31 juillet 2020

Vic-en-Bigorre. "Vic : une ambition partagée" s’exprime


Vic-en-Bigorre. "Vic : une ambition partagée" s’exprime

Clément Menet réélu maire de Vic-en-Bigorre jusqu'en 2020 ...

Patrick Heyraud au nom du groupe "Vic : une ambition partagée" communique :
"Lors du 1er tour des élections municipales de mars 2020, nous avons présenté une liste intitulée "Vic : Une ambition partagée" qui était conduite par Patrick Heyraud.
Une deuxième liste "Toujours Unis pour Vic" conduite par Pascal Paul se présentait également contre le maire sortant. Ces deux listes ont rassemblé plus de 53 % des suffrages exprimés. Notre liste étant arrivée 3e, nous avons renoncé à nous présenter au 2e tour pour éviter une élection triangulaire conformément à nos engagements pris durant la campagne. M. Menet a été réélu largement (60,7 %) face à M.Paul (30,3 %).

Moins de huit jours après l’installation du nouveau conseil municipal, nous avons appris avec effarement que la liste "Toujours unis pour Vic" de M. Paul avait rejoint M. Menet pour lui permettre de se faire élire à la présidence de la Communauté de Communes Adour-Madiran et obtenir pour un de ses membres un poste de vice-président.
Les 53 % de Vicquois qui au 1er tour avaient voté contre M. Menet ne peuvent que se sentir floués. De même comment s’y retrouvent les électeurs de M. Menet aujourd’hui ?
Cette opération contre nature était vouée à l’échec. M. Ré a été brillamment réélu président avec plus de 72 % des voix et la commune de Vic-Bigorre, la plus importante de l’intercommunalité n’a plus pour le moment de vice-président siégeant au bureau.
Nous constatons également qu’au conseil municipal, le maire n’a plus en face de lui une "opposition" mais une "minorité" autant dire qu’il aura les mains libres après l’alliance de circonstance autour de lui.
Notre groupe ne s’est en rien compromis et continuera dans les semaines et mois qui viennent à porter la voix des Vicquois qui ne se retrouvent pas dans la politique du maire actuel.
Il se constituera dans les jours à venir avec la plus grande partie de ses membres encore actifs, en une association "Vic : une ambition partagée".

Correspondant

Accident spectaculaire sur l'autoroute A64 à l'est de Tarbes


Accident spectaculaire sur l'autoroute A64 à l'est de Tarbes

Le tracteur s'est retrouvé au milieu de l'autoroute.

Un ensemble routier a fait une impressionnante sortie de route mercredi matin, sur l'autoroute A64 entre Tarbes et Tournay.

C'est un accident particulièrement spectaculaire et qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques qui s'est produit ce mercredi matin, un peu après 7h, sur l'autoroute A 64, entre Tarbes et Tournay dans les Hautes-Pyrénées, au niveau de la commune d'Angos. Le conducteur d'un ensemble routier a perdu le contrôle de son véhicule sur la route qui était glissante après des pluies matinales. 
Le camion transportant un engin d'entretien des espaces verts a terminé sa course le long de la bande d'arrêt d'urgence, quand son chargement, lui, s'est retrouvé propulsé au milieu de l'autoroute, sur le terre-plein central, à cheval sur le rail de sécurité. Heureusement, aucun autre véhicule n'a été impliqué dans cet accident spectaculaire survenu au niveau du kilomètre 149. Le chauffeur du poids lourd et son passager ont tous deux été évacués vers l’hôpital de Tarbes, légèrement blessés, pour des examens de contrôle.
Le tracteur s'est retrouvé au milieu de l'autoroute.

Afin de permettre l'intervention de la dépanneuse pour libérer la chaussée, la circulation a été coupée dans le sens Tarbes-Toulouse, le temps de l'intervention pour retirer le tracteur et le camion. Le trafic a été aussi perturbé dans l'autre sens, la circulation ne se faisant que sur une voie. NRPyrenees.fr

Camalès. Épisodes de tennis de table


Camalès. Épisodes de tennis de table

Merci à Jeannot.

