30 avril 2017

Jour de la Terre à Pierre-Mendès-France.

Engagement international pour l'environnement.

Un projet pédagogique s'inscrivant dans la réforme du collège, très précisément le dispositif Enseignement pratiques interdisciplinaires (EPI), proposé aux élèves de 4e 2 de la cité scolaire Pierre-Mendès-France par Martine Lapeyre, professeur d'anglais, et Nathalie Serra, professeur d'arts plastiques. 
Et dans ce dispositif nouveau de l'Éducation nationale, un sujet autour du jour de la Terre, «Earth Day», qui a lieu le 22 avril, dans de nombreux pays, et ainsi que l'indique la professeure de langue, aux États-Unis depuis 1970 (en France, la première action fut médiatisée en 1990). Une action dédiée à la cause environnementale avec, au-delà des constats et exemples de dégradations, gaspillages, déforestation, un engagement symbolique de proximité. 
Ainsi, par le biais des arts plastiques, conception et réalisation d'œuvres éphémères, et sur le support langue anglaise, l'écriture de serments à suspendre à un arbre symboliquement planté au jour dit. Action nomade et itinérante, avec sur la pelouse réalisation d'un planisphère avec des matériaux biodégradables tels papiers, emballages cartons aux couleurs différentes pour représenter les continents, mers et océans… 
Et puis, avec de seuls matériaux de récupération et recyclables (dont une quantité d'emballages plastiques), construction d'un abri. Cette édition 2017 dans l'établissement scolaire ayant la particularité d'avoir été partagée par les élèves de Nouvelle-Zélande lors de la plantation d'un cerisier (arbre fruitier ayant été choisi par les élèves) ; un «Earth Day», journée mondiale pour la Terre, et ici, en Val d'Adour, de portée intercontinentale. Une génération consciente de l'héritage collectif, de l'urgence à agir en mettant fin aux incantations.

Les abeilles.


Cascade & barque.


Photo

...
Photo

29 avril 2017

Qualificatifs pour la ligue de doublette provençale.

Officiels et hôte : Paul Filbet, Fabienne Stoker, Christian Garcia, Jean-Marc Stoker.

Le boulodrome de l'échez a accueilli, pendant deux journées, la fine fleur des joueurs de boules des Hautes-Pyrénées pour des qualificatifs en Ligue Midi-Pyrénées de doublette provençale, ainsi que pour le championnat départemental jeunes (minimes et cadets). Il faut dire que l'équipe de la Libre Boule vicquoise (LBV), autour de son président Christian Garcia, est rompue à l'organisation de rassemblements, tournois, compétitions, sur le site ; un boulodrome que Paul Filbet, président d'honneur du comité départemental de pétanque des Hautes-Pyrénées (CD65), a qualifié de «plus adéquat du département pour le jeu provençal». Pas moins de 30 équipes des Hautes-Pyrénées (dont 4 de la LBV) se sont affrontées en compétition sous l'autorité de Paul Filbet, arbitre de la Fédération française de pétanque et jeu provençal (FFPJP), Fabienne Stocker, Jean-Marc Stocker, délégués du CD65.
Qualifiés pour la Ligue.
Les vainqueurs Frédéric Péré et Christian Barrère, du Tarbes Courte-Boule (TCB), les finalistes étant Arnaud Tarissan et Kévin Vaze, du Bouchon des gaves Argelès.
Agenda.
Le jeudi 4 mai prochain, la LBV accueillera 14 équipes dans le cadre du championnat des clubs vétérans et rappelle qu'il y aura 30 cadres à bâtir sur le boulodrome.
Le 4 juin, qualificatif France tête-à-tête masculins et féminines.
Le 14 juillet, à l'occasion de la fête nationale, la LBV organise un concours au boulodrome de l'échez réservé aux licenciés de la fédération.
Rappel : tous les jeudis, en fin d'après-midi, entraînements (amical et compétition).

The Bridge. Souvenir...


28 avril 2017

À Vic et Nouilhan, des chefs toqués.

Laurent Carrère-Laas et Xavier Spadiliero, de piano en piano.

Ils jouent leurs partitions en cuisine, et réellement ils jouent debout à leur piano, comme dans la chanson ! Xavier Spadiliero, au restaurant Le Réverbère à Vic ; Laurent Carrère-Laas, au restaurant Les 3B à Nouilhan, deux artistes et artisans de l'art culinaire qui peuvent afficher plus de trente ans de gammes depuis leurs débuts.

Des parcours différents

Xavier est arrivé en Bigorre à la barre du restaurant vicquois il y a douze ans. Laurent, lui, s'inscrit dans une lignée familiale dont il est le maillon en chef aujourd'hui. Si aucun des deux n'est en quête d'honneurs, de médailles ou de titres, tous les deux apprécient d'autant la distinction, témoignage de la reconnaissance qu'ils veulent partager avec leurs équipes respectives. Pour Xavier, que leurs enseignes — les premières et seules en Val d'Adour — apparaissent au fameux guide «Gault et Millau» édition 2017, avec l'emblématique toque, signifie «la mise en lumière du travail d'artisan réalisé tous les jours, avec un maximum de produits locaux, frais, dont la liste des producteurs est affichée». Laurent estime que c'est «la reconnaissance de la restauration traditionnelle, d'une véritable cuisine élaborée dans l'établissement, d'une pratique affirmée au jour le jour depuis plusieurs années, avec comme le nom des 3B l'indique, des produits de Bigorre, Béarn, Pays basque». Autrement dit, les circuits courts tellement tendance, il y a longtemps qu'ils pratiquent ! À leur carte, non pas des spécialités que leurs clients viendraient réclamer mais plutôt des plats porteurs de 3 fondamentaux : qualité du produit, identité culinaire, personnalité du chef.
Un plat préféré ? Pour Xavier, «celui que je vais inventer demain !». Pour Laurent, «celui qui naît d'une de mes randonnées, d'un paysage ou de gens croisés».
Contacts. Le Réverbère, à Vic, 29, boulevard d'Alsace, tél.05.62.96.78.16. Les 3B, à Nouilhan, route des Pyrénées, tél. 05.62.96.79.78. La bible gastronomique : https:fr.gaultmillau.com.

Monsanto


27 avril 2017

USV Rugby : vers un projet de reprise ?


