29 février 2020

Maubourguet. Changement de costume pour les écoliers


Quand amusement rime avec enseignement, le carnaval envahit aussi l’espace scolaire. Le groupe scolaire a de son côté renoué avec une tradition vieille de trois siècles, le mardi 25 février, jour de Mardi gras.
Sous un temps maussade, la pluie a cessé tout juste pour la sortie des enfants du groupe scolaire, qui étaient attendus pour le défilé de carnaval. Le rendez-vous était fixé à 9 h 30 pour le grand rassemblement. Les enfants étaient tous prêts, enseignants et personnels grimés, ainsi que les accompagnants et parents pour encadrer ce cortège festif. Et personne n’a boudé son plaisir. C’est ainsi qu’on a vu la cour de l’école se remplir de superhéros, de fées, de princesses, d’animaux sauvages, de sorcières, de fées aux robes en tulle coloré, de clowns avec de magnifiques chapeaux, de pirates, de sportifs… Les costumes rivalisaient de couleur et d’ingéniosité. Des personnages tout droit sortis des contes ou de films célèbres se côtoyaient dans une joyeuse farandole. Tous se suivaient, animés des meilleures intentions en faisant beaucoup de bruit avec les maracas, castagnettes et au son de la musique diffusé par une enceinte portative. Puis, sortie de l’école dans la bonne humeur pour une balade dans la ville. Le cortège a paradé dans les rues avant de se rendre sur la place du marché. Une animation qui a réveillé et réchauffé les commerçants sous la halle, ravis d’une telle ambiance. Certains badauds regrettaient que seules les écoles fassent cette manifestation et "qu’un petit carnaval de tout le village aurait été très sympathique".
Les groupes d’enfants déguisés et superbement maquillés ont offert un beau spectacle. Mais ensuite, retour à l’école avant d’enfiler de nouveaux costumes pour l’après-midi, celui des sportifs pour l’accro sport.
Janine Noguez

Municipales 2020 : la liste "Monfaucon nous ressemble, Monfaucon nous rassemble" se dévoile


Roland Dubertrand, le maire sortant de Monfaucon, conduira la liste "Monfaucon nous ressemble, Monfaucon nous rassemble" aux prochaines élections municipales. "Elle est composée de six candidates et cinq candidats qui s’engagent afin de continuer les multiples actions menées au fil des ans par le maire et son conseil municipal sortant. Une équipe rajeunie, en partie renouvelée autour d’anciens élus, qui souhaitent s’investir pour les six prochaines années au service des Monfauconnais avec la volonté de préserver la qualité de l’environnement et la qualité de vie de leur village". Deux thèmes qui seront les axes forts de leur projet. "Résolument tournés vers l’avenir, ces futurs élus, dévoués et expérimentés, seront des représentants de qualité, soucieux de permettre aux habitants de Monfaucon de bénéficier de toutes les techniques nouvelles et de la meilleure utilisation de l’argent public". Certains sont déjà très actifs dans la vie associative et sociale du village. Tout ce qui concerne le patrimoine, les infrastructures, les énergies renouvelables, les associations locales, l’éducation, l’aménagement de l’espace, la coopération intercommunale feront l’objet de différents débats ouverts et structurés. La devise de cette nouvelle équipe est "Agir pour ne pas subir !"
Les colistiers :
Roland Dubertrand, agriculteur, 63 ans ; Joel Abadie, agriculteur et charpentier, 57 ans ; Maryse Barbieri, retraitée, 59 ans ; Marie Birou, secrétaire, 50 ans ; Marion Dubertrand, assistante exploitation transport, 30 ans ; Kevin Duke, chauffeur d’engins, 33 ans ; Cécilia Galliot, professeur des écoles, 49 ans ; Nadine Lartigue, sans profession, 51 ans ; Michel Ouf, artisan, 59 ans ; Frédéric Péré, agriculteur 33 ans ; Mélanie Yacob, en reconversion professionnelle, 42 ans.
Correspondant

Turkey, Istanbul, Sultanahmet Djamii (Blue Mosque)

Turkey, Istanbul, Sultanahmet Camii (Blue Mosque) | Flickr - Photo Sharing!