La saison 2019-2020 du Tennis de Table de Camalès aura déroulé des étapes et des épisodes qu’aucun dirigeant ou adhérent n’aurait pu planifier lors de l’assemblée générale précédente ! Le pouvoir de l’envahisseur Coronavirus a donné les limites des activités humaines de la proximité locale à tous les continents, et donc aux activités sportives. La saison 2019-2020 du championnat départemental de tennis de table a pris fin à l’issue de la première phase de jeu ; les résultats en seront connus lors des assemblées générales des instances fédérales.
Pour autant, le tennis de table de Camalès a pu réunir ses joueurs pour un moment convivial, dans les règles de distanciation physique et sanitaire en vigueur ; à cette occasion, la Ligue Occitanie de tennis de table, représentée par Claude Liger, a remis en remerciement de son soutien pour le fonctionnement du TTC (appuis financiers, matériels), un trophée d’honneur à Jean Sempé. "Grâce aux aides communales lors des différents mandats de "Jeannot", le tennis de table a été développé et porté dans tout le département et au-delà ; le TTC s’associe à la Ligue Occitanie pour apporter à Jeannot ses plus vifs et sincères remerciements."
Rendez-vous de rentrée. Les entraînements reprendront le mardi 3 septembre prochain à 18 h pour les jeunes et 20 h pour les adultes à la salle de Camalès en appliquant le nouveau protocole "Coronavirus" (phase 3) de la Fédération Française de Tennis de Table. Contact téléphonique 06 85 40 62 97.

JP

30 juillet 2020

Vic-en-Bigorre. "Folie du Loto" : populaire et généreux divertissement

Vic-en-Bigorre. "Folie du Loto" : populaire et généreux divertissement

LE NOUVEAU NIOUZES VIC: Vic-en-Bigorre. «Une mort annoncée ?»
Il faut être du monde associatif pour savoir que les trésoreries de bien des clubs sont perfusées des bénéfices des soirées loto organisées par leurs dirigeants ; alors quand est survenue la pandémie du Coronavirus avec la cohorte des prescriptions sanitaires dont le confinement, l’activité du divertissement en a pâti comme l’ensemble des activités de l’économie. Dans la capitale bigourdane, la salle de spectacle "Le Set" où Eric Barbé assure la programmation, s’est trouvée "vidée" d’une de ses animations régulières, les lotos, et particulièrement de "La Folie du Loto" ; divertissement populaire s’il en est avec ses parties jeu (tirage des numéros et annonces des lots) et ses séquences spectaculaires (sketches, chorégraphies, échanges interactifs complices et attendus). 
Cela c’était avant… et jusqu’à ce que le concept du "Loto à la maison" prenne le relais avec les autoroutes de l’informatique sillonnées par Eric Barbé et une équipe aussi performante que polyvalente, réactive de la technique à l’artistique. Et n’en déplaise à beaucoup, en ces temps anxiogènes, le divertissement à la maison, grâce à Internet et Youtube, en direct parmi une communauté de joueurs identifiés, un divertissement placé sous le sceau de la solidarité et la générosité puisque sa caractéristique essentielle était celle des bénéfices de la soirée attribués à des associations, le divertissement a conquis un très large public. Dire que 37 associations ont été bénéficiaires et ont reçu plus de quatre vint mille euros (80 000 €), souligner que le concept du jeu a valu à Eric Barbé les regards de médias nationaux pour la diffusion de reportages aux heures de grande écoute des journaux d’informations, c’est dire combien le virtuel, le connecté, a pu mettre en équilibre la distanciation et la convivialité.
À souligner, parmi les associations locales participantes, celles dont le siège est à Vic, ou exercent sur le territoire ou encore comptent des dirigeants vicquois : "Les Amis d’hier et d’Aujourd’hui", la Fondation Frédéric-Gaillanne MIRA-Europe, l’Atelier Théâtre adultes Les VICtambules, le club de rugby l’USV XV, le Rotary club Tarbes-Bigorre, également le Cov’aid 65 dont Thierry Lavit a rappelé l’engagement.
Encore sous le coup des contraintes sanitaires, les salles de spectacles et d’équipements sportifs ont pourtant repris certaines activités ; pour les lotos consulter le site (www.lesettarbes.com/).
Josiane Pomes

29 juillet 2020

À Tarbes, l’hommage de la nation au brigadier "Eric", tué au Mali

À Tarbes, l’hommage de la nation au brigadier "Eric", tué au Mali

Florence Parly a décoré le brigadier Eric de la légion d'honneur. / Photo Florian Albessard

