28 février 2017

Hommage à Lucien Charignon.

Des hommes, la mémoire et les relais.

«Délégué communal aux cérémonies patriotiques», une délégation que Lucien Charignon aura honorée pendant 17 ans, avant d'émettre le vœu de passer le relais. Une délégation confiée conjointement par ses pairs, présidents des associations patriotiques locales et le maire d'alors, Claude Miqueu, délégation reconduite par Jean Bordères et Clément Menet. Lucien Charignon s'inscrivait dans une réelle fonction successivement exercée à Vic par Paul Jarne, Jean Bulhé puis Claude Daure auquel il a succédé : organisation et protocole de cérémonies inscrites au calendrier officiel en collaboration avec l'élu municipal délégué, témoignages et mémoire perpétuée des grandes dates de l'Histoire de France. 
Le maire avait annoncé qu'une manifestation de sympathie et remerciements serait organisée à l'intention du délégué passant le relais, ce qui a été fait en ce mois de février, en mairie. Dans la salle du conseil municipal, les participants ont pu découvrir l'exposition de l'ancien drapeau des Médaillés militaires, restauré et encadré, ainsi que l'avait promis Clément Menet à l'association patriotique (précisément la 722e section de la Société nationale d'entraide des médaillés militaires, SNEMM) que préside Lucien Charignon.
« Rigueur et dévotion totales »
 La tenue des cérémonies patriotiques à Vic a régulièrement été saluée par des personnalités militaires et civiles départementales et plus qui ont pu y participer, de la solennité dans le déroulement, avec une présentation historique et protocolaire du délégué sur le site du monument aux morts. La traditionnelle participation de l'Harmonie de L'Indépendante, et la participation des enfants des écoles dans les haies d'honneur entre les porte-drapeaux des associations patriotiques ont ajouté à la solennité. Clément Menet, accompagné de Jean-Pierre Billon, élu municipal qui dorénavant assurera l'organisation et le protocole des cérémonies patriotiques, ont procédé à un échange de cadeaux avant l'invitation à un vin d'honneur qui permettra de lancer la formule bien connue «A l'abreuvoir» !

Raphaël Isla, un pirate à l'abordage des législatives.


Raphaël Isla, candidat aux législatives./ photo DR.

Le Campanois Raphaël Isla sera candidat aux législatives sur la première circonscription des Hautes-Pyrénées au nom du Parti Pirate. Le mouvement, encore peu connu sur les Hautes-Pyrénées, essaime en Europe et dans le monde et n'est, ni de droite ni de gauche.
«Le parti pirate avait déjà présenté 100 candidats sur tout le France, en 2012», indique Raphaël Isla. Lui-même s'était présenté à Toulouse où il vit et travaille en qualité de technicien en informatique.
«Le parti pirate veut améliorer la démocratie, prône la transparence, un meilleur partage de la culture et du savoir». Raphaël Isla relève le paradoxe suivant : «En tant que citoyens, on est très surveillés, alors qu'il y a une vraie opacité autour des élus». Et cela ne date pas du «Pénélopegate» selon lui.
Il entend faire campagne sur des thèmes nationaux car, comme il le rappelle, «en tant que député, on représente la nation».
Parmi les thèmes qu'il va développer, citons : «L'indépendance de la justice, lutter contre le fichage, relancer l'éducation et l'enseignement». Il souligne que le parti pirate défend aussi des sujets qui concernent les Hautes-Pyrénées : «Le développement des circuits-courts, plus de décentralisation pour que des territoires comme le nôtre puissent revivre».

La démocratie représentative actuelle.


27 février 2017

Amis du musée des Sapeurs-Pompiers de Tarbes.


Sapeurs-pompiers en activité ou sapeurs-pompiers du musée  : même complicité compréhensive des épouses  !

Une assemblée générale selon le protocole commun à l'exercice de démocratie associative sous la présidence de Jacques Guillot qui ponctuait son mandat. Accueil des participants, remerciements aux hôtes du jour et exercice de mémoire avec une minute de silence observée pour Michel Ballarin, décédé brusquement en cours d'année 2016. 
Ensuite, c'est le secrétaire Gilbert Banwarth qui présentera le rapport moral, déroulant les différents travaux réalisés sur les véhicules au cours des ateliers hebdomadaires, le calendrier des activités et manifestations que l'association a organisées ou auxquelles elle a répondu ; le détail des acquisitions de matériel et des dons reçus. 
À son tour, le trésorier, Jean-Louis Bouillaud, donnera le détail du bilan financier, clôturé en positif et adopté à l'unanimité. Au passage, une information, l'association a sollicité les collectivités territoriales (communes, conseil départemental, conseil régional) pour des subventions exceptionnelles, avec des retours divers parmi lesquels la demande de renseigner un dossier avant avis. 
Le président sortant, Jacques Guillot, rappellera la suite administrative (renouvellement au conseil d'administration et élection du bureau), adressera des remerciements à Gérard Trémège, maire de Tarbes, pour «l'aide et le soutien matériel et financier de la commune», au président du conseil d'administration du service d'incendie et de secours (Casdis) des Hautes-Pyrénées, Bernard Poublan, ainsi qu'au colonel Patrick Heyraud, directeur du SDIS, pour la subvention accordée annuellement.
À l'exercice statutaire, un point amical et de reconnaissance ajouté, celui de récompenses à des adhérents pour leur investissement au sein de l'association, ainsi à Marcel Duffau, Jean-Louis Bouillaud, alors que Thierry Dulac recevait une représentation d'écusson ; à ce même chapitre, Baptiste Chenail, président de l'Amicale des S.P. de Vic, se faisait l'ambassadeur de ses collègues pour remettre, sous les applaudissements de la salle, un chèque de 100 € à l'association .

FAIRE FRANCE EST DISPONIBLE A L'INTERMARCHE DE VIC EN BIGORRE !





L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, plein air, texte et nature

Le PNF.


26 février 2017

1.000 Pattes en piste pour Timéo.


Courir et participer à la lutte contre le cancer.

