31 juillet 2018

Vers une situation caniculaire dans les Hautes-Pyrénées en fin de semaine

On cherche déjà la fraîcheur au lac de Soues./ Photo DDM Sophie Loncan

À partir de mercredi, le mercure va aller crescendo dans les Hautes-Pyrénées, à la faveur d’une bulle de chaleur qui remonte de l’Espagne. « Dès mercredi, on va repasser les 30° sur certains secteurs du département, explique-t-on à Météo France. Jeudi, la hausse va s’accentuer avec 33° attendus à Tarbes et jusqu’à 35° localement dans le Val d’Adour et les Baronnies. » Des températures estimées sous abri. Au soleil, le mercure dépassera les 40°. « Même si le ressenti est plus difficile à établir pour des valeurs estivales », note-t-on à Météo France.
Le pic de cet épisode de fortes chaleurs est attendu pour vendredi avec 35° à Tarbes et jusqu’à 37° toujours sur le nord du département. D’autant que dans le même temps, les nuits restent douces, entre 19 et 20°. « Si cet épisode se maintenait, nous serions dans une situation caniculaire », prévient-on à Météo France.

Très chaud depuis le 1er juillet

Dans le département, la canicule est caractérisée par trois jours glissants avec des minimales au-dessus de 19° et des maximales supérieures à 34°. Une configuration qui pourrait être atteinte entre jeudi et samedi où l’inflexion des températures sera légère. Dimanche marquera l’amorce de la baisse avec tout de même 31° attendus.
Moins éprouvante, la semaine prochaine conservera néanmoins des températures au-dessus des normales et surtout des minimales autour des 18°. « Après une fin de printemps perturbée, on est depuis le 1er juillet régulièrement au-dessus des normales, en dehors de 4-5 jours, notamment avec des nuits douces », analyse-t-on à Météo France où la prudence est de mise.

Gérard Bor : voyage au cœur de la gastronomie locale

Gérard Bor présentant son ouvrage qui fera référence dans le répertoire de la gastronomie bigourdane. L'ancien professeur de l'école hôtelière de Tarbes mais aussi tenancier d'une célèbre auberge de montagne fait partager ses connaissances et son savoir-faire. / Photo DP

Gérard Bor a une passion, depuis toujours, la cuisine, mais pas n'importe laquelle, celle de son terroir, ici en Hautes-Pyrénées, riche en produits locaux, en labels de toutes sortes, où la qualité est reine.
C'est un peu par hasard que cet habitant de Momères, tout près de Tarbes, mais pas très loin de ses montagnes, a commencé à noter les recettes de son enfance, celles concoctées avec amour par sa grand-mère sur des feuillets, pour lui, durant des années. «Je ne voulais pas éditer cela, c'était un peu comme écrire mes souvenirs d'enfance et puis, un jour, ma fille a vu mes notes, elle m'a un peu poussé et j'ai fini par dire, pourquoi pas ? on y va !».
C'est ainsi qu'est né ce superbe livre de «Recettes oubliées de nos montagnes, le pays Toy», une balade au cœur de l'enfance de l'auteur au travers de la gastronomie régionale. Un livre généreux aussi en anecdotes sur la vie en général en pays Toy, les hôtels, le thermalisme, en photos d'époque, comme pour mieux entrer dans un temps que Gérard Bor nous fait revivre de l'entrée au dessert : «Il y a une quarantaine de recettes, que des choses de la montagne, de la cuisine authentique, ce que l'on peut cueillir dans la montagne ou au jardin, l'objectif aussi est de faire visiter le pays Toy à travers ces recettes. Je suis rentré dans les cuisines tout gosse».
Un livre dans lequel les recettes sont toujours précédées d'une histoire personnelle, d'une immersion nostalgique avec notamment Honorine, la voisine qui régalait les enfants chaque fois qu'ils lui ramenaient ses petits ânes fugueurs.