Résultat de recherche d'images pour "rugby"

Une cinquantaine de supporteurs, anciens joueurs et bénévoles, ont répondu à l'invitation d'Arnaud Bessette et Frédéric Daram, porteurs d'un projet pour le renouveau de l'USV. Objectif : reconstruire le club sur cinq ans en lui donnant des bases solides avec l'engagement, pour la saison 2017-2018, d'une équipe de 30-35 joueurs qui repartirait au niveau le plus bas. 
Actuellement, environ 25 anciens ont accepté de relever ce défi ; l'entraînement serait assuré par Norbert Romo et Grégory Lerbey. Autre objectif de taille : recréer une école de rugby vicquoise en commençant par les «premiers pas», les minipoussins et les poussins. 
Des interventions auprès des écoles du canton sont prévues avec une journée d'initiation à Ménoni, en septembre prochain. Quant aux autres catégories jeunes, elles continueront à évoluer sous les couleurs de l'Entente Adour/échez. Enfin, une rencontre avec le proviseur de Pierre-Mendès-France est envisagée dans le but de créer, à partir de la rentrée 2018, deux classes section rugby pour les niveaux 6e et 4e, avec obligation pour les élèves de prendre leur licence à Vic. Pour ce qui est du budget prévisionnel, il se veut en équilibre. 
Côté dépenses : 20 000 € pour l'école de rugby, 65 000 € pour les seniors et un déficit de 30 000 € à rembourser sur trois ans. Côté recettes : une estimation à 100 000 € grâce aux animations, vente de calendriers, tombola et apport des partenaires. Ce projet devra être entériné par l'assemblée générale qui se tiendra en mai. Une dernière chance pour revoir les «bleu et blanc» sur le terrain ? Affaire à suivre.

CINE-VIC




Les jeunes de la pétanque en championnat.


Compétiteurs cadets et minimes au championnat 2017.

L'équipe de la Libre Boule vicquoise, autour du président Garcia, a reçu, sur le boulodrome de l'Echez, d'une part les ambassadeurs des clubs des Hautes-Pyrénées pour des qualificatifs de jeu provençal en doublettes, et d'autre part les compétiteurs pour le championnat départemental jeunes (minimes et cadets) en doublettes. En présence notamment d'Anaïs Gomez, présidente de l'école de pétanque, et de Jean-Claude Moreau, breveté de second degré de la Fédération française de pétanque et jeu provençal (FFPJP), 7 équipes cadettes et 10 équipes minimes se sont affrontées.
Résultats
Cadets : Sont champions Yoan Audoubert et Anthony Pailhac, du Pétanqueur du Plateau de Lannemezan ; vice-champions, Nelson Barutot de l'US Rabastens associé à Samuel Lauze, du Stadoceste Pétanque.
Minimes : Les champions sont Logan Doerr et Dan Adolphe, du Tarbes Courte-Boule ; les vice-champions sont Camille Guinle, du Tarbes Courte-Boule associé à Nathan Guinle, du Pétanque-Club Capvern.
Ces clubs proposent une pratique ludique et une discipline compétitive, en triplettes (3 contre 3), doublettes (2 contre 2) ou tête-à-tête (un contre un), pétanque, jeu de boules, lyonnaise, provençale… quelques pages de littérature avec Pagnol, de cinéma, une école départementale et le relais pour que sur les boulodromes, le cliquetis des boules résonne encore et encore.

Les Deschiens


26 avril 2017

Des stages techniques de pelote.


Paleta cuir pour le groupe vicquois avec l'éducateur départemental.

Le Pelotari-Club vicquois, dont l'édition 2017 du tournoi annuel de pelote place libre est en cours (finales en juillet) au fronton du site sportif Ménoni, s'est toujours inscrit en parallèle à la pratique loisirs et la compétition dans l'initiation et la formation au sein d'une école décentralisée à Lafitole. 
Des stages sont proposés pendant les vacances scolaires complétant les cours hebdomadaires ; l'objectif étant de «permettre aux jeunes pelotaris du club, entourés d'un professionnel et des dirigeants et éducateurs du club, de découvrir d'autres disciplines de pelote que la paleta gomme qu'ils pratiquent de façon régulière». 
Ainsi, après la journée de février centrée sur la pratique du frontenis (sport d'origine mexicaine qui se joue avec une simple raquette de tennis dont le cordage est renforcé compte tenu de la dureté de la pelote), celle de mars a été consacrée à la pratique de la paleta cuir, au mur à gauche de Lafitole. Stage pascal donc pour 11 jeunes pelotaris vicquois, animé par Romain Philippe, éducateur du comité départemental de pelote basque des Hautes-Pyrénées
Une école avec des cours assurés toute la saison, un encadrement compétent, plus des stages avec des intervenants tel Romain Philippe, pour un CV associatif et sportif des plus dynamiques !

CHRONIQUE. Le néolibéralisme est un fascisme.




25 avril 2017

L'empreinte du FN confirmée dans le canton de Vic.

Lecture des résultats par Clément Menet.

En tête du chef-lieu de canton avec 25,08 % à près de 10 points d'avance (15,28 %) sur François Fillon, candidat adopté après les primaires de la droite par le maire de Vic (aussi président de son comité de soutien départemental) et avec 23,79 % dans le canton, la candidate du Front national vire en tête de ce premier tour dans 6 autres communes du canton : Artagnan, Camalès, Gayan, Pujo, Sarniguet, Siarrouy. 
Sans réunion publique, avec seulement une campagne d'affichage et de tractage de proximité par ses militants, la candidate Marine Le Pen rassemble un électorat rural fidèle. 
Au premier tour des élections départementales de 2015, le FN engrangeait 19,13 % pour Vic et 21,66 % pour le canton (l'Union de la droite d'alors avec Clément Menet, Anne-Laure Larmitou-Latrille 38,93 % à Vic et 27,20 % canton). Le candidat Emmanuel Macron, en 2e position à Vic avec 22,59 % (devant Jean-Luc Mélenchon à 20,06 %) et 2e encore sur le canton avec 22,49 % (Mélenchon 22,32 %), ouvre une nouvelle voie politique de laquelle il sera difficile d'exclure La France insoumise et le Parti socialiste pour les prochains rendez-vous électoraux.

23 avril 2017

Cindy vient d'ouvrir Thé ô Café.

La jeune femme mise sur la qualité des produits.