Dans un agenda sportif et de loisirs, de compétitions officielles et amicales, le club des 1.000 Pattes intègre régulièrement des participations pour des causes depuis l'échelon local jusqu'au national, causes avec une dimension affective, solidaire et généreuse. Il en a été ainsi le dimanche 19 février avec des Foulées pour Timéo, à Orleix, 2e édition ; organisée par l'association Timéo notre héros, autour de Sandrine et Hervé, parents du petit Timéo frappé par un cancer rare, et qui s'inscrivent dans le soutien et l'aide à ceux qui sont confrontés à cette maladie, familles, services soignants et chercheurs.
Parmi de très nombreux marcheurs et coureurs, la délégation vicquoise qui s'est alignée pour la marche 7 km non chronométrée : Michel Galliana a terminé 1er… comme d'habitude ! Philippe Enjalran, Patrice Bacarisse, Annie Retout, Marie-Pierre Cazaux, Elodie Lestrade, Chantal Brouillot ; Isabelle Enjalran partant sur la course 10 km.
Un commentaire : «Très beau temps ce matin, un peu frais ; accueil très chaleureux des organisateurs et nombreux bénévoles».
Quelques foulées, quelques pas pour faire reculer le cancer.

La loi du 23 Janvier 1973, ou comment la France à perdu sa souveraineté monétaire.


La dette publique "massive" a-t-elle toujours existé? Réponse: NON!

Très important: l'étape inaugurale de la perte de la souveraineté monétaire. Sans ce moment essentiel on ne comprend rien à la constitution des dettes d'états qui N'EXISTAIENT PAS AVANT QU'ON NE LES CONSTRUISENT POLITIQUEMENT!!!
.............................................................
C'est le point aveugle du débat : la dette publique est une escroquerie ! 
En cause, la loi Pompidou-Giscard de 1973 sur la Banque de France, dite "loi Rothschild", du nom de la banque dont était issu le président français, étendue et confortée ensuite au niveau de l'Union européenne par les traités de Maastricht (article 104) et Lisbonne (article 123).
Merci à Mr Giscard d'Estaing de nous avoir mis dans cette situation de dépendance!
............

Oxfam: banques banco.



25 février 2017

Des Mille-Pattes vraiment tout terrain.


Evidemment sans le maillot traditionnel, mais reconnaissables tout de même !

Association sportive et de loisirs, le club des Mille-Pattes vicquois a toujours une délégation participant à des épreuves du calendrier officiel, à des manifestations organisées à des fins de solidarité généreuse pour différentes causes, sans oublier des sorties loisirs selon les saisons, de la plaine à la montagne ! 
Comme le dit Michel Olleta, secrétaire du club : «Les Mille-Pattes vicquois, ce n'est pas que des chronos, c'est également du loisir et notamment chez les marcheurs du matin qui viennent de faire une sortie raquettes à Payolle et une 2e à Cauterets, sans parler des 2 dernières sorties «sac à dos» sur les coteaux de Marciac et du côté de Saint-Sever-de-Rustan. Des sorties très agréables, qui font passer de bons moments dans la convivialité et la bonne humeur !».
Participations de février. 
Trail de la Saint-Valentin du 5 février à Odos, dans le mauvais temps, pluie, vent, froid... En duo marcheurs, Annie Retout- Michel Galiana (1er) ; en duo trail, Sandrine Michaud - Christophe Lottin, Delphine Salvi - Cédric Lasgleyse, Marie Fervel - Grégory Marchesin. En individuels, Pierre Peyramale, Patrick Lascaray. Au Phoebustrail à Gruissan le 12 février, ambassadeurs vicquois, Géraldine Bardet, Richard Marcou, Catherine Belebna. À la nocturne du Béout le 18 février : «Accueil chaleureux, parcours sympas et nombreux participants» parmi lesquels, en duo 24 km, Aurélien Simonet - Eric Perez, Julien Bajon - Cédric Lasgleyse, Richard Marcou - Stéphane Ruiz. En solo 12 km, Grégory Marchesin, Patrick Lascaray, Christian Diez, Françoise Lascaray (1re master 3, félicitations !), Marie-Pierre Mézaille, Pierre Peyramale, Elisabeth Le Privé, Marie-Pierre Nabos.
Février très dynamique en attendant un mars prometteur !

Marins du Val d'Adour et d'Armagnac.


Adhérents de la section et invités d'honneur.

L'assemblée générale de la section Val d'Adour-Armagnac de l'Association de marins et marins anciens combattants des Hautes-Pyrénées (Ammac 65) a été l'occasion d'honorer Paul Bacou, qui a reçu le diplôme du Mérite bénévole échelon or, d'accueillir de nouveaux adhérents portant la section à 21, de renouveler le bureau, avant de clôturer l'exercice amicalement dans la convivialité d'une bonne table, au Tivoli précisément.
La barre du nouvel équipage a été confiée à Philippe Pécapéra (président), qui sera entouré de David Popinsot (vice-président) ; Francis May (trésorier) ; Louis Belin (porte-drapeau et son adjoint Jean-Pierre Marchesin) ; un bureau élu à l'unanimité et qui a accueilli Hervé Echternach et Laurent Roson. La section, à la fois dans le renouvellement et la continuité, accueillera, au cours de l'exercice 2017, l'assemblée générale de l'union départementale, l'Ammac 65.

La neutralité du Net


Atterrissage réussi au Cap Canaveral pour le lanceur de Space X



24 février 2017

CCV VIC, N° 10.


....



Voir le site CCV VIC


Loto du Club des lutteurs vicquois.


Fidélité et reconnaissance.

Malgré les nombreux lotos organisés aux alentours de Vic-en-Bigorre le samedi 4 février, réussite pour le second loto de la saison sportive du club, loto en 12 parties, animé par Michel Garatens. 
Les jeunes lutteurs, très motivés - Thommy, Maxime, Nicolas, Loïc, Eva, Baptiste et Erwan - ont fait le tour des tables, proposant les tickets de tombola avec 2 tirages au sort pour gagner un jambon et une tablette tactile avec clavier. Le Club des lutteurs vicquois a remercié l'assemblée de sa fidélité en offrant un carton à chaque adulte. Le président Garatens et son équipe remercient les douze mamans qui ont fait des crêpes (mamans d'Eva, de Lucie et Pierrick, de Shainy, de Romane et Noé, de Maxime, de Loïc et Erwan, de Jimmy et Amélia, de Nicolas, de Baptiste, de Florian, d'Alexiane, de Mailo et Pablo) ainsi que les commerçants qui ont offert un lot : McDonald's Tarbes, Ibos et Bordères ; KFC Tarbes ; Leclerc Orleix, Super U Maubourguet, Carrefour Market, Pizza Vic. Les restaurants : Le Réverbère, Le Tivoli, Le Familia, Les 3B ; bars : Le Bigourdan, Le Cellier bigourdan ; les Boulangeries-pâtisseries : Dayman, Petitdemange, Galiana, Au palais gourmand, Point chaud Vic ; Les Opticiens mutualistes, Afflelou ; bijouterie Daniel Bauduin, Au chic à l'or ; Les Plus Belles Fleurs et Il était une fleur ; les salons de coiffure : Sup'hair, Essentiel Coiffure, Art Beauté Coiffure, Manucure Pour Elle, institut Ô Bien-Être Orleix, Marion Vic ; pharmacie Centrale Vic, Fourcade et Michaud-Mistral ; boucherie/charcuterie Larroudé marché de Vic ; société Pyrédis à Barbazan-Debat.