Des produits stars

Les stars de cet ouvrage sont aussi les produits phares de notre région, le porc noir de Bigorre, le mouton AOP, le haricot tarbais ou encore les oignons de Trébons se retrouvent et se marient au détour d'une soupe ou d'une poêlée : «tout est fait grâce aux produits de chez nous, les soupes, les plats et les desserts dont le fameux gâteau à la broche dont l'origine est incertaine mais s'appuie sur deux versions crédibles».
Des explications que le lecteur trouvera au détour des 180 pages de ce livre savoureux signé de Gérad Bor mais aussi Raphaëlle Jessic, des éditions De Plaines en vallées. Un voyage gourmand, plein de tendresse et de souvenirs, à découvrir sans tarder dans les bonnes librairies.

Rabastens-de-Bigorre - 117 joueurs ont participé au 4e tournoi de tennis

Organisateurs et lauréats du quatrième tournoi de tennis./  Photo F. A.

Le quatrième tournoi de tennis organisé par l'USR tennis vient de se terminer après 3 semaines de compétition. Une période sur laquelle Lionel Saintagne remerciera «les clubs voisins de Villecomtal, Vic-Bigorre pour avoir prêté leurs courts, ces derniers couverts ont permis que le tournoi aille à son terme eut égard à quelques conditions météorologiques incompatibles en extérieur». Et le président de l'USR d'afficher «sa satisfaction quant à la participation quasiment égale à la précédente puisque 117 joueurs se sont affrontés dans les diverses catégories» ; puis de remercier «ses collègues qui ont apporté leur contribution aux festivités autour du tournoi».
C'est sur ces deux derniers points que Fabienne Lahens, représentant le comité départemental 65, a réagi : «Le niveau sportif et les statistiques sont au même niveau qu'en 2017 alors que la tendance générale est à la baisse. J'adresse mes remerciements à tous ces bénévoles qui sont les grandes mains de tous ces tournois».

Les lauréats

Les lauréats 2018 de chaque catégorie. 11-12 garçons : finaliste, Kylian Poujardieu (Bordeaux) ; vainqueur, Achille Michez (Maubourguet). 13-14 garçons : finaliste, Mandresy Raioly Matio (Nogaro) ; vainqueur, Alexandre Salamagnou (Bizanos). 15-18 garçons : finaliste, Richard Legrand (Maubourguet) ; vainqueur, Antoine Saintagne (Rabastens). Consolante messieurs : finaliste, Daniel Lis (Les Cigognes) ; vainqueur, Christophe Rey (Vic-Bigorre). Plus de 45 ans messieurs : finaliste, André Deben (Pierre-Barrus) ; vainqueur, David Tessier (Vic-Bigorre). Plus de 35 ans dames : finaliste, Valérie Montané (Bordères-sur-l'Echez) ; vainqueur, Christine Etcharri (Pierre-Barrus). Plus de 35 ans messieurs : finaliste, Nicolas Vignau (Mirande) ; vainqueur, Sébastien Le Gall (Vic-Bigorre). Seniors dames : finaliste, Marine Labarrère (Ibos) ; vainqueur, Rasendra Andrianantemena (Nogaro). Seniors messieurs : finaliste, Cédric Faraud (Vic-Bigorre) ; vainqueur, Matias Gonzalo Moreno Marin (Cugneaux).

Programme de la Fête du vin du mois d'août

L'espace vin et les confréries attireront toujours autant de monde./  Photo J. N.

