28 février 2018

Au centre ville.


L’image contient peut-être : ciel, arbre et plein air

L’image contient peut-être : neige, arbre, ciel, maison et plein air

L’image contient peut-être : plein air et nature


Club Regain, retour à l'Octav

La tribune des élus./  Photo J.P.

Après trois éditions de la tenue de l'assemblée générale de l'association du Club Regain, que préside Pierre Battaglin, au nouveau gymnase de l'ensemble sportif Ménoni, retour au Centre multimédia, salle de l'Octav. 
Ordre du jour commun à l'exercice annuel statutaire d'une association qui a fêté 40 ans en 2017 et qui eut affiché plus de 300 adhérents dont le président rappellera que 66 % sont vicquois, les autres résidents du territoire du pays du Val d'Adour. L'occasion de souligner la participation de 7 communes qui attribuent des subventions (hors le chef-lieu de canton Vic, Nouilhan, Artagnan, Camalès, Pujo, Marsac, Villenave-près-Marsac) à hauteur d'un montant total de 1.537 €.
L'occasion aussi pour le maire, Clément Menet, venu accompagné de l'adjointe Monique Bosom, de préciser les modalités d'utilisation de la salle de l'Octav induites par le transfert des compétences depuis le 1er janvier. 
Le maire et vice-président de la communauté de communes Adour-Madiran évoquera «la mise à plat de l'utilisation des infrastructures intercommunales, dépenses de fonctionnement et mise à disposition à la commune» ; l'élu ajoutant «le travail en cours sur une convention entre la CCAM et la commune, afin de retrouver une utilisation plus fluide». 
Après avoir souligné la force et le dynamisme du club, «une des associations les plus importantes de Vic, avec le club des Mille-Pattes vicquois, le maire confirmait avoir noté la demande du club, une barre de gymnastique qu'il indiquera «envisageable» et clôturera son intervention assurant : «La municipalité accompagnera le club Regain».

Les animaux eux aussi souffrent du froid

Mélissa et Clément, deux «soigneurs» aux petits soins pour leurs animaux./ Photo Janine Noguez.

Il fait froid et il en va des animaux comme de nous, ils ont froid avec la baisse des températures et le vent glacial. Un cheval grelottera, une chèvre continuera à courir les prés par -15°, alors que l'âne aura depuis longtemps réintégré la crèche.
Il est difficile de connaître les limites à partir desquelles il faut aider les animaux à lutter contre le froid. «Les animaux d'élevage sont moins sensibles au froid que ceux qui vivent en intérieur.
Mais il faut augmenter leur nourriture et veiller à ce qu'ils aient accès à des points d'eau non gelés», indique le vétérinaire local. Chez Mélissa et Clément, dans leur arche de Noé, à Lahitte, «nous leur donnons un peu plus de nourriture et des couvertures. Le principal souci, c'est l'eau. Pour le cheval, nous le couvrons et le mettons à l'abri. Les moutons et le bouc se serrent et se mettent à l'abri du froid derrière les branchages.
Ils pratiquent la «régulation thermo-sociale, qui leur permet d'économiser une quantité considérable d'énergie». Et puis, ils ont un étang pour boire ou un petit plan d'eau avec quelques poissons et aussi des abris.

Une stratégie pour lutter contre le froid

Les oiseaux souffrent beaucoup. Il suffit d'observer les mésanges, les moineaux, les merles, les geais… mais aussi les volailles qui craignent l'humidité. Les oiseaux ne meurent pas de froid mais de faim et de soif.
Un peu de graisse et quelques graines leur donneront des chances de survie. Souvent, les animaux changent de garde-robe, ils mettent une épaisseur supplémentaire de duvet ou de poils pour s'isoler du froid. Trouver à boire et manger pour tous les animaux est le problème majeur.
Les insectes savent aussi faire face au froid, guêpes et frelons savent creuser le sol ou construire des nids de terre, les fourmis construisent leur fourmilière souterraine. Des abris pour patienter et survivre. Et puis, il y a deux solutions : rester ou partir, alors, il y a ceux qui hibernent ou qui migrent ou une bien plus simple, les aider à passer l'hiver.

Vallourec : après le comité d'entreprise, les salariés retrouvent l'espoir

Economie


Ce mardi matin s’est tenu, au siège de Vallourec, un comité central d’entreprise où le sort du site de Tarbes et de ses 53 salariés était au cœur des discussions.
Un point d’étape sur les négociations avec d’éventuels repreneurs a été présenté, alors que les employés bigourdans ont fait entendre leurs craintes quant au devenir de cette usine dont le carnet de commandes est rempli.
"Nous sommes rassurés, a confié Cédric Dorondovas, le secrétaire général du comité d’entreprise, à l’issue de la réunion. Le premier élément, c’est que la fermeture de l’usine n’est pas d’actualité."

"Ne pas crier victoire"

Plusieurs repreneurs potentiels ont authentifié leurs intentions de rachat du site, "des offres indicatives sérieuses dans le domaine de la forge" qui devront être approfondies dans les trois prochains mois.
"On n’est pas assuré du succès de l’opération, a poursuivi le représentant. On ne sait pas si la reprise sera totale ou partielle. Il y a un espoir. On est plus rassuré que ce matin. On ne va pas crier victoire, mais y’a de l’espoir !"

Maubourguet - Agriland d'antan retrousse les manches

Du cœur à l'ouvrage pour le comité d'organisation./ Photo J. N.

L'équipe d'organisation d'Agriland d'antan à maintenant peaufine les programmes des prochaines festivités, à savoir le vide-greniers-vide-dressings et la foire Saint-Michel. La première est prévue le 1er mai (selon la date du marché hebdomadaire), la deuxième le 9 septembre.
Contenus et programmes sont bien dégrossis jusqu'à la plantation des brins de muguet qui seront mis en vente. Contacts et inscriptions : Jo, tél. 06.23.24.38.93, ou Fredo, tél. 06.26.64.62.11.
L'équipe réserve des surprises et des nouveautés singulières et passionnantes. Le vide-greniers sera animé par un ballet local avec des rythmes ensoleillés, grillades et buvette sur place. La foire, quant à elle, sera encore une fois innovante et surprenante. Elle sera le rendez-vous des familles et la table se veut gourmande avec les produits du terroir.