MJC : périscolaire et vacances pour Karine.


Séquence artistique avec Karine ( à la table du fond).

En termes de «fiche de poste», double volet pour Karine Pichel, animatrice de l'équipe de la Maison des jeunes et de la culture (MJC Vic) et référente Accueil de loisirs sans hébergement (ALSH vacances) d'une part; d'autre part, animatrice périscolaire pour le service enfance mairie. 
Son embauche, fin novembre 2016, l'a conduite au sein de l'équipe MJC qui a organisé des journées dédiées à des tranches d'âge à partir de 6 ans pendant les vacances de Noël ; une première affectation à la direction, renouvelée aux vacances de février. Épaulée par Jessica, responsable du groupe des Passe-Partout et Aventuriers, Marine, responsable du groupe des Bladoudous, Manon, en service civique au sein de la MJC, Elena, et Leïla, stagiaire Bafa (Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur), Karine a investi les locaux du centre de loisirs communal rue Pierre-Trouillé. Elle a reçu, pour la première semaine, le renfort de Sira et Emilie qui, dans les locaux de la MJC, ont proposé des ateliers différenciés pour chaque tranche d'âge.
Fréquentation et appréciations
«L'équipe a eu la surprise, à sa grande satisfaction, d'une haute fréquentation, et constante, chez les Bladoudous, de 3 à 5 ans, sur les deux semaines ; nous avons dû bloquer les compteurs !». Au rang du succès, voire plébiscite, les ateliers cuisine proposés par Emilie à la MJC resteront dans les grands moments des vacances d'hiver ; quant aux rencontres inter MJC avec la MJC d'Aureilhan, elles ont le double intérêt des rendez-vous entre enfants et jeunes usagers des accueils de loisirs et du travail entre équipes d'animation, «travailler ensemble et ainsi solidifier le réseau de la fédération régionale MJC». 
Du reste, Karine avance : «Il se peut que nous organisions une autre rencontre pendant les vacances d'avril ; nous confirmerons lorsque le programme sera calé». C'est donc Karine Pichel, à la tête de l'équipe d'animation, que les Bladoudous, Passe-Partout, Aventuriers retrouveront lors du séjour de Pâques.
MJC, 17 rue Barère-de-Vieuzac, tél. 05.62.31.61.00 ; site internet : https://www.mjcvic.fr/vacances-enfants/alsh-programmes); mail (mjc.pij.vic@wanadoo.fr), ou encore page Facebook :mjcvic.

Quelques idées et/ou conseils pour faire une petite séance de sport en famille.


Drone ambulance. Pour ceux qui auraient suivi les conseils prodigués dans la vidéo ci-dessus...



23 février 2017

Gouvernance et stratégie de la nouvelle collectivité.


Les élus ont mis au point fonctionnement et stratégie.

La nouvelle intercommunalité vient de se structurer et le livret de fonctionnement et de présentation des services vient de paraître. La réunion au centre culturel Glavany a présenté à tous les élus les tenants et aboutissants de l'organisation.
Après les commissions thématiques et les rôles et missions des douze vice-présidents (voir notre édition du 10 février), trois modes de pilotage importants sont mis en place :
- Le bureau communautaire avec 13 membres examine les dossiers en cours. Il se réunit tous les 1er et 3e lundis du mois ;
- La commission permanente, avec 20-30 participants, prépare les séances du conseil. Elle est composée du bureau, des présidents de commissions et de personnes-ressources. Elle se réunit tous les deux mois ;
- Le conseil communautaire délibère sur les affaires de la collectivité. Il est composé de 99 membres et se réunit tous les deux mois.
Les 99 délégués communautaires titulaires représentent toutes les communes, ils sont souvent maires, adjoint(e) s. 123 agents communautaires sont aussi des acteurs importants des divers services. La communauté Adour-Madiran a quatre compétences communautaires obligatoires : l'aménagement de l'espace ; le développement économique ; l'accueil des gens du voyage ; la collecte et le traitement des déchets. Elle a aussi des compétences optionnelles, d'autres sont facultatives.
Une nouvelle communauté qui prend son envol pour un territoire plus riche et pour de nouvelles ambitions.
Janine Noguez

À Caixon, les oubliés de la crise aviaire.


Erick Boussès et Sébastien Sence, de l'entreprise Gascogne Découpe, s'estiment oubliés par les services de l'État./Photo Rachel Barranco.

«Sans aides spécifiques, on court à la catastrophe !» Sébastien Sence, gérant de Gascogne Découpe, est en colère. Son entreprise, située à Caixon, spécialisée dans la découpe de canard, fait partie des victimes collatérales mais oubliées de la crise aviaire qui impacte la filière du gras.
En moins d'un an, il a subi deux arrêts d'activité quasi coup sur coup. «On comptait sur les fêtes de fin d'année pour se relever des quatre mois d'inactivité du début d'année 2016 mais au final, on a sombré encore un peu plus.» 
L'épisode de grippe aviaire survenu en décembre a entraîné une perte de 30 % du chiffre d'affaires, plongeant un peu plus ses comptes dans le rouge. Un coup dur pour ce patron qui jusqu'alors avait toujours payé ses factures en temps et en heure. Aujourd'hui, les dettes s'accumulent. «Je suis en train de bouffer ma trésorerie», explique-t-il. Si des aides ont été mises en place par le ministère de l'Agriculture pour la filière avicole, en revanche aucunes aides ne sont prévues pour la filière de la découpe. Il a le sentiment amer d'être délaissé par les pouvoirs publics. «Nous ne sommes jamais invités aux réunions et nos difficultés ne sont jamais évoquées.» 
Le gérant a dû lui-même aller solliciter l'aide de l'Urssaf, du Trésor public et de la chambre de métiers de Tarbes. Les organismes lui ont proposé un étalement de ses charges sociales et fiscales sur trois ans. Toutefois, cette aide est inadaptée à ses difficultés. «On a besoin d'un vrai coup de pouce et pas seulement de reports de paiement ou d'aides financières à rembourser plus tard.» Au-delà des difficultés financières, s'ajoute la pression morale. 
Depuis janvier, les deux tiers de ses 35 salariés sont au chômage partiel et, si les difficultés persistent, ce seront les trois quarts des ouvriers qui se retrouveront dans cette situation. Erick Boussès, chef d'équipe, résume les inquiétudes qui pèsent sur leur avenir. «Cette situation impacte notre vie quotidienne. Certains de mes gars ont des crédits à rembourser.» Les deux hommes espèrent que des solutions seront rapidement trouvées pour sortir du flou actuel afin de reprendre une activité pérenne.