Ce sont ses frères d’armes, dont son meilleur ami, qui ont porté le cercueil d’Eric, le deuxième prénom du brigadier. / Photo Florian Albessard
Sur le drapeau tricolore qui toise la place d’armes du quartier Larrey, les couleurs sont en berne. Du bleu, du blanc et du rouge qui enveloppent aussi le corps du brigadier Tojohasina Razafintsalama qui s’avance au son de la marche funèbre. Mais pas d’un même ton, comme rehaussées du sourire figé sur le portrait dressé au-dessus du cercueil, cette « bonne humeur rayonnante » dont ne se débarrassait jamais ou presque celui que ses frères, ses proches et ses frères d’armes appelaient Eric et qui n’est plus, fauché par un attentat au Mali à seulement 25 ans.
Après une première cérémonie intime, lundi aux Invalides, c’est la nation tout entière, par l’entremise de la ministre des armées, Florence Parly, qui a rendu hommage au sacrifice du jeune hussard parachutiste, au cœur du quartier Larrey où anciens de Bercheny, frères d’armes, compagnes de soldats et autorités étaient venus partager la peine de la famille du brigadier.

« Ce jeudi matin, tout baignait dans le silence de la nuit, a commencé la ministre, après avoir salué les proches du hussard tué. Les premiers rayons brûlants sur le sable de Gosi donnaient le signal des premières missions du jour : protéger les autres et escorter un train de combat. Vous étiez en tête de convoi, affrontant le danger et les incertitudes, dans la vision emblématique d’un régiment de cavalerie. Votre route s’est arrêtée un peu plus loin, dans un acte lâche, vous arrachant à vos rêves et à votre avenir. »

"Votre sacrifice n'aura pas été vain"

Et la ministre de poursuivre le récit de ce sombre jeudi, le premier à coûter la vie à un soldat tarbais sur le théâtre de Barkhane où Eric avait été déployé avec la majorité des hussards parachutistes quelques jours plus tôt : « Alors que les tirs font rage, votre peloton réagit, neutralisant les assaillants. L'équipe médicale vient à vos côtés pour constater son impuissance. Votre sacrifice et leur action n’auront pas été vains et ont permis d’éviter une attaque de grande ampleur. »
Ce sont ses frères d’armes, dont son meilleur ami, qui ont porté le cercueil d’Eric, le deuxième prénom du brigadier. / Photo Florian Albessard
Ce sont ses frères d’armes, dont son meilleur ami, qui ont porté le cercueil d’Eric, le deuxième prénom du brigadier. / Photo Florian Albessard - DDM - FLORIAN ALBESSARD
Avant d’épingler la légion d’honneur au cercueil du brigadier Tojohasina Razafintsalama, Florence Parly a rappelé combien le hussard, qui a grandi à Madagascar, était « heureux de servir la France et honoré de rejoindre l’opération Barkhane » pour laquelle il s’était préparé « avec beaucoup d’envie ».
« Para dans l’âme, vous avez trouvé du sens en changeant de vie à 24 ans. Vous avez choisi le courage et l’audace de Bercheny, la gloire de leurs trois siècles de sacrifice, un héritage auquel vous avez fait honneur, avec la chaleur et la fraternité d’arme que vous incarniez, vous l’ami fidèle, toujours souriant et prêt à épauler, vous la force de la nature, tranquille et rayonnante. Aujourd’hui, vos frères d’armes ont perdu un camarade très apprécié mais ils gardent un exemple. »
Florence Parly, ici avec le chef d’état major des armées, le préfet et le commandant en second du 1er RHP, a passé en revue les troupes et s’est recueillie devant le cercueil. / Photo Florian Albessard
Florence Parly, ici avec le chef d’état major des armées, le préfet et le commandant en second du 1er RHP, a passé en revue les troupes et s’est recueillie devant le cercueil. / Photo Florian Albessard - DDM - FLORIAN ALBESSARD
Des Hussards qui poursuivent leur mission au Sahel, « avec courage. Aujourd’hui nous pensons aussi à T. et C., blessés ce jeudi, et au chemin qui les attend pour se relever de cette épreuve. » Et de conclure : « Ce drapeau qui vous enveloppe dit la fierté et la douleur du pays. Vous laissez la trace d’un vrai hussard qui a tout sacrifié pour la France, jusqu’à sa propre vie. Le vent souffle toujours sur les dunes. Il a emporté vos rires, vos mots et vos exploits. Mais il n’effacera jamais votre souvenir… »

Vic-en-Bigorre. Nouveau polar pour Henri Courtade

Vic-en-Bigorre. Nouveau polar pour Henri Courtade

Enquête à suivre.

