30 septembre 2016

Nouvelle grande région : c'est bien Occitanie.


Occitanie est née de la fusion de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon afin de former une région plus forte et plus dynamique sur le plan économique. Son nom et celui de Nouvelle Aquitaine ont été validés hier par un decret au Journal Officiel.
Le chantier s'annonçait vaste et compliqué. Fusionner les deux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, n'allait pas de soi, comme ailleurs en France. Il fallait surmonter les craintes d'une région à deux vitesses de la part de Languedoc-Roussillon, trancher des problèmes politiques, administratifs, de logistique, éviter les doublons, désigner un chef-lieu, restructurer les personnels des deux régions ( un millier d'agents !), mais aussi entraîner l'adhésion des populations. Sans oublier de trouver un nom, si possible fédérateur. Le tout sur fond d'élections régionales et dans un contexte financier contraint en raison des baisses des dotations de l'État aux collectivités locales. Autant dire que, quand Martin Malvy et Damien Alary, les présidents respectifs de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon ont engagé, au début de l'année 2015, les discussions pour parvenir à une harmonisation et mener à terme cette énorme réforme, la réussite n'était pas évidente.
Référence aux racines et à l'histoire


Un an et demi plus tard, la nouvelle région, née officiellement le 1er janvier dernier, se met en place. Un nom a été trouvé, «Occitanie», qui fait consensus dans l'ensemble, fruit d'une concertation avec les populations approuvée par les élus. Il lui a été adjoint la signature Pyrénées Méditerranée. Il fait référence aux racines et à l'histoire des deux entités. Cette nouvelle appellation a été confirmée par l'État dans un décret au Journal Officiel comme les autres régions. Les Catalans, eux, doivent déposer un recours auprès du Conseil d'Etat afin que le nom soit modifié en «Occitanie, pays catalan». Mais les chances pour que cette démarche juridique aboutisse sont minces.
Certes tous les problèmes de fusion ne sont pas réglés au sein d'Occitanie, mais depuis le début de l'année, les rouages de cette région qui relie désormais terre et mer grâce notamment au canal du Midi, fonctionnent sous la direction de sa présidente, la socialiste Carole Delga et d'une majorité de gauche.
La fusion a donné au nouveau territoire des atouts supplémentaires. Il est devenu la deuxième région de France, plus vaste que l'Irlande, deux fois plus étendu que la Catalogne ou la Belgique, avec deux pôles universitaires à Toulouse et Montpellier et des facteurs de développement économique que devrait conforter le renforcement des compétences dévolues aux régions en la matière.
L'objectif principal pour l'exécutif d'Occitanie, c'est de créer des emplois. Carole Delga a même lancé un «plan Marshall» dans ce domaine. Avec une volonté de le répartir équitablement sur tout le territoire. Car le risque qui menace une région aussi vaste, c'est le déséquilibre économique, social, comme en matière d'équipements et de service public.
Occitanie est donc sur les rails ; son avènement marque une nouvelle étape dans l'histoire des deux anciennes régions qui la composent. À elle, à travers ses élus et sa population, d'écrire un nouveau chapitre du développement d'un territoire attractif qui est également un atout pour la France.
Comme pour les autres régions, le décret portant fixation du nom et du chef-lieu de la région Nouvelle Aquitaine (comprenant l'Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin) a été signé par le Premier ministre et est paru au Journal officiel hier. Il entre donc en vigueur dès aujourd'hui. Depuis le 1er janvier 2016, date de sa création, la nouvelle région portait le nom des anciennes régions qui la composent par ordre alphabétique. Son nom Nouvelle Aquitaine est désormais officiel. Sa capitale est Bordeaux. Le nom de Nouvelle-Aquitaine avait été proposé par le comité d'experts mis en place par le président du conseil régional, Alain Rousset, à l'issue de plusieurs mois de réflexion. «Nouvelle-Aquitaine, c'est à la fois l'enracinement de cette région dans son histoire, et avec «nouvelle» le symbole d'une renaissance, d'un défi, d'une ambition», estimait alors ce comité en écartant la Grande Aquitaine chère à Jan-Pierre Raffarin.

Parmi les traditions suivantes, quelle est selon vous la plus représentative de la région Occitanie ?

Le rugby
53%
Le cassoulet
17%
Les fêtes de village
8%
La pétanque
6%
Les bandas
4%
Le gavage de palmipèdes
4%
La corrida
3%
Le tue-cochon
2%
La chasse à la palombe
1%
La cueillette des champignons
1%
La pêche à la truite
1%
537 personnes ont voté

Sentinelles de la biodiversité.


Un projet de «science participative» à l'initiative du Centre permanent d'initiative à l'environnement (CPIE) de Bagnères-de-Bigorre, en partenariat avec des étudiants en gestion et protection de la nature 2e année de l'établissement d'enseignement agricole, le Legtaf Jean-Monnet, ainsi que le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), concrétisé par les rencontres départementales des Sentinelles de la biodiversité.
Un projet «qui consiste à aider la communauté scientifique à récolter des données sur les rythmes saisonniers de la flore et de la faune pour comprendre l'impact du changement climatique sur les écosystèmes ; c'est la phénologie, étude des rythmes de vie des plantes et animaux en fonction des saisons et du climat».
Pour cette édition de septembre 2016, 2es Rencontres, une vingtaine de participants venus des quatre coins du département ont échangé et partagé leurs observations de l'année, véritables résultats scientifiques.
Une première réunion en salle «Rencontres en salle», avec Xavier Dornier, chargé de mission et éducateur à l'environnement au CPIE de Bagnères-de-Bigorre, pour faire le bilan des résultats, puis «Visite phénologique» animée par les étudiants de l'établissement vicquois aux étangs du lycée agricole (station d'observation du programme des sentinelles), avant la clôture conviviale autour d'un goûter et échanges avec les observateurs.
Sentinelles Les personnes intéressées par la biodiversité peuvent rejoindre le réseau d'amateurs et de scientifiques qui observent les rythmes des saisons sur la faune et la flore pour une meilleure compréhension des changements climatiques.
Contact : CPIE Bigorre-Pyrénées au 05.62.95.49.67.