Depuis le début du mois, Cindy Auburtin tient l'enseigne Thé ô Café, au 15, rue Maréchal-Foch. La jeune femme invite à découvrir ce nouveau salon de thé ou coffee-shop. Cindy est originaire de Royan. Après une étape en Béarn, elle a choisi la Bigorre : Andrest pour y résider, Vic pour son activité professionnelle. 
Ce sont deux communes dont elle a apprécié l'accueil jusqu'à s'y fixer. Son projet, elle l'a peaufiné, y compris par une formation Barista (à destination des personnes voulant ouvrir un coffee-shop). Après l'étape maternité et la naissance de Théo, elle a concrétisé son envie avec l'aide de son compagnon pour la partie fabrication du mobilier, installation du décor et équipement. Ces jeunes parents ont aussi associé leur bout de chou à l'aventure en choisissant le nom de l'enseigne, Thé ô Café !
Alors que Cindy amène à ses clientes Mélissa et Nora (lors de leur pause shopping gourmand) deux coupes spectaculaires, elle précise : «Je voulais une ambiance naturelle avec du bois, dans des tons de gris, dans un esprit un peu nordique, avec des espaces un peu cocooning».
Elle ajoute : «L'autre exigence étant celle de tabler sur la qualité des produits servis».
Cindy accueille les clients à Thé ô Café du mardi au samedi, de 8 heures à 17 h 30.

La Norvège !

22 avril 2017

De l'auberge de Montaner à l'Espada de Fébus !

Lors de la Fête de l'Histoire, sur le parvis du château.

Que le dossier de réaménagement de l'auberge de Montaner s'inscrive dans le développement territorial intercommunal n'a pas été l'évidence même, ni en tant que dossier de la communauté de communes Vic-Montaner ni depuis la fusion des trois collectivités territoriales en une seule Adour-Madiran au 1er janvier dernier. Les investissements depuis 2012-2013 sur le château pour la scénarisation des lieux, la création d'un parcours touristique et muséographique, appelaient un prolongement d'investissement en projet d'accueil avec le réaménagement de l'auberge de Montaner.
Le réaménagement devrait permettre de capitaliser en termes économiques et en réaménagement de centre-bourg, ce qui a déjà été réalisé en matière de développement touristique. La restructuration de cet espace doit servir de levier de développement en répondant aux exigences liées aux activités touristiques et économiques sur un territoire fragile, à savoir un monument historique avec des outils de médiation culturelle (existant), une boutique (existante), une offre de restauration (chantier en cours de finalisation). Le conseil communautaire et le président ont fait le point sur la situation et l'avancement du projet. L'investissement engagé en 2016 est de 498.000 € HT, bénéficiant de subventions notifiées à hauteur de 60 %, soit 296.922 € ; restent à payer, au titre de l'exercice 2017, 331.053 € HT. L'enveloppe initiale a été dépassée lors de l'intégration d'avenants de travaux, d'équipements de la cuisine non prévus dans le marché initial et du logement du 1er étage.

Une nouvelle gérante

Parallèlement aux travaux, la procédure de recrutement d'un gérant a abouti. Autoentrepreneur traiteur après une formation en secrétariat-comptabilité, Sophie Bacquerie est donc armée pour les deux volets d'exploitation d'un commerce. Elle a satisfait aux critères définis pour la location-gérance de l'établissement. Avec sa fille Marjorie, elles attendent avec impatience le lancement de l'activité à l'Espada de Fébus, courant juin prochain. Avec deux salles, la capacité d'accueil s'étend aux groupes, et au restaurant au bar, à l'offre traiteur, Sophie et Marjorie ont ajouté le service d'épicerie de dépannage, la vente de produits locaux, ainsi qu'un point telais. En fait, la demande, l'opportunité, pourront élargir la gamme.

Les jeunes aux championnats régionaux de tennis.

Félicitations à Luc, Maéva, Léo.

S'il est des domaines et autres activités associatives où la relève est difficile à voir venir, le Tennis-Club vicquois, grâce à une politique jeunes reconduite par les différentes équipes de dirigeants qui se sont succédé, est toujours représentée sur les courts départementaux, régionaux, et plus ! Le cadre des championnats régionaux de la Ligue Midi-Pyrénées de tennis en a apporté l'illustration, sur les courts et aux «postes» d'arbitrage.
Sur les courts, une nouvelle très bonne performance pour Léo Griffon dans la catégorie 14 ans puisqu'il s'est seulement incliné en 3 sets en demi-finales après un très bon match contre le futur champion régional (classé 3/6). Championnat régional arbitré par... de jeunes arbitres participant aux qualifications pour le trophée national de l'arbitrage. 
Le TCV était très bien représenté avec 3 jeunes, Luc Roussigné, Thomas Tessier et Maéva Mounicou, formés conjointement par le club et le comité départemental de tennis ; et là aussi, l'excellence. Luc Roussigné, après avoir eu l'honneur d'arbitrer la finale garçons 17-18 ans, se classe 2e du trophée et se qualifie pour aller arbitrer, au mois d'août, au championnat de France seniors + au Stade français Paris. Pour mémoire, Luc est le quatrième Vicquois à se qualifier pour ce trophée (Jérémy Rossetti en 2008, Hugo Fontan en 2015, Antoine Saintagne en 2016), ce qui confirme le TCV comme l'un des meilleurs de la région dans la formation des jeunes arbitres.
De leur côté, Thomas a fini dans le premier groupe et pourra prétendre à une qualification l'année prochaine, et Maéva, pour sa première année d'arbitrage, a reçu les félicitations des formateurs et pourra arbitrer aux prochains Petits As de Tarbes. Toujours côté arbitrage, Julie Rossetti (17 ans) a arbitré, la semaine dernière, sur le tournoi international juniors du Cap-d'Ail à côté de Monaco.
Agenda.
Coupe de printemps tous les week-ends à Ménoni. L'équipe 13-14 ans (Léo Griffon, Baptiste Roussigné, Clément Charron et Robin Duros) poursuit son parcours en championnat régional 13-14 ans première division : après la première place en poule et l'étape Castanet, le quatuor se rend, ce week-end, à Saint-Orens.

Un étonnant contrôle d'identité lors du conseil municipal.