"Dose létale 50", Editions Lucane. Non, non, en cette période d’invasion virale, ne pas voir dans ce titre une nouvelle hypothèse ou piste médicale ou scientifique, même si l’auteur, Henri Courtade, est homme de santé, biologiste au centre hospitalier de Pau. La certitude ? Un homme d’amitié avec des attaches en Bigorre côté montagne et côté plaine, Cauterets et Vic précisément ; d’accord, il manque une majuscule aux fameux 3B, mais Béarn et Bigorre quand même ! 
Autre certitude, un auteur qui du fantastique au polar en passant par l’histoire, entraîne les lecteurs dans le temps, différentes dimensions du réel à l’imaginaire, toujours dans des chemins captivants. Henri Courtade a répondu à l’invitation de Nathalie Curriel et était à la librairie La Litote ce samedi 25 juillet ; avec "Dose létale 50", l’auteur entraîne le lecteur dans les rues de Toulouse pour une enquête sur fond de défense de la cause animale et du lobbying des laboratoires du cosmétique.
JP

28 juillet 2020

Le Vicquois n° 26



Maubourguet. Deux nouveaux présidents au SOM Rugby

Maubourguet. Deux nouveaux présidents au SOM Rugby

E Bousquet (à G) et Th Guinle, nouveaux présidents du Somr

Après les démissions, d’Eric Dantin président qui passe la main après 12 ans de travail acharné, celle de Bernard Migazzi qui se rapproche de ses enfants, celle de Jean Noguez, trésorier et président de l’association rugby, après 50 ans de présence et de participation active, le club se restructure. Les deux nouveaux présidents sont Eric Bousquet et Thierry Guinle.
Arrive aussi comme entraîneur des avants Jean-Luc Miramont. Il sera aidé par Jean-Luc Rossat.
Lors de l’assemblée générale, à noter la présence de Jean-Yves Mouret responsable de la maison d’ovalie (MOT), de Jean-Louis Lassalle, adjoint municipal, l’accueil est fait par Eric Dantin et Bernard Migazzi avec lecture du rapport moral. Christian Abadie fera lecture du rapport d’activité. Éric Lascombes tracera un tableau de l’arbitrage et des besoins en jeunes arbitres.
Les responsables des sections font le bilan de leur saison. Il ressort un manque d’effectif à l’école de rugby et dans l’encadrement, une certaine frustration avec une saison tronquée cause Covid.
Jean-Yves Mouret félicitera le club pour son travail, la formation des jeunes et lui souhaite de rebondir. Il annonce la venue des CTC (conseillers techniques) en août.
Jean-Louis Lassalle assure le club du soutien municipal, rappelle les travaux effectués.
Éric Bousquet ne cache pas la difficile succession qui l’attend avec Thierry Guinle. Ils remercieront vivement tous les acteurs qui font vivre le club et attendent du soutien de la part de tous les membres du club.
Janine Noguez

27 juillet 2020

Vic-en-Bigorre. En musique aux Acacias

Vic-en-Bigorre. En musique aux Acacias

Avant l’ouverture du bal.

Les établissements d’hébergement des aînés comme ceux des sites de Vic du centre hospitalier de Bigorre, résidence La Clairière et des Acacias, ont vu les contraintes sanitaires strictes en raison de la pandémie évoluer au cours des dernières semaines, et si le calendrier festif avec les événements publics n’a pas retrouvé le rythme d’avant, les résidents ont partagé un moment convivial en musique.
Occasion sinon prétexte : la présentation de la réhabilitation des bacs du jardin réalisée par les résidents avec le concours de l’horticulteur Didier Baloup.
L’équipe d’animation dont Christelle et Chantal, avec leurs collègues, "tous les services sont représentés" indiquait Patricia Bérit-Debat, Attachée d’administration du site gériatrique vicquois, ainsi que le trio Serge Briffaud, pour un après-midi dansant, véritable fête estivale.
Sur la piste, avec les résidents, Sandrine, Carole, Laurence, Dany… psychologue, ergothérapeute, aide-soignante, kiné… Belle reprise festive.
JP

26 juillet 2020

Castelnau-Rivière-Basse. L’été aux domaines Brumont

Castelnau-Rivière-Basse. L’été aux domaines Brumont

Alain et Laurence Brumont dans le chai, un univers singulier à découvrir.

