31 mai 2020

Bigorre – Les 240 000 masques en tissu pour les communes sont arrivés



Le Conseil Départemental a acquis 240 000 masques en tissu cofinancés à hauteur de 30% par la Région Occitanie et 70 % par la Département. Il a livré les stocks de masques correspondant au nombre d’habitants de la commune à chacune des mairies ce vendredi 29 mai. Ces masques seront distribués à la population à partir du mardi 2 juin et selon les modalités définies par chaque maire.

Toutes les communes livrées le 29 mai

Michel Pélieu était entouré de nombreux conseillers départementaux de la ville de Tarbes vendredi 29 mai afin de remettre la dotation de masques en tissu au maire de Tarbes, Gérard Trémège.
« Nous avons acheté ces masques en tissu au prix de 2,4 euros l’unité », a expliqué le président du Conseil départemental, Michel Pélieu. « Nous avons réceptionné 240 000 masques jeudi 28 mai qui sont financés à hauteur de 30 % par la Région et de 70 % par le Département. L’Etat doit nous accorder une aide de 50 % sur la base d’un prix de 2 euros le masque« .
Michel Pélieu a donc remis 40 000 masques au maire de Tarbes, Gérard Trémège. « Nous aurions aimé les recevoir plus tôt mais la confection a pris un peu de temps. L’important c’est qu’ils soient là maintenant et que nous puissions les mettre à la disposition de toutes les communes du département. Ces masques répondent à la norme Afnor et sont plutôt agréables à porter. Ils sont assez fin. J’espère tout de même que nous n’aurons pas à les porter tout l’été. Nous souhaitons en effet que la saison estivale puisse se dérouler du mieux possible. Je veux aujourd’hui remercier Antoine qui est le monsieur masque du Département. Ce soir toutes les communes auront reçu leurs masques en tissu. Nous attendons encore la livraison de masques FFP1 et FFP2. Ils sont arrivés à Orly mais sont bloqués depuis 10 jours par les douanes. C’est anormal.« 
Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, a remercié le président du département, Michel Pélieu. « Nous avons déjà fait une distribution de masques sur la ville. Mais nous savons qu’il va falloir renouveler ces masques car au bout de 20 lavages, il faut les changer. Les masques que vous nous donnez vont donc être utiles. Nous organiserons une nouvelle distribution sur la ville dès que cela sera nécessaire. Je crois qu’il est aussi nécessaire d’avoir des stocks disponibles si nous devons faire face à une deuxième vague. »
Le président du Conseil départemental a expliqué qu’il espérait bien que la crise sanitaire était derrière nous et qu’il n’y aura pas une deuxième vague. « Durant toute la période du confinement, nous sommes restés aux affaires. La machine ne s’est pas arrêtée. Nous n’avons pas stoppé la commande publique. Les chantiers ont repris à la satisfaction des entreprises. »



Rabastens-de-Bigorre. Le nouveau conseil municipal en place

Rabastens-de-Bigorre. Le nouveau conseil municipal en place

Le nouveau conseil municipal installé dans le respect des normes sanitaires en vigueur.

Au lendemain des élections municipales du 15 mars 2020, après 2 mois de confinement, le conseil municipal s’installe enfin.
"Ce sera ce soir pour moi mon dernier conseil municipal, très rapide. Je vous souhaite beaucoup de courage et d’abnégation pour assumer vos fonctions d’élu que vous allez découvrir. Il vous faudra travailler pour l’intérêt collectif. L’élu a parfois la satisfaction de ce qui est réalisé, ce qui s’oublie très vite, mais il doit affronter la critique de ce qui n’a pas pu l’être encore. Je pars très sereinement" a dit en substance le maire sortant Alain Guillouet aux 15 nouveaux élus locaux qui siégeront désormais au sein du conseil municipal de Rabastens. 
L’édile a symboliquement remis les clefs de la mairie et du parc du val d’Adour avant de céder sa place à Georgina Mabit. Accompagnée du secrétaire général Christophe Biche, la doyenne d’âge de la nouvelle assemblée a lancé le déroulement de la séance d’installation par vote à bulletin secret selon la procédure légale. Chacun d’entre eux a répondu présent à l’appel de son nom. Personne n’ayant souhaité s’abstenir. Le vote pour désigner le poste de maire a donné 12 voix à Véronique Thirault et 3 voix à Michèle Gerbet. Par vote aussi, les postes d’adjoints ont été attribués : Laetitia Daries occupera celui de 1er adjoint, Antoine Brige celui de 2e adjoint.
Francis Abadie

Mendez-Lagonelle: l'entente historique

Mendez-Lagonelle: l'entente historique

Pierre Lagonelle derrière Myriam Mendez.