La 35e édition se déroulera les 14 et 15 août, l'occasion de fêter les 70 ans des deux appellations Vins de Madiran et Pacherenc du Vic Bilh. Les festivités commenceront dès lundi 13 août, jusqu'au jeudi 16 août.
Un programme complet
Lundi 13 août
À 17 h 30, jeux pour enfants ; à 20 heures, soirée tapas ; à 23 heures, bal avec Festisud.
Mardi 14 août
Le restaurant Le Prieuré sera ouvert tout au long de la journée ainsi que pour les deux services habituels côté église.
Dans le parc du Prieuré : de 15 heures à 19 heures, ouverture de l'espace vin. Dégustations et rencontres avec les vignerons. Bracelet dégustations et verre : 5 €.
À partir de 15 heures, espace buvette ; à 19 heures, repas du terroir concocté par les Jeunes Agriculteurs.
Dans le village : à 12 heures, grillades des chasseurs sous chapiteaux ; à 15 heures, marché gourmand ; à 22 heures, concert du groupe La Yegros ; entrée 10 €. À minuit, bal avec Festisud.
Mercredi 15 août
Le Prieuré sera ouvert tout au long de la journée ainsi que pour les deux services habituels côté église.
Dans le parc du Prieuré : de 10 heures à 19 heures, ouverture de l'espace vin. Dégustations et rencontres avec les vignerons. Bracelet dégustations et verre : 5 €.
De 10 heures à 18 heures, espace enfants
à partir de 11 heures, espace buvette/tapas (frites pommes de terre de Laffonta à Larreule, charcuterie Lalaque à Sauveterre ; fromage de chèvre de Lebbe à Villefranque…).
Dans le village : toute la journée, fête foraine, animation musicale avec la banda Los Borrachos, marché gourmand, restauration pour tous.
À 10 heures, messe des vignerons avec Michel Etcheverry, les confréries et les chanteurs vignerons du Vic Bilh, la banda Los Borrachos ; à 11 heures, défilé des confréries avec la banda Los Borrachos ; à 11 h 30, grand chapitre de la Viguerie ; à 12 h 30, repas sur la place Doussine animé par Michel Etcheverry ; à 16 heures, sous la halle, concert Jazz dans les rues d'Antibes ; à 20 heures, bodega, repas du handball animé par Los Ricardos ; repas sous chapiteau avec Los Borrachos ; à 22 heures, bal avec Festisud ; à 23 h 30, feu d'artifice.
Jeudi 16 août
À 15 heures, grand prix cycliste ; à 20 heures, paella géante avec les Boléros burgais ; à 23 h 30, bal avec Festisud.

....

Yorkshire Wolds Way

****



30 juillet 2018

Canicule: neuf départements en vigilance orange dans le Sud de la France

Des enfants dans des jets d'eau au Parc André Citroën à Paris le 26 juillet 2018 - ALAIN JOCARD - AFP/Archives

Neuf départements allant de la Vallée du Rhône aux départements méditerranéens ont été placés lundi en vigilance orange canicule par Météo France en raison de températures comprises "le plus souvent entre 32 à 36 degrés".
Cinq nouveaux départements du Sud-Est sont concernés: les Alpes-Maritimes, le Gard, l'Hérault, l'Isère et le Vaucluse, et l'alerte a été maintenue pour l'Ardèche, la Drôme, les Pyrénées-Orientales et le Rhône.
Météo France parle d'une "canicule durable nécessitant une vigilance particulière, notamment pour les personnes sensibles ou exposées" jusqu'à au moins mercredi 7H00.
A 15 heures lundi, de la Vallée du Rhône aux départements méditerranéens, les températures étaient comprises "le plus souvent entre 32 à 36 degrés".
Mardi, les températures dans le Sud-Est seront comprises entre 36 et 39 degrés, souligne Météo France, précisant que les jours suivant, la hausse des températures sur le quart sud-est du pays devrait se poursuivre. La vigilance orange sera donc "probablement encore étendue".
Un épisode durable de très fortes chaleurs est attendu toute la semaine, précise la préfecture du Gard. Les températures maximales seront de l’ordre de 38 à 40 voire 41 °C localement et les températures minimales se situeront entre 23 et 24°C la nuit, ajoute-t-elle.
"Chacun d'entre nous est menacé, même les sujets en bonne santé", rappellent les autorités. Le danger est plus grand pour les personnes âgées, les personnes atteintes de maladies chroniques ou de troubles de la santé mentale, les personnes qui prennent régulièrement des médicaments et les personnes isolées.
Les symptômes d'un coup de chaleur sont: une fièvre supérieure à 40°C, une peau chaude, rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, une somnolence, une soif intense, une confusion, des convulsions et une perte de connaissance.
Les pouvoirs publics recommandent notamment de prendre des nouvelles ou de rendre visite au moins deux fois par jour aux personnes âgées, souffrant de maladies chroniques ou isolées.

Claude Larronde, de pages d'Histoire en chroniques

Des écrits et des paroles./  Photo J. P.

