20 septembre 2021

Vic-en-Bigorre. Rentrées dans les écoles vicquoises



Cliquer ce lien pour faire défiler les images 

Qu’il s’agisse d’élèves d’école primaire, première année de maternelle jusqu’à mat’sup, ou d’école élémentaire de classe de cours préparatoire jusqu’à cours moyens, les écoles vicquoises, Pierre-Guillard, Petit-Bois et Saint-Martin, ont démarré l’année scolaire 2020- 2021 en "présentiel".

/ Photos Josiane Pomès

Qu’il s’agisse d’élèves d’école primaire , 1ère année de maternelle jusqu’à mat’Sup, ou d’école élémentaire de classe de Cours Préparatoire jusqu’à Cours Moyens, les écoles vicquoises, Pierre-Guillard, Petit-Bois et Saint-Martin, ont démarré l’année scolaire 2020/2021 en "présentiel".

JP

(Photo 1 P Guillard 1).

- A Pierre-Guillard, parents et élèves mode réunion.

(Photo 2 P Guillard 2).

- A Pierre-Guillard, mode Appel.

(Photo 3 Petit bois ).

- Un équipage à 3 au Petit-Bois.

(Photo 4 Petit-bois ).

- Classe Petit-Bois avec manquants encore à l’embarquement.

(Photo 5 Petit-Bois ).

- Promotion nombreuse au Petit-Bois!

(Photo 6 Petit-Bois ).

- Encore une promotion en nombre au Petit-Bois !

(Photo 7 St Martin ).

- Les benjamins de la rentrée 21 à Saint-Martin.

(Photo 8 St Martin ).

- Les benjamins de l’école élémentaire Saint-Martin.

Josiane Pomès

Cliquer ici pour faire défiler les images !

Maubourguet. Beau succès pour le forum des associations

 




Véritable lieu d’échanges et d’informations, le forum des associations qui s’est tenu le samedi 11 septembre a rencontré un franc succès. En effet, les bénévoles des associations ont retrouvé le moral après une période de vie associative au ralenti, même si les vérifications du pass sanitaire étaient obligatoires à l’entrée. Pour Jean Nadal, maire de Maubourguet : "C’est une belle réussite avec une bonne présentation". Jean-Louis Lassalle souligne : "Je suis ravi que le SOM reparte de l’avant, on n’oublie pas le culturel, la solidarité, ce forum est très valorisant". Meriem Bouda, présidente des associations ajoute : "C’était très bien, les gens étaient contents et ont déclamé : vivement l’année prochaine !".

"On sent que les gens ont besoin de renouer du lien social après tous ces confinements" nous confie Virginie, une adepte sportive. En effet, cette manifestation a répondu à l’attente de la population privée d’échanges depuis plus d’un an, elle a donné l’occasion de découvrir la richesse du tissu associatif maubourguétois. La journée a permis d’échanger avec l’ensemble des différentes associations, clubs et acteurs du sport local. Bridge, Secours catholique, rugby, football, marche, arts martiaux, tennis, pala, danse…

Les nombreux visiteurs/(ses) ont réussi à renouveler des liens, à s’informer et à découvrir une multitude d’activités riches et variées. Une réussite pour les associations qui ont mis en valeur leur travail, leurs spécificités au travers d’animations et de démonstrations.

Le forum était ouvert aux enfants et aux adultes en leur donnant l’occasion de s’essayer à des pratiques nouvelles. Ils ont ainsi eu le loisir de se renseigner sur les conditions d’accueil des différents clubs de la commune. Il est encore temps de prendre contact avec ces mêmes clubs, qui préparent leur saison sportive.

Patricia Tiers

19 septembre 2021

Vic-en-Bigorre. Histoire vivante avec "Vivre en Equi’Libre"




Une association née de passions partagées dont l’histoire, l’équitation, le spectacle. Constituée en 2017 autour d’une quinzaine de personnes, l’activité essentielle de l’association Loi 1901 "Vivre en Equi’Libre" est de remonter le temps jusqu’au Moyen-Âge, d’y parcourir les itinéraires dessinés en Béarn, Armagnac, Soule… par Charles V, Gaston III, Jean I, Auger III ou Charles I, autant de personnages dont les aventures sont autant de pages de l’Histoire de France. Des pages d’histoire que l’association fait vivre à travers des représentations spectaculaires, et non pas par des tableaux renconstitués d’événements du passé ; dimensions culturelles et artistiques, sportives. 

