30 novembre 2018

VIC - De tous les horizons, bienvenue !

Le dire avec des fleurs et des douceurs./ Photo J. P.

Journée nationale des Nouveaux Arrivants, avec majuscules tant l'association de l'Accueil des villes françaises, AVF, a fait de l'accueil de tous ceux qui ont déménagé, aménagé, se sont installés dans un nouveau cadre quels qu'en soient les motifs, une mission partagée sur tout le territoire ! Une journée au mois de novembre, à mi-chemin entre les rentrées et les fêtes de fin d'année !
L'AVF Vic et celui de Tarbes sont les deux en action en Hautes-Pyrénées. L'hôtel de ville vicquois, précisément salle du conseil avec le hall est le cadre traditionnel du cocktail de bienvenue ; avec «affichage» des talents des adhérentes, tant du côté éléments de décor que de la composition du buffet spectaculaire !
La promotion 2018 des nouveaux arrivants ? Les 23 arrivés à Vic et dans les environs qui ont répondu présent à l'invitation lancée. Certains venus de très loin : Etats-Unis, Espagne, Mexique pour les assistants de langue anglaise ou espagnole des deux établissements scolaires vicquois (Pierre-Mendès-France et Jean-Monnet). D'autres arrivants d'Etretat, d'Armentières, de Caen, de Marseille ou de Guyane ou de plus près, Occitanie et Aquitaine, dont Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées !
Des attentions fleuries et de la documentation avant l'exercice gourmand pour clôturer la réception.
D'autres rendez-vous. En donnant le programme de décembre, la présidente Michèle Aué aura l'occasion de remercier la municipalité de Vic et la direction du centre hospitalier de Bigorre pour la mise à disposition de locaux qui permettent à l'AVF de proposer plus de vingt ateliers réguliers hors manifestations telles qu'en décembre donc : un carnet de voyage «La Crète et Santorin» le 2 décembre, la participation au Téléthon le 8 décembre, le goûter de Noël offert aux résidents de la maison de retraite de La Clairière le 14 décembre.
Permanences (hors vacances scolaires) : Les lundis après-midi, au local, 4 bis, rue des Écoles, de 14 h 30 à 16 h 30. ; tél. avec répondeur-enregistreur 05.62.33.46.92, adresse-mail (avf4@orange.fr), site (http://avf.asso.fr/fr/vic-en-bigorre).

Tout un village des Hautes-Pyrénées mobilisé contre une porcherie industrielle


Malgré la pluie glaciale, et l’heure tardive, ils étaient près de 200 à se réunir, ce lundi soir, devant la mairie d’Ossun, où un conseil municipal extraordinaire se réunissait pour se prononcer sur le projet de porcherie industrielle qui agite le village depuis quelques jours.
« Le problème, c’est que nous avons appris, avec émoi, l’existence de ce projet que le 17 novembre, alors que la période de consultation se terminait deux jours plus tard », résume un des manifestants, « il a fallu faire vite ! Au début, on était trois ou quatre, aujourd’hui, regardez un peu ! Mais bien sûr, ce qui nous gêne avant tout, c’est le projet en lui-même, imaginez un peu que le site produira 6 500 porcs par an, sans même parler du mal-être animal, il est prévu une surface de 0,72 m2 par porc adulte, 0,40 pour un porcelet, les nuisances vont être insupportables, l’impact sur l’environnement indéniable et les risques sanitaires nous inquiètent aussi. Et ça ne va créer qu’un emploi et demi… »

Une association constituée

Le maire, Francis Bordenave, a reporté le conseil, estimant que la décision, "prise sous pression" ne serait pas valable, mais a assuré à ses administrés que le conseil se prononcerait contre, tout en rappelant que désormais, pour l'autorisation d'exploitation, la balle était dans le camp de la préfecture. Les opposants ont décidé de se constituer en association.

Hautes-Pyrénées : Carole Delga et la région Occitanie parient sur le train à hydrogène d'Alstom

Présentation à Carole Delga de la pile à hydrogène des futurs trains Régiolis. / Photo DDM, Laurent Dard.

Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, s’est rendue, aujourd'hui, dans les locaux d’Alstom à Sémeac pour une visite officielle. La raison de ce déplacement dans les Hautes-Pyrénées : l’investissement de la région dans des trains Régiolis à hydrogène.
Le site d’Alstom de Tarbes accueillait Carole Delga, la présidente de la région Occitanie. Accompagnée de nombreux élus régionaux et départementaux, comme Michel Pélieu, président du conseil départemental des Hautes-Pyrénées, cette dernière a effectué une visite des ateliers bigourdans de l’entreprise française où l’on fabrique, entre autres, des systèmes de traction dédiés aux trains à grande vitesse (TGV), aux trains régionaux et aux locomotives électriques. Le tour du propriétaire a été dirigé par Benoît Carniel, directeur du site tarbais d’Alstom, et par Jean-Baptiste Eyméoud, directeur général d’Alstom Transport France.
Mais Carole Delga était avant tout venue dans les Hautes-Pyrénées pour officialiser l’investissement de la région Occitanie dans les trains Regiolis, nouvelle génération de la gamme Coradia polyvalent bi-mode électrique-hydrogène. La région a, en effet, passé commande « de 16 trains Régiolis à Alstom, dont 3 à hydrogène ». Le coût des trois dernières machines, dont le système de propulsion est fait en Bigorre, « devrait être compris entre 25 et 30 millions d’euros ».

4 milliards d’euros investis dans le transport collectif

« Il est nécessaire de développer le transport collectif en Occitanie, a expliqué Carole Delga dans un discours devant 150 membres du personnel d’Alstom. C’est pourquoi la région Occitanie va investir 4 milliards d’euros d’ici 2030 pour son développement. Nous devons prendre des dispositions pour changer notre mode de consommation d’énergie. Pendant l’été, j’ai rencontré Emmanuel Macron, le président de la République, et je lui ai dit que je voulais des trains à hydrogène. La région Occitanie a été la première région à passer commande de trains hybrides. Il a fallu aussi convaincre l’État et la SNCF de l’importance de ce projet, notamment dans la transition énergétique de la France. L’Occitanie sera un terrain d’expérimentation privilégié pour le train à hydrogène. Il faut aussi que les autres régions françaises se joignent à nous. Les discussions devraient se poursuivre avec mes homologues jusqu’en juin 2019. Les trains devraient effectuer leurs premiers tests à l’horizon 2021-2022. Ils seront ensuite testés sur une ligne de chemin de fer, avec un conducteur, en 2022 ou en 2023. »

....