Un parcours d'historien dans le patrimoine local, industriel, événementiel, et les itinéraires de personnalités au destin inscrit dans l'Histoire de France, à découvrir ou redécouvrir dans plus d'une trentaine d'ouvrages publiés en plus de deux décennies ; des rendez-vous hebdomadaires du chroniqueur correspondant de «La Nouvelle République des Pyrénées» ; la mise en lumière d'auteurs et éditeurs régionaux… Claude Larronde fait œuvre de vigie de l'Histoire, entretenant une mémoire collective où chacun a sa place, héros du quotidien ou héros du monde. Il a fait sienne la devise «Apprendre et transmettre», mise en pratique dans le cadre de recherches, d'écriture, de conférences, de séances de présentation et dédicaces. 
Ainsi, l'étape à la médiathèque intercommunale Adour-Madiran à Vic pour la présentation du dernier ouvrage «Chroniques des Hautes-Pyrénées», paru aux éditions Gascogne, recueil de 242 chroniques écrites depuis 2002 ; aux lecteurs fidèles viennent se joindre des concitoyens bigourdans d'origine croisés à des moments de vie et d'activité, expatriés pour raisons professionnelles souvent, de retour ponctuel et curieux de retrouver un passé somme toute récent. À ce chapitre, rencontre et évocation de l'histoire de l'Arsenal, source de richesse d'un tissu industriel bigourdan florissant et aussi de drame ; échanges au-delà du temps qui passe. La lecture du dernier ouvrage ? Un itinéraire dans 242 chroniques «souriantes, truculentes, cocasses, graves, dramatiques…» : proximité humaine, histoire locale et de France !
Un site (https://www.histovic.com). Ouvrages en vente au bureau de tabac-presse Lasfargues, rue Maréchal-Foch.

La Ferme d'Adèle est sur les rails

Glwadys Lalaque et Jonathan Ricaud, sous une des serres installées pour faire pousser leurs légumes bio./ Photo Sophie Loncan.

Le 23 janvier dernier, nous avions relaté le projet de ferme maraîchère et de poules pondeuses biologiques qu'un jeune couple avait lancé à Bordes et pour lequel il avait fait appel au financement participatif. Glwadys Lalaque, 28 ans, et Jonathan Ricaud, 27 ans, ont renoncé à leurs carrières respectives de professeur des écoles et de technicien en aéronautique pour se lancer dans l'agriculture, après des expériences de «woofing» en Nouvelle-Zélande et en Angleterre.
Six mois après, le projet est bien sur les rails, en partie grâce aux généreux donateurs du web que le couple remercie infiniment : les 6.300 € récoltés ont servi à financer les bâches des trois serres à légumes, les semences, le terreau, le paillage tissé et les bâches au sol, une partie des poules, le matériel de vente des marchés, etc. Fidèles à leur philosophie de vie et de respect de la nature, les deux jeunes gens vont bien au-delà du cahier des charges de l'agriculture biologique. Les 240 pensionnaires du poulailler gambadent sur 2.000 m2, une surface deux fois plus importante que la norme imposée. Et ils ambitionnent déjà d'augmenter leur production. «Nous voulons atteindre 180 à 200 œufs par jour puis ensuite parvenir à un élevage de 1.000 poules», espère Jonathan. 
Pour les légumes, c'est un peu plus compliqué, surtout après la météo catastrophique de ce printemps. «Nous avons un retard de production à cause du manque de soleil et de la pluie trop abondante, mais cela ne peut pas être pire», se rassure le couple qui veut accroître la surface de maraîchage, au-delà des 7.500 m2 actuels. Ils réussissent à tenir le rythme de deux marchés hebdomadaires à Tournay et à Juillan et de l'approvisionnement du marché de producteurs de Bagnères Le Panier gourmand et des épiceries sociales de Tarbes et de Lourdes. Sans oublier le marché du Marcadieu le jeudi matin à Tarbes depuis peu. Mais pour l'instant, leur production ne leur permet pas d'élargir davantage leur cercle de vente. Cependant, ils souhaiteraient recevoir plus de clients lorsqu'ils vendent à la ferme le vendredi de 17 heures à 19 heures.