En bref dans la commune.



MJC >Vide-greniers d'automne. Ce dimanche 2 octobre, de 10 heures à 19 heures (accueil des exposants et inscriptions dès 7 heures ; 3 € le mètre linéaire), sous la halle, la Maison des jeunes et de la culture, la MJC de Vic, organise un vide-greniers. Chiner pour trouver la pièce recherchée ou se laisser conduire jusqu'au coup de cœur, faire halte à la buvette pour déguster une gourmandise ou partager un «pot», ou simplement baguenauder à la rencontre de visiteurs ! Renseignements au 06.71.61.00.32.
1000 PATTES >Dimanche. Nouvelle édition de la Foulée des 1.000 Pattes vicquois (entrée au calendrier officiel pour la première fois en octobre 2010) ce dimanche 2 octobre. Rendez-vous au stade Ménoni, entre 8 heures et 13 heures, pour les départs sur différents circuits proposés. Trails 12 et 19 km, course 10 km, marche sportive 10 km, rando libre 10 km, course enfants de 6 à 12 ans sur site. Inscriptions de 6 à 12 € au magasin Sport 2000, à Vic. Renseignements : 06.85.56.61.61.
Rugby >US Vic-Grenade. Ce dimanche 2 octobre, au stade Antoine Ménoni, l'USV reçoit les Haut-Garonnais du club de Grenade pour le compte du championnat de fédérale 3. Matchs annoncés à 14 heures et 15 h 30.

29 septembre 2016

Une armée napoléonienne qui ne passe pas inaperçue.


Certes, Vic n'a pas accueilli les quelque 6000 restitueurs qui, à Waterloo, avaient rouvert, en juin 2015, les pages de l'histoire napoléonienne sur une «morne plaine» de Belgique telle que l'avait peinte Victor Hugo ! 
Pour autant, le passage de l'armée des Pyrénées en 1814 et les batailles sur le site du Marmajou (3 régiments du général Darricau et 5 régiments du général Darmagnac avaient affronté l'armée ennemie de Wellington, permettant au maréchal Soult de continuer la retraite vers Toulouse) ont valu une commémoration (202e anniversaire) organisée sur le territoire vicquois par l'Association culturelle historique de Miélan. 
Il faut dire que des «complices» vicquois, passionnés d'histoire (tels les médiévistes, créateurs, animateurs de la Commanderie de Pyrène), avec le soutien de la commune de Vic et de la communauté de communes Vic-Montaner, ont été rejoints par des troupes homologues de France, Belgique et Espagne. 
Ainsi, le programme Deux journées sous le 1er Empire a notamment vu l'implantation d'un bivouac à la Maison des associations, espace et bâtiments inscrits dans l'histoire locale. 
Un QG avec des tentes de la vie quotidienne, expositions, démonstrations, où après les défilés en ville, l'étape de la mémoire sur la stèle commémorative à l'embranchement du chemin de La Herray et de l'avenue Jacques-Fourcade, la halte pour saluer les aînés à la maison de retraite, l'aubade au Salon du livre Des mots pour un bien, au centre multimédia, le tout au rythme des musiques de la garde impériale de Saint-Lys. Pages d'histoire spectaculaires et tout autant frappées du sceau de l'authenticité .

La vaillance des Vicquois.


Après de bons débuts à Tournon, l'USV devait confirmer à Vic-Fezensac pour son deuxième déplacement. C'est chose faite ! D'entrée, les Bigourdans affichent leurs intentions avec une conquête en touche sur lancer adverse et un ballon qui file jusqu'à l'aile de Cénac. Hors-jeu des locaux sur l'action : 3 points de Vialade. Réaction des «tango» qui égalisent peu après. Le jeu s'équilibre : pour l'USV, une échappée de Lopez inquiète la défense locale ; côté UAV, un essai manqué d'un cheveu suite à un débordement et un-à-suivre du n° 11 qui verra son ballon sortir des limites de l'en-but. Une belle combinaison Boyrie-Garlat-Lopez permet au capitaine vicquois d'aplatir entre les barres. Les locaux répliquent immédiatement : une attaque rondement menée met la défense visiteuse hors de position ; il faudra une cuillère fautive pour empêcher l'ailier d'aller au bout, mais l'arbitre accordera justement un essai de pénalité. La première mi-temps se termine sur un drop de Brouillot profitant d'un bon travail de ses avants.
Après la pause, le pack vicquois mettra la main sur le match et privera de munitions des locaux qui n'arriveront jamais à franchir le rideau défensif de l'USV. La pénalité de Boyrie à cinq minutes de la fin va donner un avantage définitif aux visiteurs qui contiendront les derniers assauts infructueux des locaux. Deuxième défaite à domicile inquiétante pour les Gersois ; bon résultat pour des Vicquois qui ont fait preuve de vaillance.

Vic-Fezensac 13- Vic-en-Bigorre 19

M-T : 10-13.
Pour Vic-Fezensac : 1 E de pénalité (25) ; 1 T et 2 P (6, 69).
Pour l'USV : 1 E Lopez (24) ; 1 T et 1 P (2) Vialade ; 1 P Boyrie (74) ; 1 D Brouillot (39).
Carton blanc : Reinhart (Vic).
Carton jaune Vialade (69)
Excellence B Vic-Fezensac 13-Vic-en-Bigorre 0.

28 septembre 2016

Échos des 1.000 Pattes vicquois.