Maladie de Lyme : informer pour mieux guérir

Autour des animatrices de la MSA, une partie de l'auditoire passionné./ Photo F. A.

Initiée par Geneviève Bory, responsable de secteur Val d'Adour, préparée par l'animatrice Nathalie Lac-Bourdette, une réunion s'est tenue à Bouilh-Devant, sur le thème de «La maladie de Lyme». Le médecin-conseil du travail MSA-Midi-Pyrénés Isabelle Iskandar est intervenue : «Sans en minimiser la gravité mais pour dédramatiser les effets d'annonce parce que l'on n'a pas toutes les connaissances sur cette maladie. Il faut rester concret sur ce que l'on sait. La croyance est une source d'inquiétude. Gare aux symptômes de la médiatisation». Cette maladie fut reconnue en Amérique, dans le Connecticut, découverte en 1982 par son agent étiologique Borrelia Burgdorferi. On constate des variations génotypiques entre USA et Europe. Toutes les régions sont touchées. 
C'est dans l'est de la France qu'elle est la plus répandue. 33.000 cas décelés en France en 2015, soit 40-50 cas pour 300.000 habitants. D'avril à octobre, toutes les activités d'extérieur sont à risques. La tique chasse, s'agrippe à son hôte, gravite pour trouver une zone riche en vaisseaux sanguins, coupe la peau avec ses chélicères et ancre son hypostome. Elle prélève le sang en même temps qu'elle injecte des substances qui rendent sa piqûre indolore. 10 % à 15 % des tiques sont porteuses de la bactérie. Le risque de maladie augmente avec le temps, restreint avant 24h, il atteint 100 % après 72h. 
L'érythème cutané migrant, plaque rouge autour du point de piqûre, apparaît après quelques jours jusqu'à six semaines, parfois de manière discrète, sans prurit ni ganglion satellite. En l'absence de traitement, les atteintes peuvent toucher le système nerveux, oculaire, les articulations, le cardiaque et le cutané, provoquer une fatigue inexpliquée.
«En cas de morsure, retirer la tique avec une pince à tiques. La sérologie Elisa + confirmée par Western Blot est seulement utile en soutien du diagnostic clinique. Malgré les traitements longs, une étude démontre l'inefficacité des antibiotiques en cas de symptômes chroniques», a prévenu la praticienne.
En prévention : porter des vêtements longs et fermés, sur lesquels on peut appliquer un répulsif, ponctuellement un insecticide, à laver à 60°.
Une séance interactive, très riche d'enseignements, où les questions furent nombreuses et les témoignages de malades prégnants.

Maubourguet : élagage des platanes

«Accrobranché» près du houppier./ Photo J. N.

Le platane s'adapte idéalement aux contraintes de la ville, tolérant même ses sols pauvres et certains outrages mécaniques. Cet arbre à croissance rapide, planté depuis le XVIIIe siècle dans certaines villes, est aujourd'hui un véritable élément structurant du patrimoine végétal et une composante du paysage. Le platane est un arbre à fort développement du houppier, qui n'est pas forcément adapté aux contraintes urbaines. La taille doit permettre de contenir l'arbre et son développement.
Depuis deux jours, les bruits des tronçonneuses et le craquement des branches rythment la vie des riverains le long du canal du Bouscarret, rue des Moulins. L'entreprise Sanguinet est en charge de l'élagage. Bien sanglé et attaché, Nicolas, tel un «accrobranché», se déplace dans une imposante nacelle. Près de lui, au sol, son confrère ramasse les branches avec une énorme pelle pour les placer dans le camion-benne. Un savoir-faire et une dextérité remarquables.
Les tailles réalisées respectent le port naturel du végétal traité, tout en prenant en compte les contraintes éventuelles du site. Puis on enlève aussi quelques branches sans oublier l'aspect sécurité du lieu pour les usagers. Un travail nécessaire quand on sait que la commune en compte plus de mille.

Quartier la Séguette.


Toscane...

Under the cloud, Tuscany, Italy - Houseinmilano let you discover the essence of Italy.. start your tour from Milan..www.houseinmilano.com


27 février 2018

Les rythmes scolaires en débat

Des voix pour le maintien aux 4 jours et demi./ Photo J. P.

Dans l'ordre du jour du dernier conseil communautaire, deux points ont animé particulièrement la séance, le sujet du Plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi), et celui des rythmes scolaires. Animé dans le sens où les présentations de ces points depuis la tribune (notamment du président Ré pour le premier, et du vice-président aux affaires scolaires, Jean-Paul Pène, pour le second auquel le vice-président Jean Nadal a apporté une contradiction étayée) ont suscité plus d'une vingtaine d'interventions et questions parmi les élus des communes.
Du PLUi, le président soulignera l'importance demandant aux élus «d'être très vigilants et très présents à toutes les réunions politiques», «et non les techniques», recommandant de «cesser de regarder l'intérêt communal pour l'intercommunal, prendre de la hauteur pour le projet de territoire».

Un blessé dans une avalanche sur le secteur du Pic du Midi dans les Hautes-Pyrénées

Les gendarmes du PGHM sont intervenus en hélicoptère./ Photo DDM archives, Laurent Dard

Une avalanche s'est produite au Pic du Midi, dans les Hautes-Pyrénées, au-dessus du Lac D'Oncet, en début d'après-midi ce dimanche, faisant un blessé.
Les secouristes du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Pierrefitte-Nestalas se sont rapidement rendus sur place en hélicoptère afin de déterminer si des personnes étaient présentes dans ce secteur hors pistes.
Ils ont alors repéré trois skieurs dont l'un a été pris dans l'avalanche qu'ils ont eux-mêmes déclenchés. Un seul des skieurs a été blessé pour des traumatismes intercostaux. Par chance, ce dernier est resté en surface lorsque la neige l'a emporté.