28 février 2020

Lascazères. Le Madiranais pleure Jean Sentilles


C’est une disparition qui affecte le village de Lascazères, toute l’appellation du Madiran et bien au-delà l’ensemble du Val d’Adour. Jean Sentilles s’est éteint subitement ce week-end, à l’âge de 62 ans.
Passionné par son territoire et son terroir, Jean, qui avait grandi à Vic-en-Bigorre, avait repris au milieu des années 2000, avec l’aide de sa femme Françoise et de son beau-frère Rod Cork, le domaine Pichard à Soublecause, porte d’entrée de l’AOC Madiran-Pacherenc. Après avoir redonné vie à ces 12 hectares de vignes (avec pas moins de 20.000 pieds plantés en cinq ans), ils avaient perpétué là un savoir-faire ancestral, toujours teinté d’amitié et de convivialité, à l’image du temps sacralisé des vendanges qui étaient ici de véritables moments de partage. Vigneron passionné, Jean avait été un des premiers dans l’appellation à entreprendre en 2014 la conversion du domaine à l’agriculture biologique. Il ne manquait pas de projets pour étancher sa soif d’authenticité.
Jean Sentilles était également très investi dans sa commune de Lascazères, où il était adjoint au maire. Il était d’ailleurs reparti en campagne et briguait un nouveau mandat au service de son village, avant que la vie, cruelle, n’en décide autrement.
Un hommage lui sera rendu ce vendredi à 15 heures, place de la laïcité à Lascazères. À sa femme Françoise, son fils Hugo, et tous ses proches, notre journal adresse ses sincères condoléances.
Andy Barréjot

Vic-en-Bigorre. "Bonus" pour la convivialité



Sous la bannière Journée des retrouvailles ou Journée des supporters ou encore Journée des sponsors, réellement une USV XV AOC.En faut-il de l’engagement généreux, en faut-il de l’attachement à un club, que l’on y ait foulé le pré dès l’enfance en portant les couleurs, que rassemblés derrière la main courante l’on y ait encouragé et applaudi les joueurs, que l’on ait accompagné peu ou prou les dirigeants au fil de saisons bonnes et moins bonnes, ou comme cette brigade qui, ce dernier dimanche de février a régalé plus de quatre cents convives. Entendus ces propos d’un ancien "ils sont au Top 14", ajoutant "peu de clubs savent faire comme à Vic".
Organisation, cuisine, service, tout au mieux. Quant à la page sportive du jour pour le compte du championnat Occitanie 1re série, le match USV XV face à Boulogne-sur-Gesse le leader de la poule, si elle n’a pas permis aux Vicquois d’obtenir un quelconque "bonus", elle a témoigné que le rugby avec l’USV et ses bénévoles est bien dans l’élite.
JP

Vic-en-Bigorre. Les 1000 Pattes marchent "Loisir"



"Petite gelée du matin ?" Qu’à cela ne tienne ! Les 1000 Pattes n’ont pas moins d’un planning de quatre sorties hebdomadaires et deux horaires différents pour s’adonner à la marche loisir. Deux groupes (G1 et G2), deux vagues celle de 8 h 30 pour les G1 programmée quatre jours les lundis, mardis, jeudis, vendredis, d’une durée de 2 h à 2 h 30, pour un parcours de 10 à 13 km ; celle de 9 h pour les G2 programmée les mardis et vendredis, d’une durée d’1 h 30 à 2 h, pour un parcours de 7 à 9 km. Pour l’un les coteaux de Saint-Lézer et le plateau de Montaner, pour l’autre la plaine de Vic ; et à chaque départ, une vingtaine de participants. Au calendrier régulier, s’ajoutent des sorties sacs à dos de 15 à 20 km sur la journée, une ou deux fois par mois, et seul l’enneigement "défaillant" de cet hiver n’a pas permis d’organiser des sorties – raquettes.
Les activités
L’association des Mille Pattes Vicquois, c’est aussi de la course à Pied, de la marche sportive, du VTT, du cyclo route.
JP