Beautiful little boy with a pretty bird.

29 novembre 2018

PMF : filière de logistique et de solidarité

Engagement solidaire, et challenge relevé./ Photo J. P.

Accompagnés par l'équipe pédagogique de logistique – Corinne Pettinato, Philippe Kuntz, Hélène Lagrange et Florence Auzeville – les élèves de la filière logistique du lycée professionnel de la cité scolaire Pierre-Mendès-France ont mené un projet développant à la fois un engagement en synergie au sein de l'établissement et, plus encore, témoignage de solidarité envers des concitoyens dans la précarité. Élèves de CAP, seconde et 1re mobilisés dans l'organisation d'une collecte de denrées pour les Restos du cœur, en particulier des conserves qui seront livrées à l'association lors de la collecte nationale des 8 et 9 mars prochain (étant précisé que l'association est en activité toute l'année, campagnes hivernale et estivale). Projet donc en deux temps, avec pour commencer le déplacement sur le site départemental à Tarbes, où les élèves ont pu observer l'organisation de l'équipe des Restos du cœur dans la réception des produits, le rangement et le stockage, les modalités de préparation des denrées distribuées : du concret réalisé par les bénévoles avec les fondamentaux de la logistique.
Dans un second temps, dans la cité scolaire, jour de collecte annoncée au préalable par voie d'affiche informative réalisée à l'occasion sous le titre «Conserve le sourire !» et portant le fameux «Yes, we can !» ; avec aussi un défi lancé à toute la communauté éducative, celui de collecter 600 boîtes de conserve. Un projet pédagogique à plus d'un titre, apprentissage citoyen et solidaire.

ANDREST- Bienvenue aux nouveaux résidents

Louise,  Lison, Léonie, les benjamines de la réception !

Quatrième édition de la programmation par l'équipe municipale d'une réception de bienvenue à leurs nouveaux concitoyens qui ont choisi de résider à Andrest ; rejoint par Michèle Aué, présidente de l'association de l'Accueil des villes françaises, l'AVF de Vic, le maire Francis Plénacoste a pu se féliciter de l'évolution démographique de la commune, «un village qui se développe c'est toujours mieux». Il indiquera la typologie de l'habitat -aussi bien des maisons neuves bâties que des maisons anciennes rénovées - que 35 familles ont investies, certaines y demeurant déjà, d'autres peaufinant la rénovation. 
Familles de composition variable, des enfants ayant intégré l'école, des jeunes revenant s'installer au village… plus de 70 personnes pour lesquelles Andrest a présenté une attractivité certaine ; la projection-présentation de la commune avec ses paysages, ses services, la distribution d'un livret d'accueil informatif, d'un ouvrage resituant Andrest dans un territoire cantonal et intercommunal, et d'une attention fleurie avant le partage d'un pot pour faire plus ample connaissance.

....

Photo - Google+

28 novembre 2018

Communication bienveillante pourquoi, comment ?

Applaudissements bienveillants. /  Photo J. P.

On sait la vocation de l'association de quartier Saint-Aunis d'entretenir le lien social intergénérationnel dans l'ouverture et en favorisant la découverte, à travers une programmation diversifiée. La proposition d'une conférence avec Sandra Paul, conseillère conjugale et familiale sur la place de Tarbes, autour du thème de la communication bienveillante au cœur du couple et de la famille, a illustré ce choix. Précision étant faite qu'un faisceau de circonstances et d'opportunités, dont une rencontre dans le cadre du Forum des associations de la ville de Vic, a conduit à la tenue de cette conférence. De l'histoire de la communication, de ses portes d'entrées diverses et variées, de ses formes, moyens et outils dans le temps et les civilisations (paroles, gestes, tam-tam, fumées, internet, téléphone, signes, réseaux sociaux…), du contexte (lieux, temps, intentions…), des besoins de chacun, jusqu'au regard sur soi et sur les autres, Sandra Paul a su aller de la théorie à la pratique à travers le compte rendu de cas. Jusqu'à une conclusion de large portée : «Faire des rencontres des moments exceptionnels de découverte de soi, de découverte des autres».
Professionnelle certifiée par la Fédération couples et familles, organisme de formation agréé par l'État, Sandra Paul assure des consultations sur rendez-vous ; site internet : 

Concessions hydrauliques dans les Pyrénées : les salariés d'EDF alertent les habitants

Le barrage de Migouélou géré par EDF dans les Hautes-Pyrénées. / Photo archives Thierry Jouve

Le comité d’établissement EDF Hydro Sud-Ouest poursuit sa tournée de réunions publiques dans la région Occitanie, afin de sensibiliser la population sur la mise en concurrence des concessions hydrauliques.
Un sujet dans les débats depuis bientôt dix ans qui devient désormais réalité, puisque plusieurs concessions sont déjà arrivées à échéance en Ariège comme dans le Luchonnais. D’autres suivront l’an prochain dans le Béarn, mais aussi dans le Tarn et l’Aude.
Pour les Hautes-Pyrénées, le premier ouvrage mis en concurrence sera celui du Pont de la Reine, près de Gavarnie, en 2024. « Ce qui signifie que dès l’an prochain, le dossier de fin de concession sera ouvert en préfecture », précise Jean-Damien Navarro, responsable CGT à l’UPSO, l’Unité de production Sud-Ouest. D’ici 2030, une dizaine de centrales sont concernées en Bigorre, pour une puissance de 150 Mégawatts.

Des Chinois dans le jeu ?