Forum : emploi et handicap

Plus de 400 personnes en situation de handicap étaient présentes./ Photo Rachel Barranco.

Pour la deuxième année consécutive, était organisé le forum Emploi Compétences et Handicap. À l'initiative de la MCEF 65, il réunissait dans un même espace l'ensemble des acteurs départementaux œuvrant pour l'insertion et le maintien professionnel des personnes en situation de handicap.
«Une approche transversale qui permet d'obtenir des réponses concrètes aux diverses interrogations concernant les droits, les aides, compensations, accompagnements et aménagements possibles de son poste de travail. Mais aussi des conseils et informations sur des aspects que l'on ne soupçonnait pas», explique Priska Larroque, chargée d'insertion professionnelle au sein de Cap Emploi. Le forum permet aux personnes frappées par le handicap de découvrir et de se familiariser avec un nouveau marché du travail spécifique. «Je ne sais pas encore quel type d'activité peut se concilier avec mon handicap», explique Dominique, C.V. à la main, en quête d'une reconversion. 
Ancien poseur en bâtiment, il a été licencié pour inaptitude en lien avec des problèmes de dos survenus dans l'exercice de son métier et le handicapant. «Si ma situation personnelle et de façon plus générale celle des personnes physiquement ou psychiquement diminuées, en recherche d'emploi, n'est pas facile, il faut aussi se mettre à la place des employeurs. C'est une situation complexe pour eux aussi, parce qu'ils recherchent des personnes qui soient présentes tous les jours et qui suivent les cadences. Chacun a besoin d'informations mutuelles.»

Une évolution en marche

En 2017, dans les Hautes-Pyrénées, 2.936 personnes avaient le statut de travailleur handicapé, soit une hausse de 0,6 %.18 entreprises représentant tous les secteurs d'activité avaient fait le déplacement avec près de 120 offres de postes.
«Il ne s'agit pas d'entretiens d'embauche, plutôt de rencontres pour exposer nos conditions de travail adapté et voir si la personne est en adéquation avec celles-ci, avant d'aller plus loin», explique Patricia, responsable de l'association d'aide à domicile Aider 65. Si les clichés et stéréotypes ont quasiment disparu du côté des employeurs, des murs d'exclusion subsistent. Seulement 6 % des entreprises du secteur public et 54 % du secteur privé atteignent le seuil d'intégration légal d'intégration. Ce sont les TPE qui respectent le mieux la législation. Une situation incompréhensible pour Thomas, du service de médecine du travail : «Une fois qu'on leur a tendu la main, les personnes en situation de handicap se défoncent encore plus et sont plus productives que le reste des salariés».
Autre dispositif mis en avant, la formation et notamment en alternance. En partenariat avec la région et la Mission locale, Cap Emploi accompagne dans la recherche d'une entreprise formatrice. «Les trois quarts des personnes que nous recevons ignorent que l'alternance est possible pour les personnes en situation de handicap», explique Brigitte. Un contrat de 12 à 36 mois rémunéré, accessible sans limite d'âge. «Les employeurs ont malheureusement encore trop souvent l'image d'un apprenti valide et jeune.» Lorsqu'ils sont signés, ils débouchent sur des emplois pérennisés. «L'année dernière, nous avons réussi à signer 19 contrats en alternance. 100 % d'entre eux ont débouché sur des CDD ou des CDI. Surtout, au sein de ces entreprises, le handicap n'est plus un sujet tabou.»

No glyphosate !!!



Braquage dans la galerie du Géant Casino: les voleurs repartent avec des bijoux

Le braquage a eu lieu samedi soir à Laloubère. / Photo archives J.B.

Samedi soir en fin de journée, alors que la grande surface était encore ouverte et fréquentée, aux alentours de 19 heures, deux hommes, le visage dissimulé, ont fait irruption dans la galerie marchande de Géant Casino à Laloubère, au sud de Tarbes.

Très vite, ils ont brisé les vitrine de la bijouterie à l'aide d'un marteau et ont dérobé plusieurs bijoux pour un préjudice qui reste encore à déterminer avant de s'enfuir, certainement à bord d'un véhicule garé sur le parking.

Une enquête est actuellement en cours pour tenter de mettre la main sur les deux braqueurs et leur butin.

Mosquée Bleue, Istanbul.

Mezquita azul. Estambul                                                       …

10 FONCTIONS CACHÉES DANS VOTRE CLAVIER QUE VOUS NE CONNAISSIEZ PAS



26 février 2018

Chants de la scène à la salle

Chanteurs, musiciens et public entonnent./ Photo D. R.

Soirée bigourdane agréable autour de deux ensembles, la chorale d'Aureilhan, forte d'une vingtaine de chanteurs, et Los Tres Caballeros, de Montaner, venus en voisins avec guitares et accordéon. Des voix invitées par l'association de danse L'Enveja de dançar. Belles voix maîtrisées des uns dans un répertoire pyrénéen varié et entrain musical des autres : «Le mélange des genres, le talent et la vitalité des deux formations ont contribué à faire de cette soirée un véritable moment de plaisir». 
Et comme souvent, une nouvelle fois, le chant final a su réunir avec bonheur la Bigorre et le Béarn avant le traditionnel «Se canto» repris par le public. Et comme toujours, lorsque le public et les choristes se retrouvent autour du buffet de clôture (préparé par les danseurs de l'association), spontanément, l'animation devient commune, mixte et intergénération ! De beaux et bons moments.

Pêche intercommunale et interassociative

Dominicale et familiale./ Photo J. P.