Gourmand'ici consommation et éthique.


Président et animateur associatifs reçoivent le chèque de la direction locale.

Démarche associative de producteurs et consommateurs animés par des valeurs communes et des engagements, notamment pour promouvoir des produits locaux issus d'une agriculture respectueuse de l'environnement, privilégier les circuits courts, informer et sensibiliser sur la saisonnalité ; démarche qui a donné lieu à la création, en 2014, de l'association Gourmand'ici, avec des administrateurs - producteurs et consommateurs donc - siégeant dans les différentes commissions œuvrant à l'organisation d'actions correspondant aux besoins et souhaits des deux parties. 
Une charte plus qu'un cahier des charges dont ces points : «Favoriser la rencontre entre les paysans locaux et les habitants du territoire. Défendre les paysans qui vivent de leur travail grâce à des prix rémunérateurs sans intermédiaires. Promouvoir des choix de consommation responsable et solidaire. Proposer au plus grand nombre l'accès aux produits de Gourmand'ici. Soutenir l'engagement de Gourmand'ici pour une agriculture responsable regroupant plus de 80 % de paysans certifiés en agriculture bio. 
Protéger la planète en limitant les emballages, les déplacements, le gaspillage par l'organisation de circuits courts. Récolter, diffuser des informations sur l'origine des produits achetés».
On l'a compris, production agricole, activité économique, éthique, équité, animation du territoire, solidarité… réunissent les acteurs.
Une démarche et un engagement reconnus par le Crédit agricole Pyrénées-Gascogne qui, lors de l'assemblée générale de la caisse locale Nord-Bigorre, dans le cadre du soutien à des associations, a remis un chèque de 2.000 € à ses représentants.
L'activité ? Plus d'une quinzaine de producteurs proposant pain, légumes, viande, volaille, charcuterie, produits laitiers… à plus de 150 adhérents consommateurs. Après les rendez-vous hebdomadaires à Maubourguet pour la livraison des commandes aux adhérents (quelque 150), l'association prend dorénavant ses quartiers à Jû-Belloc en élargissant le service avec la mise en place d'une Épicerie & Café associatif.
Pour plus d'informations, site internet (https://collectifs.bio/ju-belloc.), contact Pierre Pineau, tél. 06.34.25.33.96.

Amis du musée des Sapeurs-Pompiers de Tarbes : une AG décentralisée.


Perpétuer amicalement un patrimoine, témoignage de service, d'engagement.

Selon une itinérance choisie, après Lannemezan, c'est à Vic, au centre d'incendie et de secours, zone des Platanes, que l'association des Amis du musée des Sapeurs-Pompiers de Tarbes a tenu son assemblée générale statutaire. 
Une assemblée accueillie par Baptiste Chenail et Thierry Dulac (respectivement caporal, président de l'Amicale des SP de Vic et lieutenant responsable de la compagnie du Val d'Adour, chef du centre vicquois), hôtes de l'exercice de démocratie associative et plus puisque la journée amicale, conviviale, se prolongeait autour d'une table de restaurant. 
Une assemblée générale qui a déroulé les points traditionnels des comptes rendus moral, d'activité et financier, l'élection et le renouvellement au conseil d'administration, des questions diverses, une assemblée marquée par la fin de la présidence annoncée de Jacques Guillot à la barre depuis 2011, par le déplacement et déménagement du musée dans des locaux nouveaux («position d'attente») sur le site de l'Arsenal, par la question sur l'adresse du siège de l'association. Nous reviendrons sur les comptes rendus, les hommages et récompenses.

Haemonetics : le sang, c'est de l'argent.



L'éolien c'est super... quand ça marche.



22 février 2017

Orgue et Culture à Vic-en-Bigorre est née.


Assemblée motivée.

C'est le nom que s'est donné la toute nouvelle association constituée au cours d'une réunion ouverte à tous - annoncée dans ces mêmes colonnes le jeudi 2 février - qui s'est tenue en mairie. Des objectifs affichés : restaurer l'orgue installé au sein de l'église Saint-Martin ; préserver le patrimoine qu'il représente, et «créer du lien» par des actions culturelles autour de l'instrument. Pour mémoire, cet instrument de musique est aussi une œuvre d'art qui appartient à tous les Vicquois, «installé dans l'église, il n'est qu'affecté à la communauté chrétienne».
L'organiste Odile Sablayrolles a rappelé les raisons qui motivent qu'on s'occupe de cet orgue : l'instrument est de type «mécanique» ; il a une valeur historique avérée (construit en 1622, il compte près de 200 tuyaux de cette époque), il est «restaurable» (un rapport complet a été établi en 2014). Avec les deux autres instruments de Maubourguet et Sauveterre, il forme un «ensemble patrimonial cohérent à l'aune de l'intercommunalité», et si on y ajoute l'instrument de Plaisance-du-Gers et le projet «Plaisance-Cité de l'orgue», à l'aune du Pays du Val d'Adour !
«Il s'agit donc d'avoir une vision à long terme, de faire quelque chose de sérieux et durable, un pari sur l'avenir, aussi bien culturel que cultuel. Le courage ne manque pas aux fondateurs, ni les idées pour parvenir au but.» Ils savent déjà pouvoir compter sur un grand nombre de soutiens exprimés.
à suivre. Un premier conseil d'administration s'est réuni le 16 février pour élire les membres du bureau, et se mettre au travail.
Pour plus d'informations, contact au 05.62.33.36.42.

Plus de 5500 milans royaux recensés sur la chaîne pyrénéenne.