« Après des années de stand-by, sous François Hollande, des lots de concession, pas forcément liées géographiquement ont été constitués, explique le syndicaliste. Le but de la commission européenne, à laquelle obéit l’État français, est clairement de casser le monopole d’EDF sur ce marché (sur les 25 000 MW d’électricité hydraulique produits, 20 000 le sont par EDF).
Outre EDF, CNR et la SHEM les deux autres opérateurs historiques se positionneront sur ces mises en concurrence. Mais d’autres acteurs de l’énergie sont intéressés, et même un groupe comme Total, en quête d’énergie propre. Mais il y a aussi des sociétés suisses, norvégiennes, suédoises, italiennes ou allemandes qui ont de l’ambition sur ces marchés. Et même des Chinois qui ont déjà mis un pied en Europe, via le Portugal. »

Sécurité et impact sur les factures

Une concurrence qui fait peser plusieurs dangers sur le parc hydraulique français mais aussi sur les usagers, selon Jean-Damien Navarro : « Sur le social, il y a des menaces pour l’emploi, notamment pour les agents tertiaires, face à des groupes déjà constitués. L’autre souci est sécuritaire. Par notre expérience et notre ingénierie, nous avons la connaissance des installations. Il n’y a jamais eu d’incident sur aucun des ouvrages gérés par EDF. J’habite en dessous d’un barrage et je n’ai pas la moindre inquiétude car je sais comment c’est entretenu. Le dernier enjeu est économique et concerne directement les usagers puisque les tarifs régulés sont fixés en fonction des coûts de production d’EDF. Or si nos concurrents ciblent les grosses centrales, plus rentables, nos coûts vont inévitablement augmenter et être répercutés sur les factures des usages. Jusqu’ici, outre sa valeur environnementale, l’électricité hydraulique était la moins chère, 45 € du MW/h contre 55 € pour le nucléaire et 80 € pour les autres énergies renouvelables. tout le monde est concerné. »

Des réunions dans la région

Ce lundi à Toulouse, à 18 heures, au centre d’animation de Bordeblanche, au quartier des Pradettes ; ce mardi à 18 heures, salle de la terrasse à Argelès-Gazost (65) ; ce mercredi à 18 heures à la salle des fêtes de Beaudéan (65) et ce jeudi à 19 h 30 à la salle multimédia de Villefranche-de-Panat (12).

.....

Tumblr

A regarder absolument: Biologie des sols

27 novembre 2018

Des femmes et des dentelles !

Belles de tous âges !/  Photo J. P.

À l'invitation d'Anne Lenoir avec sa collaboratrice Sandra, une soirée raffinée dans un cadre rénové avec présentation de nouvelles collections dans la boutique Charm & Moi, pour clientes, amies, collègues parfois, dans une complicité de femmes de plusieurs générations. Couleurs et lumières d'un décor nouveau portant la griffe d'Anne qui a décidément plusieurs cordes à son arc, un cadre tel un écrin pour lingeries, bijoux et autres accessoires proposés dans la boutique. Et puis Charlotte et Océane, la blondeur de leurs 20 ans, qui en présence de leurs mamans, Véronique et Sandra, ont joué les mannequins d'un soir, défilant sous les applaudissements allant autant à leur prestation qu'aux élégants ensembles de lingerie !
 En octobre 2010, à l'ouverture de la boutique, Anne Lenoir, de formation d'ingénieur agricole et après une page professionnelle dans cette voie (chef du service maraîchage d'une institution d'insertion par le travail), réalisait un rêve de petite fille : «Je voulais faire des trucs de fille, quoi !». La réalisation ? Une boutique de lingerie de jour et de nuit, dans le raffinement avec l'option «pour tous les goûts et toutes les bourses, de la petite lycéenne aux femmes de tous milieux.» à la date anniversaire des 8 ans, une même volonté reconduite et les mêmes options affichées, avec du service en plus tel le Relais colis ! Au 4, boulevard Gallieni, la boutique Charme & Moi est ouverte du mardi au samedi.

Centenaire de l'Armistice intergénérationnel

Dispositif mémoriel avec écoliers et porte-drapeaux devant le monument aux morts.

La commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 a rassemblé plus que toute autre cérémonie patriotique : mémoire collective, mémoire familiale, mémoire relayée d'une page d'histoire de France à l'empreinte et charge émotionnelle fortes./Photos J.P.

81 % des foyers fiscaux bigourdans exonérés de taxe d'habitation en 2020

Hélène Goaziou et Remi Vienot, de la DDFIP 65./ Photo Florian Albessard.

La direction départementale des finances publiques des Hautes-Pyrénées avait convoqué la presse, dernièrement, pour faire le point sur l'avancement du prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source, qui entrera en vigueur en 2019, et sur la taxe d'habitation.
La réforme de la taxe d'habitation sur la résidence principale a également été évoquée par Rémi Vienot, directeur départemental des finances publiques, et Hélène Goaziou, adjointe pôle métiers à la Direction départementale des finances publiques des Hautes-Pyrénées (DDFIP 65).
Elle concerne 80 % des foyers fiscaux français. Elle s'étale sur trois ans et prévoit une baisse du montant de cette taxe de 30 % en 2018, de 65 % en 2019, pour la faire complètement disparaître en 2020. Dans les Hautes-Pyrénées, cette réforme va toucher 87.543 foyers fiscaux sur les 108.630 que compte le département (81 %). À Tarbes, Lourdes et Lannemezan, ce sont respectivement 23.409 (84 %), 7.663 (89 %) et 2.820 (88 %) foyers fiscaux qui seront exonérés. Il faudra aussi vérifier si sa commune a augmenté ou non le montant de la taxe d'habitation.

Continuer à renseigner sur le prélèvement à la source

Dans les Hautes-Pyrénées, aucune municipalité n'a baissé cet impôt cette année.
Concernant le prélèvement à la source, ils ont évoqué le passage des entreprises aux nouveaux logiciels de paye. En 2018, «ces logiciels de paye adaptés au prélèvement à la source couvrent 95,8 % des entreprises et 92,4 % des salariés au niveau national.»
Dans les prochaines semaines, «d'autres campagnes d'information dédiées aux entreprises et aux particuliers seront lancées. Il y aura aussi des réunions d'information locales auprès d'experts-comptables, d'employeurs mais aussi d'employés. Nous allons aussi inciter les salariés à utiliser la préfiguration, ce qui leur permettra de faciliter leur compréhension et d'entrer progressivement dans la réforme».
Dès janvier 2019, «des campagnes de communication seront programmées à la télévision et sur internet. Il y aura aussi la mise en place d'un numéro de téléphone non surtaxé pour permettre de répondre aux questions des personnes qui auraient un problème. Le 2 janvier prochain, nous allons ouvrir le service sur le site internet des finances publiques, «gérer mon prélèvement à la source», pour permettre tout changement de situation. Une avance de 60 % des réductions et des crédits d'impôts de la part de l'État français sera faite, ce qui équivaut à 5 milliards d'euros».

....

Boy in the Andes Mountains. Re-pinned by Elizabeth VanBuskirk. For more about Andean children and their relationship with animals see the book just out "Beyond the Stones of Machu Picchu: Folk Tales and Stories of Inca Life" and the site incas.org

Les producteurs de lait peuvent-ils au moins couvrir leurs coûts ?