La séance du conseil municipal de ce mardi 11 avril n'a pas été aussi courte que les deux précédentes qui avaient été de l'ordre de trente et vingt minutes. 
Cette séance a duré en fait 75 minutes (20 h 30 à 21 h 45 entre l'entrée salle du conseil et la sortie), émaillées de remarques, escarmouches verbales, répliques, digressions terminologiques, etc., au fur et à mesure des 15 points plus les questions diverses, sur lesquels nous reviendrons. 
L'inédit s'est produit la séance sitôt clôturée, alors qu'élus et public allaient quitter la salle : le maire se dirigeant prestement vers un citoyen de l'auditoire, lui demande de décliner son identité. Refus de l'interpellé, réitération du maire, nouveau refus, déplacement vers le hall pour une scène hors du commun en ce lieu et dans cet exercice entre protagonistes concitoyens. 
L'enregistrement audio de la séance est consultable sur le site de la commune : (http://www.mairie-vic-bigorre.fr/).


21 avril 2017

Le Front de gauche a débattu sur la présidentielle et plus.

Participer et «faire en sorte que la démocratie sociale existe».

Si l'objet de la réunion publique, le mercredi 19 avril, en mairie de Vic, précisé par Marie-Pierre Vieu (PCF) et Vincent Ricarrère (Ensemble 65), était bien la situation à deux jours de l'élection présidentielle, «un tel niveau de crise de la politique que l'on ne sait pas ce qui peut arriver», il a été naturellement question de la suite. 
En effet, les deux candidats du Front de gauche aux législatives se sont inscrits dans une dynamique émergeante au fil de la campagne présidentielle - la poussée de Jean-Luc Mélenchon avec son programme L'Avenir en commun de la France insoumise- et «l'un des bouleversements qu'il peut y avoir avec son élection.» 
Et de se poser la question de la représentativité au Parlement, et à partir d'une assemblée constituante, dégager un socle d'idées et les règles d'une VIe République. «On milite pour Jean-Luc Mélenchon et pour une refondation progressiste de gauche». Des échanges autour des «urgences politique, sociale, démocratique, politique»; de la «véritable température, celle constatée au porte-à-porte et non à la lecture des sondages»; souligner «ce n'est pas parce qu'on sortirait de l'euro que l'on sortirait du libéralisme ; c'est le fonctionnement de l'Europe actuelle qui nuit à l'Europe, qui crée l'euroscepticisme». 
D'autres échanges autour du «vote utile» décliné de tous les bords, pour convaincre de «rompre avec le négatif», de ne «pas se tromper de colère», et voter Mélenchon pour redonner du sens à la démocratie.

Grande Guerre : les hommes d'ici.

Inauguration en présence de Josette Belin et le jeune Mani,de la famille de Firmin Pey.

Un site, l'hôtel de Journet, accueillit l'hospice civil dans les années 1860, devenant un hôpital inauguré en 1901 pour quelques décennies, avant l'évolution vers un centre hospitalier intercommunal Tarbes-Vic avec vocation spécifique autour de la gériatrie à Vic (Acacias et résidence La Clairière rue Pierre-Trouillé).
Une fois l' hôtel de Journet libéré de sa première vocation hospitalière, 3 salles étaient louées par la commune pour des activités culturelles. Depuis ce début d'avril et jusqu'à fin 2018 dans un premier temps, elles deviennent le cadre d'un musée temporaire en accueillant une exposition du centenaire de la Grande Guerre.
Pour ces années mémorielles de 2014 à 2018, l'association Mémoire des deux guerres en Sud-Ouest (M2G), que préside François Petit, propose plusieurs projets. Tout d'abord, une exposition permanente à l'abbaye de Saint-Sever-de-Rustan avec quelque 30 scènes reconstituées, 75 mannequins, des centaines d'objets, d'agrandissements photographiques et de documents personnels retracent la vie des habitants du Val d'Adour de 1880 à 1954. L'association présente aussi une exposition itinérante en Hautes-Pyrénées, ainsi à Vic, dans les salons de l'hôtel de Journet.

Les poilus du canton

La caractéristique et le côté émouvant vient du fait que, dans le premier salon, les personnages sont des soldats, poilus de corps d'armées divers, natifs de Vic et du canton. Les visages ont été modelés par François Petit, à partir de photos. Et les tenues sont d'époque, les mêmes que celles portées par ceux qui sont représentés.
Lors de l'inauguration, Dominique Delluc, un des animateurs de M2G, a présenté la galerie des mannequins, Firmin Pey de Vic, Auguste Cariac de Marsac, Thimotée Vila de Caixon, Henri Pène d'Andrest, Paul Cyriaque de Marsac, Henri Bassin, attaché à Artagnan par adoption; Paul Daunine d'Artagnan, Gaston Labat de Pujo , Paul Dours de Vic, Fernand Lafitte d'Artagnan (une fiche pour chacun rappelant leur parcours) avant de guider l'assemblée d'une salle à l'autre.

Un bel écrin pour l'Histoire

Là, les collections de casques, de médailles, d'affiches d'époque, côtoient la reconstitution d'une scène d'hôpital (des soldats blessés furent accueillis sur ce même site) dans la 3e salle consacrée à l'exposition du centenaire. Le maire, Clément Menet, exprimant sa fierté que Vic accueille cette exposition, a souligné la qualité «du bel écrin pour une exposition culturelle, historique, artistique», rappelant que «la Grande Guerre est celle qui parle le plus», évoquant «les poilus, nos ancêtres territoriaux» de ce conflit qui a fait entrer le monde dans le XXe siècle. Terminant sur l'intérêt pédagogique, le maire a souhaité que le plus grand nombre de classes vienne découvrir l'exposition.
Ouverture au public, le samedi matin ; les autres jours, visites de groupes sur réservation au 06.37.30.83.14.
Site internet de l'association (www.memoiredes2guerres.fr)

Le moteur Stirling


20 avril 2017

Élections : insoumis et avenir en commun.


Débattre.

Si tous les candidats à l'élection présidentielle ont eu des militants tractant les jours de marché hebdomadaire à Vic, à une semaine du scrutin, seules 3 réunions publiques ont été proposées aux électeurs vicquois ; étant précisé qu'à chacune d'elles, participait au moins un des candidats aux élections législatives qui suivront en juin.
Ainsi en mairie, pour la France insoumise, celle de Jean-Luc Mélenchon et le programme «L'avenir en commun», étaient présents Charles Rocheteau, Marie-Jo Sanchez et Sylvie Ferrer. Les problématiques des territoires ruraux (par exemple autour de la santé avec la désertification médicale et le service public hospitalier) ; comme des questions internationales (question européenne et traités, harmonisation de la législation du travail) ; ou encore les institutions «sclérosées, bloquées, le fameux 49.3 véritable catastrophe de la Constitution» et l'objectif d'une VIe République ont été évoqués. Les participants ont mis en avant les outils de communication, depuis des fiches pédagogiques papier pour les chapitres du programme Mélenchon 2017, ou à télécharger sur le site www.melenchon.fr ou avenirencommun.fr.