Milan royal. / Photo Patrick Harlé


Un comptage d’envergure européenne a été organisé les 7 et 8 janvier derniers. Il a été coordonné par la LPO Pyrénées Vivantes pour l’ensemble du massif et a mobilisé plus de 200 observateurs issus de 15 organisations environnementales. Les résultats obtenus démontrent une fois de plus l’importance du massif pyrénéen pour cette espèce et pour sa conservation. En effet, un peu plus de 5550 milans royaux hivernants répartis sur 124 dortoirs ont été dénombrés.
Cette opération a permis également d’observer 16 milans royaux équipés de marques alaires et 7 équipés de balises GPS. Originaires d’Espagne, de Suisse, de République Tchèque, d’Allemagne ou d’Autriche, ces oiseaux fournissent de précieuses informations sur leurs déplacements migratoires ou leur hivernage dans les Pyrénées. Certains sont fidèles à leur territoire d’hivernage car ils ont déjà été observés l’an dernier sur les mêmes quartiers.
Mais si les Pyrénées sont une terre d’accueil pour le Milan royal, et notamment en hiver, l’accueil reste une notion toute relative… En effet, cette espèce souffre régulièrement d’empoisonnements et de tirs. 11 cadavres retrouvés en 2016 et déjà 5 en 2017 ! Des autopsies et analyses toxicologiques sont menées sur tous les cadavres collectés afin de mieux identifier les principales causes de mortalité et les molécules chimiques responsables. Les résultats sont sans appel et confirment malheureusement les tendances des années passées :
Le Milan royal est victime du poison pour 2/3 des cas en 2016 : les raticides utilisés régulièrement pour la destruction des rongeurs se retrouvent dans les cadavres de Milan royal (les rongeurs morts ou vifs constituent son repas principal).
Le Milan royal est victime de tirs ou de percussions contre les voitures pour un 1/3 des cas en 2016 : les milans royaux affaiblis par des intoxications régulières sont plus facilement exposés au tir et à la collision.
Rappelons que cette espèce protégée est strictement européenne (classée vulnérable par l’UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature). Elle fait l’objet d’un Plan National d’Actions et de divers programmes Européens de conservation. Les effectifs de Milans royaux hivernants comptabilisés dans les Pyrénées montrent à quel point la qualité de ce territoire est déterminante pour sa conservation. A nous, acteurs pyrénéens d’en faire une véritable terre d’accueil !

Forêts urbaines vericales.


Saccash misère #DATAGUEULE



21 février 2017

Agression d'une fillette : un portrait-robot diffusé


Agression d'une fillette : un portrait-robot diffusé

Faisant suite à l'agression d'une fillette survenue le 13 décembre 2016 à Pierrefitte-Nestalas et en accord avec le parquet de Tarbes, la gendarmerie des Hautes-Pyrénées diffuse, via sa page facebook, le portrait-robot d'un individu susceptible de pouvoir fournir des renseignements. Nous invitons toute personne pouvant reconnaître cet individu à prendre attache avec la gendarmerie d'Argelès-Gazost au 05.62.90.41.30.
Montagne >Trois secours hier. 
Les gendarmes du PGHM de Pierrefitte-Nestalas sont intervenus, hier matin, sur la station de Barèges où un snowboarder de 19 ans a chuté lourdement et est retombé sur la tête. Victime d'un traumatisme crânien avec perte de connaissance, il a été pris en charge par les secouristes et un médecin du SMUR et a été évacué par l'hélicoptère de la gendarmerie vers le centre hospitalier de Tarbes. Dans le même temps, vers 11 heures, toujours à Barèges, à proximité du snowboarder, une collision entre deux skieurs a eu lieu. Ils ont été vus par le médecin du SMUR et évacués par ambulance vers l'hôpital de Tarbes. La troisième intervention de la journée a eu lieu vers 13 heures, au pic de Bataillance, dans le secteur du tunnel d'Aragnouet-Bielsa, où un skieur de randonnée de 49 ans a chuté et s'est blessé à un genou. Dans un premier temps, il a été évacué par hélicoptère vers la DZ de Vignec avant d'être transporté en ambulance vers l'hôpital de Lannemezan.
Cap-de-long >Malaise cardiaque fatal. 
Un employé de l'entreprise italienne de mécanique CMA a succombé à un arrêt cardiaque, vendredi matin, au barrage de Cap-de-Long. L'ouvrage fait actuellement l'objet d'une visite décennale. L'entreprise CMA intervient en qualité de sous-traitant sur ce chantier.

Cadets de Gascogne et une brune des Alpes à la porte de Versailles.


Les ambassadeurs bigourdans-gascons salués par Christian Laborde, l'auteur de «La Cause des vaches» (éditions du Rocher).

Le Trophée national des lycées agricoles (TNLA), pour sa version 2017 dans le cadre du Salon international de l'agriculture porte de Versailles à Paris, va voir se confronter quelque 300 concurrents issus de 50 établissements de toute la France (et pour cette 16e édition, 2 équipes francophones de Belgique et Québec) entre les 1er et 5 mars prochain ; un défi de taille pour l'équipe du Legtaf Jean-Monnet de Vic, lycée qui s'inscrit dans une série de succès de l'établissement qui, lors d'éditions précédentes, a déjà accédé à des podiums.
Les Cadets de Gascogne : Jean-Luc, Charles, Guillaume, Frédéric, Mathilde, Manon, Léa. La brune des Alpes ? «Irouette», une génisse de 3 ans et demi. Étudiants en «Analyse, conduite et stratégie de l'entreprise agricole» (ACSE) ou «Conduite et gestion de l'exploitation agricole» (CGEA), ils sont engagés dans une compétition qu'ils mènent aussi dans le cadre des Projets d'initiative et communication (PIC) inscrits dans leur cursus d'études ; le PIC prenant en compte la recherche de sponsors, la création des supports de communication (affiche, blog) et le travail d'équipe. Les pages internet de l'aventure à découvrir aux coordonnées (https ://tnla-2017-legtajeanmonnet.blogspot.fr/p/le-tnla.html).
Cinq épreuves pour le trophée. 
La partie communication étant bouclée, restent trois épreuves programmées à Paris : «Manipulation de la vache en toute sécurité, communication visuelle et interactions avec le public et enfin, la plus stratégique, la présentation orale, en français et langue étrangère, par équipes, sur le grand ring devant le jury, le public et les supporters». à n'en pas douter, ni chapeaux à panache, ni rapières ne manqueront aux Cadets de Gascogne qui s'exprimeront pour la langue étrangère à la manière de Cervantès. Plus nombreux que les 4 Mousquetaires, les Cadets de Gascogne et la brune des Alpes à la conquête d'un nouveau titre pour Jean-Monnet !

Greenporc pour Trump TV



*****

Houaou !


20 février 2017

Sentinelles de la biodiversité : nouvelle saison.


Des sentinelles prêtes à observer, noter, communiquer.