La bonne volonté et l'engagement associatif partagés ont présidé pour faire revivre une animation pêche sur le site du lac de Rabastens. Programmée ce dimanche 18 février, la journée pêche a connu un franc succès dont Alain Lassarrette, président de l'Association agréée pour la pêche et la protection du milieu aquatique, AAPPMA Vic-Rabastens-Montaner, a voulu rappeler l'historique. «Dans le passé, environ une dizaine d'années, l'association La Gaule rabastenaise organisait un concours de pêche à la truite au lac communal de Rabastens. Le nombre de bénévoles locaux étant insuffisant pour organiser cette animation, le concours s'est éteint, au grand dam des pêcheurs qui appréciaient ce lac.» 
Échanges, discussions et les membres de l'AAPPMA de Vic-Rabastens-Montaner décident de s'associer à l'association locale de Rabastens pour relancer le concours, «prenant le risque de le programmer en février, en pleine période de fermeture de la pêche de la truite en 1re catégorie piscicole !». Le projet devenu réalité a donné raison aux associatifs : malgré le froid et la pluie, le concours a été marqué par une participation record avec 109 pêcheurs participants dont 15 enfants. Les prises ont été nombreuses, dont quelques-unes de fort beau gabarit ! Au «micro, bord de berge» à chaud, les pescofis affichaient la satisfaction de retrouver les cannes à pêche, à trois semaines de l'ouverture générale des rivières. Le succès du renouveau du concours de pêche au lac de Rabastens annonce de prochaines éditions, les organisateurs indiquant «édition 2019 en améliorant quelques points».

Cartes de pêche.

Si l'ouverture générale est programmée au 10 mars prochain, les cartes de pêche sont disponibles dans les points de vente suivants : Maison de la pêche, chasse et nature, quai de l'Echez ; Maison des services au public (MSAP), place du Corps-Franc-Pommiès à Vic-en-Bigorre ; tabac Mallet + MSAP, à Rabastens-de-Bigorre ; tabac Cayret, à Andrest ; bar aux Berges du lac à Gardères.

Contes en hiver : «Girotondo»

Debora vous contera «Girotondo».

Dans le cadre du 23e festival Contes en hiver, Debora Di Gilio vous conte «Girotondo», le 3 mars, à 10 h 30, au centre culturel.
Un spectacle familial, à partir de 3 ans, avec ronde d'histoires librement rassemblées, mijotée à la sauce italienne.
De conte en comptine, de jeux en chant, on y suit des personnages, animaux ou petites filles, qui apprivoisent la peur et la vie au travers d'expériences qui les rendront plus habiles à se tirer d'embarras.
Debora arrive en France en 2002 et devient conteuse en 2005. Son présent de conteuse se nourrit de son passé pétri de danse, de commedia dell'arte et de la musicalité de la langue italienne. Elle élabore un projet de contes pour enfants, personnes âgées et pour les malades. Elle reçoit le prix S'unir pour agir et depuis, elle raconte…

Кобра Пугачева с посадкой. Cobra de Pugacheva avec atterrissage.

25 février 2018

Vic, Tarbes et Ger réunis pour un stage de pelote basque

Dix-huit jeunes ont participé à la journée organisée par / Photo J. P.

Au-delà du partenariat du Pelotari-Club vicquois, PCV, avec le club de Lafitole, qui permet de proposer et développer une école de pelote (la plus importante des Hautes-Pyrénées), la mise à disposition du mur à gauche du complexe sportif bénéficie aussi à d'autres jeunes pelotaris à l'occasion de stages ou rassemblements. 
À l'heure des vacances de février et les conditions d'enneigement favorables au rush des skieurs bigourdans et d'ailleurs vers les stations du sud, le comité départemental et son responsable Romain Philippe ont organisé un nouveau rassemblement de paleta gomme mur à gauche à destination des minimes et cadets, au nord du département, à Lafitole ! Lionnel Faget et Hervé Daulon, du Pelotari-Club vicquois, ont naturellement épaulé Romain Philippe, alors que pas moins de 18 jeunes ont participé à la journée : 11 pelotaris du PCV, 5 du club de Tarbes et 2 du club de Ger. Coup de projecteur sur le mur à gauche de Lafitole, coup de chapeau aux organisateurs et bravo aux jeunes. 
Le commentaire des animateurs : «Nous avons, une nouvelle fois, assisté à des rencontres de qualité, les jeunes ont pu s'exprimer et faire preuve de beaucoup de dynamisme». Des installations, des compétences, l'engagement de bénévoles, des jeunes motivés, pour un bel esprit sportif partagé.

Anaïs finit 2e en Coupe du Monde de ski de vitesse

De Vic à Salla pour 2 podiums./ Photo D. R.

En 2017, un podium en catégorie juniors pour la lycéenne Anaïs Builles, 3e aux championnats du monde de ski de vitesse. Un an plus tard, bac en poche, admise en école d'infirmières, l'étudiante récidive sur les pistes de Finlande et débute de la plus belle des manières la saison de Coupe du Monde de ski de vitesse, toujours dans la catégorie juniors.
2018 de bon augure avec deux 2es places aux 2 étapes finlandaises des 8 et 11 février. Des podiums gravis avec un ensemble de perfs, Anaïs ayant cru jusqu'au dernier moment qu'elle ne pourrait pas participer à ces épreuves. Carnet de voyage : «D'annulations de vol en déroutements pour cause de neige, de transferts non assurés entre aéroports à des courses en taxi au tarif exorbitant, 48h, 3 vols, 2 heures de voiture, avant l'arrivée à Salla en Laponie à 2h30 du matin… le jour même des runs d'entraînement obligatoires». En comptant la préparation du matériel, la nuit a été courte pour la jeune athlète bigourdane.
Le cadre grandiose des deux épreuves de Coupe du Monde (hors les -12°C, de la neige à perte de vue, des arbres gelés aux formes des plus originales, une faune locale, rennes, renards, oiseaux… ne craignant pas la présence humaine) valent le commentaire : «Que du bonheur !».

Début de saison prometteur

Deux journées, deux places de 2e pour Anaïs Builles, dont la finale «derrière une impressionnante Suédoise» et devant une autre Tricolore, Lisa Fournet-Fayard, qui complète le podium. Belle performance, en présence de son père Denis, avant une balade familiale avec des chiens de traîneau à la découverte de la Laponie. Épopée dans le Grand Nord à plus d'un titre donc, «pourtant bien mal débutée quelques jours auparavant mais qui en valait la peine !». Un début de saison prometteur qui permet à la jeune Vicquoise de marquer des points précieux au classement général de la Coupe du Monde ; et si elle ne pourra pas participer aux étapes canadiennes, elle sera bel et bien présente en Suède au mois de mars et en Andorre au mois d'avril prochains.