Plus de mille œufs au château !

Elena et son escorte  !

La fête de l'Histoire organisée par les Amis du château sur le site d'où Gaston Fébus dominait Béarn, Bigorre et au-delà, a permis un voyage multimillénaire aux visiteurs, petits et grands ; une cohabitation spectaculaire en couleurs, musiques, animations. 
On y trouvait des personnes du milieu associatif passionnés d'Histoire, mais aussi des troupes de comédiens, parmi lesquels Fébus Avan, Les Ribauds de Pacoy, La Commanderie de Pyrène, Varg Manheim, Marc le Forgeron, pour une galerie de personnages en costumes, relayeurs de faits et événements tels que combats à pied ou à cheval…, relayeurs d'artisanat (forge, tissage…), dans des scènes reconstituées en échoppes ou déambulant sur le parvis et l'esplanade. 
Et puis, tradition pascale oblige, petits et grands ont pu se livrer à la chasse -gratuite- avec plus de mille œufs sous leurs enveloppes argentées colorées que les organisateurs avaient disséminés dans les herbes, murets… la récolte pour les plus petits dans la cour de l'enceinte du château avec l'entrée par le pont-levis après un passage obligatoire sous une barre toise ; fossés sinon douves pour les plus grands (sans limite de taille et parfois. d'âge !). Les petits chasseurs gourmands ont consommé leurs trouvailles sur place ou les ont partagées.

19 avril 2017

Adour-Madiran : les projets santé et enfance globalisés.

Place de Verdun (ou place aux Bois) à Vic, le site où sera construite la Maison pluriprofessionnelle de santé.

Trois mois depuis que les 99 délégués élus des conseils municipaux des 72 communes ont porté à la présidence de la collectivité territoriale Adour-Madiran Frédéric Ré, lors de la première séance du nouveau conseil communautaire le 13 janvier dernier.
Un temps d'installation pour les élus et agents, à la fois sur des sites d'exercices démocratiques et administratifs, mais aussi de répartition des membres avec les responsabilités et délégations induites instances, bureau, commissions. Le temps aussi d'appréhender tous les projets commencés dans chacune des 3 collectivités réunies, et d'en faire des projets bien dimensionnés par rapport au nouveau territoire.

Aucun dossier abandonné

Il en est ainsi pour le dossier santé et les 2 projets antérieurs à la fusion, le groupe médical de Maubourguet acquis (230.000 €) par la collectivité en 2016 et la construction de la Maison de santé pluriprofessionnelle de Vic (3 M€ hors taxe) dont le marché et les ordres de service datent du 13 décembre 2016 et sans aucune notification de subvention effective. Aujourd'hui, un projet est identifié «Santé Adour-Madiran», placé sous l'égide du pôle de santé du Val d'Adour, labellisé par l'Agence régionale de santé (ARS). Tout en rappelant que l'essentiel et même la seule question à se poser était «comment faire venir des médecins sur le territoire ?», le président Ré commentait «le bâtiment ne fait pas le service, il faut trouver le plus, l'organisation pour que tous les habitants aient accès aux soins».

Synergie pour l'enfance

Sur le site de l'ancien bâtiment de la maison de retraite de Rabastens, un pôle enfance et jeunesse (centre de loisirs, maison d'assistantes maternelles ; en attente de financement avant de lancer les travaux) ; à Tostat, l'extension de la microcrèche (même situation que pour Rabastens) ; construction de la maison d'assistantes maternelles de Villenave-près-Marsac (marché et ordres de services signés le 22 décembre 2016, en attente du retour du permis de construire) ; création de la microcrèche d'Andrest (projet approuvé dès octobre 2015). Parmi les autres dossiers globalisés, on trouve le développement économique, le tourisme, les infrastructures sportives et culturelles.
Pour mémoire, les budgets primitifs 2017 (budget principal et budgets annexes) ont été présentés lors du conseil communautaire du 6 avril à Rabastens.

18 avril 2017

Mémoire de la Déportation et relais.

Découverte des aquatintes d'Ivan Gros inspirées de témoignages de déportées à Ravensbruck.

Échanges entre élèves de 1re littéraire ayant travaillé sur le thème de la Déportation et de la déshumanisation des camps avec les Amis de la fondation pour la Mémoire de la Déportation des Hautes-Pyrénées (AFMD 65). 
Le dernier dimanche d'avril (cette année le 30) est journée nationale du Souvenir des victimes de la déportation avec des cérémonies organisées à la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d'extermination nazis lors la Seconde Guerre mondiale.

L'Algérie à deux voix.

Des pages d'histoire et de souvenirs pour l'auditoire.

Le foyer laïque invitait à une soirée projection de photos et repères historiques sur l'Algérie avec les photos de Pierre Margaix et un rappel chronologique de l'histoire de la France en Algérie depuis la conquête, dans les années 1830, par Michèle Aué, en passant par les dates clés (émergence du FLN, soulèvements, attentats de Toussaint 1954, l'impact économique de la découverte du gisement de pétrole à Hassi Messaoud en 1956, jusqu'aux dates de mars 1962). Les photos ont été prises par Pierre Margaix lui-même, entre janvier 1959 et décembre 1961, alors qu'appelé du contingent, il rejoignait «un régiment disciplinaire dans les Aurès» (après une protestation citoyenne, il s'était couché devant un train de réservistes). 
L'appelé, réserviste, passant par l'école des officiers, au rang de sous-lieutenant, put accomplir aussi des missions de photographe. Des photos délibérément choisies pour cette projection, «constituant un contrepoint aux barbaries, venant éclairer avec sensibilité et délicatesse la beauté des paysages». Quant aux repères historiques, Michèle Aué, professeur d'histoire à la retraite, s'attachera à une présentation factuelle, ces pages d'histoire encore récentes n'étant pas toujours abordées dans la sérénité et l'apaisement.
Photographe éclairé et voyageur, Pierre Margaix a sillonné depuis 1957 plusieurs continents, fixant paysages, scènes de vie, citoyens du monde, trésors de faune et flore, qui aujourd'hui constituent une photothèque de 15.000 diapositives qu'il aime à partager selon des thématiques variables quasiment à l'infini, la soirée à Andrest étant la 109e projection publique proposée.