Si la nouvelle édition de la Foulée des 1.000 Pattes, le 2 octobre prochain, sera l'événement phare de la rentrée, et mobilise l'équipe d'organisation, les marcheurs et coureurs du club n'en délaissent pas pour autant les rendez-vous sportifs et solidaires de septembre !
Ainsi, le 4, pour la Gambettoise à Soues, participation de Philippe Bricault, l'habitué des courses en montagne reconverti pour un 12 km plat sous une forte chaleur, et une 43e place sur 133.
Le 10, à Séméac, participation à Qui s'y frotte, s'y pique, avec, pour le trail 19 km, sur 41 arrivés, après Loïc Nedelec (1er), Daniel Madrigal (9e), Philippe Bricault (15e et 1er V2), Corinne Vasseur (32e et 2e seniors féminines) ; pour le trail 11 km, sur 137 arrivés, Castet Florent Castet (1er), Pierre Peyramale (60e).
Enfin, le 18, les 1.000 Pattes vicquois, au nombre de 15, ont participé, à Maubourguet, à la manifestation organisée par l'association Kourir pour Lohane ! 10 km en course ou marche par une belle matinée, certes un peu fraîche, mais réchauffée par la qualité de l'accueil, la convivialité, la générosité solidaire.

27 septembre 2016

La MJC pour tous.


La saison lancée à la Maison des jeunes et de la culture, la MJC Vic, allie les fondamentaux d‘une association d‘éducation populaire et des propositions pour des citoyens (apprentis à partir de 4 ans jusqu‘aux adultes sans limite d‘âge !) en recherche de mieux divers (vivre, être, partager, apprendre, échanger, accepter...). Sport et arts, danse, théâtre, chinois, informatique, slam, calligraphie, poterie... une palette multiculturelle.

La plaquette d‘infos sur le programme 2016-2017, sous le titre générique «La MJC, un lieu pour tous !», en témoigne. Tout comme les pages informatiques du sitemjcvic.fr et Facebook.com/mjcvic. Tél.05.62.31.61.00.
En fait, en parler de vive voix, s‘informer en direct, c‘est encore mieux, à la Maison des associations, au 17, rue Barère-de-Vieuzac, du lundi au vendredi, de 14 heures à 18 h 30.

26 septembre 2016

Défilé des troupes dans les rues de vic , le Dimanche 25 Septembre 2016.




****

Jean-Louis Curret, pas encore candidat.


Une école d'arbitrage en pointe.


Le Tennis-Club vicquois tient avec son école d'arbitrage une équipe de jeunes que l'on retrouve sur les «feuilles» de match d'événements sportifs nationaux et internationaux. Si le président Cédric Faraud a pu dire lors de la clôture du tournoi d'été, en présence de Fabienne Lahens, du Comité départemental de tennis des Hautes-Pyrénées, que l'école d'arbitrage de Vic était la meilleure du département (il n'est qu'à rappeler qu'ils étaient 7 jeunes engagés au Mondial de tennis, les Petits As de Tarbes), il faut inscrire cette excellence dans le parcours du Vicquois Jérémy Rossetti, formateur et superviseur (arbitre badge blanc, donc dans l'arbitrage international).
Issus de l'école de tennis du club dont Sébastien LeGall est responsable, ils allient, sous l'autorité compétente de Jérémy, théorie et pratique ; «leur objectif de départ était d'accéder à l'arbitrage lors des Petits As ; puis aux championnats régionaux pour en sortir dans les meilleurs et décrocher le «billet» pour l'arbitrage en championnat de France». 
Régulièrement appelés pour arbitrer à Toulouse des rencontres par équipes du championnat de France et par des clubs des Hautes-Pyrénées pour des finales de tournois ; en fait, le comité d'arbitrage du département les sollicite pour l'arbitrage d'une quinzaine de matchs par an. Ils ont été à l'œuvre et ont officié, bien sûr, au cours de quelques-uns des 174 matchs du tournoi d'été à cheval sur août et septembre.
Promotion 2016 
(photo, de gauche à droite) : Luc Roussigné, Clément Charron ; Thomas Tessier ; Hugo Fontan (a participé aux championnats de France des 15-16, 17-18 ans à Dijon) ; Maureen Tessier ; Antoine Saintagne (dit «Titi», qui, à Paris, a officié au championnat de France seniors, inscrit dans le groupe 1 des 5 meilleurs arbitres français jeunes) ; Julie Rossetti (arbitre de la finale 15-16 ans filles) ; Quentin Flores ; absents : Paul Foulon et Jérémy Rossetti.
La voie est ouverte pour ces ambassadeurs vicquois.

25 septembre 2016

Les cyprès du Tivoli.


Bien pour la II
Avec une majorité de Bélascain, la réserve vicquoise est allée faire un excellent match nul (6-6) en terre agenaise. Voilà la preuve qu'en intégrant des jeunes, on peut faire un bon résultat. Bravo à tout le groupe !
Encourageant pour la une
Il y avait bien des doutes avant l'ouverture du championnat... L'USV les a balayés en ramenant le bonus défensif de son long déplacement à Tournon-d'Agenais. Si l'on avait quelques certitudes sur la capacité du pack «bleu et blanc» à tenir la dragée haute à l'adversaire -ce qui s'est confirmé pendant toute la première mi-temps- on était plus dubitatif sur le potentiel des lignes arrière dont la défense avait paru trop tendre lors des matchs de challenge. Et pourtant, les Vicquois n'ont concédé aucun essai, alors qu'ils ont joué en infériorité numérique en début de 2e mi-temps ! Même si les trente dernières minutes ont été difficiles, avec le vent contraire, c'est un point très positif pour la suite de la compétition. Il faut maintenant que le groupe puisse trouver son équilibre et progresse pour asseoir sa place en fédérale 3. Nul doute qu'avec cet état d'esprit, il y parviendra.
Calendrier
Nouveau déplacement, le dimanche 25 septembre, pour l'USV qui rencontrera Vic-Fezensac, une vieille connaissance. Début des rencontres à 14 heures et 15 h 30.

Médiathèques en réseau : anniversaires.


