L'équipe du président du TCV Cédric Faraud et le responsable de l'école de tennis Sébastien Le Gall ont ainsi concocté un programme sportif, festif et convivial. Ouverture dès ce samedi 28 mai, avec la fête de l'école de tennis, de 10 heures à 13 heures, puis, de 13 heures à 17 heures, «Portes ouvertes» avec «offre découverte d'adhésion au club sur 3 mois».


Agenda. Du 3 au 18 juin, tournoi jeunes open catégories 12 ans, 13-14ans, 15-18 ans garçons et filles, plus rassemblement des moins de 12ans le samedi 11 juin. Tournoi interne adultes et tournoi de double interne, agrémentés de soirées fin de semaine et week-end.


Dimanche 5 juin, 2e édition du vide-greniers organisé par le club sous la halle (3 € le mètre linéaire). Inscriptions au 06.13.14.16.48.


Une fête des clubs théâtrale et musicale.


L'édition 2016 de la fête des clubs du foyer socio-éducatif de la cité scolaire Pierre-Mendès-France s'est inscrite dans l'innovation (par le choix de la date, en début de troisième trimestre) et par le programme (1re partie de soirée théâtrale et 2e partie chorale et musicale). 

Le club théâtre de la cité scolaire, animé par Martine Lapeyre, dans une série de saynètes, «Screen Addicts», a illustré la place des écrans et claviers dans le quotidien, depuis le téléphone jusqu'à l'ordinateur ; derrière les rires et sourires, de véritables questionnements qui à travers les SMS, textos, mails.... échangés à longueur de temps, peuvent entrer au rang des «pollutions» familiales, sociales et sociétales ! 

Et puis, place au club Chorale du collège, animé par Patricia Maillard, professeur d'éducation musicale ; un répertoire de Calogéro à Renaud en passant par la musique de film et un formidable «The Wall» des Pink Floyd avec des «solistes» de terminale. 

Une formation originale instruments et voix, Les Sans Noms, a donné un bouquet de Steevie Wonder, The Cranberries jusqu'à Boulevard des airs, avant que se succèdent des groupes composés toujours d'élèves du lycée, issus d'écoles de musique hors cadre scolaire, tels «Sigma», «Andromède», «Brainstorming», donnant à la traditionnelle fête des clubs du FSE, l'ambiance «Scène ouverte à ...». Une nouvelle tonalité si l'on peut dire ! 

J.P

30 mai 2016

Lutte : tout un club se mobilise.


La Maison des arts martiaux de Tarbes a été le cadre de la 2e édition du challenge dédié à Charles Cancel ; une compétition bien sûr, et au-delà, la mémoire perpétuée de l'homme par qui la lutte est arrivée en terre bigourdane et qui sut la faire rayonner à partir du Val d'Adour. Une délégation de 9 lutteurs et 4 arbitres du club des Lutteurs vicquois était parmi les 73 lutteurs issus de 8 clubs de Midi-Pyrénées (CL Montauban, TPL Tarbes, TOAC Toulouse, SC Négrepelisse, US Rabastens, Saint-Paul d'Espy, SO Maubourguet) qui avaient fait le déplacement dans la capitale bigourdane. La compétition réservée aux poussins B, C et benjamins était organisée par le Tarbes-Pyrénées Lutte avec le concours du comité départemental 65.

L'équipe du CLV était composée de : Mathilde Vigne, Eline Escots, Corantin Escots, Lenny Artigarrède, Rémi Blampain, Jimmy Sancho, poussins B ; Eva Ricquebourg-Emi, Erwan Pineau, Baptiste Barthélemy ; poussins C, ainsi que de Thommy Leloutre, arbitre régional ; Loïc Pineau, Nicolas Larroudé et Maxime Caminade, jeunes arbitres certifiés. Chaque lutteur a été récompensé grâce à l'aide de la mairie de Tarbes, du conseil départemental, du Grand Tarbes, du CDOS et au soutien de la direction de la Jeunesse et des Sports.

Agenda du CLV. Le samedi 28 mai à Rabastens, rencontre départementale ; samedi 11 juin, challenge à Saint-Quentin ; vendredi 17 juin, passage des maîtrises et acquis des compétences, en clôture de la saison sportive 2015-2016. Infos sur le blog ( http ://clv65.skyrock.com).

Festival Populaire de Gastronomie


Visiteurs à la kermesse de l'hôpital.


Les équipes d'organisation de la traditionnelle kermesse proposée sur le site de la résidence La Clairière, personnels du centre hospitalier de Bigorre, et bénévoles de l'association des Amis d'hier et d'aujourd'hui ont bénéficié d'une météo estivale ; ambiance et cadre champêtre donc pour les différents stands de vente dressés square Pierre-Trouillé, et un air de théâtre de verdure pour l'animation musicale sous les frondaisons où avaient pris place les résidents. 

Parmi les visiteurs qui ont rejoint Gwénaël Guégan, directeur adjoint délégué des sites gériatriques ; Yannick Gasnier, médecin du pôle gériatrique ; Christelle Giraudel, de l'équipe d'animation ; Clément Menet, maire de Vic, siégeant au conseil de surveillance (ancien conseil d'administration de l'établissement hospitalier), et le nouveau directeur général, Christophe Bouriat. Salut aux organisateurs, aux résidents, visite des stands et achats (succès pour les crêpes !).

j.p

28 mai 2016

Vide grenier le 5 juin 2016à sous la halle de Vic Bigorre.


Carrefour et Avril investissent 3,70 M€.


Au détour du Salon de l'agriculture Aquitaine qui se tient jusqu'à samedi à Bordeaux, les groupes Carrefour et Avril (Diester®, Sanders, Lesieur, Puget, Matines, Bunica, Taous…) viennent de signer un accord de partenariat pour la construction d'une unité de trituration de soja, dans l'usine Euralis-Sanders, à Vic-en-Bigorre, en collaboration avec un troisième acteur régional du monde agroalimentaire, Euralis, et l'interprofessionnelle des producteurs de porcs, la Fipso (filière porcine du Sud-Ouest).

Baptisée Sojalim, la société s'appuiera sur les cultures locales pour produire des tourteaux de soja non-OGM destinés à l'alimentation du bétail. Dès l'année prochaine, l'entreprise sera en mesure de produire 25.000 de fèves de soja par an, destinées aux porcs issus de la filière qualité Carrefour.