À pied, à vélo et en camping-car : les pèlerins du col du Tourmalet

 Le col du Tourmalet culmine à 2115 mètres d'altitude - Pierre Challier - DDM

Il est sûrement le col le plus mythique des Pyrénées. Culminant à 2115 mètres d'altittude, le col du Tourmalet attire 300 à 400 cyclistes amateurs par jour l'été. Mais aussi des adeptes de la marche à pied ou de nombreux touristes en camping-car.
Notre reporter Pierre Challier a arpenté les lacets du col à la rencontre de ces nombreux pélerins : l'espagnole Azucena en pleurs après avoir réussi à gravir le sommet à vélo, Régis le normand qui fait "son" tour de France ou Arlette et Daniel qui attendent les coureurs avec leur camping-car. Le Tourmalet c'est une multitude de petites et de grandes histoires comme celle d'Eugène Chrsitophe qui avait cassé sa fourche sur le Tour en 1913 avant de la réparer lui-même à Campan dans la vallée.
Prenez vous aussi la route du Tourmalet, en texte et en images, dans notre long format.
Pour les utilisateurs de l'appli Android, cliquez sur ce lien.

Jusqu'à 40°C attendus dans la semaine en Occitanie

Le thermomètre va frôler les 40° cette semaine./ Photo AFP

Les fortes chaleurs sont loin d'être finies. Alors que la semaine qui vient de se terminer a été très chaude (38° relevés à Soumont dans l'Hérault), la semaine qui vient s'annonce encore plus chaude selon les prévisions météo.

Alerte canicule dans les Pyrénées-Orientales

Le département des Pyrénées-Orientales, pourtant habitué à la chaleur, a été placé ce dimanche après-midi en alerte canicule jusqu'à mardi 7 heures du matin. Météo France prévoit "à partir de la journée de lundi un épisode de très fortes chaleurs" qui sera durable. Dès cette nuit de dimanche à lundi, le thermomètre restera à 24/25° dans la région de Perpignan. La température grimpera jusqu'à 36° lundi après-midi sur le nord et l'est du département. Avant une nouvelle hausse mercredi ou jeudi.
Pour cette journée de lundi, Météo France annonce 36° à Nîmes, 34 à Cahors et Carcassonne, 33 à Albi, 32° à Toulouse, Montauban et Montpellier, 31 à Agen, Auch et Mende, 30 à Rodez, 29 à Tarbes et Foix. Cette chaleur va se poursuivre mardi.

Plus de 35° à partir de jeudi

Le thermomètre va encore gagner quelques degrés à partir de la moitié de la semaine. Ainsi pour jeudi, Météo France annonce 36° à Montauban et Albi, 35 à Toulouse, Agen, Carcassonne et Nîmes, 34 à Auch, Cahors et Perpignan, 32 à Montpellier et Rodez, 31 à Tarbes et Foix et 30 à Mende. Vendredi on attend 37° à Albi et Montauban, 36 à Agen et plus de 35° à Toulouse, Auch et Cahors. 
Les températures ne baisseront pas beaucoup la nuit : encore 28° à Montpellier, Nîmes et Perpignan dans la nuit de jeudi à vendredi, 24 à Albi et Carcassonne, 23 à Toulouse, Montauban et Cahors, 22 à Auch ou 21 à Foix et Tarbes. Et comme il n'y aura pas de vent, il sera impossible de faire du courant d'air dans les maisons et les appartements.
Ces fortes chaleurs vont au moins continuer les dix premiers jours d'août selon les dernières prévisions météo. Selon Météo France, ce mois de juillet 2018 est le troisième mois de juillet le plus chaud depuis 1947 derrière 2006 et 1983.

....

The Yorkshire Dales

****



29 juillet 2018

Les fêtes de Vic, des moments toujours conviviaux

De master chef à maître confiturier, des pointures et têtes d'affiche !  Master class œnologie avec l'experte Gabrielle Vizzavona./  Photos J. P.