Myriam Mendez et Pierre Lagonelle s’offusquent que l’on puisse parler d’alliance politicienne ou de circonstance. "Il y en a marre des procès que l’on nous fait ! Qu’y a-t-il de choquant à ce que deux candidats d’opposition s’unissent, sinon à quoi bon faire un 2nd tour ? Nous partageons le même constat sur la ville, qui est verrouillée depuis 20 ans et qui s’enfonce dans la crise, avec 20 % de chômeurs, 24 % de taux de précarité, des records bien tristes. Nous, on s’oppose au système mis en place par Gérard Trémège, qui n’a rien fait pour inverser cette tendance. Maintenant, il se victimise, il dit qu’on veut l’abattre. Mais, oui, on se rassemble pour faire cesser ce système insupportable et donner un nouvel avenir à notre ville. Je rappelle que Gérard Trémège a fait la même chose en 2001, en s’alliant avec les listes Calvo et Doubrère, le lui a-t-on reproché ? La crise du Covid et le confinement vont créer un nouveau monde et nous sommes en phase avec lui : économie, social, environnement."
Toujours aussi (plus ?) combative, Myriam Mendez, qui mènera la liste, en soulignant le courage de son engagement, cède la parole à Pierre Lagonelle : "Si nous avons décidé d’unir nos forces, c’est parce que nous dénonçons les mêmes choses, ce système que nous avons eu le courage et je dirais l’honnêteté, de quitter. Gérard Trémège croit qu’il est le seul compétent, s’il l’était, on en verrait les résultats… Or Tarbes est en échec total sur tous les plans, et rien ne changera car le système est verrouillé. On est dans le ridicule, sans vote du conseil municipal, il distribue 20 000 € de bons d’achat à certains Tarbais, il décide du stationnement et des terrasses gratuits, afin de s’en abroger le prestige. C’est symbolique de sa gestion. De la com’, mais zéro résultat."
À propos de résultats, ils reviennent sur ceux du 1er tour, estimant tous deux que "c’était un coup à blanc, avec une participation de 35 %, ça ne rime à rien. C’est maintenant que nous allons mobiliser autour d’un projet commun qui additionnera les meilleures idées de nos deux programmes. Maintenant, nous regrettons que la liste PS/PC ait refusé notre main tendue, c’est irresponsable… Parce que le vrai vote utile pour renverser le système, c’est notre liste qui l’incarne, elle est la seule à être en capacité de le faire."
Aurélien Cartade poursuit : "il est temps de faire confiance à ce mouvement inédit, cette équipe a les compétences et l’expérience, notre constat est partagé par beaucoup de monde." Pour conclure, Myriam Mendez ajoute : "C’est un moment historique, cette entente citoyenne est enfin une vraie opposition, le seul moyen de changer les choses."

30 mai 2020

Vic-en-Bigorre. Rencontre aux Acacias

Actualités Vic-en-Bigorre

Rendez-vous attendu.