Mosquée baroque Ortaköy sur le Bosphore


The mosque of Ortaköy, on the European shore of the Bosphorus. - DE AMICIS, Edmondo - GEZGİNLERİN BAKIŞI - Yerler - Anıtlar – İnsanlar Güneydoğu Avrupa - Doğu Akdeniz Yunanistan - Anadolu - Güney İtalya - 15. yüzyıl - 20. yüzyıl #History dibujos

27 février 2020

Vic-en-Bigorre. Pascal Paul présente "Toujours unis pour Vic"


Ils sont 29 engagés, 14 hommes et 13 femmes éligibles plus 2 non éligibles constituant le groupe que Pascal Paul a voulu présenter. En précisant "gage de fidélité et d’engagement qui n’était pas un feu de paille, nous nous retrouvons 20 de la liste des élections anticipées de 2018", ajoutant "ceux qui n’ont pas continué ont dû renoncer pour des raisons personnelles ou professionnelles dont l’éloignement". Pyramide d’âge et statuts (actifs et retraités) assurant la présence constante d’élus sur le terrain ; volonté de se faire accompagner par des concitoyens par exemple dans le cadre de commissions ouvertes programmées à des horaires permettant la participation.
Avant d’annoncer une réunion publique le 5 mars (heure et lieu seront précisés ultérieurement), la tête de liste donnera le maître-mot du programme construit ensemble, "l’humain". Quel que soit le domaine de la gestion de la collectivité, "des personnes-ressources avec des "capacités, des qualités, de l’énergie" ; quant aux délégations, qu’il s’agisse des instances de services publics, chambres consulaires ou syndicats, ainsi que communauté de communes, la participation sera réelle. Avant la présentation des colistiers, Pascal Paul indiquera la rencontre avec d’autres candidats depuis l’été 2019.
Pour l’heure, derrière la tête de liste Pascal Paul, par ordre alphabétique, femmes et hommes :
Nathalie Abaïr, Aurore Ben Dahan, Lucienne Broqua, Danielle Chavignaud, Malvina Didelot, Nathalie Dulout, Dorothée Espinasse, Carine Jacquier, Christine Laizay, Mélanie Lamoureux, Corinne Larmitou, Anne-Marie Lestrade, Chloé Levazeux, Angèle Pelaez.
Olivier Berquer, Patrick Blaisel, Patrice Cancel, Jérôme Darparens, Paul Didelot, Patrick Fernandez, Stéphane Jimenez, Eric Lagarde, Jean Larmitou, Philippe Lestrade, Yves Michelon, Frédéric Palacios, Bernard Paupéré, Yves Séguembille-Per.
J.P.

Avis de décès de Mr Patrick Pechot-Bacqué



commentaire d'un anonyme : RIP
Patrick appartenait à une famille qui comptait à l'époque
Son père était vétérinaire avant de fondée l IME de Lafitole
Sa mère était une sublime prof d anglais qui arrivait à rendre intéressants ses cours même pour les plus nuls des élèves. Un exploit !
Condoléances à la famille de Patrick et à sa sœur Dominique


Estirac. Une liste d’entente communale


La liste sortante est menée par Maryse Bordier et se représente dans son intégralité afin de poursuivre la ligne directrice qui l’anime, à savoir : assurer l’entretien et l’embellissement de la commune, rester à l’écoute des administrés pour répondre à leur demande. Les travaux entrepris sont faits en veillant au maintien de la fiscalité et de la bonne santé financière du budget public. Les futurs projets seront réalisés dans cette continuité.
La liste :
Maryse Bordier maire sortante
Stéphane Chalan Latou 1er adjoint sortant
Marc Bordier 2e adjoint sortant
Daniel Bouhabent conseiller sortant
Corinne Canivenq conseillère sortante
Amandine Castéra conseillère sortante
Serge Coigt conseiller sortant
Christine Debat conseillère sortante
Régis Ducos conseiller sortant
Stéphane Larguèze conseiller sortant
Manuel Mendizabal conseiller sortant
Correspondant