Fête de la musique, Festival de gastronomie des Tablées de Vic, fête de la gare avec l'USV XV… Les rendez-vous festifs de la cité rassemblent de manière conviviale. Qu'ils soient associatifs, professionnels locaux ou professionnels de renommée, y compris médiatique et cathodique, des acteurs qui régalent les papilles. 
Et la démonstration n'est plus à faire, rien ne rassemble autant que la dégustation d'un verre ou d'un plat, qu'il s'agisse de fidèles de ce territoire privilégié au Val d'Adour, au carrefour du Béarn et du Gers, de visiteurs d'une large Occitanie et jusqu'à la capitale et bien sûr de représentants des instances républicaines !


Le maire pacse sa petite-fille

Maire et grand-père, administratif et affectif./  Photo J. P.

En ce 26 juillet, Paul Lagrave, en cours de son 9e mandat d'élu de la République (tout jeune, élu maire en 1965, s'il n'est aujourd'hui le doyen, sans doute est-il le vétéran en engagement communal du département des Hautes-Pyrénées) a officié dans un exercice à la fois administratif et affectif ! 
Après une première cérémonie, le 14 décembre 2017, inscrite dans le dispositif d'union civile du droit français, le Pacte civil de solidarité (PACS), transférée vers les mairies, élargissant ainsi la compétence de l'officier d'état civil, cérémonie au cours de laquelle Paul Lagrave avait procédé à l'enregistrement de l'union de deux jeunes, Élodie et Romain, résidant dans la commune, il s'agissait en ce jour de juillet de célébrer et enregistrer l'union d'Éléonore et Thibaut. L'officier d'état civil expérimenté, qui a intégré bien des réformes gouvernementales et a même été pionnier avec des élus du canton de Vic pour l'inscription du territoire dans les coopérations intercommunales (une des premières de Bigorre en association qui plus est avec le Béarn), a ajouté à l'exercice administratif, à la solennité du cérémonial, la dimension affective.
Paul Lagrave a uni Éléonore Cathalogne, sa petite-fille, à Thibaut Depond. Et Escaunetsd'agrandir ses particularités, village des enclaves, commune dont les registres d'état civil ouvrent de nouvelles pages heureuses.

Maubourguet - Le Tour de France a traversé le village

La tête de course avec les 5 échappés qui seront repris avant l'arrivée./  Photo J. N.

Partis de Trie-sur-Baïse, les coureurs sont arrivés vers 15 heures, après le passage de la caravane, à 13 heures, et termineront l'étape à Pau. Le village de Madiran, commune gourmande, l'accueillait aussi avec des animations festives.
Une 18e étape moins ardue mais avec tout de même deux côtes, celle de Madiran puis d'Anos.
Échappés dès les premiers kilomètres, cinq hommes font la course en tête mais le peloton reste vigilant. Un écart d'une minute environ annonce la voiture du Tour. Ce sont Matthex Hayman, Luke Durbridge (Mitchelton-Scott), Niki Terpstra (Quick Step), Guillaume Van Keirsbulck (Wanty-Gobert) et le Français Thomas Boudat (Direct Énergie) qui seront repris.
La chaleur n'a pas découragé les nombreux spectateurs massés sur la place de la Libération, le long de la route, dans le virage de la rue Maréchal-Joffre. De nombreuses chaises étaient installées le long des routes, tables de pique-nique également. La caravane est le moment préféré des spectateurs qui n'attendent que de pouvoir récolter ou glaner quelques cadeaux et ramener de précieux souvenirs de cette journée, casquettes, foulards et autres objets publicitaires. Par contre, seule l'animation Cochonou sur la place permettait de patienter avant l'arrivée des coureurs car l'attente était un peu longue.
Une fois les coureurs partis, les lieux se sont vidés rapidement, les spectateurs étaient pressés de trouver un endroit frais. Maubourguet aura vécu l'ambiance du Tour pour une 2e fois après avoir été ville départ il y a quatre ans.

TBM : L'AVION TARBAIS FÊTE SES 30 ANS ET SA... 900E LIVRAISON !

TBM céèbre sa 900e livraison

....


***



28 juillet 2018

Uciap : les commerçants de la ville s'organisent.

Tissu économique diversifié./  Photo J. P.