Une solution déjà existante: le lait équitable

Résultat de recherche d'images pour "faire France"

Les produits Faire France sont disponibles à l'INTERMARCHE de Vic-En-Bigorre

26 novembre 2018

Lutteurs vicquois en périples compétitions

Sept médailles engrangées./ Photo J. P.

Le Barp, destination d'une délégation du Club des lutteurs vicquois à l'occasion du 4e challenge Serge-Panisset, compétition pour les poussins, benjamins, minimes et cadets qui a vu la participation de 110 lutteurs et lutteuses issus 13 clubs. L'équipe du CLV était composée de 3 arbitres : Nicolas Larroudé, Alexiane Depierris et Romane Ribatet ; 2 coachs : Thommy Leloutre et Maxime Caminade ; 3 accompagnateurs : Michel et Bernadette Garatens, Valérie Depierris ; 8 lutteurs dont 5 filles : Amélia Sancho, Jimmy Sancho, Corantin Escots, Romane Ribatet, Lucie Poinsot, Anthonny Margier, Alexiane et Louna.
Un bilan positif avec 7 podiums (1 médaille d'or, 5 d'argent, 1 de bronze) pour les 8 lutteurs ; la 6e place au classement général sur les 13 clubs participants.
La compétition suivante ? Direction Clermont-Ferrand, pour le trophée des Volcans.
Infos, photos et vidéos sur le blog du club (http://clv65.skyrock.com).

Des ateliers corps et voix à la MJC

Lier le geste à la voix./ Photo J. P.

Dans les nouvelles propositions de la Maison des jeunes et de la culture, la MJC Vic, l'atelier corps et voix avec Sandie Martet, praticienne en psychophonie ; un atelier pour une activité de découvertes : «la voix outil d'harmonie physique et psychique, la voix révélatrice des trésors de soi». La psychophonie s'adresse à tous, à ceux qui aiment chanter quel que soit le cadre (chez soi, dans une chorale), à ceux pour qui la voix est un outil professionnel, à ceux qui ont du mal à se faire entendre et besoin de s'affirmer… et à bien d'autres aussi. C'est Marie-Louise Aucher, musicienne et cantatrice, qui, dans les années 1960, a découvert et conceptualisé des correspondances vibratoires entre les sons et le corps humain : «À chaque son, une partie du squelette ; une échelle de sons à rapprocher des points énergétiques de la médecine traditionnelle chinoise». 
C'est lors d'un événement familial tragique que Sandie Martet, engagée dans un parcours de chanteuse lyrique (mezzo-soprano soliste du chœur Henri-Duparc), enseignante au conservatoire de Tarbes, à la direction de chœur à Maubourguet, a découvert les bienfaits personnels du chant : apaisement, soulagement pour traverser l'épreuve. Comme parallèlement, elle ne s'était jamais «projetée comme artiste professionnelle de scène», et qu'avec le recul elle s'est rendu compte que son parcours s'assimilait à une thérapie, «l'idée de la thérapie par le chant s'est imposée». à sa formation à la réflexologie plantaire, Sandie a ajouté une formation à l'Institut de formation et de recherche européen en psychophonie (Ifrep) et, aujourd'hui, intervient aussi bien lors de séances individuelles, de cours collectifs, auprès d'ensembles vocaux; soulignant: «J'utilise ces précieux outils pour un accompagnement dans la construction personnelle ou l'épanouissement en explorant les différents plans de l'être: physique, énergétique, émotionnel, mental, spirituel».
Pour découvrir la praticienne, et l'activité, un site (http://www.psychophonie-tarbes.com/). à Vic, atelier à la MJC, le mercredi, de 19 heures à 20 h 30. Renseignements au 05.62.31.61.00.

Importantes chutes de neige dans les Pyrénées, vigilance jaune "avalanches" activée

Depuis dimanche matin, des chutes de neige ont blanchi les sommets d'Aure et de Louron./Photo D.R.

De bonnes chutes de neige ont été enregistrées ce dimanche matin sur les Pyrénées. Ce dimanche après midi, les averses se sont poursuivies mais en moindre quantité.
Ce lundi, selon le bulletion de Météo France, publié à 6 heures du matin, les chutes devraient s'intensifier à plus basse altitude (800m plus ou moins).
Ces chutes de neige devraient consolider la couche déjà présente sur les pistes grâce au travail des canons à neige, et ainsi former une première sous couche bien compacte qui devrait résister à d'éventuels redoux au-dessus de 1800m.
Météo France a également placé les deux massifs montagneux : Pyrénées et Alpes en vigilance jaune au risque d'avalanches. La Haute-Garonne, les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Atlantiques et l'Ariège sont concernées en Occitanie.
L'Aude et les Pyrénées-Orientales sont placés en vigilance jaune également mais cette fois concernant des vents violents. 
De la neige à quelques jours de l'ouverture des stations
Ca y est, elle arrive ! Très attendue, la neige tombe depuis ce lundi matin sur les cimes de l'Ariège. A Ax-3-Domaines, les flocons sont en train de blanchir le secteur de Bonascre situé à 1400 m d'altitude. De quoi donner un aspect hivernal au front de neige de la station de ski ariégeoise.
Les secteurs du Saquet, et le haut des Campels ont déjà un peu ramassé durant le week-end. La neige tombe là aussi de belle manière. Sur ces secteurs, les installations de neige de culture produisent déjà depuis plusieurs jours. Un coup de blanc bienvenu à quelques jours de la date prévisionnelle d'ouverture d'Ax-3-Domaines programmée le 1er décembre. Une décision définitive devrait être prise dans les prochains jours.

Tarbes. Le Petit Gourmand se mobilise pour le Sidaction

Le Petit Gourmand se mobilise pour le Sidaction

Le restaurant Le Petit Gourmand, avenue Bertrand-Barère, est partenaire de l'opération «Les Chefs solidaires», qui a lieu du 24 novembre au 1er décembre, au profit du Sidaction. Concrètement, l'établissement reverse 10 % de son chiffre d'affaires à l'association durant cette semaine. 
«Notre but n'est pas de se faire de la publicité mais d'avoir le plus de clients possible pour récolter de l'argent pour la lutte conte le virus du sida», expliquent Mathieu et Laura Espagnacq. Les restaurateurs, partenaires de l'opération, en profitent aussi pour faire de la prévention en distribuant des préservatifs et des rubans en soutien à la cause. En 2017, Le Petit Gourmand avait reversé environ 600 €au Sidaction. /Photo Laurent Dard.

....