Ce faisant, les promoteurs de Sojalim ambitionnent de substituer aux soja non-OGM importés du soja non-OGM produit dans la région.
Pour Michel Boucly, directeur général délégué d'Avril, «cet accord illustre la portée durable, responsable et d'intérêt général de nos engagements et de nos investissements. En créant des partenariats de confiance comme celui que nous signons aujourd'hui avec Carrefour dans le Sud-Ouest, nous parvenons à créer de la valeur au service de chacun de nos partenaires et de l'ensemble des filières agricoles, tout en répondant aux exigences de consommateurs toujours plus concernés par la qualité de leur alimentation».
Pour Bruno Lebon, directeur produits frais traditionnel de Carrefour France, «cet accord nous permet de favoriser la relocalisation de près de 8.000 ha d'exploitation de soja dans le Sud-Ouest. Il illustre également la volonté de Carrefour de mettre en place des actions concrètes pour répondre toujours mieux aux consommateurs, comme le poulet sans traitement antibiotique ou la fraise sans pesticides de synthèse après la floraison».
Les groupes Terres du Sud et Maïsadour, pour leur part, exploitent déjà un site de ce type, à Sainte-Livrade, dans le Lot-et-Garonne.
La culture du soja constitue une excellente préparation pour les sols, en amont de celle du maïs.

Expliquez-nous... La hiérarchie des normes sociales



27 mai 2016

Une journée pêche à succès.


L'équipe de l'Association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique, l'AAPPMA Vic-Rabatens-Montaner, autour du président Alain Lassarrette, a signé une journée pêche édition 2016 qui fait date à plus d'un titre ! D'abord par la fréquentation : «C'est une grande satisfaction pour toute l'équipe qui œuvre depuis dix ans pour la réussite de cette journée sur Vic ; on est passé de 50 à 113 participants en progressant tous les ans». 

En effet, participation record avec ces 113 participants (70 adultes, plus 43 enfants dont 19 de l'école de pêche qu'anime Joël Semmezies). Certes, tout était réuni pour la réussite : la météo rêvée faisant du rendez-vous, entre les ponts de pierre et pont de fer, une étape plein air quasi estivale, un niveau d'eau satisfaisant selon les spécialistes et un empoissonnement important auquel les organisateurs avaient procédé avec 130 kg de truites déversés. 

À noter, la visite du nouveau président de la fédération des Hautes-Pyrénées, Jean-Luc Cazaux ; de l'ancien président Pierre Bessette et du président de l'AAPPMA de Trie-sur-Baïse, Jo Quessada ; présence à valeur de reconnaissance, en particulier «du travail réalisé au sein de l'école de pêche vicquoise». Au président Lassarrette, cette appréciation : «Notre journée pêche s'est installée maintenant comme un grand rendez-vous pour les pescofis bigourdans et même gersois et béarnais limitrophes !».

J P.

26 mai 2016

Un second bras découvert ce matin dans le Canal.


Un second bras humain a été découvert ce jeudi matin à Toulouse, a-t-on appris de source policière. Il s'ajoute à la jambe découverte mardi, et au bras signalé mercredi dans le secteur de Saouzelong, boulevard de la Marne. 
Selon nos informations, ce troisième membre a été collecté par la Midinet, le bateau utilisé pour le nettoyage du Canal.  Depuis ce jeudi matin, des pompiers spécialisés sondent par ailleurs les eaux et les berges du Canal, dans le secteur où les membres humains ont été découverts.

Village des métiers : succès multiples.



Avec l'édition, en octobre 2015, du 1er Salon de l'emploi organisé par la communauté de communes Vic-Montaner et Pôle Emploi, sur la seule thématique de l'aide à la personne (petite enfance, maintien à domicile), l'organisme national public et la collectivité territoriale avaient été confortés dans leur rôle et dans l'efficacité du partenariat en matière d'actions en direction des acteurs économiques et des chercheurs d'emplois. 

Dire qu'alors quelque 300 visiteurs étaient venus à la rencontre des participants professionnels (entreprises, organismes de formation…) pour informations et entretiens, et que 101 personnes avaient trouvé un emploi, c'était engager les organisateurs dans la voie d'une mise en relation directe des demandeurs avec des entrepreneurs et recruteurs d'un plus large secteur d'activités. L'édition de ce jeudi 19 mai, sous l'appellation Village des métiers et de la formation, a témoigné de plus que l'utilité de cet engagement, la visite de la préfète, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc en reconnaissance du caractère d'utilité publique. Si 345 offres d'emploi étaient affichées, en milieu de matinée, pas moins de 500 visiteurs avaient été accueillis au centre multimédia. Nous y reviendrons.

J.P

25 mai 2016

Un office de tourisme méconnu ?


Une assemblée générale annuelle pour l'office de tourisme intercommunal Vic-Montaner, au printemps, pour rendre compte de l'exercice 2015 et présenter la nouvelle saison. Un exercice de démocratie associative sous la présidence de Dominique Lagahe, entouré d'administrateurs, de l'équipe des animateurs et guides (3 permanents auxquels s'ajoutent 7 saisonniers pour 2 sites d'accueil), ouvert à tous les acteurs touristiques du territoire (hébergeurs, organisateurs de manifestations...).  
 
Une structure avec 2 points d'accueil, d'une part à Vic, au pôle des services publics, à l'angle de la place du Corps-Franc-Pommiès et de la rue Jacques-Fourcade, d'autre part à Montaner, sur le parvis du château ; quelques indications chiffrées parlantes : 189 jours d'ouverture en 2015, l'accueil de 3.335 visiteurs sur site et 4.697 demandes traitées.
 
La présentation du bilan sur lequel nous reviendrons témoigne de l' engagement compétent à accueillir, informer, conseiller, à coordonner et accompagner les acteurs touristiques, à animer et dynamiser le territoire, à gérer les sites touristiques, alors pourquoi si peu de participants à cette assemblée ?

Cash investigation : "Panama Papers" Paradis fiscaux; le casse du siècle / intégrale.

 
 


24 mai 2016

1.000 Pattes à l'Euskal Trail.


Activité soutenue à géographie variable pour les 1.000 Pattes depuis avril ; après les courses, trails, marches des Coteaux aureilhanais, du semi-marathon de Bordeaux, de la sortie sac à dos pour 14 marcheurs du matin au départ de Villefranque (26,940 km, dénivelé positif cumulé de 619 m par Lahitte, Sombrun avant Monségur), Coteaux de Dours, du roc de la Lune à Saint-Jean-du-Bruel (Cévennes), direction Pays basque pour mai !
 
Par équipe de 2 coureurs, en 2 étapes et sur 2 jours, voilà les caractéristiques essentielles de l'Euskal Trail organisé à Saint-Étienne-de-Baïgorry les vendredi 6 et samedi 7 mai ; avec des déclinaisons, options ou variantes !
 