La renaissance d'une association des acteurs du tissu économique local à Vic, sans nul doute essentielle à la vie de la cité et dans le cadre des relations avec les différences instances institutionnelles, collectivités territoriales, chambres consulaires, syndicales… Alors que le projet «cœur de ville» et en particulier ses déclinaisons sur le sens de circulation, le stationnement, ont beaucoup alimenté, a minima, points de vue et critiques, la constitution de l'Union des commerçants industriels, artisans et professions libérales (Uciap) de Vic-en-Bigorre en fait un interlocuteur porteur de propositions aux instances et un acteur de l'animation du territoire. 
À l'agenda de l'Uciap, une réunion ouverte portant sur sa présentation (bureau, conseil d'administration, fonctionnement…) et en présence du maire, échanges autour de la halle en semaine et le samedi, jour de marché : le stationnement des riverains, passagers… et les modalités mairie dont abonnement ; l'enlèvement des résidus après le marché ; la mise à disposition des toilettes lors des animations-manifestations. Une remarque de fond de la part des adhérents, la carence de consultation, concertation, réflexion, dans un cadre tel que commission, par exemple. Si le maire pouvait souligner que «tout n'est pas figé» et mettait en avant la consultation des Vicquois, «Donnez votre avis» sur le nouveau plan de circulation (jusqu'à fin juillet), et rappelait la «thèse» de son mandat : «Elle est claire, c'est l'attractivité de Vic». Dans la salle, la demande de «consultation sur tout projet structurant de la ville» et la réponse de Clément Menet : «Oui mais avec une structure en face». La structure, elle y est, l'Uciap ; les propositions aussi.

Une équipe déléguée

Hors commissions qui pourront être constituées sur des thèmes précis, l'Uciep est composée d'administrateurs représentant diverses catégories d'activité, ainsi le bureau : Présidente : Évelyne Petitdemange (boulangerie-pâtisserie). Vice-président : Nicolas Giffard (artisan ferronnier atelier Bétès). Secrétaire : Claude Giraud (fleuriste). Secrétaire adjoint : Yacine Klaoua (téléphonie). Trésorière : Anne Lenoir (Charme & Moi). Trésorieradjoint : Paul Didelot (artisan électricien), épaulés par une dizaine de leurs collègues.

Lahitte-Toupière - Week-end d'expos avec étoile…

Le comité des fêtes a proposé une exposition rétro vintage./ Photo D.R.

Depuis quelques années, le 14 juillet, faisant partie ou non des journées de la fête locale, est réservé, entre autres, à l'exposition de voitures anciennes et tout récemment, le comité des fêtes a décidé d'y ajouter une exposition rétro vintage.
Cette édition 2018 a connu encore un beau succès avec la venue d'une trentaine de motards et plus de cent véhicules anciens modèles. Beaucoup de monde également au repas de midi, sur la place de la mairie, ainsi qu'à la soirée animée par le groupe Mocker's Rock Cover, quelque peu perturbée, un peu avant minuit, par un «feu d'artifice» non désiré… venu du ciel.
Le lendemain dimanche 15 juillet, quelque 150 fans de football aux couleurs «bleu, blanc, rouge» étaient réunis à la salle des fêtes pour le match France-Croatie. Ils ont salué la 2e étoile qui a rejoint celle de 1998 et qui a été fêtée aussi par un «tonnerre» d'applaudissements célestes.

Maubourguet - Les années collège... souvenirs, souvenirs

Des «collégiens» heureux de se retrouver./ Photo J. N.

Près de 77 convives des classes «74-75-76-77» des années collèges se sont retrouvées au foyer rural d'Estirac. Autour d'un apéritif dînatoire succulent concocté par Jean-Louis Darré, la bonne humeur était au rendez-vous pour cette soirée d'été chaleureuse. Par petits groupes, des échanges se sont noués, il fallait bien se reconnaître au bout de plus de quarante ans ! Et que de choses à raconter. Puis, des danses entraînantes concluaient au bout de la nuit ces retrouvailles avec la promesse de se revoir plus souvent.
Les professeurs du collège de Maubourguet, MM. Ducoussou, Palu, Cassagnet et Mme, ont regretté de ne pouvoir participer à la soirée et ont tous envoyé un petit mot au groupe.