.silly kitty

Faire France


Résultat de recherche d'images pour "faire France"

Les produits Faire France sont disponibles à l'INTERMARCHE de Vic-En-Bigorre

25 novembre 2018

Antoinette, Paul , Renée... lignée de confiseurs

Accueil et délices./ Photo J. P.

Pratiquement un demi-siècle que la confiserie Raymond installe son camion, atelier, vitrine, comptoir, sur un emplacement le long des grilles du canal, côté allées, sur le passage entre place Gambetta et place de la halle, pour la fête de la Saint-Martin. Aujourd'hui, une équipe de deux générations en activité – Paul, Antoinette, Renée – continuité de la première avec Raymond et qui, déjà, en annonce une quatrième !
La confiserie festive indissociable de la fête foraine, avec ses traditions gourmandes auxquelles s'est ajoutée une offre au goût du jour : à la pomme d'amour (récolte de fruits de proximité garantie) ; aux berlingots faits sur place à vue, en matinée, pour vente à suivre ; aux pralines, amandes ou cacahouètes au nougat, dont Paul est le chef confiseur de fabrication, s'ajoute crêpes, gaufres, beignets et autres churros auxquels Renée apporte son savoir-faire pâtissier.
Une gamme de produits chauds, froids, craquants, moelleux, à déguster sur place ou à emporter, dont Antoinette, déléguée à la vente souriante, est le relais vers la clientèle gourmande, elle aussi au rendez-vous, pour beaucoup, depuis des générations.
L'étape vicquoise de la Saint-Martin, pour Antoinette et Paul Touar, leur fille Renée, est une étape du calendrier festif du sud de la France qui, depuis le Pays basque jusqu'à Marseille, perpétue une tradition, un métier, un choix de vie.

Saison de ski : les réservations en hausse de 1,5% pour la saison 2018-2019

Les skieurs sont plus nombreux cette saison à réserver leur séjour en station./ Photo, DDM A.B.

Les prévisions de fréquentation des stations de ski pour la saison 2018-2019 sont bonnes. Selon l’observatoire national des Stations de Montagne ANMSM, le taux de réservation des logements locatifs, pour l’ensemble de la saison, progresse d’1,5 points à 41,6 % contre 40,1 % l’an dernier à la même période. Pour la semaine de Noël, 59,3 % des locations sont déjà retenues, soit un gain de 0,6 point par rapport à Noël 2017.
La semaine du Nouvel An connaît une plus forte progression avec des taux de réservation qui bondissent de près de 9 points (58 %). S’agissant des vacances d’hiver, les taux d’occupation prévisionnels atteignent jusqu’à 60,3 %. Pour le printemps, on est déjà à plus de 35 %. Des chiffres plutôt de bonne augure quand on sait que les réservations de dernière minute sont toujours plus fortes. Quoi qu’il en soit, en général, quand les conditions sont là, la clientèle ski se déplace. À moins que la taxe carbone incite certains à limiter leur déplacement en station.

....

Beninese girl, by Christa Neuenhofer  -  béninoise

24 novembre 2018

Échos de raquettes

Lucie et Marion./  Photo J. P.

Au rang des renaissances sportives vicquoises, le basket qui, au gymnase Antoine-Ménoni, a trouvé un nouvel élan sous la bannière Vic-Pyrénées Basket. Au programme du club, cette saison 2018-2019 : un calendrier de championnat, des rencontres amicales, des prolongations conviviales et parfois, des histoires ... de famille ! C'est ainsi qu'au cours d'une rencontre avec Lourdes, Marion et Lucie se sont trouvées en confrontation sportive ; situation pas si fréquente pour des jumelles, celles-ci jouant dans deux clubs bigourdans. Marion, active professionnellement à l'institut de beauté à son nom à Vic et sportivement, donc, au VPB ; Lucie, donc, sportive lourdaise. Situation qu'il faut préciser du point de vue du fan-club, en soulignant qu'un certain Romain, portant les couleurs de l'USV XV, et qu'une maman résidente maubourguétoise, sans compter les «moins de 100 cm», sont des supporteurs aussi objectifs que l'affectif le permet !
Agenda.Samedi 24 novembre, ambiance à Ménoni avec, version sportive, deux rencontres : les garçons, à 18 h 30, face à leurs homologues du Stade Bagnérais; les filles, à 20 h 30, recevant Laloubère. Prolongation festive avec une soirée tapas pour tous (assiette à 5 €).

Siarrouy. La sénatrice Maryse Carrère à la réunion du canton de Vic

Maryse Carrère devant les maires.

Accompagné par sa collègue conseillère départementale Isabelle Lafourcade, Bernard Poublan a eu le plaisir de recevoir dans sa commune Maryse Carrère à l'occasion de la réunion cantonale, le vendredi 9 novembre, organisée par la sénatrice. C'est à Siarrouy, devant plus d'une cinquantaine de maires et d'élus du canton de Vic, que l'élue des Hautes-Pyrénées est venue présenter son bilan de première année au Sénat. Une action parlementaire en quelques chiffres : 133 questions écrites dont 16 en commission, 7 questions écrites et 3 questions au gouvernement, 437 amendements proposés ou cosignés, 7 propositions de lois (co)signées, 52 textes votés en séance dont 22 projets de loi.
Elle a tenu à rappeler que la chambre haute est composée de personnes élues du terrain, conscientes de leur rôle dans la défense des territoires ruraux. Son groupe, le Rassemblement démocratique et social européen (RDSE), défend le milieu rural, «mis à mal par des stratégies qui privilégient le gonflement des métropoles au détriment des départements ruraux !». Maryse Carrère a aussi évoqué la difficulté à laquelle sont soumis aujourd'hui les parlementaires face à l'inflation législative imposée par l'exécutif : «Nous vivons un rythme d'examen des textes intense et trop rapide. Nous n'avons pas toujours le temps de les étudier en profondeur et avons souvent le sentiment que ces projets de loi, qui ne font quasiment jamais l'objet d'études d'impact au préalable, sont faits dans la précipitation et restent inachevés».
Enfin, la sénatrice des Hautes-Pyrénées est revenue sur plusieurs grands projets de loi tels que la réforme constitutionnelle, prévue en mars 2019, ou la réforme des retraites. Elle a également présenté la proposition de loi adoptée au Sénat, jeudi 8 novembre, sur proposition de son groupe parlementaire, le RDSE, créant l'Agence nationale de cohésion des territoires. Celle-ci aura vocation à accompagner et soutenir les collectivités et à assurer le développement cohérent de l'ensemble des territoires nationaux, dont les plus ruraux.
La réunion se terminait dans une ambiance conviviale, autour d'un buffet de l'amitié.