Si ces cavaliers comédiens dans des exercices de chevalerie – par exemple joutes à cheval, tir à l’arc, aussi des jongleurs de feu- se produisent lors de fêtes, la part du travail de recherches historiques, de mise en scène des spectacles, de réalisation des costumes, et de travail avec les chevaux, prend plusieurs mois. "Avant de monter à cheval et galoper en lices de spectacles, nous nous consacrons à différentes étapes de création". Le contexte sanitaire en cours a bien entendu eu son impact sur l’association "Vivre en Equi’libre" qui a majoritairement assuré son fonctionnement par ses propres moyens. Avec la reprise, la décision a été prise de faire appel à la générosité de partenaires financiers pour soutenir en particulier l’investissement (costumes, matériels) nécessaire ; la participation au Forum des associations de Vic en début de mois a déjà permis d’élargir l’audience.

Au bureau : Président, Frédéric Santamaria ; secrétaire, Leticia Hage ; trésorière, Isabelle Soullard. Plus d’informations et contact. Page Facebook (Vivre en Equi’Libre). Mail (vivreenequi.libre65@gmail.com)

Josiane Pomès

Saint-Sever-de-Rustan. Le dessin pour expression artistique

 




Jusqu’au 1er novembre, nouvelle exposition au bistrot de l’Arros à Saint-Sever-de-Rustan avec l’artiste Virginie Gobert Rizzetto. "Enseignante en arts plastiques au collège Jean Macé à Perpignan, Virginie est restée très attachée à Saint-Sever, son patrimoine, son histoire mais aussi à la maison familiale de sa grand-mère.

Elle a une pratique quotidienne du dessin dont elle tire cette nouvelle exposition.

Elle présente ici un ensemble de réalisations issues de ses carnets de dessin avec trois thématiques qui se répondent : oiseaux, plantes et architecture. Traité à l’aquarelle, à la mine de plomb et à l’encre de chine, son travail est précis et délicat" note Colette Curdi, présidente de l’Association Saint-Sever en Couleurs.

"Dans la famille on aime tout ce qui touche à l’art plastique. Je le pratique différemment, de manière très graphique par le dessin selon l’inspiration du moment. L’architecture ressort de mon travail en ce moment. Celle d’Auch, harmonieuse en couleur a une âme.

Auscitaine, elle me renvoie à mon enfance et à ma jeunesse. Je voulais exposer à Saint-Sever où les lumières et les couleurs sont différentes" confie l’artiste.

Une visite qui peut s’inclure lors des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre ou en alliant les saveurs gastronomiques du bistrot de pays.

Francis Abadie

Tarbes. Rixe mortelle à l'American Saloon

..


 

18 septembre 2021

Vic-en-Bigorre. Portes ouvertes aux pépinières Lacrouts





 




Serait-ce l’effet d’un "présentiel" revenu petit à petit au temps d’avant, septembre déroule des manifestations et événements traditionnels (des rentrées scolaires aux Journées du Patrimoine nationales en passant par l’agenda local, du Forum des associations au Salon Au Tour du Livre), auxquels s’ajoutent des programmations ajournées (ainsi Les Tablées de Vic) ?

Aux riches propositions de ces samedi 18 et dimanche 19 septembre en territoire du val d’Adour, Bernard Lacrouts, ajoute des Portes ouvertes d’automne à la pépinière de Sanous. Côté "vert", la spécificité plantes vivaces avec la gamme "plantes vivaces couvre-sols qu’il est intéressant de planter en tout début d’automne pour qu’elles puissent s’installer dans une terre encore chaude. Sous des arbres et arbustes, au pied de rosiers, sur des surfaces peu accessibles et en respectant certaines conditions, ces couvre-sols verdissent, fleurissent et, parfois, parfument des surfaces d’entretien difficile. Un repérage sur le site dédié (www.unjardindevivaces.fr) avant la visite de 9 h à 18 h les deux jours (2ter route des Pyrénées à l’entrée du village de Sanous, Tél.05.62.31.62.12), laissera le temps de découvrir le vide-grenier (vieux linge) et vide-grange (vieux outils) proposés à l’occasion. Comme d’habitude Bernard Lacrouts a composé une affiche avec des illustrations du patrimoine (pour cette édition 2021, un dessin de Charles Huard, peintre, graveur et illustrateur français, 1874-1965, qui avait illustré une édition de "Bouvard et Pécuchet de Flaubert").

Josiane Pomès

St-Lézer. Journées du patrimoine




"Qui a dit que Saint-Lézer n’avait pas de patrimoine ?". L’édition 2021 des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins au mois de juin avait témoigné d’une volonté partagée par la municipalité et des bénévoles associatifs de redonner vie au moulin. Étape inscrite dans un intérêt en filigrane concrétisé depuis des décennies sur le site du Castelbielh : de recherches archéologiques menées avec le concours d’universitaires, d’étudiants sous la direction de Christian Darles épaulés par l’association "Bigorra", en publications et expositions, une histoire multimillénaire qui n’a pas révélé toutes ses pages. Pour cette édition des Journées du patrimoine des samedi 18 et dimanche 19 septembre, de 10 h à 12 h, et de 14 h à 17 h, invitation à feuilleter patrimoine et histoire sur quatre lieux ou sites.