Si la médiathèque intercommunale Vic-Montaner, tête de pont, va fêter son 10e anniversaire (le déploiement en réseau dans les communes du territoire intercommunal à Andrest, Artagnan, Caixon, Montaner, Pontiacq-Viellepinte, Saint-Lézer, Siarrouy, Sedze-Maubecq, Tarasteix, ayant suivi), la médiathèque départementale des Hautes-Pyrénées, dont une des missions est «la mise en œuvre de la politique de lecture publique du conseil départemental pour l'accès du plus grand nombre à la culture, à la lecture et à l'information», fête son demi-siècle ! 
L'occasion d'étapes itinérantes dans les communes - jours de marchés notamment - pour se faire connaître du grand public et d'expliquer «son rôle de soutien au réseau de médiathèques à travers dépôts, animations, formation…». C‘est ainsi que Céline Bourie-Saurel, responsable du réseau, et Cécile Conan-Lafourcade, responsable des collections, avec le bus conduit par Roger Duffau (chauffeur au pôle Diffusion), ont été accueillis par Emmanuelle Chiousse, directrice de la médiathèque Vic-Montaner.
Des activités proposées le temps d'une matinée : visite du bibliobus, emprunt possible de documents (avec retour à la médiathèque de Vic), atelier livres pliés, lectures, billard japonais (à noter que la médiathèque prête aussi des malles de jeux).
Contact téléphonique : 05.62.43.05.25.
Josiane Pomès

Gilbert Dasque, Vicquois de cœur et d'action.


C'est une figure vicquoise qui vient de disparaître ; pas de ces Vicquois qui affichent des générations précédentes comme des titres de noblesse, mais bien de ces Vicquois par choix, qui ont nourri la ville de leurs engagements pendant des décennies. Oui, Gilbert Dasque, en arrivant à Vic en 1957, s'inscrivait dans les pages d'une histoire professionnelle, associative, politique, au sens de participation à la vie de la cité, pages clôturées en cet été 2016. Praticien dentiste, il a exercé avec enthousiasme jusqu'à l'âge de 85 ans, perfectionnant et faisant évoluer sa pratique en retournant sur les bancs de la faculté pour passer par exemple un diplôme d'orthodontie à 60 ans.

Pages professionnelles hors son cabinet, avec la participation à la création de la section prothèse dentaire au lycée professionnel Pierre-Mendès-France ; avec ses collègues vicquois, mise en place d'une veille dentaire à la maison de retraite ; à l'autre bout de la pyramide des âges, membre fondateur de l'Union française pour la santé bucco-dentaire (à destination des écoles primaires) ; président du Syndicat des chirurgiens-dentistes des Hautes-Pyrénées. Engagement citoyen avec plusieurs mandats d'élu (plus de 30 ans ) au conseil municipal qui lui valurent la Médaille d'honneur régionale, départementale et communale.
Homme public, fidèle à des convictions mises au service de ses concitoyens et de sa ville. Homme courtois, élégant, pétillant à l'occasion , maniant l'humour, parfois un brin provocateur, de ces hommes dont on parle aujourd'hui, convenant avec une certaine nostalgie et respect qu'ils étaient de la vieille école.

24 septembre 2016

Vic tourne en tête puis s'accroche Rugby XV - Amateurs - Fédérale 3. L'USV prend 1 point à Tournon.


Avant hier, au pied de la bastide, tous les Tournonnais attendaient avec impatience le match de reprise de leurs poulains pour une nouvelle saison en Fédérale 3. Pour commencer, Tournon était opposé àVic-en-Bigorre, un habitué de ce niveau de compétition qui a terminé, tout comme Tournon, 5e de sa poule l'année dernière.
A l'intersaison, le groupe des «blacks», toujours mené par Olivier Sverzut et par Julien Getto, a été largement remanié et pour cette première à La Croix-Daniel pas moins de sept nouveaux étaient titulaires. Bien sûr, pour Guillaume Robert et pour Maxime Carabignac, il ne s'agissait là que d'un retour après une saison blanche.

Vic prend le défensif

Le collectif tournonnais souffrait en première mi-temps de tout cet apport individuel incontestablement qualitatif mais pas encore homogène. Individuellement, Guillaume Robert marquait les esprits par sa force de percussion. Maxime Carabignac reprenait sa place de «patron derrière les gros» avec un naturel déconcertant. Le «Caniche» n'est pas venu à Tournon en semi-retraite, qu'on se le dise ! Maxence Conduché était pour sa part impeccable au pied pendant toute la rencontre.
La première mi-temps, jouée avec le vent, permettait à Vic de tenir la dragée haute aux Tournonnais.
Les Hauts-Pyrénéens savent jouer au rugby, devant et derrière et l'ont démontré toute l'après-midi. Après que chaque buteur a réussi une pénalité, c'est Vic qui prenait l'avantage juste avant la pause. Après un ballon porté bien organisé, ils inscrivaient un essai collectivement conclu par le pilier Reinhard et retournaient au vestiaire avec un avantage de 8 à 3.
Après les citrons, et avec désormais l'avantage du vent, Tournon était de retour sur le pré avec d'autres intentions. Tournon occupait le camp des visiteurs et y restait presque toute la seconde période. Vic souffrait et concédait de plus en plus de fautes. Conduché en profitait et convertissait quatre pénalités pour donner l'avantage à son équipe. (15 à 8, 73e). A un quart d'heure de la fin du match, le score était fait !
Les derniers instants permettaient à Fabien Estrada de rajouter trois points mais Vialade lui répondait sur la dernière action et donnait ainsi à Vic un point de bonus défensif.
Tournon 18 -
Vic-en-Bigorre 11
M-T : 3 à 8 Vainqueurs : 6 P. Conduché (32, 41, 45, 69, 73), Estrada (79). 1 carton jaune : Belotti (80+2).
Vaincus : 1 E. Reinhard (39) et 2 P. Vialade (22, 80+2). 1 carton blanc : Lopez (45).
Evolution du score 0/3, 3/3, 3/8, 6/8, 9/8, 12/8, 15/8, 18/8, 18/11.
TOURNON-D'AGENAIS Boursinhac, Khalifa, Fornasier, Perez, Salles, (o) Conduché, (m) Carabignac, Calbo, Paulard, Gazaud, Robert, Cornut, Dosser, Martegoutte, Veyrac G. Sont entrés en jeu : Tarrit, Garcia, Boulesques, Call M., Jeannot J., Belotti H., Estrada.
Vic-en-bigorre : Vialade, Setzes, Cloute, Brouillot, Boyrie, (o) Garlat, (m) Lopez, Abadie P., Bonan, Uthurrralt, Abadie Y, Rartimbenne, Reinhard, Morancho, Dayman. Sont entrés en jeu : Abadie M., Lagrange, Demoulin, Astruc, Labadie, Lerbey.
Equipe B : Tournon 6 – Vic en Bigorre 6.