La Boca, Buenos Aires

La Boca, Buenos Aires Argentina


Cobra de Pougatchev



24 février 2018

Faire France au SIA. Le lait Faire FRance est disponible (entre autre...) à l'InterMarché de Vic Bigorre.







Archers d'Occitanie en compétition

À l'heure des informations et consignes avant les épreuves./ Photo J. P.

C'est au gymnase de la cité scolaire Pierre-Mendès-France que 94 élèves, archers pratiquant le tir à l'arc dans leurs établissements respectifs de la région académique Occitanie, ont participé au championnat d'académie de l'Union nationale du sport scolaire (UNSS). 
Les professeurs d'éducation physique et sportive de P.-Mendès-France, Nadine Vergez et Katy Hondagné, épaulées par leurs collègues d'EPS, en ont été les chevilles ouvrières avec, pour le Val d'Adour aussi, Patricia Fourré, professeur d'EPS dans l'établissement d'enseignement agricole le Legtaf Jean-Monnet. à noter la participation pour l'arbitrage d'officiels de clubs bigourdans et la présence d'Hugues Georges, directeur départemental de l'UNSS65. Une forte délégation d'archers aveyronnais (collégiens et lycéens de Sainte-Affrique, Onet-le-château, Séverac-le-Château) ont rejoint Vic pour les épreuves auxquelles participaient 21 élèves du collège, t 8 du lycée PMF (précisément de l'Association sportive tir à l'arc de la cité scolaire qui compte au total 47 licenciés), et 8 de Jean-Monnet.
Des compétiteurs et 8 élèves qui ont assuré la mission de jeune officiel. La jeune officielle de l'établissement hôte, Maëlys Remon, ayant obtenu la certification au niveau académique, la représentera au championnat de France en tant qu'officiel, à Châteauroux, dans l'Indre, du 12 au 14 mars prochain. Résultats avec les qualifiés dans une prochaine édition.

Podiums ornithologiques bigourdans en Italie

Oiseaux primés au repos, éleveurs médaillés.

Certes, les pistes enneigées et autres lices de glace de Pyeongchang font l'objet d'attentions de téléspectateurs du monde entier, s'adaptant aux horaires de transmissions ou retransmissions des épreuves ! Des podiums, des médailles de tout métal et des «Marseillaise» d'ambassadeurs tricolores. Moins loin, plus au chaud, en Italie, précisément à Cesena, en Émilie-Romagne, près de la mer Adriatique, des compétiteurs moins médiatisés, du Club ornithologique de Bigorre, ont accédé à des podiums mondiaux. Christian Werlé, le président, indique : «Après le championnat national du Club des exotiques, au cours duquel notre club avait particulièrement brillé, certains des compétiteurs avaient, par esprit sportif, besoin de comparer leurs oiseaux au reste du monde. 
Appelé communément le Mondial, c'est une compétition longue et difficile. Les oiseaux doivent être très bien préparés sous peine d'être disqualifiés ou pire, non jugés». Transfert réglementé pour les oiseaux amenés dans de nouveaux «cageots» à Bordeaux, pris en charge par les convoyeurs et direction Cesena où ils sont jugés, selon des critères précis. Pas moins de 28 nations participaient avec 4.002 éleveurs qui ont engagé plus de 32.000 oiseaux dans différentes catégories. Alors, les résultats obtenus par les oiseaux des 5 compétiteurs du CO sont tout simplement formidables.

Palmarès

Les 4 oiseaux engagés par Raymond Saint-Jean obtiennent 2 médailles d'or et 1 d'argent ; les 3 oiseaux de Christian Werlé, t 2 médailles d'or et 1 d'argent ; les 2 oiseaux de Gérard Domec, 1 médaille d'argent et 1 de bronze ; les 2 oiseaux de Rolland Rexach, 1 médaille d'argent et 1 de bronze ; les 2 oiseaux de Thierry Bascaules, 1 médaille de bronze.
À leur retour (séjour de 12 jours), des oiseaux fatigués mais en forme, mis au repos bien mérité dans leurs élevages respectifs, et des propriétaires qui ont fêté leur titre et surtout «se sont séparés en se disant que l'an prochain, ils essaieraient de faire mieux».

La Foulée du Madiran : une fréquentation en baisse

Organisateur et bénévoles lors de la remise du chèque/ Photo D. R.

Malgré une météo favorable mais de par la concurrence de plus en plus nombreuse de courses hors stade, nous notons une plus faible participation en 2017. Ce constat inquiète et interroge l'organisation.

Les projets

Peu de gros changement sur 2017. Les organisateurs ont cherché à consolider les acquis et à parfaire les points faibles rencontrés en 2016, comme la chronométrie (liaison internet). à noter l'énorme travail de Thierry Fontan et de son équipe sur le circuit trail en grande partie remanié avec passage à la Tyre et à Montus.

Les circuits

Grâce à l'environnement préservé, les circuits sont remarquables mais il faut toujours chercher à innover et à améliorer. Tous les responsables sont à féliciter.

Sécurité et questionnement

Cette année 2017 est marquée par la difficulté à trouver un médecin pour couvrir l'épreuve, obligatoire lorsqu'une manifestation dépasse les 500 concurrents. L'évolution du cadre réglementaire de l'assurance à souscrire a rendu difficile l'obtention de l'autorisation de la préfecture.
Pour l'organisation, les inscriptions et classements, tout a bien fonctionné.
La manifestation s'est déroulée dans un bon esprit grâce à tous les bénévoles qui se mobilisent pour cet évènement et aux partenaires qui soutiennent la Foulée. En témoignage de l'engagement depuis cinq ans auprès de la Ligue contre le cancer, dans le cadre de la sensibilisation au dépistage contre le cancer du sein, un chèque de 1.000 € lui a été remis.

la Boca, buenos Aires.

La Boca - Buenos Aires - Argentina- How could you not smile if you came home to this every day?