Avec la période de confinement drastique pour les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, (EHPAD), les attentes relationnelles et affectives étaient fortes autant pour les résidents que pour les familles. Aussi l’ouverture des résidences aux visites familiales a donné lieu à la mise en place de dispositifs assurant la sécurité sanitaire maximum, engageant des responsabilités à partager. 
La fréquence ? Pour pouvoir satisfaire à toutes les demandes dans les meilleures conditions (résidents, familles, équipes hospitalières), les familles prennent rendez-vous auprès du cadre de service, sachant que pour l’heure, ce sont 3 visites par service et par famille tous les 15 jours qui sont la règle, chaque famille étant représentée par 2 personnes. Les lieux ? Salle aménagée ou terrasse selon la météo, avec l’application stricte des mesures barrières (distanciation, port du masque, paroi plexi, gel, lingettes désinfectantes). L’engagement ? Les familles doivent avoir signé la Charte et renseigné l’autogestionnaire (respect des consignes, état de santé…). Visites de demi-heure, et aussi le temps d’échanges avec les personnels sur le quotidien des résidents ; évidemment chaque visite étant ponctuée par la désinfection des lieux. Sécurité sanitaire, et pour Lucienne, des nouvelles de 7 petits-enfants, 9 arrières petits-enfants et d’une arrière arrière petite fille née en ce premier trimestre 2020 que l’envahisseur viral ne lui a pas encore permis d’embrasser, des nouvelles que ses deux enfants visiteurs, Guy et Claudie, n’ont pas manqué de lui donner.
JP

Montagne : les travaux ont repris au refuge Wallon-Marcadau

Montagne : les travaux ont repris au refuge Wallon-Marcadau

Le refuge Wallon-Marcadau restera fermé aux randonneurs jusqu’à l’automne 2021.

es opérations de gros œuvre du refuge Wallon-Marcadau ont démarré lundi 25 mai. Guilhem Susong, responsable administratif de la Commission Syndicale de la Vallée de Saint-Savin, rappelle que le chantier avait débuté début mars, avant le confinement, avec le début de l’installation de la base de vie pour les ouvriers, à l’intérieur du bâtiment. « Le confinement est venu interrompre tout ça. Pendant cette période, on a travaillé, avec les entreprises sur la reprise des travaux, dans le respect des mesures édictés pour le secteur du BTP. On a pu, même pendant le confinement, poursuivre l’aménagement de la base de vie ». Le gros œuvre va débuter par une phase de destruction et de déroctage.

29 mai 2020

Vic-en-Bigorre. Femmes actives et engagées

Vic-en-Bigorre. Femmes actives et engagées

Chaîne de solidarité.

Les dimensions de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 font dire qu’il y a eu un avant et qu’il y aura un après ; beaucoup de constats dressés dans le temps du "pendant" avec en particulier le formidable engagement citoyen en soutien des personnels soignants. Soutiens pas seulement symboliques partagés, des applaudissements, des bougies allumées tous les soirs à 20 heures… et participation à la confection d’équipements (masques et surblouses) de bénévoles, particuliers, associatifs, d’entreprises. Une synergie généreuse dans laquelle en Bigorre et val d’Adour, Isabelle Lafourcade a participé à plus d’un titre (associatif, institutionnel en élue conseillère départementale du canton de Vic) relayant les initiatives ; en collectant les réalisations des couturières, en distribuant les matériaux fournis par les particuliers et les entreprises, en évaluant les besoins des associations solidaires. 
Ainsi sur le site du Secours populaire français à Vic, lors de l’accueil pour l’aide alimentaire, l’élue a-t-elle récupéré des masques (modèles spéciaux pour enfants) confectionnés par Céline de Sombrun, et avancé une idée qu’elle comptait bien soumettre à l’assemblée départementale. Et d’expliquer : dans le dispositif des politiques d’aides (par exemple le Fonds d’aménagement rural, FAR), celle sous la bannière du "bien vivre ensemble, coup de pouce à des petits projets qui dynamisent le territoire", le Fonds d’animation cantonal (FAC) avait fait son entrée à titre expérimental en 2017 ; compte tenu de la situation sanitaire de cette année 2020, les animations et manifestations organisées par des associations, des communes, des comités des fêtes… sont majoritairement annulées, aussi la conseillère départementale pense-t-elle à une évolution exceptionnelle et ponctuelle du FAC avec son attribution aux actions de solidarité menées depuis le confinement (et qui ont nécessité des investissements pour des achats).
À suivre donc.
JP

CARTE. Municipales : les 36 communes de Bigorre qui vont voter pour le second tour le 28 juin

CARTE. Municipales : les 36 communes de Bigorre qui vont voter pour le second tour le 28 juin

Dans un bureau de vote de Tarbes, le 15 mars 2020.