Le Centre permanent d'initiative à l'environnement (CPIE) de Bagnères-de-Bigorre tient, avec l'établissement d'enseignement agricole, le Legtaf Jean-Monnet, un relais des sentinelles de la biodiversité, et ce à plus d'un titre. à la fois symbolique, originale et concrète, l'action de protection des amphibiens lors de leur migration saisonnière, de janvier à juin, vers les étangs de l'établissement, sur la route Montaner, reconduite pour la sixième année depuis janvier 2017 par des étudiants de BTS Gestion et protection de la nature (GPN) avec leur enseignant Philippe Bricault. Bien entendu, parallèlement, des citoyens s'engagent individuellement dans la dynamique, intéressés par la véritable démarche de «science participative» des sentinelles de la biodiversité.
Observer et communiquer. Xavier Dornier, chargé de mission et éducateur à l'environnement au CPIE, a lancé la nouvelle saison en rappelant les objectifs, les modalités ; il faut savoir que les sentinelles participent aux travaux de la communauté scientifique en communiquant les observations «sur les rythmes saisonniers de la flore et de la faune qui permettent de comprendre l'impact du changement climatique sur les écosystèmes ; c'est la phénologie, étude des rythmes de vie des plantes et animaux en fonction des saisons et du climat». 
Un formulaire en ligne permet de répertorier l'espèce observée, sa localisation et la date d'observation. Lors de la réunion à Vic, explication sur les fiches d'observation selon ce que choisissent les sentinelles (oiseaux, insectes, végétation…), des coordonnées, informations sur le programme d'activités : par exemple, sortie aux étangs pour Vic, sur le CaminAdour à Tarbes, observation du milan noir et milan royal à Montgaillard ou Asté, brame du cerf en vallée de Campan, projection de film-débat sur le changement climatique… Pour les candidats «sentinelles», il est important de se faire connaître en contactant dès que possible et avant le changement de saison le CPIE Bigorre-Pyrénées au 05.62.95.49.67.

Crédit agricole : «ADN mutualiste».


Clients, sociétaires, administrateurs.

L'assemblée générale de la caisse locale Nord-Bigorre du Crédit agricole (agences de Vic, Maubourguet, Rabastens) a rassemblé les sociétaires, salle de l'Octav, au centre multimédia. Hors les résultats, bilans et compte de l'exercice 2016, administrateurs et dirigeants ont présenté actualités et échangé avec la salle. Ainsi, Michel Cossou, vice-président de la caisse régionale Pyrénées-Gascogne ; Jean-Pierre Mazoyer, directeur régional, et Olivier Germa, évoqueront ou présenteront les perspectives du Plan moyen terme (PMT 2020), autour de 5 idées émises par les administrateurs (sociétariat, proximité, utilité, solidarité, innovation) avec l'objectif «faire en sorte que tous les clients soient sociétaires (aujourd'hui 76 %)», et répondront aux questions. 
Un leitmotiv, «banque mutualiste» ; de la proximité «banque régionale avec des décisions prises sur le territoire et en autonomie» ; de l'accompagnement dans les coups durs tels ceux liés à la grippe aviaire «catastrophe sans précédent» en rappelant que la filière gras du Sud-Ouest est très importante, «entre 800 millions et 1 milliard d'euros», puis «on va tâcher de ne laisser personne au bord du chemin en accompagnant ceux qui sont en attente d'indemnisation». 
Dans les questions venant de sociétaires, «les intérêts faibles» et la réponse «quand on prête pas cher on ne peut pas rémunérer cher» ; «la chère carte bancaire», pourtant «celle du Crédit agricole est en dessous de la moyenne en France» ; des jours et horaires de fermeture des agences, notamment de Rabastens où une solution est en passe d'être mise en place ; question aussi sur les critères d'attribution de subventions (par le biais des tookets), dont le principal «contribuer à la dynamique du territoire».
Bien entendu, hors les communications dans le cadre de l'exercice statutaire de l'assemblée générale, «l'effort est quotidien de l'information aux clients».

L'A380.



19 février 2017

«Repas du monde : savourez la différence».


Projet multiculinaire et multiculturel.

Guénaël, Julie et Laurine sont étudiants dans l'établissement d'enseignement agricole Jean-Monnet, inscrits en BTS Gestion et protection de la nature (GPN) ; dans leur cursus, la réalisation d'un Projet d'initiative et communication (PIC). 
Leur choix ? Un repas du monde pour savourer la différence, événement programmé le samedi 25 février, à midi, dans les locaux du lycée agricole. Pour «une rencontre culinaire et culturelle accessible à tous ; un repas composé de plats de différents pays, avec autour des activités sur le thème des différences ainsi que des témoignages de personnes issues de l'immigration». Tarif : 15 €. Et en conformité avec les objectifs des PIC - établir des partenariats, recherche de sponsors, création de supports de communication, le tout en équipe - le trio a notamment engagé un travail commun avec l'association Femmes Initiatives Laubadère (FIL) de Tarbes.
Renseignements, inscriptions : 06.46.80.46.83 ou 07.69.28.23.26 ou 06.06.40.29.07.

Damien, adaptateur d'activité physique.




Non sans humour, Damien Ledez, qui, après un master en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) obtenu sur le pôle universitaire de Tarbes, s'est orienté vers le sport-santé et l'activité physique adaptée, rappelle les préconisations de l'Office mondial de la santé (OMS) : «30 minutes d'activité physique par jour», en y ajoutant «ce qui vous laisse 23 h 30 pour rester inactif !», avant de décocher l'argument imparable : «Il y a plus de risques pour votre santé à rester tranquillement assis dans votre fauteuil que de pratiquer une activité physique régulière». Son activité professionnelle ? 
Professeur d'Activité physique adaptée (Apa) ; qu'il exerce en partie au pôle gériatrique de Vic depuis trois ans, aussi dans le cadre d'autoentrepreneur en intervenant au domicile des personnes âgées en perte d'autonomie, et depuis un trimestre pour l'équipe du CLIC, à l'initiative du projet de promotion «de l'activité physique des seniors afin d'éviter ou de faire reculer la perte d'autonomie». 
Quel que soit le cadre de ses interventions, la démarche et l'objectif de Damien : «Améliorer les capacités physiques (endurance, marche, équilibre, renforcement musculaire, mobilité articulaire) par le biais d'exercices adaptés aux pathologies et situations de chacun». Aux réticents sinon rétifs, dubitatifs même, Damien Ledez précise : «Contrairement aux idées reçues, il n'y a aucune contre-indication à la participation à une activité physique, il y a seulement des modalités de pratique». Bougeons donc.