Golden Gate,


San Fancisco Architecture : An unusual view of the Golden Gate Bridge, San Francisco.                       ... #SanFrancisco

Golden Gate SF. Webmaster: (bad) movie driving towards the hill of Sausalito. Golden Gate SF: фильм для веб-мастеров (плохой), едущий к холму Саусалито ;-)


26 février 2020

Vic-en-Bigorre. École Pierre Guillard : préparer la classe de neige


Certes l’hiver 2020 ne sera pas un des meilleurs pour l’enneigement des Pyrénées centrales, en particulier sur ces "Hautes" de notre proximité. Pour autant les projets pédagogiques de classes de neige ont été formalisés, Philippe Lagarde, directeur de l’école Pierre-Guillard indiquant que dans la préparation du séjour, la prévention avait sa part. Donc sous l’égide d’une équipe de professionnels issus des Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS) qualifiés "Prévention Montagne" œuvrant de concert avec des bénévoles de l’association Prévention MAIF (Mutuelle d’assurance des instituteurs de France), un programme a été proposé aux élèves. Ministère de l’Intérieur et Ministère de l’Education Nationale signataires de la convention "Opération Prévention Montagne", opération de sensibilisation aux risques liés à la pratique des sports en montagne’, à la préservation et à la connaissance du milieu. Prévention et éducation citoyenne inscrite dans le "Parcours citoyen" qui depuis 2016, de l’école au lycée "vise à la construction, par l’élève, d’un jugement moral et civique, à l’acquisition d’un esprit critique et d’une culture de l’engagement", en un mot, la citoyenneté dans toutes les pratiques. Ce sont 3 classes de l’école Pierre Guillard et une de l’école de Pujo, avant leur séjour de classe de neige qui ont bénéficié de cette sensibilisation. Ainsi 4 hommes en uniforme, de l’équipe dédiée de 9 personnes (hors unités Montagne qui comptent 200 agents intervenant été comme hiver sur les massifs alpins et pyrénéens) rayonnant sur tout le territoire sur les thématiques hivernale et estivale, étaient à Vic (Fabien d’une compagnie de Lyon, Thierry de Perpignan, Didier de Toulouse, Benoist de Nice), au côté de l’équipe Prévention MAIF (Jean-Pierre Daunis, Paul Montagnez, Irène Chemont).
Ateliers et récompenses.
De "connaître les pistes et bien s’y comporter" à l’aide de supports audiovisuels et d’un quiz à la présentation d’équipements de secours (tels le détecteur de victimes d’avalanche, sonde, pelle) et de protection, jusqu’à la distribution d’un diplôme (avec en recto notamment le Code de la montagne) et de cadeaux (gourde, tour de cou). Pour info, dans les Hautes-Pyrénées, sur le planning des équipes MAIF/CRS, l’été, sur le secteur de Lannemezan, Saint-Lary, et Venise Plage, l’hiver à Arreau, Bagnères. En mars, lors de leur séjour à la montagne, les élèves du val d’Adour, quelles que soient leurs activités en fonction du manteau neigeux, seront des pratiquants informés.
JP

Nouilhan. "Vivre dans un village rural"