Chacune des étapes démarrant d'Urepe vers à Saint-Étienne-de-Baïgorry, en empruntant 2 parcours différents d'environ 40 km pour 2.280 m de dénivelé positif (2.550 m de dénivelé négatif pour les connaisseurs !) ; aussi le trail peut se courir en individuel ou par équipe de 2 en 1 seule étape, le parcours formant une boucle de 130 km environ pour 8.000 m de dénivelé positif, au départ et à l'arrivée de Saint-Étienne-de-Baïgorry ; c'est aussi une course nature par équipe de 2 coureurs, en 2 étapes et sur 2 jours, par 2 parcours différents d'environ 25 km pour 1.300 m de dénivelé positif (et 1.700 m de dénivelé négatif), et enfin une version nocturne de 27 km par équipe de 2 coureurs en une seule étape. La participation des 1.000 Pattes est à saluer : sur le parcours 2x40 km (4 coureurs), sur le parcours 2x25km (22 coureurs), sur le parcours nocturne de 27 km (3 coureurs). Dans les «perfs», celle d'Aurélien Simonet terminant 7e sur le parcours de 130 km.
 
Dans les commentaires et appréciations : ambiance très festive, temps magnifique, très chaud et terrain sec (alors que l'an dernier, la course avait été annulée en raison de la pluie). Bravo aux ambassadeurs des 1.000 Pattes vicquois.

23 mai 2016

Journée pêche conviviale ce samedi...



«Joli mois de mai» souvent chanté ; mois de mai festif et commémoratif avec ses traditions syndicales, patriotiques, associatives. Ainsi, l'Association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique, l'AAPPMA Vic-Rabatens-Montaner, présidée par Alain Lassarrette, donne rendez-vous à petits et grands pescofis pour la journée pêche ce samedi 21 mai sur le parcours de l'Echez «entre les 2 ponts, pont de pierre et pont de fer» à partir de 8h30.

À cette occasion, la société de pêche procédera à un empoissonnement conséquent de 100 kg de truites maillées, plus 30kg de grosses truites reproductrices, un beau cheptel aquatique à taquiner! Participation adultes 10€, 5€ enfants. Ambiance conviviale avec possibilité de restauration sur place à midi (inscription à formaliser le matin). Dotation : lots par tirage au sort, jambon, bouteilles...
 

Une assemblée générale charnière pour l'USV.


En présence de Tony Marin, président du comité Armagnac-Bigorre, du maire de Vic, Clément Menet et de l'adjoint aux sports, Patrick Roucau, le coprésident de l'USV, Jacques-Henri Laborie ouvre la séance par les traditionnels remerciements au comité, à la municipalité et à ses agents, aux bénévoles et à la quinzaine de joueurs présents.

Une saison honorable

Pour Michel Baqué, secrétaire général du club, la saison de la I a été honorable, mais il y a eu trop d'indiscipline, ce qui a entraîné de nombreuses démarches pour la «défense» des joueurs fautifs. Quant à la II, son parcours a été difficile ; heureusement, elle a pu compter sur les Bélascain.
L'objectif pour la saison prochaine devrait être le maintien en fédérale 3. Christophe Dulong, coentraîneur de la I, est globalement satisfait des deux saisons passées à Vic : «On termine 5e, on aurait pu mieux faire ! Mais l'an dernier on pouvait compter sur 35 joueurs qui étaient en concurrence, alors que cette saison on a tourné avec seulement 25 joueurs et l'on a eu trop de blessés.»
Avant son départ pour entraîner un club de Fédérale 1, il recevra individuellement les joueurs. «Je ne vais pas vous lâcher parce que je ne suis pas encore parti. Beaucoup de choses avancent sur le plan sportif. Il faut structurer les seniors, renforcer la réserve, malheureusement certains préfèrent jouer en 3e série qu'en Excellence B.» Même s'il s'est parfois senti un peu seul, Christophe Dulong estime que le club est sur la bonne voie

Des efforts de gestion

«Lorsque je me regarde, je m'inquiète ; lorsque je me compare, je me rassure.» C'est par cet adage que Tony Marin a tenu à souligner la stabilité de l'USV qui figure régulièrement dans le top 5 des clubs du 65. L'an prochain il y aura, en Fédérale 3, une poule à forte coloration Armagnac-Bigorre. Sa recommandation : faire des efforts de gestions pour ne pas connaître des désillusions... Un grand bravo à l'Entente Adour-Echez qui est labellisée par la FFR et un hommage particulier à «Rocky» pour sa carrière exemplaire.
Arnaud Bessette, coprésident de l'USV, met en exergue dans son rapport financier le bénéfice de la saison : 12.000 € qui permettront de rattraper un peu le retard. Autres chiffres marquants en recette : 40.000 € des sponsors, 30.000 € de subventions (mairie + région), 22.000€ rapportés par les manifestations ; ! e gros des dépenses : 80.000 € pour les défraiements des joueurs et entraîneurs.

L'Entente sereine

Pour Serge Duthu, président de l'Entente Adour-Echez, il y a de la sérénité dans le groupe d'éducateurs. «On travaille en harmonie pour que chaque club récolte les fruits de la formation.» L'EAE a besoin du soutien du comité, des mairies et des bénévoles.

Un accompagnement renouvelé

Pour le maire, la commune souhaite accompagner l'USV qui occupe une place particulière dans la cité : «La vie d'un club connaît des hauts et des bas, mais ce n'est pas à la municipalité d'intervenir. L'an dernier, la subvention était de 26.600 € augmentée du complément «animation de la ville». Cette année, elle sera de 24.000 €, mais si la saison prochaine il y a des phases finales -ce que l'on souhaite- le montant pourra être revu».
Il devrait y avoir, dans les jours à venir, quelques changements à l'US Vic, avec un bureau plus collégial, des responsabilités mieux identifiées... bref, une politique du club différente.
Affaire à suivre...

22 mai 2016

Coupe du district : c'est fait..


Bon week-end de Pentecôte pour le Football-Club du Val d'Adour : une victoire face à Horgues en finale de la coupe du district des Hautes-Pyrénées pour les seniors et le passeport pour la finale de la coupe de Bigorre des U19 qui se sont défaits de Séméac !
 