Le Château Montus et le Château Bouscassé offrent aux visiteurs des activités et animations d’exception.
Petit-déjeuner gascon dans les Jardins de Bouscassé, tous les lundis et samedis à 9 h 15 et 10 h 15. La naissance d’une icône. Visite des chais majestueux et dégustation, tous les lundis, mardis et vendredis à 10 h 30 et 12 h 30. Les secrets d’un grand vin, visite, dégustation et déjeuner accords mets & vins, tous les mardis, vendredis et samedis à 10 h 30 et 14 h 30. Vélo tout terroir : parcours à vélo en immersion dans nos parcelles mythiques, tous les mercredis à 9 h 30 et 12 h 30 : Randonnée pédestre "Art & Terroir" – Visite itinérante et déjeuner champêtre, tous les jeudis à 11 heures et 14 heures.
Contact 05 62 69 74 67
Janine Noguez

25 juillet 2020

Artagnan. L’ASCA a des projets pour la rentrée

Artagnan. L’ASCA a des projets pour la rentrée

A l’écoute et à la programmation.

Une année s’est écoulée depuis que l’Association Sportive et Culturelle d’Artagnan (ASCA) annonçait en juin 2019 une nouvelle formule de la structure dans le cadre intercommunal des compétences scolaire et extrascolaire pour tout le territoire Adour-Madiran. Amélie, Pierre, Alexia et les membres de l’association s’engageaient dans "un nouveau départ pour se consacrer désormais à la programmation d’animations festives et culturelles au village". La saison 2019-2020 a été brutalement interrompue par la crise sanitaire et a contraint à des annulations en chaîne.
Alors que les étapes du déconfinement se succèdent, Amélie, Pierre et Alexia, les trois coordonnateurs de l’ASCA préparent le prochain programme après avoir tiré un bilan du premier exercice. Du concert en octobre avec deux excellentes formations du collège Aretha Franklin de Marciac dans un répertoire de grands standards revisités à celui de novembre pour les amateurs de Jean-Jacques Goldman invités par Chrystel, bien épaulée par les sons et lumières de Lucien. De la venue des Victambules dans une lecture théâtralisée de Jules Renard avec l’accompagnement des jeunes de l’association à la buvette à la représentation théâtrale "Bon Anniversaire" par la troupe de l’Atelier de Salies-du-Salat et jusqu’à un grand match d’improvisations en janvier avec "l’affrontement" des Improsteurs de Tarbes et une équipe venue tout droit de Dax. Puis, le virus a fait des siennes. Les bonnes idées sont restées figées dans les cartons toutes ces longues semaines mais ne demandent qu’à en sortir pour la nouvelle programmation. Au menu 2020-2021, il y aura, dès octobre si possible, des concerts rock, de la musique traditionnelle, une soirée chorale, une nuit années 1980, des pièces de théâtre, la Ludomania (soirée jeux de société), le printemps des poètes, etc.
* Ne pas hésiter à contacter l’ASCA pour proposer animations, idées, projets… du tournoi de belote au pique-nique géant ! Contact (pierre.melendez@educagri.fr).
J.P.