23 février 2018

Maubourguet - Les pieds dans l'eau

La plaine inondée route d'Auriébat, l'Estéous déborde de tous côtés./ Photos J. N.

Dans la majorité des cas, le volume imposant d'eau de pluie qui a arrosé la commune depuis plusieurs jours a vite raviné les cultures, comblant les fossés qui, à divers endroits, ont submergé les routes. Les sols gorgés d'eau n'arrivent plus à absorber les pluies. Ainsi, la route départementale d'Auriébat, à partir du Placis, et divers chemins ont été recouverts d'eau, nécessitant l'intervention des services municipaux. En ce mercredi, la signalisation route barrée, route inondée est de mise aux quatre coins du village.
Les services s municipaux sont sur la brèche et circulent sur les lieux afin de protéger les usagers, les véhicules et de réglementer la circulation.
La montée des eaux de l'échez a été brutale et la rivière est sortie de son lit, son débit est fort. Elle inonde l'aire de pique-nique. La route du cimetière est recouverte de 20 cm d'eau et cette joggeuse a bien été obligée de rebrousser chemin.
L'Estéous a envahi la plaine et les routes, près du gîte La Campagne, et tous les champs sont sous l'eau.
Nous avons tenté à plusieurs reprises de joindre l'Institution Adour pour des précisions mais nous n'avons pas pu avoir les personnels en charge du domaine pluviométrie et crues. La décrue est maintenant amorcée et les rivières vont reprendre un débit plus régulier. Après la pluie, place au froid.

Le Vicquoi N° 11


Abattage et plantations !

Chantier sécurisé./ Photo J. P.

L'abattage d'arbres n'est jamais un chantier que les gestionnaires d'une collectivité décident sans réflexion et avis de personnes et services compétents. à l'émotion souvent suscitée et à l'interrogation des riverains et administrés soucieux de leur environnement, les élus apportent des réponses parmi lesquelles la sécurité est en bonne place ; également au rang des constats et selon les saisons, hors les classiques attaques récurrentes des «tigres du platane» et la prolifération de plantes grimpantes le long des troncs qui fragilisent l'arbre, des désagréments, voire des nuisances tels les amoncellements de feuilles rendant la chaussée glissante et s'accumulant dans les gouttières, dalles et jardins des maisons riveraines, la fragilité de ramures avec le risque de chutes de branches, l'enchevêtrement des branches dans les réseaux aériens… 
À Andrest, la décision a été prise de travaux d'élagage et abattage concernant les arbres route de l'Océan. Confié à l'entreprise spécialisée de Célio Jaréno, de Louit, le chantier se déroule avec la participation active des employés communaux. Mesures de sécurité assorties d'une action environnementale à but écologique : l'équipe municipale, en collaboration avec l'ONF, ayant décidé de planter dans une parcelle au sud du territoire communal, dans le courant de cette année, 1.000 arbres, précisément des chênes sessiles (autres appellations : chêne rouvre, chêne des pierriers, chêne noir) «qui contribueront à piéger le carbone».

Un intermède joué et chanté

L'ambiance communicative transmise par la chorale des jeunes./ Photo F. A.

L'audition de l'école de musique Marguerite-Lacoste ponctue chaque fin d'année studieuse, dans l'une des premières semaines de l'été. Un aboutissement révélateur de l'osmose élèves-professeurs. Les progrès y sont constants et les bonnes notes sur toute la gamme. Le bureau de l'école de musique a invité sur la scène du petit théâtre à un changement. 
La révision avant les vacances de février donne une idée de la richesse culturelle intergénérationnelle qu'apporte cet ensemble de voix et d'instruments. Choristes et musiciens se sont tour à tour approprié l'espace, en toute autonomie. Les adultes ont donné le ton, en occitan, par un hymne chanté à notre belle langue, au centre duquel bien sûr les Pyrénées sont mises à l'honneur. Le groupe Kallap's a déroulé en deux parties un répertoire de chansons actuelles, de succès et de reprises. Lors de sa pause, la chorale des plus jeunes a interprété un panel de chansons actuelles, en interactivité avec le public, très coopératif. Ce fut un aperçu préfigurant d'autres rencontres musicales. 
L'audition aura lieu fin juin. Entre-temps, un autre rendez-vous est pris à Haget pour une soirée à laquelle participera le groupe Skatilla. Ambiance garantie pour les deux.

Les vétérans tirent le club vers le haut

Le bureau de l'USR pétanque a été renouvellé à l'unanimité./ Photo F. A.

L'USR pétanque a tenu son assemblée générale annuelle. Bien que délocalisée pour l'occasion, cette section entretient une vie à part entière. 
La santé et la vitalité de ce groupe réside «dans le bon état d'esprit entretenu hebdomadairement par ceux qui jouent peu, par ces petites mains de l'ombre à la tête desquelles Jean-Claude Duffau est promu intendant numéro un pour le moment de convivialité de fin de semaine. Personne ne s'est abstenu lorsqu'il a fallu travailler dans chacune des manifestations, que ce soit lors de l'organisation de la manche de la coupe des clubs, de la participation au Téléthon, au vide-greniers ou au concours des vétérans, en recevant les voisins gersois», ont souligné unanimement les membres du bureau». «Une délégation qui a été reconduite à l'unanimité» : c'est par cette bonne nouvelle que le président Stéphane Barutot a lancé les travaux de cette assemblée générale. 
Avec près de 300.000 licenciés recencés en 2016, répartis au sein de 6.122 clubs, la Fédération française de pétanque et de jeu provençal est la première fédération sportive non olympique en nombre de licenciés. Cette pratique se développe chez les femmes et représente 16 % des licenciés. Elle s'ouvre aussi en triplettes mixtes avec enfants. Parmi tous les pratiquants de cette activité de loisir, 51 Bigourdans et Bigourdanes licenciés au club de Rabastens. Durant le parcours sportif de l'année 2017, la triplette des vétérans Jean-Claude Duffau, Daniel Lannes, Pierrot Martin obtient le titre de vice-champion départemental. 
Plusieurs rendez-vous sont mis au calendrier de l'USR pour 2018 : répondre à l'invitation du club d'Aignan qui organise, le 10 mars, les 12 heures pétanque avec 4 joueurs par équipe ; s'engager avec 1 femme, 7 hommes et un capitaine non joueur à la Coupe de France dont le premier tour se disputera contre le club de Lannemezan ; se présenter à la coupe des clubs vétérans et surtout le 8 juillet concrétiser sur trois sites hors du Parc du Val d'Adour la mise en place de l'organisation du prochain Bouchon d'or. L'identification et la personnalisation en couleurs du terrain d'entraînement de la place du siège et un concours en triplette en septembre sont aussi sur les tablettes. Autant de rendez-vous pratiques et sportifs auxquels l'USR tient à assurer sa participation active dans et en dehors des cadres.