Dirigeants, encadrants, autour de la présidente Nathalie Iturria, invitent les supporters à encourager les U19 le 11 juin prochain, à 18h30 à Aureilhan, face à leurs homologues du club de Lourdes.
À une encablure du démarrage de l'Euro 2016 qui va mobiliser les amateurs du ballon rond dans les grands stades de l'Hexagone, devant les écrans, à partir du vendredi 11 juin justement, l'occasion de rappeler qu'en pays d'ovalie, le ballon rond existe bien, l'occasion aussi d'encourager le football de proximité sans qui le football d'élite ne serait rien.
 
Coupe du district, c'est fait; coupe de Bigorre bientôt ! En attendant la rentrée de la nouvelle saison 2016-2017, qui devrait drainer vers les écoles de foot des foules de petits «manchots» !

Crash de l'hélicoptère de la gendarmerie: le rotor a heurté la paroi.

 

21 mai 2016

Journée de l‘Europe à PMF : ludique et pédagogique.


Une initiative intéressante que celle des lycéens de terminale Économie et social (ES) de la cité scolaire Pierre-Mendès-France lors de la journée de l‘Europe, le 9 mai ( instituée en 1985 pour commémorer la déclaration Schuman du 9 mai 1950, considérée comme le texte fondateur de l'Union européenne, annonçant la naissance de la Communauté économique européenne) ; initiative soutenue par la direction dont le proviseur Pascal Touzanne et accompagnée par Carole Labastie, professeur d‘économie.
 
Dans la salle de l‘auditorium, des stands pour des ateliers géographie (cartes muettes avec drapeaux et limites territoriales à reconnaître), mathémathiques (conversion euros-livres), culture générale (portraits de dirigeants, écoute d‘hymnes...), dégustation (produits typiques), arts et cultures (monuments, villes, titres de films ...), Histoire (personnalités et pays fondateurs), langues (extraits de musique, animaux symboles, mots, expressions, traductions ...), sports (champions et médaillés de différentes disciplines) avec étapes jeu de piste en extérieur.
 
Toute la journée, les animateurs ont reçu les élèves du collège et du lycée que leurs professeurs avaient bien voulu inscrire et faire participer ; journée qui faisait l‘objet d‘un reportage photographique et vidéo de deux lycéens .
 
Entre jeu de trivial-poursuite et quizz, une manifestation pédagogique et ludique pour mieux connaître ce territoire de 28 pays, son histoire, son évolution et les enjeux de demain. Participation enthousiaste d‘élèves citoyens qui se sont piqués au jeu et des connaissances récompensées avec une dotation de bouquins («L‘Europe pour les nuls», des mugs, des magnets, des stylos. Alors que le dossier «Tafta», ce «Partenariat transatlantique sur le commerce et l‘investissement, PTIC en langue française, processus démarré le 14 juin 2013, lorsque «le Conseil de l‘Union européenne a donné mandat à la Commission européenne d‘ouvrir des négociations avec les Etats-Unis en vue d‘aboutir à un accord transatlantique pour créer le plus vaste marché du monde» vient interpeller des citoyens du vieux continent et d'Amérique du Nord, un retour utile sur le canal historique européen) .
 
Oui, une commémoration festive.

Le téléphone du dernier recours.


Le procureur de la République vient de présenter un téléphone qui sera remis aux femmes victimes de violences conjugales. Ce téléphone permettra d'appeler les secours en urgence.
 
C'est tout nouveau : le dispositif vient d'être inscrit dans la loi. Désormais, dans chaque département, un «téléphone grave danger» sera remis à disposition de victimes courant un danger grave et imminent. «Ce téléphone sera remis aux femmes subissant de graves menaces de violences de la part de leurs conjoints ou ex-conjoints, ou des menaces d'agressions ou de viols», précisait Éric Serfass, le procureur de la République. Le magistrat a expliqué qu'avant attribution de l'appareil, qui se présente comme un banal smartphone, une procédure et un suivi seront mis en place. En amont, une enquête sera diligentée par les services sociaux, de justice et de police ou de gendarmerie.
 
Toutes ces informations seront remontées au parquet, qui décidera ou non de l'attribution de l'appareil, pour six mois renouvelables. Le préalable étant qu'une interdiction d'entrer en contact avec la victime ait déjà été prononcée par la justice. La personne à laquelle ce téléphone grand danger a été attribué ne pourra pas s'en servir à des fins personnelles : l'appareil ne dispose en effet que d'une seule touche. Dès que cette touche est enfoncée, le service Mondial Assistance, qui sert de relais, envoie en temps réel l'information aux services de police ou de gendarmerie qui peuvent intervenir tout de suite et en priorité. En ne passant pas par le 17, on évite le temps des explications plus ou moins longues et la réflexion qui s'ensuit quant aux modalités d'action.
 
Le téléphone grand danger permet une réaction immédiate et ciblée puisqu'on sait tout de suite ce dont il s'agit. Présente à la signature de convention entre les différents partenaires de cette opération (État, justice, police, gendarmerie, associations), la préfète a réagi en rappelant quelques chiffres édifiants : «Dans notre département, 8 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon en dix ans. En France, une femme meurt tous les trois jours de violences conjugales. Il faut absolument que ce dispositif soit connu des victimes. Les associations vont largement relayer l'information auprès des victimes de ces violences».
 
Deux appareils seront disponibles pour les Hautes-Pyrénées : «Pour l'instant, en comparaison avec des territoires de même taille, cela semble suffisant. On attribuera au cas par cas : six mois, parfois moins, selon les besoins. On verra s'il en faut plus», soulignait le magistrat.

20 mai 2016

Kermesse de l‘hôpital samedi.


Une invitation commune des personnels autour de l‘équipe d‘animation du site de Vic du Centre hospitalier de Bigorre et des bénévoles de l‘association des Amis d‘hier et d‘aujourd‘hui ; invitation à la traditionnelle kermesse de l‘hôpital qui aura lieu ce samedi 21 mai, sur le site de La Clairière, rue et square Pierre-Trouillé, à partir de 10h.
 
 Accueil aux stands où sont proposés à la vente un ensemble d‘objets confectionnés par les résidents, les personnels, les bénévoles (layettes faites main, linge de maison), aussi ceux de la brocante, et bien sûr, les incontournables tentations gourmandes, pâtisseries, confiseries, confitures... ; à 14h30, concert gratuit avec avec Serge Briffault à l‘accordéon et Sandrine Mathieu au chant le temps d‘un voyage musical et intemporel partagé par un public intergénérations de résidents, familles et amis. A 17h, tirage de la tombola, avant la fermeture des stands à18h.

Affaire Trémège : la prescription partielle des faits rejetée.