Bigorre – La CFDT dit non aux 167 suppressions d’emplois chez Daher Socata



Le Syndicat de la Métallurgie et la section syndicale DAHER Tarbes communique.
Suite à la demande du Syndicat de la Métallurgie CFDT des Hautes-Pyrénées, les sections syndicales de DAHER SOCATA ont été reçues le 20 juillet par Mme  SAMOYAULT Secrétaire Générale de la Préfecture accompagnée de M. FERRAT représentant de la DIRECCTE.
La section CFDT était représentée par Yoan ZIANE avec Olivier COMET  Secrétaire du syndicat de la Métallurgie des Hautes-Pyrénées.
Quatre organisations syndicales DAHER étaient présentes  (CFDT, CFE-CGC, CFTC et FO). Un large tour de table a permis d’évoquer la situation et ses conséquences tant pour les salariés de la SOCATA, ses sous-traitants et les intérimaires.
La CFDT a tenu à souligner que le Groupe DAHER est implanté sur plusieurs sites dans l’hexagone et aussi à l’étranger. 
La CFDT a rappelé son opposition aux 167 suppressions d’emplois à la SOCATA  qui vont avoir des conséquences graves suite au PSE présenté par la Direction le 24 juin 2020.
La CFDT DAHER et le Syndicat de la Métallurgie ne peuvent accepter de voir des emplois supprimés dans un Département des Hautes-Pyrénées déjà plus que sinistré.
D’autres mesures sont possibles pour pallier à cette situation, comme le départ de nos anciens dans le cadre des FNE (préretraites) à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, la montée en compétences, la formation, etc…, afin de préserver  les emplois et anticiper la reprise.
La CFDT exige que DAHER qui a une responsabilité sociale et qui va bénéficier des aides de l’Etat revoit sa copie. Cela est possible et le CORONAVIRUS ne doit pas être l’argument pour essayer de justifier l’injustifiable.
La CFDT restera attentive à la situation. Un suivi en préfecture est prévu et la prochaine réunion se tiendra le 14/09/2020.

24 juillet 2020

Hères. Transmission intergénérationnelle

Hères. Transmission intergénérationnelle

Le conseil municipal de Hères a rendu hommage à Joseph Latapie, serviteur modèle et dévoué au service de ses administrés.

L’installation du nouveau conseil municipal de Hères s’est faite dans le calme. Jacques Duffau reste maire et Marie-Christine Labroquère première adjointe. Yves Cazenavette et Francis Dupeyron restent deuxième et troisième adjoints. Dans la continuité, l’équipe s’emploiera à gérer les projets et s’attachera à mener à bien les affaires de la commune. Dans cette période difficile, elle répondra "présente" aux diverses sollicitations de ses administrés afin de les accompagner au mieux. Il semble que le fait le plus marquant de ces élections reste la "der" de Joseph Latapie. 
En effet après des décennies au service de ces administrés, Joseph quitte le conseil municipal de Héres. Il a été conseiller municipal de 1953 à 1971 et maire de 1971 à 2008. Toute une vie au service de ses administrés. "Il a donc bien mérité notre respect et notre reconnaissance. Il pourra désormais se consacrer à sa famille, ses amis, son jardin et nous lui souhaitons d’en profiter encore longtemps. Il ne sera jamais loin de nous et sa belle fille Isabelle Latapie qui le remplace désormais au conseil municipal" met en exergue Marie-Christine Labroquère.
Salut Joseph et bonne route !
Francis Abadie

Le temps de l’apaisement et du travail à la CCAM

Le temps de l’apaisement et du travail à la CCAM

Le président Frédéric Ré s’est exprimé avant d’être renouvelé à son poste de président.


Frédéric Ré, le président de la communauté de communes Adour Madiran (CCAM) s’exprime sur le présent et l’avenir de l’intercommunalité. Aves les élus vicquois espére t il.
La démocratie en val d’Adour a connu quelques soubresauts lors de l’élection de la nouvelle gouvernance qui est désormais en charge, pour un nouveau bail de 6 années, du bon fonctionnement de la communauté des communes Adour Madiran. Trois ans ont été nécessaires à la mise en place de cette nouvelle communauté des communes.
Plusieurs oppositions se sont érigées lors des différents scrutins ce qui a tendu les débats dans l’enceinte de la salle du parc du val d’Adour.
Le président sortant Frédéric Ré s’est dit tout d’abord : "très affecté par cette situation inattendue" avant de poursuivre : "Je ne sais pas faire de la politique politicienne. Je pensais le bureau stabilisé et n’avoir travaillé que pour le bien commun. Qu’il y ait une opposition peut paraître légitime. C’est dans la manière qu’elle s’exprime que cela me dérange". Lors des réunions d’information concernant le PLUI, c’est là que nous avons pris le plus de coups. C’est un exercice en direct avec la population que j’apprécie. Je suis pour le dialogue qui génère plus d’informations. Il reste des problèmes à résoudre, des inquiétudes, des demandes à satisfaire, des soucis. 