.....

23 novembre 2018

Engagements en synergie

Coordination des énergies/ Photo J. P.

Réunion en mairie, avec pour objet l'édition 2018 du Téléthon à Vic (du vendredi 7 au dimanche 9 décembre), une seconde réunion, du reste, à la fois de point sur la participation associative, cadrage logistique, composition du programme, réunion sous la conduite des deux adjoints, Monique Bosom (animations et associations) et Patrick Roucau (ressources humaines et sport) . Une réunion en présence, notamment, de délégués de l'Accueil des villes françaises (l'AVF) qui reconduit l'équipe «mixte» comprenant les Amis d'hier et d'aujourd'hui, Mira Europe,fondation Frédéric-Gaillanne, Croix-Rouge, l'Echiquier vicquois, le club Regain, VIC Music, l'Harmonie de l'Indépendante, l'USV XV, la chorale Amistat, l'Union des commerçants industriels, artisans et professions libérales (Uciap), étant précisé que les associations sportives en activité au gymnase de La Herray (judo, karaté, lutte) s'engagent à des animations sur site, que le Football-Club du Val d'Adour propose un vide-greniers le dimanche 9, toute la journée, et que la liste des engagements et des animations n'était pas clôturée. 
La certitude ? Le démarrage par le repas avec les prestations chorales et musicales le vendredi soir, à Ménoni, la vente d'objets décoratifs sous la halle et dans les halls des grandes surfaces (pas de confection et vente de crêpes cette année). La logistique (tables, repas, grilles, places réservées au marché...) fait l'objet de fiches. La gestion du repas le vendredi soir et le nombre d'inscrits font l'objet d'une attention particulière (les participants sont invités à se faire inscrire en mairie, dès que possible). Le programme précis sera diffusé par voie d'affiches et de sites informatiques.

Séisme de magnitude 3 dans les Hautes-Pyrénées mercredi soir

L'épicentre était situé à l'ouest des Hautes-Pyrénées./ Infographie www.sismologue.com
L'épicentre était situé à l'ouest des Hautes-Pyrénées./ Infographie www.sismologue.com
La terre a tremblé dans les Hautes-Pyrénées ce mercredi soir. Un premier séisme de magnitude 2,9 enregistré à 22h26 suivi d'un second de magnitude 3,1 à 22h28 selon les relevés du Renass, le réseau national de surveillance sismique. L'épicentre était situé sur la commune de Ferrières à la limite des Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques.
Le tremblement de terre a été bien ressenti par la population de la vallée, mais aussi à Gavarnie, Cauterets ou Argelès-Gazost, selon des témoignages sur les réseaux sociaux ce mercredi soir : "ça a bien secoué", "bien ressenti", "entendu et ressenti". Un autre séisme plus léger, de magnitude 1,7, s'est produit peu avant 4 heures du matin sur la commune d'Ilhet toujours dans les Hautes-Pyrénées.
La terre tremble régulièrement dans les Pyrénées. Environ 500 séismes sont enregistrés chaque année dans le massif mais l'immense majorité ne dépasse pas la magnitude 3. Début août, une secousse de 3,8 sur l'échelle de Richter avait été ressentie dans la région de Sarrancolin dans les Hautes-Pyrénées. Le séisme le plus important, d'une magnitude de 5,3, date du 13 août 1967 à Arette dans les Pyrénées-Atlantiques. Une personne était décédée. Il reste le dernier séisme meurtrier en France. Plus de 2000 bâtiments avaient été endommagés.

Gilets jaunes dans les Hautes-Pyréées : tournés vers la «manif» de samedi

Sur les points de rassemblement, les gilets jaunes se réchauffent avec des palettes./ Photo Sophie Loncan.

Le mouvement des gilets jaunes essaie de s'organiser sur les péages d'Ibos et de Séméac. Lors d'une nouvelle réunion jeudi matin, plusieurs décisions ont été prises à main levée pour structurer le mouvement : la mise en place de référents «et non de responsables car la responsabilité est collective». Chez les gilets jaunes, les mots semblent prendre de plus en plus d'importance pour ne pas perdre la bataille de la communication et s'attirer l'adhésion de la population. «Nous avons décidé de ne plus parler de point de blocage mais de point de rassemblement pour ne pas véhiculer une image négative de nos actions auprès du grand public», explique Mathias, l'un des référents du groupe d'Ibos. L'idée d'un point de rassemblement au centre commercial Le Méridien a été évoquée mais sans préciser la date.
Par ailleurs, un appel à la manifestation a été lancé pour samedi, à partir de 9 h 30, au départ de la place de Verdun. Le cortège se dirigera vers la place Marcadieu pour revenir ensuite devant la préfecture. À l'issue de la manifestation, une assemblée générale est prévue pour décider de la suite à donner au mouvement et des formes d'actions à venir.

.....

Black men are strong...we naturally love...period.

22 novembre 2018

ADN coopération internationale à Jean-Monnet

Enseignement agricole : ouverture au monde./ Photo J. P.

Dans l'enseignement agricole et en particulier dans l'établissement vicquois le Legtaf Jean-Monnet, il y a des décennies que les incantations sur l'Europe et les coopérations internationales sont dépassées pour être inscrites dans une réalité pédagogique qu'étudiants et enseignants exercent chaque année scolaire. Marie-Claude Randé, Marc Duval, Benoît Leduc, Francis Gachen, puis Delphine Laissac et Isabelle Guichard comme des relayeurs actifs du canal historique jusqu'à la continuité ! Coopération internationale exercée certes dans le cadre d'une option section européenne anglais et espagnol, et différents axes de mobilités de groupes, stages individuels, de personnel, accueil d'élèves, étudiants, professionnels et enseignants. 
C'est ainsi que se sont tissés des réseaux partenaires en Europe (Espagne, Portugal, République tchèque , Slovaquie) et même au Panama, depuis quatre ans. Dans la promotion 2017-2018 des BTS gestion et protection de la nature GPS, dix étudiants étaient partis deux mois en stage à l'étranger, en juin et juillet derniers, soit en Europe avec le dispositif Erasmus +, soit vers des destinations plus lointaines grâce aux bourses à la mobilité du ministère de l'Agriculture et du conseil régional. À leur programme, «immersion dans les parcs nationaux en Suède et République tchèque, travail au sein d'une association gérant les populations d'oiseaux (vautours) au Portugal et travail au sein d'un centre de recherche écologique en Espagne, étude de la forêt tropicale (faune et flore) au Panama . 
Des expériences pour à la fois se perfectionner en anglais ou espagnol, découvrir de nouvelles cultures, mettre en œuvre les savoir-faire développés en formation et d'en acquérir de nouveaux». Des stages présentés lors de cette rentrée de septembre aux étudiants de 1re année, plus un travail sur les compétences développées avec ces mobilités au cours d'une journée valorisation au retour des stages à l'étranger organisée au lycée par l'équipe de coopération internationale.