 
Me Didier Seban, l'avocat de Gérard Trémège, avait demandé à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Pau la prescription d'une partie des faits pour lesquels son client a été mis en examen, le 2 avril 2015, après l'ouverture d'une information judiciaire en septembre 2013. Des faits de «favoritisme, prise illégale d'intérêt et trafic d'influence» concernant notamment des marchés publics, que le premier magistrat de Tarbes conteste fermement.
 
«Nous considérons que certains faits poursuivis remontent au-delà du délai de trois ans de prescription», avait expliqué l'avocat à la sortie du palais de justice. L'avocat général avait requis un maintien des poursuites en l'état, précisant que l'enquête pouvait toujours apporter des éléments qui repousseraient le délai de prescription. Ce matin, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Pau a rejeté la demande du conseil de Gérard Trémège.
 
«C'est purement un problème de procédure. Ce qui m'intéresse, c'est le jugement sur le fond. J'attends toujours d'être auditionné par la nouvelle juge d'instruction.
 
Et là, on verra qu'il n'y a rien du tout», a réagi le maire de Tarbes Gérard Trémège, contacté par nos soins. Pour mémoire, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Pau avait déjà rejeté la demande de nullité de la procédure que Me Didier Seban estime «inéquitable». L'avocat a, depuis, formé un pourvoi en cassation. Il attend encore les conclusions.

Max Raabe. Oops i did it again

 


19 mai 2016

Livres et rencontres à la librairie.


Si les séances de dédicaces sont l‘occasion de personnaliser un livre qui, lorsqu‘il est rouvert, au long d‘une vie de lecteur, ravive des souvenirs, ces séances sont surtout des moments privilégiés de rencontres, de retrouvailles même !
On l‘a vu à la nouvelle librairie La Litote. Avec Michèle Escadafal, pour «Fille mère : est-ce qu‘elle te reconnaît ?», un livre «témoignage sans concession, très touchant et sensible de la relation mère fille et de l‘accompagnement du malade Alzheimer». Des pages qui, du cadre familial et affectif au contexte sociétal, interpellent sur nos relations, nos engagements.

Deux auteurs ancrés dans la vie locale

Et avec Pierre Melendez qui, après le roman, «La Touque», pour voyager au bout du monde via la Guyane, invite à la poésie dans le recueil «Le Premier Matin» où le rêve dispute à la nostalgie, où page à page, derrière chacun des titres, une aventure...
Des amis, des collègues, des voisins, bien sûr, pour ces deux auteurs ancrés dans la vie locale, familialement, professionnellement, associativement, l‘un depuis moins d‘une décennie, l‘autre reprenant le fil de l‘avant ; et puis, d‘autres lecteurs, d‘autres rendez-vous à La Litote concoctés par Nathalie.
 

Le séisme déclenche une avalanche à Gavarnie.


Un tremblement de terre d'une magnitude de 3,8 a suffi pour qu'une énorme avalanche de poudreuse dévale le cirque de Gavarnie. La secousse a été ressentie jusqu'à Bagnères, Pierrefite-Nestalas, Hèches, Montréjeau...
Hier, à 14 h 20, les CRS de Gavarnie étaient à leur poste, face au cirque de légende, lorsqu'ils ont senti la terre trembler. «On est sortis», raconte Pierre Roussie, qui tenait ce jour-là la permanence téléphonique. C'est alors que ces spécialistes du secours en montagne assistent à un impressionnant spectacle : la secousse a déclenché une énorme avalanche depuis la grande cascade jusqu'à la moitié du cirque. Fort heureusement, personne n'a été enseveli.
Il est vrai que la neige est tombée en abondance en début de semaine et que le manteau est instable. Un séisme d'une magnitude de 3,8 sur l'échelle de Richter (selon le LDG (1) a suffi pour pulvériser cette importante masse neigeuse.
En allant sur franceseisme. fr, ils ont tôt fait de découvrir que l'épicentre de cet événement se situe à l'est de Bagnères -de-Bigorre. Ce que confirme Antoine Schlupp, sismologue au Bureau central de sismologie français de Strasbourg. Il s'agit, explique-t-il, d'une secousse faible mais significative dans la mesure où elle a été ressentie en maints endroits. En principe dans cet ordre de grandeur, les tremblements de terre ne génèrent pas d e dégâts y compris sur des bâtiments vulnérables. «Cependant, glisse ce spécialiste, une secousse faible peut induire un phénomène important.» Comme l'avalanche de Gavarnie, par exemple.

Un événement plus fort peut survenir

L'épicentre se situerait à une quinzaine de kilomètres de profondeur. Mais, pour l'heure, ce n'est qu'une estimation. Quant à la portion qui a «cassé», elle représente moins d'un km carré.
À signaler que quelques minutes auparavant, un autre événement, «plus fort» (4,2 de magnitude) s'est produit à 12 h 45 à Oloron. «Tous les deux sont éloignés de quelques kilomètres. L'un n'est pas une réplique de l'autre mais ils ont la même origine : une déformation de la chaîne pyrénéenne.» Actuellement, le débat scientifique consiste à savoir si la déformation est liée à une compression ou à une extension, «des mécaniques opposées» qui réorganisent le massif.
C'est bien connu, rappelle ce sismologue, «Les Pyrénées font partie de la région où l'on enregistre la plus forte proportion de séismes en termes de taille et de nombre.» Sur 2.000 secousses enregistrées en France chaque année, il y aurait presque un événement tous les jours dans les Pyrénées. C'est à partir d'une magnitude de 3,5 que l'on ressent un tremblement de terre, précise Antoine Schlupp. Et à partir de 5 que l'on observe quelques petits dégâts.» Ce fut le cas du séisme qui a secoué la Bigorre le 17 novembre 2006 dont l'épicentre était situé sous le Hautacam. Des maisons avaient été fissurées et des cheminées étaient tombées.
«On n'est pas en Californie ni au Japon, mais des choses peuvent se produire», affirme ce sismologue. «Certains événements peuvent être suivis d'un autre plus fort.» D'où l'importance de se conformer aux normes de construction parasismique.
(1) Laboratoire de détection et de géophysique

18 mai 2016

Gnossienne N°1 Alexandre Tharaud (Erik Satie : Gnossiennes)

 


Les canetons repointent leurs becs.


Depuis lundi, les exploitations sont à nouveau autorisées à recevoir des animaux après le grand vide sanitaire qui a fait suite à l'épidémie de grippe aviaire. Le soulagement est perceptible.
De nouveau, les bâtiments résonnent des piaillements des canetons.
 