....

bluepueblo:  Forest Gate, Limerick, Ireland photo via lilly

****



27 juillet 2018

CLIC : des activités physiques adaptées en plein air

Adaptation lacustre et montagnarde./ Photo J. P.

L'initiative de ce début d'été 2018 du Centre local d'information et coordination (CLIC) Vic-Montaner gérontologie, inscrite dans l'action «Vieillir tonic avec le CLIC», a fait prendre de la hauteur, hors les murs, à une quarantaine de participants à l'Activité physique adaptée (Apa). C'est ainsi qu'avec Laura Mielgo et Charlotte Halgand, coordinatrices du CLIC, et les trois professeurs de l'activité intervenant dans les cinq groupes aujourd'hui constitués, Florian Amiard, Damien Ledez et Anthony Fitamanut, nouvellement recruté, une sortie d'une journée sur le secteur de Payolle a été organisée. 
L'occasion de rappeler que depuis la mise en place de la première session d'Apa, à l'automne 2016, la proposition à titre expérimental, dans le cadre des prescriptions légales de la loi d'adaptation de la société au vieillissement de 2015, s'est développée à bien des égards. Les volets santé, prévention et entretien pour les 60 ans et plus se sont naturellement enrichis des dimensions de lien social, créant un tissu relationnel sympathique. Du Val d'Adour, précisément de la salle Campet-Larmitou, sur le site vicquois du centre hospitalier de Bigorre où se déroule la majorité des séances d'une heure, jusqu'à la vallée de Campan et le lac de Payolle pour un programme physique-culture-convivialité, il y avait, comme le soulignent les organisateurs, le projet «de rassemblement des divers groupes en exerçant l'activité dans un cadre sortant de l'ordinaire ; avec une randonnée adaptée à chaque niveau (deux circuits), la visite du musée et de la carrière de marbre de Payolle». 
Au bout du compte, succès assuré ! Témoignages de satisfaction : pour certains, faire connaissance ; pour ceux-ci, découvrir ou redécouvrir un site ; pour cet autre, «avoir passé du bon temps». La tonalité partagée ? Un moment de détente, où le rythme de chacun a pu être respecté. Le programme Apa reprendra après la pause aoûtienne, en septembre prochain. Les personnes intéressées par les ateliers «vieillir tonic avec le CLIC», quel que soit leur canton de résidence (secteur CLIC, c'est-à-dire Vic, Castelnau-Rivière-Basse, Maubourguet et Rabastens), peuvent contacter le CLIC, au 05.62.31.83.39.

Maubourguet - Inauguration de la nouvelle aire de jeux

Le ruban est coupé pour une aire qui fera la joie des enfants./ Photo J. N.

L'aire de jeux pour les enfants de 1 an à 10 ans, au parc du Bouscarret, a été inaugurée en présence des écoliers du groupe scolaire.
Vieillissante et non conforme, l'ancienne structure de jeux en bois a été démontée à l'automne dernier, après demande des services de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Convaincue de la nécessité de remplacer cet équipement, une commission municipale s'est constituée pour travailler sur ce dossier. Elle était composée de Sonia Delacroix, Nathalie De-Brito, Pierre Manhes, Yves Menjoulou, Pierre Renon, Sophie Lassalle, Frédéric Marque-Sans, Isabelle Clercq. Un budget de 24.000€ HT pour 5 jeux. 5 jeux leur sont proposés, composés notamment de matériaux plastiques et inox : une structure pont et filet pour les 3-10 ans ; une balançoire panier à partir de 3 ans ; deux jeux sur ressort : un renard et un mouton 1-8 ans ; une structure avec toboggan pour les 3-8 ans ; une marelle. L'ensemble sur sol amortissant synthétique d'une épaisseur variant de 10 mm à 60 mm, afin de prendre en compte les hauteurs de chute.
C'est l'entreprise SARL Kaso, d'Andernos-les-Bains, en Gironde, qui a été retenue, après consultation. Pour compléter cet espace de loisirs, une table de ping-pong en béton sera prochainement installée pour les plus de 10 ans. Et à plus long terme, il est envisagé de mettre en place bancs, tables et structure à grimper pour les plus grands.