Découvrez les trente-six communes des Hautes-Pyrénées qui devront voter pour le second tour des élections municipales le 28 juin.
Dans les Hautes-Pyrénées, trente-six communes doivent voter pour le second tour des élections municipales, le 28 juin. Tarbes, la ville préfecture, mais aussi Lourdes et les villes sous-préfectures de Bagnères-de-Bigorre et d'Argelès-Gazost. Un second tour est aussi prévu dans deux stations de ski importantes du département : Cauterets et Gavarnie.
Si la carte ne s'affiche pas, désactivez votre bloqueur de publicité :

Siarrouy. Bernard Bats nouveau Maire

Siarrouy. Bernard Bats nouveau Maire

De Gauche à droite : Jean Luc Lavigne, Bernard Bats, Estelle Etcheverry, Roland Claverie.

C’est Bernard Poublan, le maire sortant, qui a ouvert la séance organisée en respectant les règles de distanciation. Il a adressé les félicitations aux nouveaux entrants pour leur engagement citoyen et des remerciements aux sortants avec une mention particulière pour Bernard Bats qui a été son fidèle adjoint durant ces trente années de mandat. C’est dans cette continuité que Bernard Bats a été élu premier magistrat de la commune à l’unanimité. Après avoir remercié les membres de son équipe, Bernard Bats a rappelé les projets à terminer et donné la feuille de route pour les années à venir. Il a souligné s’être entouré d’une équipe qu’il souhaite dynamique, faisant appel à l’imagination et l’innovation avec comme fil conducteur le respect, l’écoute, la ponctualité et l’implication. Le conseil a ensuite voté pour l’élection des adjoints, ainsi que les différentes délégations de chacun. Ainsi ont été élus : Bernard Bats au poste de maire, Estelle Etcheverry 1re adjointe, Roland Claverie 2e adjoint et Jean Luc Lavigne 3e adjoint. La liste est complétée par Bernard Poublan, conseiller départemental, Michel Cecconi, Sandra Escolano, Elisabeth Prost, Laëticia Lamarque, Guillaume Amalric, Cédric Tartarribe.
Bernard Bats a conclu son premier conseil par la lecture de la charte de l’élu local.
Le verre de l’amitié a été ensuite partagé par les membres du nouveau conseil.
Alain Allué

Découvrez l'audioguide illustré de l'exposition "Plein air. De Corot à Monet" à Giverny.


28 mai 2020

Déplacements, restaurants, école : ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe sur le déconfinemen

Déplacements, restaurants, école : ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe sur le déconfinement



Edouard Philippe présente le plan de déconfinement de la France à partir du mardi 2 juin.



Libérés, délivrés ! Quinze jours après le début du déconfinement, le Premier ministre Edouard Philippe a détaillé, entouré par plusieurs ministres, ce jeudi, les mesures de la seconde phase du déconfinement qui va entrer en vigueur le mardi 2 juin. 
« Les résultats sont bons sur le plan sanitaire », a expliqué Edouard Philippe, ajoutant que « nous ne pouvons pas courir le risque de la désinvolture » car « le virus est encore présent sur tout le territoire ». À partir du 2 juin, « la liberté va enfin devenir la règle et l'interdiction deviendra l'exception », a résumé Edouard Philippe.
  • Les déplacements

Les déplacements au-delà de 100 km seront de nouveau possibles à partir du mardi 2 juin, sans attestation, ni dérogation. Édouard Philippe appelle tout de même à la prudence. À l’intérieur de l'Europe, la France est favorable à une réouverture des frontières à partir du 15 juin, sans quatorzaine pour les touristes.
  • Bars, cafés, restaurants et campings

Les cafés, bars, restaurants et campings vont pouvoir rouvrir à partir du mardi 2 juin dans le respect des règles sanitaires. Les tables pourront accueillir dix personnes maximum, une distance d'un mètre devra séparer les tables, le personnel devra porter un masque ainsi que les clients quand ils se déplacent. En région parisienne, seules les terrasses seront ouvertes. Dans les bars, la consommation debout restera interdite. Les discothèques resteront fermées jusqu'au 22 juin.
  • Théâtre, cinémas, spectacles