Le concret, toujours

Cette année scolaire 2018-2019, des mobilités individuelles et collectives prévues, entre autres, en Espagne et République tchèque pour plusieurs classes de l'établissement. À savoir : depuis l'année dernière, le lycée accueille un service volontaire européen. Grâce au financement du programme Erasmus+ jeunesse, Nathaly Ortega, jeune Espagnole, a été accueillie dans l'établissement depuis septembre et jusqu'en juin 2019 pour faire du soutien linguistique, aider les étudiants à construire leurs projets de stages à l'étranger et participer à l'animation des temps extrascolaires.

Recyclage permanent pour sauver des vies

Début du recyclage à Gavarnie pour nos gardiens des neiges./ Photo Thierry Borderolle.

Au pays Toy, on connaît plus Thierry Borderolle sous le nom de «Noisette». Il a d'ailleurs appelé son premier chien «Nuts». Ses chiens ne sont pas comme les autres, ce sont vos anges gardiens si vous skiez à Luz-Ardiden. «Je suis maître-chien d'avalanche sur la station depuis 1997. J'en suis à mon troisième chien.» «Mascka» est un labrador noir de 3 ans qui a obtenu son diplôme l'année dernière, aux Deux Alpes. «à l'heure actuelle, le chien reste la valeur la plus sûre en matière de recherche en avalanche. Chaque année, nous intervenons cinq à sept fois à Luz-Ardiden.» Les binômes cynophiles sont basés dans leurs stations respectives mais peuvent parfois être appelés à intervenir en hors-piste. Atteindre ce niveau est un travail de longue haleine. Le maître et son chien doivent suivre une dizaine de stages en intersaison et sept en hiver.

Une formation permanente

Thierry et «Mascka» viennent ainsi de suivre un stage de recyclage à Gavarnie, encadrés par Patrick Campays, moniteur/formateur national Anena, chargé de mission par les préfectures des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne. Chaque maître-chien breveté est convoqué par le préfet de son département à des séances de recyclage obligatoires. Elles débutent à l'ouverture des stations pour répondre le plus professionnellement possible aux éventuelles interventions la saison de ski à venir. «En fonction de la qualité de son travail lors de ces séances, l'équipe cynotechnique est maintenue ou non sur la liste départementale des équipes opérationnelles appelées à intervenir sur un accident d'avalanche, dans le cadre du plan départemental de secours en montagne.» Un grand nombre de races interviennent en sauvetage, nous sommes loin du légendaire saint-bernard et son tonnelet. Pour P. Campays, le maître-chien d'avalanche est avant tout un montagnard passionné par son chien. En France, il y a 140 équipes cynotechniques de recherche en avalanche. Sauver une vie est un immense plaisir «mais les contraintes sont aussi importantes. Le maître est à l'écoute permanente de son chien, lui consacre énormément de temps tous les jours de l'année, pas juste l'hiver.»

...

😄Gotcha!

21 novembre 2018

Cross de l'ensemble scolaire Saint-Martin

Des médailles pour les meilleures prestations./  Photo J. P.

Automne, temps des cross scolaires, et pour l'ensemble des élèves de l'établissement du boulevard de Castelnau, l'ensemble scolaire Saint-Martin, rendez-vous annuel sur le site du stade Antoine-Ménoni. L'équipe des enseignants, autour de Corinne Montaru, chef d'établissement au chronomètre et à la tenue des temps et classements, l'équipe de l'Association de parents d'élèves (Apel) pour le volet ravitaillement (goûter en attendant la remise des médailles) et de nombreux parents supporteurs ! 
À noter le bel esprit qui a présidé aux courses, les enfants de l'école encadrés par les collégiens, l'ambiance chaleureuse et bienveillante. Si, dans certaines lices, on s'applique à rappeler aux jeunes sportifs que «le jeu prime l'enjeu», ici, l'équipe de l'organisation avait choisi d'insister sur «la bonne participation plutôt que sur la performance car du 1err au dernier, tous ont fourni un réel effort qui vaut des félicitations».

Hautes-Pyrénées : trafic de stupéfiants en Val d'Adour

Les gendarmes de Vic ont saisi 10.200 euros et 1 kg d'herbe de de cannabis / Photo Gendarmerie des Hautes-Pyrénées.

En fin de semaine dernière, les gendarmes de la brigade de gendarmerie de Vic-en-Bigorre, renforcés par les gendarmes de l’escadron de gendarmerie mobile de Tarbes, ont procédé au contrôle d’un usager de la route. Les forces de l’ordre ont découvert des substances illicites sur cet homme dépisté positif aux produits stupéfiants, puis placé en garde à vue.


À son domicile, les enquêteurs ont découvert un kilogramme d’herbe de cannabis et de 10.200 euros en numéraire, immédiatement saisis et placés sous scellés par les gendarmes. Le mis en cause répondra prochainement de ses actes devant la justice tarbaise.

....

Bath Time smiles in The Philippines. Like & Repin. Listen to Noelito Flow. Noel Music.                                                                                                                                                     More

20 novembre 2018

Étape de vendangeurs

Pause pique-nique et pose photo à Soublecause !./  Photo J. P.

Au programme des écoliers est inscrite la connaissance de leur milieu à travers sa géographie, son histoire, sa culture et même son économie ; un programme qui trouve en Val d'Adour et en Madiranais une terre privilégiée. 
Le temps des vendanges, en particulier, voit nombre de classes et les enfants des accueils de loisirs migrer vers les domaines viticoles. L'équipe des animateurs de l'accueil de loisirs de Vic n'a pas dérogé à la tradition de l'étape automnale en se rendant au domaine Pichard, destination reconduite où Jean Sentilles assure l'accueil, la visite guidée et offre le goûter. Bien entendu, que ce soit le groupe des petits de la maternelle avec Marie, Laetitia et Clara, ou celui des grands de primaire avec Dorian, Mathilde, Maryline, Mélanie, tous ont satisfait à l'exercice de vendangeur avec une météo tout à fait conforme à l'été indien caractéristique de la région. Au retour, un commentaire partagé : «Super !».