Il nous faudra à l’avenir savoir communiquer encore plus envers le public. J’ai la capacité à fédérer, à porter cette intercommunalité. On a besoin de piliers de poids lourds" a-t-il déclaré, incitant les délégués communautaires à apporter leurs suffrages aux différents vice-présidents désireux de renouveler leurs mandats ou à s’inscrire à un poste. Ce qui fut acté à des degrés divers. "Merci de la confiance renouvelée. Cela me force à rendre ce territoire plus dynamique. Le temps électoral est maintenant passé. Je suis apaisé. Le temps du travail est venu. J’invite les élus vicquois à nous rejoindre car ils ne peuvent pas et ne doivent pas s’exclure de l’organigramme de la CCAM. Vic fait partie du bureau communautaire. Sans bourg centre fort, il n’y aura pas de communes fortes". Après cet appel lancé, l’édile a souligné : "Je tiens à remercier toutes les équipes de la CCAM avec une mention particulière à Sandrine Bonnet à qui je renouvelle toute ma confiance".

 
Francis Abadie

Un soldat de Tarbes tué au Mali dans des combats

Un soldat de Tarbes tué au Mali dans des combats

Tojohasina Razafintsalama, 26 ans, a été tué ce jeudi au Mali.

Le soldat du 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes Tojohasina Razafintsalama a trouvé la mort lorsque "son engin blindé a sauté au contact d'un véhicule suicide chargé d'explosifs", a précisé la ministre des Armées Florence Parly dans un communiqué. 
Lors de l'explosion, deux autres soldats constituant l'équipage du véhicule blindé léger, qui était en mission de reconnaissance, ont également été blessés et évacués dans un état grave vers l'hôpital militaire de Gao avant d'être rapatriés dans la soirée, a indiqué l'état-major. L'accrochage s'est déroulé dans la région de Gossi, à 150 km de à l'ouest de Gao. 
Après l'attaque, "l'unité au contact a immédiatement engagé le combat. Dans le même temps, deux hélicoptères Tigre, puis un drone Reaper, ont été déployés afin d'appuyer les éléments au sol", a indiqué l'état-major des armées. 
Après l'attaque, "l'unité au contact a immédiatement engagé le combat. Dans le même temps, deux hélicoptères Tigre, puis un drone Reaper, ont été déployés afin d'appuyer les éléments au sol", a indiqué l'état-major des armées. Le président Emmanuel Macron "s'incline avec un profond respect devant le sacrifice de ce militaire, mort dans l'accomplissement de sa mission au service de la France", a indiqué l'Elysée. "Il salue l'engagement, le courage et la détermination de nos militaires déployés au Sahel et leur renouvelle son entière confiance pour le succès de leur mission".
Déployé au Mali le 14 juillet
Tojohasina Razafintsalama était né le 20 octobre 1994 à Mahazarivo, à Madagascar. Ce célibataire sans enfant s'était engagé avec le 1er régiment de hussards parachutistes de Tarbes en 2018 et avait été déployé au Mali le 14 juillet dernier. 
Son décès porte à 43 le nombre de soldats français morts au combat dans les opérations Serval (2013) et Barkhane (depuis 2014), selon l'état-major. Il intervient après celui, début mai, de deux légionnaires de la force française Barkhane au Sahel, qui compte quelque 5000 soldats. En novembre 2019, la France avait perdu 13 soldats dans un accident entre deux hélicoptères en opération au Mali. 
Ces derniers mois, l'armée française et celles des pays du G5 Sahel ont multiplié les offensives au Sahel, en particulier dans la zone dite des "trois frontières" entre Mali, Niger et Burkina Faso. Elles ont revendiqué la "neutralisation" de plusieurs dizaines de jihadistes au total, dont l'émir d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Abdelmalek Droukdal, en juin. 
"On a un ennemi qui est sur le reculoir, qui est aux abois et qui est affaibli mais on n'est jamais à l'abri. Il est encore capable de porter des coups. Le combat continue", a indiqué le colonel Frédéric Barbry, porte-parole de l'état-major. 
Les dirigeants du G5 Sahel et Emmanuel Macron avaient réaffirmé leur détermination à poursuivre le combat lors d'un sommet à Nouakchott le 30 juin, qui faisait suite à celui organisé à Pau en janvier. 
La rédaction avec AFP