31 août 2020

Praxitèle. L'appollon sauroctone, musée du Louvre



.....

Praxitèle (en grec ancien Πραξιτέλης / Praxitélês), né vers , mort avant , est dès l'Antiquité l'un des plus célèbres sculpteurs grecsVarron écrit ainsi : « Grâce à l'excellence de son talent, Praxitèle n'est inconnu d'aucun homme un tant soit peu cultivé1 ». On place l'œuvre de Praxitèle dans la période du « second classicisme » (vers 370-), auprès d'autres grands sculpteurs grecs comme LéocharèsScopas, et Lysippe, qui reprennent les modèles de la période classique tout en renouvelant la représentation en apportant une réponse aux canons classiques établis par les œuvres de Polyclète, visible notamment dans de nouvelles recherches stylistiques, l'émergence de nouveaux types, et une nouvelle pondération.
Sa vie est très mal connue : si sa période d'activité va de 375 à , on ne sait même pas avec certitude ses dates de naissance et de mort. La tradition en fait le fils du sculpteur Céphisodote et le père de deux autres sculpteurs, Céphisodote le Jeune et Timarque. Les sources antiques évoquent également sa relation avec son modèle, la courtisane Phryné. Celle-ci est censée avoir inspiré l'une des statues les plus connues de l'Antiquité, Aphrodite de Cnide. Ainsi Praxitèle est-il le premier artiste à avoir représenté le nu féminin intégral dans la grande sculpture grecque.
Aucun original ne peut être attribué à sa main de manière certaine, mais de nombreux types statuaires lui sont rattachés et sont parvenus à l'époque moderne par le biais de copies romaines, de figurines en terre cuite ou de monnaies. Parmi les plus célèbres figurent l'Apollon sauroctone, la Diane de Gabies, l'Éros de Centocelle, l'Hermès portant Dionysos enfant, le Satyre au repos, le Satyre verseur ou la Vénus d'Arles. Des découvertes ou redécouvertes récentes, comme le satyre de Mazara del Vallo ou la Tête Despinis, viennent également relancer le débat sur ce que nous croyons connaître de l'art de Praxitèle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis, exprimez vos sentiments, développez vos arguments. N'oublions jamais qu'en démocratie nous n'avons pas d'ennemis, tout au plus des adversaires à respecter...