Un seul éleveur a d'ores et déjà reçu ses 2.000 petits canards, à la limite du Gers et des Hautes-Pyrénées. Les autres seront livrés petit à petit au cours de la semaine à venir. Pour Laurent Pérès, c'est un soulagement : «Bien sûr qu'on attendait ça. Avec la perte de deux lots sur l'exploitation, j'ai perdu environ 20 % du chiffre d'affaires, qui en principe sera compensé par l'indemnisation à venir. 50 % début juin, le reste plus tard».
 
Au-delà de la satisfaction immédiate, la réflexion s'est engagée par rapport à cette mesure drastique de vide sanitaire : «Moi, je dis que c'est un mal pour un bien. Je crois qu'il fallait en passer par là et les mentalités ont évolué. Je crois aussi que la filière a bien pris conscience que nous n'étions pas au point en matière sanitaire. Même si le canard est porteur sain du virus, il aurait pu y avoir propagation qui aurait pu fortement impacter tout l'élevage français.
 
La majorité de la profession l'a compris». Les mesures sanitaires sont prises très au sérieux et appliquées à la lettre : surchaussures, charlottes et combinaisons pour entrer dans les bâtiments, ainsi que pédiluve de désinfectant à la sortie. «Nous allons également nous mettre aux normes avec rampes bétonnées et aires de lavage. Nous avons deux ans pour le faire.» En ce qui concerne les gaveurs, comme Michel Dubosc, de Fontrailles, par ailleurs vice-président de la chambre d'agriculture, il faudra patienter encore un peu : les canards prêts à gaver, venant d'élevages comme celui de Laurent Pérès, n'arriveront pas avant le 10 août prochain. Dans les bâtiments, tout est prêt également. Mais pour les deux professionnels, une inquiétude pointe.
 
Pas pour eux directement : «Nous craignons que nombre de tout petits producteurs ne puissent pas suivre et se retrouvent étranglés. Certains vont rester sur le carreau, c'est sûr. Maintenant, il s'agit de suivre les mesures de biosécurité à la lettre. Il n'y a que comme ça qu'on s'en sortira».

Sécurité d'abord

Le maître mot pour cette reprise d'exploitation est «sécurité». Sécurité sanitaire, bien sûr : «C'est dur pour beaucoup d'entre nous, mais nous devons nous en tenir aux mesures préconisées. Les éleveurs ont fini par le comprendre. En passant d'une production saisonnière à une production annuelle, c'est sûr qu'il y avait des défauts au niveau sanitaire».

Médaille et insignes de reconnaissance.


Dans le cadre de la commémoration du 8 mai 1945, les associations patriotiques ont procédé à la remise de marques de reconnaissances à trois de leurs adhérents.
 
Ainsi, Robert Sempé, de Camalès, a-t-il reçu la médaille commémorative Afrique du Nord par Jean Moïse, président des anciens combattants ; Émile Foulon et Jacques Stulz recevant l'insigne de porte-drapeau, respectivement par le lieutenant-colonel Louis Maslies, du Souvenir français, et le colonel René Lesjuilliarias .

Philippe Ouaki DI Giorno. Une révolution agronomique.

 


17 mai 2016

Polyter Innovation vs water waste

Polyter Innovation vs water waste

Préparation militaire marine André Omer : promotion2016.


L'option marine pour des élèves des filières bac pro Électrotechnique énergie équipements communicants (ELEEC), et bac pro Systèmes électroniques numériques (SEM) est proposée au lycée professionnel de la cité scolaire Pierre-Mendès-France de Vic dans le cadre d'un partenariat Marine et Éducation nationale ; ils participent à la Préparation militaire marine, la PMM André-Omer, de Tarbes, rattachée au commandement maritime (Comar) de Bordeaux, sous la direction du lieutenant de vaisseau Cassein, avec d'autres camarades d'établissements scolaires, originaires des Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques, du Gers, de la Gironde, Tarn-et-Garonne, Landes, Haute-Garonne...
Les promotions de stagiaires reçoivent leur diplôme une année à Vic, une année à Tarbes, au cours de cérémonies, sous l'autorité de personnalités militaires, des élus de la République et de leurs familles.
 
La promotion 2016 : Kévin Andriès (Billière,64) ; Mathilde Aspect (Mingot, 65) ; Thomas Aulagnier (Auch, 32) ; Julien Benquet (Saint-Puy, 32) ; Emma Clercq (Vic, 65) ; Thibault Dhérété (Andoins, 64) ; Vincent Dufraisse (Azereix, 65) ; Bruno Gros (Saint-Porquier, 82) ; Lucas Hamel (Villecomtal, 32) ; Charly Marère (Tarbes, 65) ; Dylan Leygue (Izotges, 32) ; Dorian Maille (Lescar, 64) ; Justine Mergey (Haget, 32) ; Rodolphe Moussier (Saubrigues, 40) ; Sarah Queniart (Tarbes, 65) ; Rémi Calvin (Léguevin, 31) ; Mathieu Schmitz (Vic, 65).
 
MM continuera son activité avec le chef de centre, le lieutenant de vaisseau Guillaume Cassein, rattachée au commandement maritime de Bordeaux. Diplômes, insignes, cadeaux, certes, et une fierté partagée à mesurer au nombre d'appareils photos et vidéos des familles présentes.

Loi Travail: le rassemblement interdit est terminé à Toulouse.


Les opposants à la loi Travail entament aujourd'hui une semaine de convergence des luttes, avec des manifestations dont le parcours a été déposé au préalable en préfecture... et des actions diverses censées prendre les autorités par surprise.
 
Une manifestation partie à 11h30 de la place Jeanne-d'Arc, ce matin à Toulouse, a attiré 2300 personnes selon la police, 8000 selon les organisateurs. La préfecture est restée mobilisée jusqu'à 18 heures à cause d'un rassemblement non déclaré, qui a eu lieu à partir de 16 heures, place Esquirol.
Par ailleurs, un mouvement national est lancé ce soir par les chauffeurs routiers. Les cheminots ont, eux, lancé un appel à la grève à la SNCF pour mercredi et jeudi, mais le trafic pourrait être perturbé dès ce soir. 
 
La journée de jeudi devrait marquer le point d’orgue de cette semaine très perturbée avec des barrages filtrants le matin sur le périphérique et les accès à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Le tramway T2 vers l'aéroport est toujours susceptible d’être interrompu par des manifestants.

Étienne Chouard - Ce que Pierre Jovanovic vous cache sur la crise.

 


16 mai 2016

Village des métiers et de la formation : forum multisecteurs.