Etre humain, c'est quoi?

Femmes Lions : Salon du livre «Des mots pour un bien».



Une association, le Lions-Club International France, pour des actions d'intérêt général concernant la proximité géographique et rayonnant jusqu'à des pays émergents, toujours sous le sceau de l'humanisme, de la solidarité, de la générosité. Une organisation territoriale en districts (en l'occurrence Sud-Ouest) et en clubs, dont celui de Tarbes-Pyrénées. Une Vicquoise, présidente, Marie-Clémence Duguet, «Mouche du coche» pour une manifestation organisée à Vic, salle de l'Octav, au centre multimédia, le samedi 24 septembre, de 10 heures à 18 heures, le Salon du livre des «Mots pour un bien» ; une manifestation pour collecter des fonds destinés à l'association Enfants & Santé qui finance la recherche sur les cancers des enfants et adolescents.

À l'affiche et au programme

Trente auteurs parmi lesquels Bernadette Pécassou, Christian Laborde, Marc Bélit… ; neuf éditeurs dont les éditions du Val d'Adour, Le Solitaire, Livres en Bigorre, Cairn… ; la librairie La Litote, la médiathèque intercommunale Vic-Montaner, des ateliers et des animations pour adultes et enfants autour de l'écriture, de la calligraphie, du pliage, du conte… Débats et conférence, rencontres, et convivialité avec sur place, restauration, buvette.
À suivre, à 10 heures, ouverture ; de 10 h 45 à 12 heures, Raphaëlle Davos, présentation et débat sur son livre du bien-être ; Claire Mignot : feng shui ; à 12 heures, apéritif pacherenc (vins Pichard) offert ; de 12 heures à 14 heures, repas (12 €) ; de 14 heures à 14 h 45, Philippe Nonie et Tajan, présentation de leurs livres sur les cagots et débat ; de 15 heures à 16 heures, aubade de l'État-Major en tenue de l'armée des Pyrénées et Musique de Saint-Lys. De 15 heures à 15 h 45, Geneviève Celhay, scolarité féminine au lycée Marie-Curie ; présentation et échanges avec Marc Bélit et Guy Cassagnet sur les souvenirs du lycée de Vic et débat ; de 16 heures à 16 h 30, Jean-François Soulet, présentation et débat sur son livre sur les feux de Séron ; de 16 h 30 à 17 heures, René Escaffre, histoire de la peste en Hautes-Pyrénées ; à 17 heures, Christian Laborde, présentation de son livre sur les fermes des mille vaches et débat et échanges avec des paysans de la région.

23 septembre 2016

L'Échiquier vicquois tous azimuts.


«Pousser du bois», l'aventure échiquéenne à Vic, qui a débuté en 1999 avec le premier club créé par les jeunes Yannick Hochet et Patrick Oliver, s'est inscrite dans la durée avec la création de l'école d'échecs de l'Échiquier vicquois en 2002 ; sous l'impulsion de Nathalie Mosset, présidente de l'association, avec le regretté Jean Duché, le club vicquois allait figurer régulièrement au palmarès des différentes étapes des compétitions. Depuis quelques années, c'est Jérôme Langlois qui enseigne et entraîne les joueurs d'échecs.

Lors de cinq cours hebdomadaires que propose l'Échiquier vicquois dans les locaux de l'hôtel de Journet (accès par la rue Jacques-Fourcade) pour jeunes et adultes, garçons et filles ; des cours adaptés dans le cadre de l'école d'échecs, quel que soit l'âge, le mercredi après-midi et le jeudi en fin de journée, dans le cadre des cours mensuels pour adultes, un jeudi par mois, de 19 h 30 à 21 h 30, ou encore chaque vendredi, de 17 h 30 à 19 heures, sans enseignement, juste pour le plaisir de jouer ! Hors participation au Forum des associations où échiquiers de format classique et un échiquier géant étaient mis à disposition, les personnes intéressées peuvent s'informer lors des prochains rendez-vous : cours pour adultes les 22 septembre et 10 octobre ; le traditionnel tournoi de rentrée sur le site de foot en salle SC Soccer, à l'entrée de Tarbes, le 25 septembre ; une animation échiquéenne les 7 et 8 octobre dans la galerie marchande de Leclerc-Méridien.
Informations. 
Un planning hebdomadaire des cours, un agenda selon l'activité, un calendrier des compétitions (championnat et tournois) et des animations, un site pour s'informer de la vie du club avec des pages informatiques (http://echiquiervicquois65.fr/), (https://www.facebook.com/LEchiquier-Vicquois-516271655199286/?fref=ts) ; une adresse courriel (echiquier.vicquois65@sfr.fr).
J.P

22 septembre 2016

Le polyter.