Les salles de spectacles vont pouvoir rouvrir à partir du 2 juin (22 juin en zone orange), les cinémas à partir du 22 juin. Pour les spectacles, en plein air, les événements seront possibles dans une limite de 5000 personnes. Dans les lieux fermés, les exploitants devront proposer des mesures de respect des gestes barrière.
  • Écoles, collèges, lycées

Plus de 90 % des communes ont rouvert leurs écoles, l'objectif est d'atteindre les 100 % début juin. « Toutes les familles qui le souhaitent doivent pouvoir scolariser leurs enfants au moins sur une partie de la semaine », a dit Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education. Les effectifs resteront limités à 15 élèves. Des activités sportives vont être développées pour accueillir les élèves progressivement en juin.
En ce qui concerne les lycées, l'ensemble des établissements vont rouvrir à partir du 2 juin, « au moins sur l'un des trois niveaux pour commencer », a précisé Jean-Michel Blanquer. 
95,5 % des élèves ont rouvert dans les départements en vert, 28 % des collégiens sont revenus en classe (6e et 5e uniquement). À partir du 2 juin, l'ensemble des collèges vont ouvrir, les 4e et 3e vont pouvoir revenir en classe à partir du 2 juin. Pour l'épreuve orale de français en première, elle sera validée par le contrôle continu des deux premiers trimestres.
  • Rassemblements toujours limités à 10 personnes

La règle de la limitation de rassemblement de moins de dix personnes reste la règle dans l'espace public. Les mariages ou les funérailles qui réunissent, par définition, plus de dix personnes seront autorisées mais Edouard Philippe appelle au respect des gestes-barrière.
  • Le port du masque recommandé

Le port du masque reste largement recommandé dans l'espace public.
  • Le télétravail vivement encouragé

Édouard Philippe a indiqué que le télétravail devait rester en vigueur dans la limite du possible.
  • Sports et piscines

Les salles de sport, les piscines, les stades et les hippodromes seront autorisés à ouvrir de nouveau l'accueil au public à partir du mardi 2 juin (22 juin dans les zones orange). Les sports de contact restent interdits à ce jour. Interrogé sur la reprise du championnat de France de football, Edouard Philippe a répondu : « Je ne crois pas que le moment soit venu ».
  • Les plages

Les plages, lacs et plans d'eau seront de nouveau accessibles à partir du mardi 2 juin avec le port du masque.
  • Colonies de vacances à partir du 22 juin

Les colonies de vacances seront de nouveau autorisées à partir du 22 juin.
  • Le bilan sanitaire

Toute la France passe au vert à l'exception de deux départements : le Val d'Oise et Mayotte qui reste en rouge. « Nous sommes un peu mieux que là où nous voulions être fin mai », a indiqué Edouard Philippe. « C'est le fruit de votre rigueur et de votre civisme », a affirmé le Premier ministre aux Français. Environ 2000 personnes sont toujours en réanimation ce qui représente 30 % de la capacité de réanimation des hôpitaux français. Les départements d'Île-de-France, la Guyane et Mayotte restent sous forte surveillance
Quatre indicateurs seront scrutés de près : l'incidence (nombre de personnes infectées sur 100 000), le taux de positivité des tests virologiques, le R zéro (nombre de personnes qu'un individu contagieux peut infecter) et la tension hospitalière sur la capacité de réanimation. Si plus de 50 cas d'infection pour 100 000 habitants étaient observés dans des départements, des mesures restrictives seraient prises par les préfectures.
  • L'application StopCovid lancée le 2 juin

L'application StopCovid sera disponible gratuitement le 2 juin. Elle permettra d'être alertée immédiatement si vous avez été au contact à moins d'un mètre pendant plus de 15 minutes d'une personne qui a été testée positive. Édouard Philippe assure que cette application ne géolocalisera pas les personnes qui l'ont téléchargée, n'aura pas accès aux contacts du téléphone et que l'Etat n'aura pas accès aux données.

Hautes-Pyrénées: aucun décès du Covid depuis plus d'une semaine

Hautes-Pyrénées: aucun décès du Covid depuis plus d'une semaine

18 personnes sont encore hospitalisées dans les Hautes-Pyrénées.