17 avril 2017

La Hesteyade : Amistat à la 40e !

Choristes et musiciens, même chœur et cœurs.

Le chœur que dirige Yves Campagnari sera à l'affiche de la 40e édition de La Hesteyade d'Ibos parmi les 48 groupes qui se succéderont sur la scène, le dimanche 30 avril, à partir de 14 h 30. Depuis 1978, année de la création à Ibos par Denis Pécassou et les Plantagulhes, La Hesteyade de Bigorre est la fête du chant et du conte pyrénéen à laquelle Amistat participe avec fidélité ; un rassemblement festif avec les voix d'Amistat depuis trente-cinq ans avec une seule absence en 2013 pour des raisons de deuil affectant la chorale.
Pour cette édition, Yves Campagnari indique : «Pour répondre à une demande des organisateurs, notre chant, création du groupe Sémiac en Bigorra, sera interprété en commun avec la chorale Cant'Asrac de Sénac», et ajoute «les répétitions très conviviales ont lieu à Vic, dans la bonne humeur mais sérieuses». La Hesteyade ? Un grand moment du chant traditionnel et bigourdan en particulier.

15 avril 2017

Bagnères de bigorre - Les insoumis tractent au marché

Les militants étaient présents toute la matinée sur le marché./ Photo A.-C. E.

Hier matin, sur le marché, dans le centre-ville, une quinzaine d'insoumis sont venus pour distribuer des tracts aux passants. Depuis maintenant plus d'un an, ils viennent régulièrement à la rencontre des citoyens pour informer sur le projet du candidat qu'ils soutiennent pour les élections présidentielles : Jean-Luc Mélenchon. 
Ils ne sont pas les seuls. Le Front national ou le Parti socialiste lui font de la concurrence. Mais les insoumis continuent leur lutte en allant vers les gens. «On a des retours, les gens s'intéressent de plus en plus au projet», explique Christian Agius, du mouvement des insoumis. Ce mouvement politique a commencé la campagne bien avant les autres. Les groupes d'appuis se sont réunis petit à petit pour former un mouvement solide aujourd'hui. 
«Chaque week-end, nous avons des milliers de soutiens supplémentaires, les gens font la démarche de se renseigner, et nous sommes là.» Après le rassemblement à Paris et le meeting à Marseille, les insoumis se sentent pousser des ailes. «Nous espérons être 50.000 au meeting à Toulouse, dimanche», ajoute Christian Agius. 
Un car est organisé pour emmener les habitants du département dans la Ville rose. Aujourd'hui, la caravane de Jean-Luc Mélenchon s'arrête à Laubadère, de 10 heures à 18 heures, et sera suivie d'une réunion publique.


Japon...



14 avril 2017

L'agneau pascal, une tradition qui a du bon.

Peyo (en blouse noire) et Dimitri avec les agneaux bio.

Si Pâques est la période des cloches et des petits lapins qui cachent du chocolat un peu partout dans les jardins, il y a une tradition beaucoup plus ancienne, celle de l'agneau pascal. L'agneau est présent sur la table du repas de Pâques et il a une signification symbolique importante dans la religion. Mais revenons à nos moutons… à nos agneaux, et parlons viande. Qui dit agneau dit gigot ! Tendre et savoureux, le gigot est vraiment doux comme un agneau et les côtes un vrai régal, surtout quand il est bio comme à la ferme Coulom. Dimitri, qui a repris la ferme de son père Francis, à Caussade, possède un cheptel de 100 brebis. Une affaire familiale qui, en 2018, verra aussi l'arrivée d'Olivier, le frère aîné.

De l'éleveur bio au boucher

Peyo, le boucher, travaille à longueur d'année avec Dimitri Coulom, éleveur d'agneaux bio. Les deux acolytes jouent local. à l'approche de Pâques, pour les bouchers, c'est un peu la Saint-Valentin : «C'est une tradition, en famille, on mange et on se retrouve autour d'un bon morceau d'agneau».
Les brebis mangent essentiellement du foin et de la luzerne cultivés sur la propriété avec également les céréales de la ferme, blé et maïs. Dimitri leur donne aussi des tourteaux produits avec le colza et le tournesol et du lait. L'été, elles vivent en liberté dans les prés. Les agneaux sont des agneaux à viande (ils sont souvent vendus par moitié). Ils sont sevrés à 2 mois, vendus à l'âge de 3 mois et demi et pèsent environ 40 kg, poids vif. Ils sont nés en décembre (la mise à bas se produit en décembre-janvier, selon le cycle naturel).
Les agneaux de Dimitri ont le label bio, tout comme tous les autres produits : huile de tournesol, de colza, lentilles. La viande est tendre, délicate, appétissante, c'est un pur produit du terroir que toutes les recettes sauront mettre en valeur. Dans la boucherie, Peyo prend un soin particulier à proposer ces morceaux de choix et en fait une présentation festive : couronne d'agneau, côtes croisées, épaule en melon, etc., c'est tout bon. Dans un contexte où le consommateur s'interroge sur ce qu'il mange, ici, l'agneau est d'exception.

L'Algérie à deux voix.

Des pages d'histoire et de souvenirs pour l'auditoire.

Le foyer laïque invitait à une soirée projection de photos et repères historiques sur l'Algérie avec les photos de Pierre Margaix et un rappel chronologique de l'histoire de la France en Algérie depuis la conquête, dans les années 1830, par Michèle Aué, en passant par les dates clés (émergence du FLN, soulèvements, attentats de Toussaint 1954, l'impact économique de la découverte du gisement de pétrole à Hassi Messaoud en 1956, jusqu'aux dates de mars 1962). 
Les photos ont été prises par Pierre Margaix lui-même, entre janvier 1959 et décembre 1961, alors qu'appelé du contingent, il rejoignait «un régiment disciplinaire dans les Aurès» (après une protestation citoyenne, il s'était couché devant un train de réservistes). L'appelé, réserviste, passant par l'école des officiers, au rang de sous-lieutenant, put accomplir aussi des missions de photographe. 
Des photos délibérément choisies pour cette projection, «constituant un contrepoint aux barbaries, venant éclairer avec sensibilité et délicatesse la beauté des paysages». Quant aux repères historiques, Michèle Aué, professeur d'histoire à la retraite, s'attachera à une présentation factuelle, ces pages d'histoire encore récentes n'étant pas toujours abordées dans la sérénité et l'apaisement.
Photographe éclairé et voyageur, Pierre Margaix a sillonné depuis 1957 plusieurs continents, fixant paysages, scènes de vie, citoyens du monde, trésors de faune et flore, qui aujourd'hui constituent une photothèque de 15.000 diapositives qu'il aime à partager selon des thématiques variables quasiment à l'infini, la soirée à Andrest étant la 109e projection publique proposée.