Il fait pousser des plantes dans le désert - 
REGARDEZ CETTE VIDÉO... VOUS N'ALLEZ PAS LE CROIRE!
NOUS VIVONS DANS UN PARFAIT MENSONGE... 
LES SOLUTIONS SIMPLES ET PEU COÛTEUSES POUR LUTTER CONTRE LA FAIM EXISTENT... 
ELLES SONT COMBATTUES ... AU MÉPRIS DE LA VIE, PAR LES LOBBIES QUI N'Y VOIENT QU'UNE MENACE... CONTRE LEURS MONOPOLES ET LEURS PROFITS ÉHONTÉS...

AVF, dynamisme pluriel.


Pas moins de 23 activités différentes réparties sur tous les jours de la semaine témoignent du dynamisme de l'association de l'Accueil des villes françaises ; des activités assurées bénévolement par des adhérents animateurs. Informatique, Scrabble, logique en philosophie, anglais à plusieurs niveaux (conversation, débutants), gymnastique et step, espagnol, belote, danses de salon, tai-chi, activités créatives, photo et travail sur images, patchwork, mythes et histoires de l'Antiquité, marche matinale… plus des sorties découvertes historiques, culturelles, géographiques et gastronomiques, plus des engagements dans des manifestations de solidarité et campagnes nationales auprès d'autres associations et fondations. 
La nouvelle année 2016-2017, et la nouvelle équipe autour de Michèle Aué, pour la continuité de missions et propositions : bien accueillir pour bien vivre ensemble.
Renseignements et inscriptions. Permanences les lundis hors vacances scolaires, de 14 h 15 à 16 h 30, au local, 4 bis, rue des Écoles à Vic. Téléphone enregistreur : 09.83.32.66.51. Coordonnées informatiques, site internet (http://avf.asso.fr/fr/vic-en-bigorre) ; mail (avf.vicenbigorre@gmail.com).

21 septembre 2016

Ordre des lettre d'un mot et perception du sens.


Piscine : des parents agréés.


C'est à la piscine intercommunale Louis-Fourcade, avant la clôture pour lancement de travaux, que s'est déroulée une session d'agrément de parents d'élèves d'écoles maternelles et élémentaires postulant à l'encadrement des activités nautiques inscrites au programme de leurs enfants. Vivien Mouquet, conseiller pédagogique d'éducation physique et sportive à la direction académique des Hautes-Pyrénées étant le relais pour cette procédure d'agrément «obligation institutionnelle conformément à la circulaire du 21 septembre 1999, concernant les activités à encadrement renforcé à savoir la natation, le cyclisme, le ski alpin et fond, et l'escalade», étant précisé que l'agrément est valable cinq ans. 

Il faut savoir que «l'encadrement minimum est fixé par la circulaire du 7 juillet 2011 ; pour l'école maternelle : le maître de la classe + 2 personnels agréés a minima, et pour l'école élémentaire : le maître de la classe + 1 personnel agréé a minima». Le calendrier des agréments est diffusé à tous les directeurs d'école du département qui en informent les parents.

Modalités. 
Donc, le conseiller pédagogique, en l'occurrence Vivien Mouquet, missionné par l'inspecteur d'académie, directeur des services de l'Éducation nationale, organise les sessions et en assure la passation pour les parents intéressés, volontaires et bénévoles. Il souligne : «Ces parents sont indispensables à l'organisation et la pratique des activités à encadrement renforcé ; ils permettent d'assurer un encadrement en accord avec les règles de sécurité dictées par le législateur». La session d'agrément comprend une partie pratique qui atteste d'un niveau de compétence minimum dans l'activité physique et sportive encadrée, et une partie théorique qui porte sur la sécurité, les responsabilités, les spécificités techniques et pédagogiques des activités à encadrement renforcé. Des parents qui accompagneront donc les enfants aux séances d'apprentissage de la natation dans les piscines du département.

20 septembre 2016

«Portes ouvertes» au centre équestre.


Journées du Patrimoine et «Portes ouvertes» ces samedi 17 et dimanche 18 septembre aux Écuries de Sarabasse, centre équestre que dirige Stéphanie Tisné à Labatut-Figuières, dans les Pyrénées-Atlantiques, sur le territoire de la communauté de communes Vic-Montaner. 

La jeune femme, installée depuis janvier 2014, chef d'exploitation sous statut de jeune agriculteur, s'inscrit dans une voie professionnelle s'appuyant sur une formation et un diplôme d'État : le Brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJEPS) obtenu en 2009. La passion des chevaux à transmettre donc tout en privilégiant «un esprit convivial et cadre familial» que Stéphanie invite à partager dans un centre équestre où vivent une vingtaine de chevaux et poneys de club, en pension et d'élevage. Les équipements ? Un club-house, une carrière de 40 mètres sur 20, plus un hangar écuries en cours de construction.

Les activités ? De loisirs pour adultes et enfants à partir de 6 ans, débutants et confirmés, ainsi que l'accueil de personnes déficientes mentales, pour enseignement, promenades et randonnées ; et compétitions de Saut d'obstacle et endurance en club.
Coordonnées. Adresse : 1, rue de la Carrère à Labatut ; mail (lesecuriesdesarrabasse@orange.fr) ; contact : tél.06.60.64.07.81.

19 septembre 2016

Les Victambules : 10 bougies samedi.


À la rentrée 2006, un atelier théâtral adultes démarrait, animé par Pierre Pomès ; illustration de la passion théâtre loisir prolongée par la création de l'association Les Victambules en 2007. L'étape suivante était celle de se produire et partager, d'où la naissance d'une véritable compagnie de théâtreux amateurs au sens premier du terme, «qui ont du goût, un penchant pour quelque chose». 

Avec de 15 à 19 comédiens à l'affiche, pour que tous brûlent les planches, le répertoire s'est inscrit dans un «mix» de créations originales inspirées d'auteurs et d'œuvres du patrimoine ; que d'aucuns appelleront détournement mais jamais plagiat ! 