Mireille Frey saluée par le maire

Témoignages et attentions./ Photo J. P.

Le maire Jean Sempé l'a bien exprimé : «Ce n'est pas souvent arrivé dans notre commune d'avoir un départ à la retraite à fêter !». Et donc les attentions publiques réservées à Mireille Frey marquaient bien un événement. 
Recrutée en 2007 en qualité d'adjointe technique territoriale, affectée à l'école communale où, aussi bien dans l'exécution des tâches dévolues (cuisine et ménage) que dans le relationnel auprès des enfants, familles, enseignants et élus («Nanou», Nadine et les autres), Mireille a fait preuve de qualités au-delà de la fameuse fiche de poste ! «Disponibilité, souci permanent de l'hygiène, de la sécurité, dévouement auprès des enfants» sont quelques traits qui ont valu à Mireille reconnaissance et affection. Clin d'œil du cadeau de la commune «pour écouter toutes les chansons anciennes et nouvelles de l'idole Johnny jusque dans la voiture», fleurs des enfants.
De l'émotion, quelques larmes furtives, mais bon, Mireille la Camalésienne ne sera jamais bien loin.

Audrey Vernon



Une ménagère méticuleuse.








22 février 2018

Vallourec : le sort du site de Tarbes en débat au Sénat

Les Vallourec défendent leurs emplois. / Photo R.B.

Maryse Carrère, la sénatrice RDSE des Hautes-Pyrénées, a profité de la présence au palais du Luxembourg de Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, pour inviter le dossier Vallourec dans les débats.
Mis en vente par le groupe Vallourec, ce site emploie 53 personnes sur Tarbes dont le devenir est suspendu à la reprise de l'usine bigourdane dans les prochains jours, puisqu'une échéance est fixée au 28 février.
"Des contacts entre la société et des repreneurs potentiels sont en cours et deux d'entre eux ont visité le site ces derniers jours, a précisé Mme Gény-Stephann. Vallourec travaille avec les repreneurs potentiels en vue d'aboutir rapidement au dépôt d'offres de reprise indicatives, qui ouvriraient la voie à des discussions approfondies sur ces projets."

La "pleine vigilance" du gouvernement

La secrétaire d'Etat a ajouté que "des moyens importants sont mis en oeuvre par la société, avec un cabinet spécialisé, pour donner d'ici fin février de la visibilité aux salariés quant à l'avenir du site de Tarbes", assurant la sénatrice des Hautes-Pyrénées de la "pleine vigilance" du gouvernement sur ce dossier.
Un comité central extraordinaire de l'entreprise doit se tenir le 27 février.

Passe-rues carnavalesque

Petits et grands se sont déguisés./  Photos J. P.

Dans les rendez-vous festifs du Bigorre Western Dance, en ce début d'année, un nouveau bal de carnaval. 
Après l'édition 2017 sur les planches du gymnase Ménoni, c'est le carrelage de la salle de l'Octav, au centre multimédia, que les amateurs et passionnés de danse country ont investi. 
Pas de thème imposé, cohabitation colorée et rythmée, en ligne ou pas, selon la playlist du jour, entre inconditionnels des tiags et stetsons avec couple de CroMagnon, trio de Rabbi Jacob, indiens du West ou légionnaires romains, famille Ingalls, nonne et pirates de tous gabarits… et par-dessus tout, l'union sacrée intemporelle s'exprimant en mémoire de «Jojo», le grand Johnny, dont des portraits trônaient sur la scène. Georges aux platines, Louise au micro dans la salle, Polo en intermittent, pour un après-midi inscrit au calendrier par l'équipe du club Bigorre Western Dance.
Pour plus d'information : https://www.facebook.com/georgeslouise.liambey

Gendarmerie : forte baisse du nombre de cambriolages

Présentation du bilan avant échanges./ Photo J. P.

Le rassemblement de la communauté de brigades Vic, Maubourguet et Castelnau-Rivière-Basse pour l'inspection annuelle annoncée s'est passé, d'une part, dans les locaux de la rue Osmin-Ricau, des entretiens professionnels et techniques entre militaires de terrain et la hiérarchie ; d'autre part, à l'hôtel de ville vicquois, la rencontre en assemblée publique avec notamment les élus. 
Première inspection annoncée sous l'autorité du capitaine Jean-Charles Maurat au commandement de la compagnie de gendarmerie de Tarbes, depuis le 1er août 2017. Au lieutenant Cyril Gauthier, commandant la COB de Vic, de présenter le bilan de l'activité de l'année écoulée, dont des chiffres : 589 délits constatés, 569 interventions, 224 personnes mises en cause, 44 gardes à vue ; des motifs exprimés de satisfaction dont une «chute spectaculaire des cambriolages» (-58 %, 84 en 2016, 49 en 2017) due, à son sens, «à un fort engagement sur le terrain des gendarmes, de l'utilisation des réservistes de la gendarmerie, de la qualité des investigations et des procédures et à une analyse fine et régulière de la délinquance, se traduisant par l'utilisation plus efficiente des moyens (en particulier l'adaptation des patrouilles)». Engagement également au chapitre sécurité routière, «avec une hausse de 174 % de la répression face à une augmentation de l'accidentologie dont les causes principales identifiées sont la somnolence pour 22,22 %, l'inattention pour 16,67 %, la vitesse pour 16,67 %, l'alcool pour 11,11 % et l'alcool + stupéfiants pour 5,56 %». 
Au capitaine Maurat de développer plus particulièrement les points sur la politique de proximité de la sécurité publique à travers les brigades, «chevilles ouvrières de la mise en œuvre de cette politique», et du lien gendarmerie-élus du territoire, ceux-ci étant à même d'œuvrer «au bien commun au-dessus de tous les clivages». Rôle majeur, donc, des élus avec la formalisation de «relations concrètes et rationalisées». Un autre point avec le salut aux anciens gendarmes présents dans la salle ; hors la notion de transmission, de solidarité, des anciens «capteurs du terrain».