D'une part, la politique volontariste de la communauté de communes Vic-Montaner qui, au-delà de la compétence économique et ses déclinaisons en direction des entreprises (par exemple la création de zones industrielles, artisanales, construction de bâtiments), a intégré au pôle des services publics des acteurs de services au plus grand nombre (CAF, CPAM, Mission locale...) et ouvert, en partenariat avec Pôle Emploi, un accueil de proximité, un espace ressources emploi-formation.
 
D'autre part, une équipe de Pôle Emploi (Tarbes-Arsenal) dont les conseillers s'appuient sur des situations locales précises d'un marché du travail qui évolue en interface entreprises-demandeurs d'emploi, parce qu'aujourd'hui il y a nécessité d'adapter le public aux besoins des entreprises, des demandeurs d'emploi qu'il faudra accompagner, former ; des entreprises qui, selon leur typologie, accèdent aux aides au recrutement, mais qui parfois peuvent pâtir d'un manque d'informations sur les dispositifs, contrats.
 
La certitude : la mise en adéquation du fichier des demandeurs d'emploi et des offres d'emploi, avec y compris les actions de formation préalable à des recrutements, réclame des partenariats, des concertations, des moments d'échanges entre acteurs du marché du travail.
 
Actions déployées. Le site au pôle des services publics, depuis septembre 2015, ce sont plus de 200 utilisateurs des outils informatiques ; l'organisation de quelque 70 ateliers de proximité animés par Pôle Emploi et partenaires, auxquels ont participé quelque 500 demandeurs d'emploi du territoire du nord du département (Vic-Montaner, Rabastens, Maubourguet...) .
 
C'est aussi l'organisation, en octobre 2015, du 1er Forum de l'emploi axé autour de la petite enfance, de l'animation et du maintien à domicile ; quelque 300 visiteurs et 101 personnes qui ont retrouvé un emploi !
 
Le constat de l'efficience des efforts communs entre collectivités territoriales, service d'État, organismes de formation et employeurs, a conduit à cette nouvelle manifestation, le jeudi 19 mai, au centre multimédia, de 9 heures à 16 heures, place du Corps-Franc-Pommiès à Vic. Sous le sceau du multisecteurs, des métiers du commerce, du bâtiment, du tourisme, de l'informatique. Recrutements en direct, offres d'emplois, présentation des formations (qualifiantes ou diplômantes, à distance), visioconférences... Renseignements au 05.62.31.68.8405.62.31.68.84.

15 mai 2016

8 mai 1945-2016 : commémoration et chants..


Rassemblement autour du monument aux morts érigé sur la place, devant la mairie et l'école ; un site où s'expriment les valeurs de la République, où elles se transmettent, site de mémoire et d'hommages.
 
Pour cette édition 2016 de la commémoration de la fin de la 2e Guerre mondiale, le 8 mai 1945, au protocole de la lecture des messages officiels (associatif des anciens combattants, et ministériel) et du dépôt de gerbe, s'est ajoutée l'interprétation de deux chants par les enfants de l'école : «Le Chant des partisans» et «La Marseillaise».
 
71e anniversaire de l'acte de reddition de toutes les forces allemandes signé dans une école de Reims.

Un rendez-vous du souvenir qui réunit les générations.


La cérémonie du 71e anniversaire de la victoire des armées alliées sur l'Allemagne nazie, au monument aux morts, allée du Général-de-Gaulle, a témoigné de l'attachement du plus grand nombre à cette page d'histoire. Représentants des corps constitués, élus de la République, chefs de service d'État, présidents associatifs, enfants des écoles dotés de petits drapeaux tricolores et placés entre les porte-drapeaux, associations patriotiques, pompiers et de nombreux citoyens rassemblés pour le devoir de mémoire intergénérations.
 
 Accompagnement de l'Harmonie de l'Indépendante dirigée par Régis Fourcade («Marche de la Libération», «La Marseillaise»),lecture des messages de l'Ufac (Union française des associations de combattants et de victimes de guerre) par Jean Moïse et du secrétaire d'État délégué aux anciens combattants par le maire, Clément Menet ; dépôt de 4 gerbes : municipalité, 3 ordres nationaux (Mérite, Légion d'honneur, médaillés militaires), anciens combattants, comité cantonal de Vic de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Tunisie et Maroc (Fnaca).
 
 Nous reviendrons sur cette édition 2016 avec la remise d'une médaille commémorative, d'insignes de porte-drapeaux, de diplômes à la promotion de la Préparation militaire marine (PMM André-Omer) de Tarbes.

14 mai 2016

Des «manchots» en finales.


Fin de saison aux sommets des Hautes-Pyrénées pour deux équipes du Football-Club du Val d'Adour !  
 
En effet, au calendrier du district de football des Hautes-Pyrénées, deux finales , avec en lice, les U19 et les seniors du FCVA. Les U19 pour le sommet coupe de Bigorre (poule unique) face à leurs homologues du Séméac Olympique, à Séméac, ce samedi 14 mai à 14h30.
 
Les seniors pour le challenge District seniors (poule unique) face à l'équipe de Horgues/Odos FC, ce même samedi 14 mai, à Juillan, à 19 heures.
Un périple au sud pour les supporteurs du club du nord du département qui de Séméac à Juillan pourront rejoindre le staff du Football-Club du Val d'Adour autour de sa présidente Nathalie Iturria, et encourager leurs ambassadeurs en «bleu et jaune» face aux «blanc et noir» de Séméac et «bleu et noir» de Horgues/Odos.

13 mai 2016

Aux Vicquois du corps franc Pommiès.


Le 8 mai 2003, sur la façade du Centre multimédia, était dévoilée une plaque en hommage à des combattants volontaires morts pour la France au cours de la Seconde Guerre mondiale ; une stèle dédiée par le Souvenir français à ces hommes engagés dans le corps franc Pommiès devenu le 49e RI intégré à la 1re armée française du général De Lattre-de-Tassigny à Berlin avec les armées alliées.
 
Avant le dépôt de gerbes de la municipalité par Clément Menet entouré des adjoints Jean-Paul Pène et Sylvie Boyrie et du Souvenir français par le lieutenant-colonel Louis Maslies, président du Souvenir français, et Jean Bort, ancien du CFP, ceux-ci ont procédé à l'appel des noms gravés dans la pierre, Georges Brumon, Lucien Brumon, André Dordet, Henri Ziegler, René Cassagnet, Raymond Roumignières, Raymond Giral, Jean Herreillat, Louis Herreillat, Claude Catherine.
 
Des noms d'hommes qui «par leur sacrifice, ont largement participé à la victoire du 8 mai 1945».

12 mai 2016

D'orgues en orgues marqué du sceau du succès.