Au fil des saisons, «Andromicmac», «Les Tribulations de Don Quibio», «La Révolte des valets» ou «Rouges Fils d'Écosse» pour citer des textes inspirés d'illustres (Racine, Cervantès, Molière, Shakespeare...) le 10e anniversaire en ce mois de septembre sera fêté par une nouvelle création, «Les Remplaçants», avec une nouvelle incursion de l'autre côté des Pyrénées, côté prologue et côté répertoire, incursion ibérique mâtinée d'ambiance «Borsalino» italo. Ce samedi 17 septembre, à 21 heures, sur la scène de l'Octav au centre multimédia, l'aventure théâtrale et humaine riche de Victambules trentenaires à septuagénaires, toutes décennies présentes. Un anniversaire à partager.

J.P

18 septembre 2016

Forum des associations : un moment de découverte.


Après les coups de chapeau aux sportifs de la nouvelle municipalité autour de Clément Menet dans le cadre de la fête nationale en 2014, après la reprise du Forum des associations sur le site du complexe sportif Ménoni dont les deux gymnases avec le nouveau court couvert en 2015, l‘édition 2016, qui en était à la 10e édition de ce rendez-vous de rentrée, avait été annoncée par une nouvelle affiche (celle d‘origine actualisée à chaque édition avait été créée à l‘Atelier de peinture en val d‘Adour et signée Thérèse Bordier). 

À noter, la participation d‘associations de communes voisines ou exerçant dans ces communes, au rang desquelles notamment Artagnan (Wasolunké, badminton, Mini Z65), Camalès (tennis de table), Saint-Lézer (Rythmes et Mouvement, Enveja de danzar), Pujo (Club de gym Saint-Nicolas), Montaner (Archers de Fébus) ; des associations départementales (Prévention routière, Donneurs de sang…) ou en ententes territoriales (football, rugby, Jeunes Sapeurs-Pompiers…) ou annonçant des manifestations telles l‘Association culturelle historique de Miélan. Parmi les associations sportives et culturelles vicquoises participant en grande majorité -largement ouvertes aux adhérents d‘autres lieux de résidence- manquait un des piliers de l‘histoire vicquoise, le Basket-Club vicquois. Quant au traditionnel repas sur site préparé et servi par une intendance en synergie de clubs aguerris à l‘exercice convivial (USVic Rugby, Pelotari-Club, tennis, pompiers), il a rassemblé quelque 220 associatifs et visiteurs.

Palmarès des méritants
Autour du maire, les élus ont distingué, pour le Club des lutteurs vicquois : Thommy Leloutre, Nicolas Larroudé, Maxime Caminade, Florian Mounic, Baptiste Barthélemy, Eva Ricquebourg-Emi.
Pour les Mille-Pattes vicquois : Jean-Paul Acquart, Aurélien Simonet, Sabine Laborde. Pour le Football-Club Val d'Adour : Guillaume Iturria, Yannick Filho, Aurélien Lalonde, Julien Fontan et l‘équipe des U19.
Pour la Libre Boule vicquoise : la triplette promotion champion départemental 2016, Patrick Brun, Patrick Arduin, Ludovic Doya. Pour l‘Entente Adour/Echez rugby : les équipes minimes et cadets. Au Pelotari-Club vicquois : Jean-Philippe Noguès, Jean-Marc Lagière. Pour le club country Bigorre Western Danse : Georges Liambey, Jessica Varée. Aux Archers de Fébus : Monica Biès-Péré, Gérard Dabadie, Sylvie Cuyaubère. Pour les Jeunes Sapeurs-Pompiers (JSP) : Lola Dufréchou, Océane Dupuy, Quentin Fakamé. Pour les pompiers : Jean-Jacques Azam, Jean-Marc Barréjot, Bernard Paupéré, Thierry Dulac, Baptiste Chenail, Axel Ladjodski, Kimberly Paupéré, Baptiste Enjalran.
Et puis, deux féminines remarquables dans des disciplines individuelles, Anaïs Builhe en ski de vitesse et Margaux Cassagne en saut d'obstacles.

17 septembre 2016

Un superbe week-end napoléonien se prépare.


Le 26 juillet 2014, un événement exceptionnel à Vic, site de guerres napoléoniennes : le défilé de troupes en uniformes anglais, portugais, espagnols, allemands, à l'image de l'armée coalisée du feld-maréchal Wellington, et des troupes françaises, à l'image de celles du maréchal Soult, pour la commémoration des combats du 19 mars 1814 opposant les troupes anglaises, venues de Bayonne, aux troupes françaises reculant vers Toulouse. Après ce 200e qui avait valu la pose d'une stèle commémorative à l'embranchement du chemin de La Herray et de la route de Maubourguet, l'Association culturelle historique de Miélan, s'appuyant sur des passionnés d'histoire vicquois, organise, les samedi 24 et dimanche 25 septembre, une reconstitution historique de l'armée napoléonienne des Pyrénées qui, en 1814, livra bataille au Marmajou.
À découvrir, le campement militaire dans l'enceinte de la Maison des associations, au 17, rue Barère-de-Vieuzac bivouac des troupes, état-major, exposants, avec les Musiques de la Garde impériale de Saint-Lys (entrée gratuite, buvette et restauration sur place). Dans les rues de Vic, défilés en tenues d'époque de soldats venus de Belgique, d'Espagne et de France et anciens combattants, aussi des escarmouches, simulations de batailles ; le dimanche, salle de l'Octav, une pièce de théâtre historique, «Jean Lannes, ce héros».
Programme complet à consulter sur le site (www.mielan-reconstitution.fr); inscriptions à l'office de tourisme Vic-Montaner (05.62.37.63.55), à la boulangerie Petitdemange (05.62.96.89.73).

La ferme du 65 en difficulté.


«L'agriculture départementale est en grande souffrance.» Jean-Louis Cazaubon, président de la chambre d'agriculture des Hautes-Pyrénées, a énuméré les difficultés qui touchent toutes les filières, à l'occasion de la session de la chambre, ce mercredi.