La situation n’a pas évolué sur les dernières 24 heures, signe d'une stabilisation voir d'un recul de l'épidémie de Covid-19 dans les Hautes-Pyrénées, plus de quinze jours après la levée des mesures de confinement. Toutefois, 18 personnes sont toujours hospitalisées, et 3 en réanimation. Lors des précédentes 24 heures, les hospitalisations, stables depuis, avaient continué de baisser, avec trois patients hospitalisés en moins, portant le nombre à 18.  
Pas de nouveaux décès à déplorer depuis maintenant plus d'une semaine dans le département. Les Hautes-Pyrénées comptabilisent 56 décès au total, 25 en structures hospitalières et 31 en Ehpad. Enfin le nombre de retours à domicile s’élève à présent à 142 (+3).
Le premier ministre Edouard Philippe doit présenter ce jeudi 28 mai la phase 2 du déconfinementavec notamment la réouverture attendue des cafés, restaurants et campings en Bigorre.

Déconfinement : nouvelle carte épidémique, restaurants, lycées... ce qui nous attend le 2 juin

Déconfinement : nouvelle carte épidémique, restaurants, lycées... ce qui nous attend le 2 juin

Le gouvernement envisage la réouverture le 2 juin des hôtels-cafés-restaurants en zone verte.

Que va-t-il se passer à partir du mardi 2 juin, début de la seconde phase du déconfinement ? Le Premier ministre, qui doit s'exprimer ce jeudi 28 mai à 17 heures, a donné rendez-vous ce jour-là pour un nouvel assouplissement des restrictions en vigueur en France mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus.
"Je donne rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement, et prendrons en particulier des décisions sur l’organisation des cafés, des restaurants, des vacances". Nous y sommes. Les mesures sont tranchées ce jeudi matin en Conseil de Défense.
  • Carte du déconfinement

La carte des départements verts et rouges présentée le 7 mai doit évoluer le 2 juin. Elle est construite sur la base de trois critères : la circulation active du virus, la tension hospitalière dans les services de réanimations et le taux de couverture en besoins de tests et permet au gouvernement de déterminer le degré de restriction selon les zones géographiques. Il y a deux semaines, les départements de quatre régions y figuraient en rouge : ceux de l’Île-de-France, du Grand Est, de la Bourgogne Franche-Comté et des Hauts-de-France.
Selon les calculs de Franceinfo, qui se base sur l'évolution depuis le 7 mai de ces trois critères dans les différents départements du territoire, seule l’Ile-de-France resterait en rouge le 2 juin.
  • Limitation de déplacement à 100 km

Le 2 juin, cette règle imposée depuis le 11 mai, qui empêche de se déplacer à plus de 100 km à vol d'oiseau de chez soi (sauf motifs professionnels ou impérieux), pourrait évoluer. Le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a évoqué, le week-end dernier sur LCI, qu'un "élargissement significatif de façon concentrique" de ce rayon de 100 km est envisagé.
  • Écoles, collèges et lycées

Actuellement, dans les zones rouges, les collèges et lycées restent fermés. Seuls les collégiens en 6e ou en 5e ont pour le moment pu reprendre les cours physiquement mais seulement dans les départements de la zone verte. Les parents attendent donc de savoir si les collégiens de 4e et 3e seront autorisés à retourner en cours. 
L'ouverture éventuelle des lycées, en commençant par les lycées professionnels, doit être discutée début juin. Pour le moment, les élèves de première doivent toujours préparer leur oral du bac français. Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer doit préciser dans les prochains jours si l'épreuve est bien maintenue fin juin.
  • Cafés, bars et restaurants

Selon une source gouvernementale, l'exécutif envisage la réouverture le 2 juin des hôtels-cafés-restaurants en zone verte. En revanche, en zone rouge, et donc à Paris, ils ne pourraient rouvrir leurs portes que... le 1er juillet. Tous les bars et restaurants sont fermés depuis le 14 mars minuit. Mais Edouard Philippe avait déjà annoncé le 14 mai, lors de la présentation de son plan de relance du tourisme, que le gouvernement envisageait une réouverture des restaurants et cafés le 2 juin, mais uniquement dans les départements verts.
Les professionnels ont calculé qu'avec 50 % d'occupation des tables ainsi que les aides de l'État pour financer le chômage partiel et l'exonération de charges sur toute la période de confinement, les restaurants pourraient rouvrir le 2 juin même si certains restaurateurs restent plus prudents.
  • Salles de sport et piscines