 
La première Route des orgues en Val d‘Adour a été une pleine réussite ! En effet, le périple au départ de l‘église Saint-Martin de Vic-en-Bigorre jusqu‘à Plaisance a rassemblé quelque 96 amateurs de musique sacrée ou contemporaine, ou curieux du patrimoine, découvreurs de richesses locales, ou tout à la fois .
 
 À l‘accueil, Odile Sablayrolles, titulaire de l‘orgue de Vic, aux côtés de Daniel Birouste, maître facteur d‘orgues, pour la présentation, d‘abord, d‘un instrument que l‘on connaît depuis le IIIe siècle avant Jésus-Christ ; «une histoire longue, fournie, riche «. Après le café offert par la communauté paroissiale, Odile Sablayrolles du micro aux claviers, pour des groupes constitués de 15 à 20 personnes accédant successivement à la galerie, a détaillé les caractéristiques, possibilités de l‘orgue classique (XVIIIe), ponctuant chaque explication par l‘interprétation de pages musicales.
 
Deuxième étape à Maubourguet où le père Montagnol, curé, a accueilli les voyageurs pour la découverte de l‘orgue romantique (XIXe) avant de rallier Sauveterre, où les attendait un apéritif offert par la municipalité et les producteurs locaux. «Sylvie Doubrère, inlassable cheville ouvrière de cette journée, avait organisé un déjeuner partagé dans une ambiance chaleureuse où les amateurs mirent à profit l‘opportunité de côtoyer des organistes et des facteurs d‘orgues pour satisfaire leur curiosité. Début d‘après-midi au plus près de l‘orgue polyphonique inauguré en 2000, en l‘église de Sauveterre, présenté par Daniel Birouste avec, aux claviers, Laurent Carle .
 
Dernière étape de la Route des orgues en Val d‘Adour «inscrite dans la 4e édition des journées de l'Orgue initiées en 2012 par l'association nationale Orgue en France; Plaisance-du-Gers pour terminer avec la découverte de l‘orgue sous les doigts de Laurent Carle, professeur d‘orgue au conservatoire Henri-Duparc de Tarbes, et la présentation de Daniel Birouste.
 
Un verre de l‘amitié offert par l‘association Orgue, culture et musiques en Val d‘Adour en clôture de la journée , des participants continuant à échanger autour de l‘orgue, des commentaires saluant «une journée extraordinairement réussie grâce aux associations locales des orgues qui ont su faire découvrir la qualité d‘un très beau patrimoine instrumental dont la diversité est source de variations musicales», et des organisateurs ravis du succès, et encouragés.
 

«Portes ouvertes» à l'Orange bleue.

 
D'accord, l'édition des «Portes ouvertes» à l'Orange bleue jusqu'au vendredi 13 mai est une étape diplômante du cursus de Caroline, de Lembeye, en formation pour le Brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJEPS) à l'école ProSport Concept de Saint-Vincent-de-Tyrosse formant des coachs sportifs fitness et musculation.
 
En effet, la jeune femme en stage à l'Orang bleue doit créer et organiser un événement sportif. L'occasion et l'opportunité pour Sandrine et Sébastien Pérès, entourés de leur équipe, Angélique (tutrice de Caroline) , Audrey, Benjamin, de préparer le 2e anniversaire de l'ouverture de l'établissement vicquois, d'offrir des essais gratuits d'une semaine, des inscriptions et abonnements intéressants pendant cette semaine-là.
 
 Des idées de cadeaux pour la fête des Mères et des Pères, des plans de remise en jambes et en forme avant l'été. Pour mémoire, la philosophie du réseau Orange bleue : «Rendre le sport accessible à tous, dans une ambiance chaleureuse et conviviale ; une salle de sport où l'effort sera commun et partagé avec des adhérents heureux d'être là».
Comment ? En proposant une gamme d'activités, déclinaisons Yako (cardio, muscu,cours collectif, sauna). Tél. 05.62.35.45.4305.62.35.45.43. Internet Facebook  https ://www.facebook.com/orangebleuevicenbigorre ou mieux encore, rendez-vous au 21, boulevard d'Alsace.
 

Chantier nature : protéger des tortues.


Les étudiants BTS Gestion et protection de la nature (GPN) de l‘établissement d‘enseignement agricole, le Legtaf Jean-Monnet, se sont rendus dans le département voisin des Pyrénées-Atlantiques pour un chantier nature dont le sujet était : «La préservation des cistudes d‘Europe au sein de la carrière d‘Aressy».
 
Et plus précisément, améliorer l‘accueil de la cistude d‘Europe, tortue protégée au niveau national, sur un petit plan d‘eau situé au sein de la carrière d‘Aressy exploitée par GSM, société de production de granulats ; à préciser, l‘entreprise est adhérente à la cellule d‘assistance technique zones humides des Pyrénées-Atlantiques depuis 2013 (CATZH64).
 
Pour les étudiants et l‘encadrement dont Philippe Bricault, professeur à Jean-Monnet et coordinateur du BTS GPN, le chantier a consisté dans des opérations de débroussaillage d‘une zone potentielle de ponte, du sous-bois affecté par des plantes envahissantes et la coupe d‘arbres pour créer une zone d‘insolation.
 
L‘appréciation du professeur : «Bon travail des élèves qui ont respecté les consignes de sécurité, très strictes en zone d‘exploitation de carrière».
 

11 mai 2016

Lutteurs vicquois aux «France».


Deux lutteurs vicquois étaient sélectionnés parmi 290 lutteurs, catégories minimes, cadets et juniors en lutte libre, sur le tapis du complexe sportif du Rouaud de Vallet en Pays de Loire, les vendredi 29 et samedi 30 avril : Loïc Pineau et Thommy Leloutre. Une première pour les deux jeunes gens, que le président Michel Garatens commente : «Ils ont fait au mieux de leur capacité, mais leurs adversaires étaient beaucoup plus forts et plus entraînés. C'est une bonne expérience pour eux et nous espérons qu'ils feront mieux la saison prochaine».
 
De son côté, Alain Berthelome, président de la FFL, soulignait le «très bon niveau» et expliquait la motivation des compétiteurs, «tout simplement parce que ces championnats étaient qualificatifs pour les Gymnasiades en juillet en Turquie, pour les vainqueurs en cadets et pour les championnats du monde en juniors».
 
Agenda. Dimanche 8 mai, challenge Pierre-Moreau pour les poussins A-B-C et benjamins à Le Haillan (33) et le samedi 21 mai, challenge Charles-Cancel pour les poussins B-C et benjamins à Tarbes (65). Infos, photos et vidéos sur le blog du club (http://clv65.skyrock.com).