La raison principale de la crise agricole ? La dérégulation de la Politique agricole commune (PAC). «Nous subissons une application idéologique de la PAC», déplore Christian Fourcade, président de la FDSEA. Et d'ajouter : «Or, il faut protéger le revenu d'une profession qui investit». Sylvain Andrieu, président des JA, indique que le revenu agricole moyen dans le département est de 15.000 € annuel, dont 13.000 € apportés par la PAC. «Travailler pour rien, c'est déjà compliqué, mais comment investir ? La nouvelle PAC laisse libre cours à la spéculation. C'est très dur pour les petites exploitations», souligne Sylvain Andrieu. Elles représentent la majorité des 4.500 exploitations des Hautes-Pyrénées dont la superficie moyenne est de 27 ha. De nombreux agriculteurs sont endettés lourdement, avec des trésoreries exsangues. Le moindre aléa pour ces exploitations déjà fragilisées les condamnerait à disparaître. Certaines, notamment dans le secteur des coteaux, cumulent les handicaps. On arrive au bout d'un système de polyculture. Le président Cazaubon souligne d'ailleurs l'impérieuse nécessité du maintien des coteaux dans les zones défavorisées.

10 % de laitiers en moins en six mois

Parmi les plus touchés, les laitiers demeurent en première ligne avec des taux d'endettement de 30 % à 50 %. Thierry Ségouffin pointe du doigt «les bénéfices énormes engrangés par les industriels», sur le dos des producteurs. Il réclame des aides d'urgence car, depuis six mois, 10 % de laitiers ont stoppé leur activité. Il ne reste plus qu'une centaine de producteurs de lait dans les Hautes-Pyrénées. Ceux qui arrêtent décapitalisent à la fois leur cheptel et leurs terres. Toutes ces vaches laitières abattues risquent d'accentuer le risque annoncé de baisse des prix des bovins viandes. Bref, après la crise du lait, on pourrait avoir une crise de la viande à l'automne. Avec en point d'orgue un match opposant les producteurs bovins aux grandes et moyennes surfaces, accusées de leur manger la laine sur le dos.
Des bovins qui, en raison, de la sécheresse, descendent plus tôt des estives. évoquant la sécheresse, le président Cazaubon souligne la nécessité d'augmenter la ressource en eau. Il rappelle les projets de barrages au Louët et à la Gravière de Vic, avec tous les problèmes d'acceptabilité sociale qu'ils posent.

«Je n'ai pas encore été formée à la capture des ours»

S'agissant du dossier ours, Bernard Moules a indiqué à Béatrice Lagarde, préfète des Hautes-Pyrénées, que les antiplantigrades avaient saisi à la fois le tribunal administratif de Pau et la juridiction européenne contre le programme «Piroslife». Le syndicaliste a précisé en substance que si les éleveurs n'obtenaient pas gain de cause par les voies judiciaires, leur présence physique sur le terrain se ferait plus pressante.
Béatrice Lagarde a rappelé que le dossier ours relevait pour elle du «bizutage» dans les Hautes-Pyrénées. Elle est arrivée dans le département juste après le dérochement de 132 brebis sur l'estive de Bachebirou, en pays Toy. La préfète confie avoir adressé immédiatement un rapport aux ministères de l'Intérieur et de l'Environnement. «Je suis régulièrement le dossier ours. J'ai même appris les prénoms de ces bestioles. Mais je n'ai pas encore eu de formation pour leur capture», a souligné Béatrice Lagarde. «Vous êtes sur la bonne voie», l'a encouragé Bernard Moules. Et sur la même longueur d'onde que les agriculteurs. En effet, haussant le ton avec gravité, Béatrice Lagarde a même laissé de côté un instant son uniforme de préfète pour endosser l'habit de «la fille d'agriculteurs», pour assurer les agriculteurs qu'elle sera à «leurs côtés sur toutes les questions économiques et sociales».

16 septembre 2016

Étapes de rentrée à Pierre-Mendès-France.


Protocole commun aux établissements scolaires de l'Éducation nationale avec une journée de prérentrée pour les équipes pédagogiques, puis selon un dispositif qui a fait ses preuves à la cité scolaire Pierre-Mendès-France, en premier, la journée de rentrée des classes de 6e au collège et secondes au lycée. En fait, au collège, en cette année de réforme, une réunion à l'intention des parents à l'auditorium et l'accueil par les professeurs principaux des parents et élèves dans chacune des classes d'affectation. 

La «fameuse» réforme des collèges ? Un ensemble de dispositifs dont certains déjà en pratique ; l'évaluation des compétences et non plus la notation, l'interdisciplinarité, l'accompagnement individualisé... À PMF, en plus des directives communes, le proviseur, Pascal Touzanne, avancera «un véritable challenge, propre à l'établissement, l'inclusion des élèves de la Section d'enseignement général et professionnel adapté (Segpa) en classes de 6e» ; élèves qui participeront à leurs cours spécifiques dans 3 nouvelles classes dévolues à l'enseignement adapté.

Actualités et points rentrée. 
Au rang des bâtiments, des travaux réalisés pendant la pause estivale dans les vestiaires au gymnase (flambant neufs) ; une grosse réfection du rez-de-chaussée du bâtiment F avec de nouveaux bureaux pour le conseiller principal d'éducation et la directrice adjointe de Segpa ; une nouvelle vie scolaire, «plus vaste et plus lumineuse» . 
Au rang des personnels, «pas de mouvement notable» avec la stabilité dans les équipes tout comme dans les effectifs : lycée 342 (+12 rentrée 15), lycée professionnel 212 (+15), collège 642 (- 28) pour un total de 1.198. Au LP, ouverture du CAP Logistique opérateur (en sus du bac pro), le succès confirmé en prothèse dentaire avec en particulier le BTS au recrutement très large. Bien sûr, événements nationaux obligent, le plan Vigipirate et les consignes inhérentes ont fait mettre en place un ensemble de mesures et d'informations (une fiche récapitulative a été diffusée). La nouvelle année scolaire est engagée !