Cerisiers


Ce matin, 925 fundamenta Canaregio, Venezia


Nous sommes là


13 avril 2017

Réunion publique salle de l'Octav.

La concurrence nationale du grand débat télévisé avec les candidats à la présidentielle est-elle une explication ? Toujours est-il qu'à l'invitation à la réunion publique du maire et de l'équipe municipale «à mi-mandat, faisons le bilan», seuls quelque 80 concitoyens ont participé. En préambule, Clément Menet a indiqué que la date du 4 avril avait été arrêtée, certes avant que ne soit connu le calendrier de débats médiatiques, mais pour une raison précise : le 4 avril 2014 s'étant tenu la première réunion du conseil municipal de l'équipe qu'il conduit. 
Les modalités de ce point à mi-mandat ? La projection des réalisations à partir du document de campagne municipale ; déclinaison en 16 points, engagement, réalisation ou concrétisation commentés par Clément Menet. à commencer par l'engagement d'être «maire à temps plein» au moins sur deux ans, «laissant son entreprise de côté», et ajoutant : «Aujourd'hui, je le dis clairement, ce n'est plus nécessaire». 
Ont suivi les sujets à consulter sur le site de la ville : baisse des impôts, collecte des ordures ménagères, gestion des finances publiques, réaménagement du centre-ville, fleurissement et propreté, réfection de la voirie (16 rues en 2015, 7 en 2016, + programme 2017), parc naturel urbain. Sur l'intercommunalité, le maire a rappelé «qu'il appelait alors et déjà la fusion de tous ses vœux», indiquant, de plus, comme à la cérémonie de vœux de janvier dernier, la condition du transfert de la compétence écoles en perspective : «récupérer l'équivalent de compétence d'un budget équivalent d'1 million d'euros avec bâtiments du territoire», à savoir ou médiathèque, ou centre multimédia, ou gendarmerie, ou piscine. 
Les ressources humaines, le dynamisme commercial, le contrat de santé pour Vic, ont aussi été abordés. Une présentation à laquelle le maire a apporté cette appréciation : «L'équipe municipale et moi avons le sentiment du travail accompli pour un projet qui semblait ambitieux mais qui a été accompli».

Échanges

Des questions concernant la route de Rabastens : passage de camions, étroitesse ou manque de trottoirs, mise en circulation à sens unique ? Et des réponses : une question de semaines pour un plan de circulation poids lourds, pas d'élargissement des trottoirs à ce mandat. Autre question, à quoi va ressembler la passerelle du parc naturel urbain (travaux débutant en mai prochain pour livraison début juillet, passerelle bois, large pour piétons et vélos) ; propreté et déjections canines (à part le flagrant délit, pas de solutions ; suggestion de fiches pédagogiques de prévention) ; route de Tarbes et déplacements piétonniers ou à vélo (route départementale)
Le document bilan sera consultable sur le site de la commune : http://www.mairie-vic-bigorre.fr/

Bienvenue à La Mercerie.

Yamina, accueil souriant et conseils avisés.

Une nouvelle boutique, oui, symbolique à bien des égards, que Yamina Cénac vient d'ouvrir rue Maréchal-Foch, que d'aucuns continuent à nommer rue du château !
Une boutique alliant architecture intérieure et décoration urbaine à la manière d'un loft anglo-saxon à la mémoire quasi patrimoniale du commerce vicquois avec son enseigne, La Mercerie, là même où plusieurs générations ont tenu mercerie-lingerie. À la fois entreprise d'une nouvelle page professionnelle pour Yamina dans cette activité commerciale de prêt-à-porter masculin et en même temps à travers le cadre, des flash-back sur des pages professionnelles d'un continent à l'autre écrites par Yamina et Aimé. «Un vieux rêve qui s'accomplit», dit-elle, concrétisé avec l'exigence de qualité des produits et originalité dans le sens où l'on trouvera à La Mercerie des marques peu proposées dans le département et proximité interdépartementale. 
La clientèle attendue ? Sans critère d'âge ou socioprofessionnel ! Les marques ? Eden Park, qui a une certaine notoriété dans le monde sportif dont l'ovalie ; Vicomte Arthur, dont le produit phare, le polo, ou American Vintage et sa french touch d'origine ; ou encore Hero Seven, né à Marseille, avec dans ses collections, notamment, des tee-shirts imprimés de portraits d'icônes des années «50» ou «60» (Steeve Mac Queen, Paul Newman…) ; ou encore Benson & Cherry à l'esprit rock'n'roll. Et que dire des jeans sortis tout droit de l'atelier Oscar à Nantes ?
Boutique de prêt-à-porter hommes, à découvrir, mesdames aussi, du lundi au samedi, de 10 heures à 19 heures.

Rose...


12 avril 2017

Adour-Madiran, gouvernance et communication.


Le président entouré de la directrice des services et du chargé de communication.

À l'invitation de Frédéric Ré, président de la communauté de communes Adour-Madiran, une conférence de presse a été programmée au pôle des services publics, siège de la nouvelle collectivité territoriale.
Au programme, la présentation des actions et projets engagés et les grandes orientations pour 2017. L'occasion pour le président de préciser le fonctionnement de l'exécutif dans les différentes instances, du bureau au conseil, de donner des indications sur l'organigramme des services et les distributions et affectations dans l'espace du bâtiment, de rappeler la collaboration élus-agents et la méthodologie de travail, et échanger avec les interlocuteurs de la presse, sur les moyens, outils, de communication.