Interview FNSEA : "L'animal n'a pas d'intelligence".


Planète Animaux a rencontré Arnold Puech d'Alissac, membre du bureau de la FNSEA, pour évoquer la place des animaux dans la ruralité, mais aussi discuter des méthodes d'élevage, notamment dans le cadre des élevages intensifs. L'homme a, bien évidemment, tenu des propos que les défenseurs des animaux ne peuvent que désapprouver.

Chacun voit le monde selon ses propres capacités; ainsi pour un marteau le monde n'est constitué que de clous, le daltonien ne peut voir certaines couleurs et l'imbécile ne peut déceler nulle forme d'intelligence.

La physique quantique?


18 février 2017

Échiquier vicquois : échelon régional avant le national.




Certes, la Ligue Occitanie Échecs, récemment constituée, a pris le pas en toute légitimité territoriale sur la Ligue Midi-Pyrénées ; pour autant, la Fédération française des échecs autorise le maintien des zones interdépartementales de manière à limiter l'étendue, dimension «à risque» pour les divers championnats régionaux. 
Ainsi, le championnat régional jeunes a-t-il conservé sa formule traditionnelle, réunissant les meilleurs joueurs petits-poussins (6 ans) à minimes (16 ans) des départements de Midi-Pyrénées, qualifiés lors des phases départementales respectives. La gersoise Masseube a accueilli cette compétition organisée par le Comité départemental de jeu des échecs (CDJE32) et la Ligue Midi-Pyrénées.
Nathalie Mosset, la présidente de l'Échiquier vicquois, rend compte : parmi plus d'une centaine de jeunes dont 13 Vicquois - Peio, Sarah, Emna, Fanny, Noélie, Emeric, Gaël, Adam, Adil, Téa, Livia, Alexandre, Matthias - soit 6 filles et 7 garçons motivés par l'espoir d'une qualification au championnat de France. «Bravo à tous pour leur participation et leur ténacité, dans une ambiance au beau fixe, grâce à la qualité de l'organisation et à la présence de nombreux accompagnateurs vicquois». Aucune partie n'y a été facile et les défaites ont alterné avec les victoires ; seule Téa Gerde, benjamine, s'est qualifiée pour participer au prestigieux championnat de France regroupant les meilleurs joueurs français ; elle sera donc l'ambassadrice de l'Échiquier vicquois à Belfort en avril prochain.
Agenda. 
Le club organise, à Vic, le championnat régional féminines le dimanche 26 février, au réfectoire communal de l'école Pierre-Guillard, à partir de 10 heures ; la compétition étant ouverte à toutes, petites et grandes, quel que soit le niveau de pratique, Vicquoises et voisines y sont naturellement invitées.
Pour tous renseignements, contactez par mail (echiquier.vicquois65@sfr.fr) ou téléphone au 06.68.80.47.03.

Le Crédit agricole en mode renouvellement et continuité.




L'assemblée générale de la caisse locale Nord-Bigorre du Crédit agricole a été l'occasion de découvrir à la tribune sinon un nouvel organigramme du moins une équipe renouvelée, de la direction et de la présidence du conseil d'administration. 
Ainsi, en présence de Jean-Paul Mazoyer, directeur général de la caisse régionale Pyrénées-Gascogne, siégeaient à la tribune : Laurent Marques, nouveau directeur de la caisse Nord-Bigorre depuis l'agence vicquoise ; sa collègue adjointe à la direction, Laure Blasquiz ; le nouveau président du conseil d'administration, Olivier Germa succédant à Michel Cossou qui, après la barre présidentielle locale, œuvre à la vice-présidence de la caisse régionale.
À l'ordre de l'AG, réunie salle de l'Octav au Centre multimédia, tout un programme selon un protocole reconduit : la présentation des rapports moral, financier, d'activité, pour l'exercice écoulé ; la partie actualités informations, avec la diffusion d'un court-métrage donnant au chef économiste Thomas Lombardi l'occasion d'un balayage des situations de la France , de l'Europe et du monde en soulignant les faits marquants et le défi de la numérisation»; l'échange des questions-réponses entre les sociétaires, clients et dirigeants, administrateurs ; l'intervention de David Castéra sur le thème sociétal choisi pour cette AG, «Le digital qui bouleverse notre quotidien, chance ou handicap?», sur canevas de transition numérique ; la remise de chèques à deux associations. 
Nous reviendrons sur les points essentiels. Partie conviviale autour d'un buffet et partie divertissement avec le Théâtre des 7 Chandelles de Maubourguet qui donnait «Prozaq City» pour clôturer l'exercice.

Automates !


17 février 2017

Les échos ornithologiques.




Rentrée pour le Club ornithologique de Bigorre, le COB, avec la première réunion 2017 à la Maison des associations à Vic, sous la présidence de Christian Werlé ; avec au programme des adhérents, notamment, la formulation des projets de l'année. 
Au rang des reconductions, «au vu de son succès et après consultation des adhérents présents», le Salon de Seissan, le 2e dimanche de novembre. Au chapitre de la réglementation, information sur l'annexe A de la convention européenne qui a changé avec la mise en garde pour les classifications des oiseaux. 
Au rang des prescriptions, obligatoires pour le Mondial en 2018, l'utilisation des «cageots de transport» pour les voyages ; présentation donc du matériel pour «le confort de nos petits protégés, des convoyeurs… que des avantages et un seul défaut, leur prix !». Des cageots qui feront difficilement l'objet de contrefaçon. Fabriqués en Allemagne, ils ont été imposés par la Commission ornithologique mondiale. Le COB prévoit l'acquisition de 12 cageots.
Deux compétiteurs du club avaient fait le déplacement au Mondial, en janvier dernier, et Thierry Bascaules a décroché un très beau titre de vice-champion du monde. 
L'humour étant au rendez-vous, le lauréat a remis une belle médaille… en chocolat au président Werlé, en guise de félicitations, pour être resté au pied du podium, à la 4e place ! Raillerie bien acceptée et commentée dans la bonne humeur et la convivialité de mise au COB : «On ne peut pas toujours gagner mais attention pour 2018 !».

Applaudissement partagés.