Dernier acte de Jean-Louis Magni, maire, qui met un terme à son engagement d’élu communal à la clôture du mandat en cours avec les élections municipales des 15 et 22 mars, un arrêté sous le titre "Vivre dans un village rural", certifié conforme en Préfecture (065-216503300-20200203-AR_2020_02-AR). Ni testament, ni héritage, un arrêté inscrit dans les différentes dispositions légales (Code général des collectivités territoriales, Code de la Santé publique, Code rural et de la pêche maritime, et loi du 16 juillet 1976 relative à la protection de la nature…) et tout autant dans les convictions citoyennes personnelles. À l’heure de raccrocher l’écharpe tricolore, et alors que récemment, l’actualité de l’hexagone a mis à la une des médias les aventures du Coq Maurice que d’aucuns voulaient faire taire, le maire de Nouilhan a voulu traiter un sujet auquel il réfléchissait depuis longtemps : les spécificités et caractéristiques de la vie dans l’espace rural, aléas naturels, bruits et gênes structurelles liés à la vie rurale, induits par les activités humaines et productives, aux matériels agricoles (arrosage, tonte, tronçonnage…), la possession d’animaux, ou encore bruits induits par le biotope (oiseaux, grenouilles), sans oublier les sonneries civiles et religieuses de l’horloge de l’église. Enfin bref, un arrêté parce que "les bruits répertoriés dans le village de Nouilhan font partie de la vie campagnarde et que les administrés doivent en prendre acte et en accepter le fait comme mode de vie".
Parcours citoyen et élu de la République
Homme engagé, Jean-Louis Magni, professionnellement (éducateur spécialisé), associativement et syndicalement (a siégé aux Prud’hommes), élu municipal (3 mandats dont celui de 2014/2020) soulignant "le conseil municipal était un cadre de débat, sur tout, dans une pratique démocratique concrète". Ce commentaire "je pars content d’avoir réalisé ce qui a été fait", ajoutant "l’équipe s’est tenue aux engagements, pas de promesses non tenues et rien en rade". Il indiquera toutefois des procédures en cours (Tribunal de grande instance et Tribunal administratif) et donc non clôturées.
JP

Ultra gotique - Yльтра готическая церковь ;-))


La cathédrale idéale suivant Viollet Le Duc

25 février 2020

Faire France au SIA - Сделай Францию в SIA


Vic-en-Bigorre. Boulogne s’impose à Vic en leader



La foule des grands jours était au rendez-vous pour la venue du leader Boulogne à Ménoni ! Ce sont les visiteurs qui font la meilleure entame avec une percée de Despiau arrêtée par Girard.
Après 2 pénalités ratées en bonne position par les Gersois, la partie s’équilibre jusqu’à un mouvement des "noir et vert" conclu par un débordement de Despiau. Puis, c’est Danieli qui réceptionne un ballon joué au pied et transperce la défense vicquoise pour marquer après 60 mètres de course. Les Vicquois ne se découragent pas et vont marquer un superbe essai : à l’origine Danglade qui combine avec Girard et offre finalement à son capitaine, R. Bordenave, l’essai de l’espoir.
Après la pause, Girard sème encore la pagaille dans une défense gersoise qui tient bon. Mais c’est l’attaque visiteuse qui se distingue avec une percée de T. Lopez qui se terminera par un essai d’Estébenet. Bien qu’en infériorité numérique, suite à un jeu dangereux d’Othal, Boulogne enfonce le clou grâce à un essai de K. Lopez.
Vic bénéficiera de plusieurs pénaltouches infructueuses et se verra accorder un essai de pénalité en fin de match. Boulogne a présenté une équipe compacte qui a su se montrer réaliste dans ses temps forts. Côté vicquois, on a mis beaucoup de cœur au combat, mais on a manqué de lucidité dans les moments cruciaux et on a été trop pénalisé en première mi-temps.
On retiendra tout de même la bonne partie de Girard et Danglade qui ont amené un peu de folie dans cette rencontre.
US Vic XV 14 Boulogne-sur-Gesse 26
M-T : 7-14.
Pour Vic : 2E de R. Bordenave (32) et de pénalité (90) ; T Boyrie
Pour Boulogne : 4E de Despiau (24), Danieli (29), Lafforgue (46), K. Lopez (54) ; 3T Othal (24,29), Renou (54).
USV XV : Girard ; Hadjeras, Danglade, Larose, P. Abadie ; (o) Boyrie, (m) G. Baldes ; Goutaudier, R. Bordenave (cap) ; L. Pilloy, Y. Abadie ; Pérez, D. Baldes, Dayman. Sont entrés en jeu : M. Abadie, A. Pilloy, Troyano, El Mankouch, Armary, Pierre-Jean, Grisenti.
Carton jaune : Boyrie (16).
Boulogne : Danieli ; Despiau, Othal, Estébenet, Renou ; (o) Mathet, (m) T. Lopez ; Demoulin (cap), Baro, Trépout ; Casties, Idrac ; Marmouget, Brau, Ruéda. Sont entrés en jeu : Lafforgue, K. Lopez, Balarin, Banan, Lefêvre, Sabathier.
Carton rouge : Othal (47).
Cartons blancs : Estébenet (64), Renou (69).
P.P.