Une application «Stop cambriolage»

Le capitaine Maurat informera les élus d'une application smartphone gratuite dénommée «Stop cambriolages», application complétant les dispositifs déjà mis en œuvre pour sensibiliser les particuliers et les commerçants et les aider à se prémunir contre les cambriolages : dispositif de participation citoyenne, opération «Tranquillité vacances», alerte SMS Vigicommerce…

Marée jaune en forêt

Marée jaune en sous-bois./  Photo J. N.

Les quelques rayons de soleil durant deux jours ont réveillé la flore des bois et forêts. Les premières jonquilles sauvages pointent leur nez après la semaine de froid intense dans le Marmajou et au Bernet.

Accès difficile pour une fleur menacée

Il faut emprunter un chemin forestier boueux et marcher un bon kilomètre avant d'apercevoir les premières taches jaunes. Déjà, le chemin la nature s'empare de vous et vous offre son spectacle. Ici et là, des tas de bois coupé, à côté de vous les papillons jaunes vous accompagnent un bout de chemin. Les ficaires jaunes, les consoudes bleues et les fraisiers sauvages vous saluent sur leur passage et l'odeur des sous-bois titille vos narines et vous sentez déjà le printemps. Dans les forêts et bois, la jonquille est présente, il n'en est pas de même dans les prés.
Une préservation des lieux forestiers est indispensable pour le maintien de l'espèce. Dans certains départements, un recensement des espèces existe et certaines fleurs sont classées espèce patrimoniale. La menace la plus importante est l'arrachage des bulbes.
La jonquille sauvage est elle aussi victime de l'urbanisation à outrance, selon la botaniste Marion Beaurepaire. à tel point que le conservatoire botanique de Bailleul a lancé cette année une étude sur cette plante à bulbe en péril. «Son habitat naturel se situe dans les prairies humides et non dans les sous-bois. Mais avec l'urbanisation, elle s'est réfugiée dans les forêts.»

Cueillette limitée

Certains arrêtés mentionnent les limites de cueillette, ne devant pas dépasser un bouquet qui tient dans la main.
La cueillette est en effet tout un art mais avec des principes et il ne faut pas franchir la ligne jaune !

MAUBOURGUET - La Maison des services propose une cyberbase

Mélissa et Dominique, les deux animateurs de la Msap/ Photo J. N.

Afin de renforcer l'accès aux services de proximité et leur qualité, l'État s'est engagé depuis plusieurs années dans le développement de Maisons de services au public (MSAP).
Sur le territoire, nous trouvons donc : une MSAP centrale à Vic-en-Bigorre, une antenne MSAP à Maubourguet (espace numérique), une antenne MSAP à Rabastens, donc trois guichets ouverts à tous les intéressés.
En créant les schémas départementaux d'amélioration de l'accès des services au public, la loi NOTRe vise l'amélioration de l'accès aux services essentiels à la vie quotidienne sur le territoire.
Depuis 2011, la Communauté de communes de Vic-Montaner (CCVM) avait implanté un pôle des services publics. En 2015, Pôle Emploi et la Communauté de communes du Val d'Adour et du Madiranais (CCVAM) avaient également signé des conventions de partenariat autour de l'espace numérique public de Maubourguet pour renforcer l'accompagnement des publics dans l'accès aux services numériques, notamment sur le champ des prestations liées à l'emploi et des prestations sociales et proposant ainsi un service de proximité.
Les MSAP ont pour objet d'améliorer l'accessibilité et la qualité des services, pour tous les publics. En un lieu unique articulant présence humaine et outils numériques, les usagers — particuliers ou professionnels — y sont accompagnés dans leurs démarches de la vie quotidienne.
Les animateurs des MSAP, formés régulièrement par les opérateurs partenaires, délivrent en leur nom une information de 1er niveau. En liaison directe avec des référents désignés au sein de chaque opérateur partenaire, ils proposent un accompagnement aux démarches en ligne sur : prestations sociales, accès à l'emploi, transports, logement… Ils assurent l'accueil, l'information, l'orientation et la mise en relation avec les opérateurs, rendez-vous si besoin. Une articulation précieuse pour accélérer les démarches. à Maubourguet : Dominique Babaci, Melissa Jammes, 188, allées Larbanès, tél. 05.62.96.07.93.


Le phare de Cordouan



21 février 2018

Carnaval du Bigorre Western Dance

Passionnés de country et fans de Johnny !/ Photo J. P.

Dans les rendez-vous festifs du Bigorre Western Dance, en ce début d'année, un nouveau bal de carnaval. 
Après l'édition 2017 sur les planches du gymnase Ménoni, c'est le carrelage de la salle de l'Octav, au centre multimédia, que les amateurs et passionnés de danse country ont investi. 
Pas de thème imposé, cohabitation colorée et rythmée, en ligne ou pas, selon la playlist du jour, entre inconditionnels des tiags et stetsons avec couple de CroMagnon, trio de Rabbi Jacob, indiens du West ou légionnaires romains, famille Ingalls, nonne et pirates de tous gabarits… et par-dessus tout, l'union sacrée intemporelle s'exprimant en mémoire de «Jojo», le grand Johnny, dont des portraits trônaient sur la scène. Georges aux platines, Louise au micro dans la salle, Polo en intermittent, pour un après-midi inscrit au calendrier par l'équipe du club Bigorre Western Dance.