Il est possible que mardi 2 juin les salles de sport et les piscines fassent l'objet d'une autorisation de réouverture, à l'image de ce qui s'est déjà déroulé en Italie.
  • Lieux culturels et de sorties

Le gouvernement doit statuer sur la réouverture, ou pas, des grands musées, des cinémas, théâtres et des salles de concert. Concernant les salles des fêtes et les salles polyvalentes, le Premier ministre avait annoncé le 28 avril qu'elles resteraient fermées, "jusqu'au 1er juin".
  • Parcs d'attractions

Avec l'autorisation de réouverture du Puy du Fou en Vendée fixée au 11 juin les parcs d’attractions en zone verte devraient pouvoir rouvrir leurs portes dès le 2 juin. Il leur faudra souvent un temps de préparation fin d'accueillir le public dans les meilleures conditions sanitaires. C'est ce qu'a expliqué à La Dépêche du Midi le directeur de Walibi et Aqualand à Agen.
  • Parcs et jardins

Les parcs et jardins ont déjà rouvert en zone verte depuis une dizaine de jours. À Paris (zone rouge), cette réouverture pourrait être envisagée elle aussi à partir du 2 juin mais avec le port du masque.
  • Plages

Pourra-t-on enfin se poser sur le sable pour pique-niquer à partir du 2 juin ?
Pourra-t-on enfin se poser sur le sable pour pique-niquer à partir du 2 juin ? - MAXPPP - Sigrid Olsson
L'ensemble des plages pourrait aussi rouvrir le 2 juin. Jusqu’à maintenant, il revenait au préfet des départements de décider ou non de les ouvrir au public. Le sujet est l'objet d'une passe d'armes à Paris entre le gouvernement et la maire socialiste Anne Hidalgo qui plaide ardemment pour leur réouverture.
  • Camping

La date d’ouverture des campings pourrait avoir lieu le 2 juin.
  • Messes et cérémonies religieuses

L’objectif d’une reprise généralisée des cérémonies religieuses était fixé au 3 juin par le ministère de l'Intérieur. Mais dans les faits, il est possible de célébrer à nouveau, progressivement, des offices depuis la parution d'un décret samedi 23 mai.

Rabastens-de-Bigorre. Réouverture de la déchèterie

Rabastens-de-Bigorre. Réouverture de la déchèterie

Contrôle de la carte d’accès et normes Covid appliquées dès l’entrée de la déchèterie.

La déchetterie de la route d’Haget ouvre de nouveau au public pour la plus grande satisfaction des habitants du secteur.
"Nous avons pris exemple sur nos voisins landais de Dax au travers de l’expérience et les connaissances de notre agent Laurent Lasserre.
Les plages horaires sont élargies les mardis, jeudis et samedis de 12 h à19h pour permettre à chaque usager d’utiliser ce service. La pandémie est la cause de sa fermeture depuis plusieurs semaines d’où une impossibilité de faire évacuer les bennes pleines vers les centres de tri ou de recyclage mais aussi l’attestation de déplacement dérogatoire quotidien ne mentionnait pas comme prioritaire un déplacement vers la déchetterie" indique Fédéric Ré. Le président de la Communauté des Communes est critique et se dit : "fortement déçu du comportement incivique de certaines personnes durant cette période de confinement, lors de l’ouverture progressive des divers sites" et préconise : "la patience dans la file d’attente".
Le nouveau dispositif d’accès mis en place à la déchetterie Val d’Adour Environnement vise à améliorer l’accueil réservé aux particuliers résidant sur le territoire, la fluidité du trafic, la traçabilité des dépôts et la disponibilité du gardien.
Il est rappelé qu’à compter du 1er septembre 2018, l’accès en déchetterie est réservé aux seuls détenteurs d’une carte d’accès qui devra être présentée au gardien lors de chaque passage.
En 2019, les déchetteries ont été équipées de barrières. Le contrôle est automatique.
Contacts : CCAM – Val d’Adour Environnement, tel : 05 62 96 72 80.
F.A