Escaunets. Grande Guerre : la part des femmes

Messages,  institutionnel et personnel.

La commémoration des 100 ans de l'armistice du 11 novembre 1918 a été, à Escaunets, au-delà du protocole particulier partagé dans les communes de France avec la sonnerie symbolique des cloches pendant onze minutes, à 11 heures, traditionnelles avec le dépôt de gerbes, la minute de silence et «La Marseillaise». 
Au monument aux morts, où une cinquantaine de concitoyens s'étaient rassemblés, la lecture du message du président de la République et d'un message plus personnel et de circonstance par Paul Lagrave ; un texte que le maire a composé à partir de documents recueillis auprès de l'Union française des associations de combattants et victimes de guerre (Ufac) . Grâce aux recherches de Florence Fuentes, la liste des anciens combattants de la commune ayant participé à la Première Guerre mondiale a été déclinée avec les identités et les citations. Un autre volet, moins développé que l'histoire des engagements sur les champs de bataille - le rôle des femmes - a été évoqué ; infirmières, administratives, ouvrières agricoles, etc., elles ont assuré sur bien des fronts. Mémoire collective renforcée et prolongation de la commémoration au foyer avec le «pot» de l'amitié et la découverte d'une exposition dédiée réalisée par Florent Fuentes.

....

BEBE PRECIOSO....NO ES JUSTO QUE DUERMA ASÍ.....SI TUVIERA DINERO...SÓLO TENGO AMOR MUCHO AMOR..

19 novembre 2018

Vic-en-Bigorre laisse filer le bonus en 2e mi-temps

P.  Abadie au cœur du combat. / Photo Pierre Pomès

Deux mi-temps contrastées pour les Vicquois.
La 1re, sérieuse et dynamique; la 2e, brouillonne et moins engagée.
D'entrée, les locaux occupent le terrain adverse et après une pénalité ratée, Séris, poussé par ses avants, marque un essai en force. Grâce à un jeu au pied judicieux, les «bleu et blanc» font le siège de Labastide qui défend courageusement. Séris se voit refuser un essai, puis Lagrange sonne la charge. La récompense vient d'un ballon gagné en mêlée sur introduction adverse que P. Abadie bonifie pour lancer Brouillot dans l'espace. Avant la pause, une chandelle est reprise par Danglade qui envoie Dayman à l'essai.
à la reprise, les cinq premières minutes sont encore vicquoises et Gaben en profite pour passer une pénalité. À partir de là, les locaux s'endorment et subissent la domination des «verts» qui concrétisent leur supériorité par une action de jeu pour le moins confuse.
Les visiteurs insistent avec une percée de Laviolette pour son ailier Séran, bien stoppé par Vialade. Les locaux manquent une occasion sur une mêlée à 5 mal négociée et sont refoulés dans leur camp après un contre de Beldame. Dans un match correct, les visiteurs ont eu le mérite de ne jamais baisser les bras.
Côté vicquois, on retiendra la bonne 1re mi-temps. Par la suite, trop d'approximations, de fautes de main et un jeu au pied déficient. Dommage d'avoir laissé échapper un bonus à la portée de ce groupe !

US Vic XV 24-AC Labastide-Beauvoir 7

M-T : 21-0. Arbitre : M. Cartier. Représentant fédéral : Bertrand Fourcade.
Pour Vic : 3 E Séris (14), Brouillot (37), Dayman (39) ; 3T et 1 P (45) Gaben.
Pour Labastide-Beauvoir 1 E Guitard (72) ; 1 T Beldame.
USV XV : Danglade ; Gaben, Larose, Clouté, Ruiz ; (o) Brouillot, (m) Baget ; P. Abadie (cap.), Séris, Goutaudier ; Traissac, Armary ; Lagrange, M. Abadie, Dayman. Entrés en jeu : Troyano, Lannes, Grisenti, Péré, Baldès, Boyrie, Vialade.
Labastide-Beauvoir Daydé ; Figarol, Guideau, Vidal, L.Séran ; (o) Beldame, (m) Savio ; Pélissier, Marquié (cap.), Barbera ; Sottero, David ; Bernillon, Eberhard, Barbé. Entrés en jeu : Sanchez, Albarède, Perrard, Vervier Dasque, Guitard, F. Séran, Laviolette.
Carton jaune Vervier Dasque (72).

L'escale fidèle de Loisirs Solidarité Retraités

Eva et Guy, doyens fêtés./ Photo JP.

Certes, l'association siège à Tarbes et à l'instar de bien des collectivités territoriales qui se rassemblent, se regroupent, fusionnent... en communautés de communes, agglomérations ... l'association Loisirs Solidarités Retraités, née au milieu des années 1980, accueille des adhérents de toute la Bigorre. Des activités régulières ludiques, culturelles, voyages ; du militantisme avec la participation de l'association à des réflexions engagées autour de la situation des retraités lors de consultations (pensions, santé, sécurité routière et conduite...) . Au rang des rendez-vous annuels, depuis plus d'une décennie, le repas fraternel à Andrest, expression de fidélité au Val d'Adour. L'escale 2018 à la salle des fêtes, comme les précédentes, est l'occasion d'une attention aux doyens de l'association et de la journée. Cette année, Eva Fouilla qui, née le 2 août 1928, affiche 90 ans, et son benjamin Guy Vergé, né le 15 juillet 1934, donc 84 ans. Si, en ce mois de novembre, le repas marque une véritable ouverture des fêtes de fin d'année (concocté par le traiteur Georges Bellecour, de Mun), les illustrations du menu disposé sur la table devant chaque convive témoignaient des valeurs de l'association : LSR = Le spectacle rassemble, Le social revendiqué, La solitude recule, La solidarité réunit, Le sport revigore.
Les permanences ont lieu les mardis, de 14 h 30 à 16 heures, au siège, à la bourse du travail de Tarbes, tél. 05.62.31.76.60; mail : minis034; courriel : lsr65@orange.fr
Le bureau
Présidente : Pilar Ambrosini . Vice-président : René Blasco. Trésorier : Alain Dehennault.Trésorieradjoint : Ghislain Lombard. Secrétaire : Béatrice Bredoux. Secrétaire adjointe :Anne-Marie Pruède. Membres : Jacky Trusses et Claude Fargeton.