Complicités associatives et artistiques entre les théâtreux des Victambules de Vic et les peintres sur porcelaine de Plaisir et Passion de Montaner. 
Des complicités qui s'ancrent peut-être dans une histoire de Béarn-Bigorre de plusieurs siècles, et plus sûrement dans l'exercice partagé d'activités artistiques d'amateurs dans le meilleur sens donné à ce mot, celui de son origine latine : «amator, celui qui aime» ; sans compter ce point commun de la naissance associative, il y a dix ans. Du côté béarnais, Plaisir Passion organise deux manifestations annuelles, le marché de Noël et une soirée théâtrale ; côté bigourdan vicquois, Les Victambules sont toujours prêts à répondre présent, Montaner étant inscrit dans le périple d'une véritable tournée passant par Andrest, Saint-Mont, Rabastens, Chelle-Debat… 
Avant les 3 coups de la représentation de l'année, «Les Remplaçants», les théâtreux ont eu l'occasion d'entendre une présentation à la fois poétique et humoristique de la pièce par Jeanne, témoignant qu'un joli coup de pinceau pouvait aller de pair avec un joli trait de plume !
Tout comme l'équipe autour de Betty, la présidente de Plaisir et Passion, Marie, Pierrette, Odile, Chantal, etc., ont témoigné après le spectacle que leurs talents de peintres sur porcelaine étaient bien doublés de talents culinaires, le buffet salé et sucré, aux couleurs et saveurs harmonieuses, valaient les applaudissements à cette heure, des théâtreux.

Il fait pousser des plantes dans le désert.



16 février 2017

Secours catholique : actions et bénévolat.




Association à but non lucratif créée en 1946 par l'abbé Jean Rodhain, le Secours catholique, reconnu d'utilité publique en 1962, est organisé en délégations, telle celle de Pyrénées-Gascogne (site internet pyrenees-gascogne.secours-catholique.org) s'appuyant sur des équipes locales ; pour le Val d'Adour, équipes Vic-Rabastens et Maubourguet. 
Dans les locaux du foyer Saint-Martin, place du Corps-Franc-Pommiès, où l'équipe Vic-Rabastens tient sa permanence hebdomadaire, réunion en présence de Gaétan Chambrié, animateur, et occasion de lancer un appel à renfort de bénévoles.
En effet, Ghislaine Durand, Pascale Bocquet pour Vic, et Eliane Barthe, Anne-Marie Larcade, Hubert Daniel pour Rabastens, sont des bénévoles engagés dans une solidarité qui va au-delà de l'accueil lors des permanences du mardi, de 9 heures à 11 h 30 ; au-delà des seules aides matérielle et financière. 
De l'écoute à la création de lien, de l'accompagnement à des réponses lors de situations de précarité aussi morales, parfois dans l'urgence, sans oublier les partenariats et collaborations avec les acteurs sociaux, institutionnels tels les centres communaux d'action sociale, la Maison départementale de la solidarité… ou encore associatifs, caritatifs ou de coordination, un investissement supposant de la disponibilité plus facile lorsqu'elle est partagée entre plusieurs bénévoles.
Pour les personnes pouvant consacrer du temps à leurs semblables, contacter les bénévoles lors des permanences. Deux contacts téléphoniques : pour Vic-Rabastens, 06.43.90.63.57 ; pour des situations d'urgence, le 06.73.66.22.90.

Réseau Pyramide : 36 formations ouvertes à distance.



Au centre multimédia, un dispositif d'accueil et technique du seul site des Hautes-Pyrénées proposant des formations ouvertes à distance via le réseau Pyramide de la région Occitanie Pyrénées-Méditerranée. Plus de 30 formations dans des domaines aussi variés que le médico-social, l'informatique, la comptabilité et le tertiaire de bureau… dispensées par une vingtaine d'organismes agréés de la région Midi-Pyrénées. Avec 3 salles (de Web conférence, de visioconférence et de tutorat), les apprenants peuvent travailler dans des conditions optimales, y compris l'accompagnement individualisé des formateurs pour chaque stagiaire. 
Des formations vont démarrer en février et mars prochain, nécessitant inscriptions et dépôt de dossiers de candidatures. Parmi celles-ci : développer une structure touristique, gérer une association, CAO DAO conception maquette numérique, spécialisation en isolation-étanchéité à l'air, ventilation… Aussi, démarrage de parcours diplômants en développeur de logiciel, en sécurité, techniques en écorénovation et écoconstruction…
Renseignements et inscriptions. Consultation du site internet dédié du réseau Pyramide : http://www.midipyrenees.fr/-AccueilReseauPyramide. Contact pour rendez-vous au 05.62.33.74.02, du lundi au vendredi. Contact par courrier électronique : dominique.garcia@formation-mip.fr ; salima.el-hocine@formation-mip.fr

Toujours du VTT: Le Montcalm.




15 février 2017

Le conseil municipal en 35 minutes...


Le quorum, certes (au moins 6 élus ayant donné pour certains procurations et d'autres s'étant excusés), pour un conseil expédié en trente-cinq minutes, avec un ordre du jour qui déroulait : un hommage à «Jeannot» Mestre confié par Clément Menet à Robert Médiamole, qui fut son collègue lors des mandats de 1977 à 1995, et une minute de silence ; la mise à approbation du compte rendu du conseil municipal du 20 décembre 2016 ; 5 chapitres (finances, services publics, patrimoine, intercommunalité, questions diverses) déclinés en 12 points hors questions diverses et quelques «paragraphes» dont, au chapitre finances, le débat d'orientation budgétaire, l'ouverture de crédits d'investissements dans l'attente du vote du budget primitif 2017, la dotation d'équipement des territoires ruraux 2017 avec les 3 projets éligibles, à savoir la passerelle du parc naturel urbain, les travaux cœur de ville, la réhabilitation de l'ancienne conciergerie du stade Ménoni ; l'appel à projet du conseil départemental 65 au titre du fonds de dynamisation des communes urbaines ; la régie animation et ses tarifs ; le marché de fourniture d'une balayeuse. 
Deux interventions de l'opposition au chapitre finances, celles de Françoise Sentilles et Martine Corsini, demandant d'abord, pour la première, le vote point par point plutôt qu'un vote global sur l'ouverture des crédits d'investissement. 
Puis, il expliquera l'abstention du groupe sur le projet cœur de ville, «regrettant de ne pas avoir été associés, nous nous abstenons parce que nous ne savons pas de quoi nous parlons». Ensuite, concernant le vote contre la «passerelle PNU», Martine Corsini indiquera que le groupe considère «le projet disproportionné».
Recensement et ouvertures dominicales de commerces
Le maire donnera les chiffres de la population légale fixée par l'Insee au 1er janvier 2017, 5.321 habitants, avec une progression de 15 habitants (auparavant, 5.306). Les concessionnaires automobiles locaux se voyant quant à eux autorisés à 5 ouvertures dominicales dans le cadre de «Portes ouvertes».