La Mongie : le siège tricolore d'Emmanuel Macron démonté par des saisonniers en colère



« Stop à la précarité des saisonniers, sans nous, plus de vacanciers » ou encore « Pas de ski chez Mamie, sans saisonnier », voilà quelques-uns des slogans que l’on pouvait lire sur les pancartes installées, ce lundi matin, devant le télésiège du Béarnais, à La Mongie. Remontés comme jamais, les personnels du domaine du Grand Tourmalet, en grève contre la réforme de l’assurance chômage, ont, tôt hier matin, vers 7 h 30, procédé au démontage du panier n° 6 du télésiège du Béarnais. Il ne s’agit rien moins que du siège présidentiel, aux couleurs « bleu, blanc, rouge », emprunté par l’alors candidat Emmanuel Macron et son épouse Brigitte, en avril 2017.
Au-delà de marquer la colère des saisonniers, cette action hautement symbolique, signifie au président Macron qu’à force de multiplier les réformes impopulaires, il se trouve sur un siège éjectable. Blandine Vernardet, directrice du Grand Tourmalet a accédé à la demande des salariés d’avoir cette opération marquante sur le télésiège du Béarnais car le but « est d’interpeller le président, qui a toujours été attentif à notre territoire, de conserver le travail saisonnier pour l’activité de montagne ». Blandine Vernardet souligne que «la réforme de l’assurance chômage impacte lourdement les entreprises saisonnières et l’activité touristique. L’enjeu est partagé, à la fois par les employeurs représentés par Domaines skiables de France et aussi par l’ensemble des salariés».
Christophe Galissier, délégué FO remontées mécaniques et domaines skiables, précise que «le nouveau mode de calcul des indemnités journalières, qui entrera en vigueur le 1er avril, va engendrer une baisse des indemnités de 20 à 40 %. C’est dramatique pour les bi saisonniers qui vont subir une perte importante de revenus aux périodes chômées. De plus, jusque-là, pour recharger les droits, il suffisait d’un mois, désormais, il en faudra 6 ».

Exode des saisonniers

Jean-Sébastien Fortin, pisteur secouriste, souligne pour sa part un risque d’exode des saisonniers. «Les saisonniers ont souvent plus de 30 ans, sont père ou mère de famille. Ce sont des pluriactifs, et à ce titre, sont confrontés à une certaine précarité. La réforme de l’assurance chômage va les pousser encore plus dans la précarité et, surtout à se déplacer vers d’autres territoires où ils auront une activité à l’année. De fait, cela mettra en danger l’outil touristique saisonnier. Les entreprises auront du mal à recruter». Blandine Vernardet abonde: « Si ces choix de vie ne sont plus faits par nos saisonniers, des structures comme la nôtre auront des difficultés à fonctionner ».
Les personnels de La Mongie ont transporté par camion le siège présidentiel et l’ont déposé devant la grille de la préfecture où ils ont été rejoints par des saisonniers des stations de Peyragudes, Piau et Cauterets notamment. Environ une soixantaine de personnels se sont ainsi rassemblés devant la préfecture.
Les personnels grévistes de La Mongie réunis autour du siège présidentiel avant le démontage de celui-ci.
Les personnels grévistes de La Mongie réunis autour du siège présidentiel avant le démontage de celui-ci. - DDM - FLORIAN ALBESSARD