Contre les clivages

Entouré de Sandrine Bonnet, directrice générale des services, ainsi que de Sébastien Saint-Picq, chargé de communication, Frédéric Ré est revenu sur l'historique de la fusion des trois collectivités (fusion à laquelle il avait toujours été favorable), soulignant la cohérence territoriale. En avant-propos, il a donné les lignes de sa manière d'être et d'agir dans le cadre de sa fonction d'élu et de sa présidence. à la volonté de l'élu de ne pas s'engager dans la polémique stérile, de rester dans le factuel, «je ne me prononcerai que sur des faits validés en conseil», il ajoutait cependant un trait personnel, s'inscrivant résolument dans «des convictions de gauche», pour revenir à la nécessité de «dépasser les clivages politiques, de travailler gauche-droite sans distinction», dans les valeurs de la République. Avant d'en venir aux principaux projets engagés, Frédéric Ré a apporté une précision sur la composition du bureau et le nombre des vice-présidents (12) qui restera dans cette configuration au vu des compétences intercommunales de la CCAM aujourd'hui, indiquant que 6 vice-présidents étaient issus de l'ancienne CC Vic-Montaner, tout le territoire étant représenté. Soulignant le «climat apaisé», il a adressé à tous les maires et délégués communautaires des remerciements ; plus appuyés encore aux membres de la commission des finances, «pour leur solidarité, leur travail depuis un mois, grâce auxquels on arrivera à une fiscalité neutre».

Sur l'établi

Des dossiers santé, petite enfance, développement économique, tourisme, infrastructures sportives et culturelles (dans une prochaine édition). De la communication aux habitants du territoire avec le travail en cours de la commission ad hoc dont pour 2017, un visuel commun, des bulletins d'information support papier et en ligne ; un site (www.adour-madiran.fr) ; contact téléphonique pour rendez-vous, renseignements, standard 05.62.31.38.84.

Bourgeonnement...


11 avril 2017

Réunion Publique de mi-mandat.


4 avril 2014 - 4 avril 2017. A-mi mandat, faisons le bilan ! 

M. le Maire et l'équipe municipale ont organisé le mardi 4 avril une réunion publique de mi-mandat à la salle de l'Octav.Pour cette occasion, M. le Maire est revenu sur l'ensemble des 16 engagements exposés dans le document de campagne en 2014 :


1 . Responsabilités de Maire 

2 . Baisse des taux communaux 

3 . Collecte des ordures ménagères

4 . Gestion économe des finances publiques 

5 . Réaménagement du centre-ville 

6 . Déplacements et accessibilité

7 . Voirie8 . Entretien des rivières 

9 . Parc Naturel de l'Echez

10 . Collaboration étroite avec les services de l'Etat 

11 . Vidéoprotection

12 . Aménagement des rythmes scolaires 

13 . Festival de Gastronomie

14 . Réaménagement du complexe Ménoni

15 . Ressources humaines

16 . Dynamisme commercialM. 

le Maire a fait état des actions mis en place par la Municipalité en 3 ans, de celles en cours, et de celles qu'il manque à réaliser. Pour prendre connaissance du document présenté lors de la réunion, cliquez sur le lien ci-dessous :

  Documents joints

Un peu d'humour...


10 avril 2017

A Vic-en-Bigorre, les gendarmes au chevet des résidents pour recueillir les procurations.


Après avoir fourni tous les renseignements, Mme Bégué paraphe sa procuration./Photo A. B.

« Ce n’est pas parce que l’on a des difficultés physiques à se déplacer, qu’on n’existe plus en tant que citoyen. » Voilà pourquoi François Labat, le directeur de l’Ehpad du centre hospitalier de Bigorre à Vic-en-Bigorre, a fait appel, cet après-midi, aux gendarmes de la brigade locale. « Il y a un peu plus d’un mois, nous avons écrit à tous les résidents ou à leur famille afin de les informer de cette démarche de collecte des procurations, poursuit le directeur. Nous précisions que des gendarmes ou des délégués habilités viendraient à leur chevet pour recueillir leur souhait, ainsi que le nom et les coordonnées des mandataires. »
À Vic, deux rendez-vous ont été fixés, ce mardi et le suivant. Aussi, la visite des gendarmes, emmenés par l’adjudant Baldes, est attendue cet après-midi. Une liste des résidents souhaitant donner procuration a été dressée. Six certificats médicaux attestant de l’impossibilité pour ces personnes de se rendre aux bureaux de vote ont été préalablement rédigés par le docteur de l’établissement.
Mais ils ne seront finalement que trois à valider leur démarche, soit 5 % des 60 résidants de l’unité de soins de longue durée des Acacias. Parmi eux, Mme Bégué confie: « C’est très important de voter.Il faut le faire, revendique cette Vicquoise. Je me tiens informée oui, même si je n’ai pas encore réfléchi à qui j’allais voter. »

La vague de Nazaré, Portugal


Jouons un peu.



CLIQUER ICI POUR JOUER.

09 avril 2017

Les Cadets de Gascogne ont reçu la médaille de la ville.


Promotion 2017 du TNLA en mairie.

Réception en mairie pour l'équipe de l'établissement d'enseignement agricole, le Legtaf Jean-Monnet, qui a participé au Trophée national des lycées agricoles (TNLA) dans le cadre du Salon international de l'agriculture à la porte de Versailles à Paris.
Jean-Luc, Charles, Guillaume, Frédéric, Mathilde, Manon, Léa et une brune des Alpes, génisse répondant au nom d' «Irouette», équipiers qui sous le nom de Cadets de Gascogne, ont représenté l'établissement vicquois parmi une cinquantaine d'établissements en compétition. L'aventure lancée dans le cadre d'un Projet d'initiative et communication (PIC) inscrit dans leur cursus d'études les a conduits à des épreuves dont la recherche de sponsors, la création de supports de communication (affiche, blog), le travail d'équipe. 
Puis ils ont participé aux épreuves du concours à Paris, dont la manipulation de la vache en toute sécurité, la communication visuelle et les interactions avec le public, la présentation orale, en français et langue étrangère. Toutes les étapes de l'aventure sont à suivre sur leu blog (https ://tnla-2017-legtajeanmonnet.blogspot.fr/p/le-tnla.html), les épreuves parisiennes filmées ayant fait l'objet d'une projection lors de leur réception à la mairie. Compétitive jusqu'au podium à Paris, l'équipe des étudiants a reçu à Vic une médaille de la ville, fait sans précédent, comme l'a souligné Sabine Mascetti, accompagnante de l'équipe.
Clément Menet saluait «de grands acteurs et communicants» ayant su évoluer «en symbiose», concluant «tout cela vous servira plus tard dans votre vie».