* Salle des fêtes : exposition d’une sélection de panneaux didactiques sur les fouilles conduites.* Site archéologique : parcours libre sur le sentier balisé.* Prieuré : lecture d’une hagiographie sur Sicerius, saint évêque pyrénéen.*Moulin : accueil et visite.
Josiane Pomès


 

Maubourguet. Vendanges : une forte baisse de la récolte attendue

 




Dans les vignobles du Sud-Ouest, les premières vendanges sont attendues pour la semaine prochaine. Comme c’est le cas depuis le début du mois d’août, les conditions climatiques sont pour l’instant favorables grâce à l’alternance de journées chaudes et ensoleillées et de nuits fraîches. Elles ne sauraient toutefois contrebalancer les difficultés du printemps, notamment le gros coup de gel du mois d’avril dont les effets se font encore ressentir.

Des volumes sous la moyenne

C’est la conséquence directe de l’importante gelée d’avril, la vendange 2021 sera l’une des plus faibles des dernières années. Selon les estimations, la baisse devrait s’élever à environ 10 % pour les vignobles en AOP (appellation d’origine protégée) et se situer dans une fourchette entre 25 et 35 % pour les vignobles en IGP (Indication géographique protégée). Localement, le repli pourrait même être plus sévère encore avec des récoltes parfois diminuées de moitié. "À des degrés divers, tous les vignobles sont impactés. Néanmoins, les volumes globaux apparaissent suffisants pour conserver nos marchés et attendre 2022 en escomptant un retour à la normale", précise Christophe Bou, président de l’IVSO (Interprofession des vins du Sud-Ouest).

Un "millésime de vigneron"

Les mois qui ont suivi l’épisode de gel, spécialement pluvieux, auront suscité sur certains secteurs l’apparition de maladies (mildiou, oïdium, black rot) ainsi que de ravageurs comme la cicadelle ou le ver de la grappe, contraignant les vignerons à passer beaucoup de temps dans les vignes pour surveiller et contenir le risque parasitaire. À l’arrivée, on peut donc parler de "millésime de vigneron" selon l’expression consacrée pour désigner une année pendant laquelle les vignerons ont dû redoubler d’efforts. Avec une météo redevenue clémente, le sourire revient. Le joli mois d’août, combiné à l’absence de stress hydrique, a permis de soulager les vignerons. Pour Pascal Savoret, président du Syndicat des vins : de notre côté, on anticipe une baisse de 10 à 15 % des volumes mais les raisins sont sains et la production a du potentiel".

Janine Noguez

.....


 

17 septembre 2021

« Échappées historiques » N° 4.

 4 - Le Théâtre de Joseph Fitte 

 

Dans sa séance du 27 septembre 1996, le Conseil municipal de Vic-en-Bigorre décide de faire l’achat d’un tableau appartenant à l’antiquaire vicquois M. Delaporte. Il souhaite connaître l’histoire de ce dessin représentant le projet d’un théâtre, commandé par Joseph Fitte, maire de Vic-en-Bigorre, à M. Burret, architecte parisien et dessiné par M. Vavasseur, aquarelliste.

Ce projet de théâtre fut ajourné en 1884. Son style architectural pouvait être classé entre l’Art Nouveau, du début du XXe siècle, né de la nouvelle civilisation industrielle et bourgeoise et la Révolution moderniste de la décennie 1920-1930. Métallique, en acier, fer et fonte, pour les supports et les voûtes, la structure proposée tend à éliminer les risques d’incendie et dégage de grandes portées, sans encombrer la rue. Elle habille de pierre et de brique l’escalier monumental, la balustrade, le balcon, les colonnes, l’architrave et la corniche. L’architecte parisien, auteur du projet, n’a pas voulu adhérer complètement à cette nouvelle tendance (apogée en 1912-1914) qui tend à supprimer la décoration mais marie harmonieusement la forme sphérique - dont c’est le retour en force - avec la forme carrée. La symbolique de ces deux formes géométriques est forte. Représentation de l’unité, essence infinie, régularité et justice de Dieu, pour la sphère que l’on associe au globe terrestre et ordre fondamental du cosmos, pour le carré. Pour Etienne-Louis Boullée, maître d’œuvre et membre de l’Académie, qui se place résolument dans la tradition d’Andréa Palladio, architecte de la Renaissance : « Parmi les corps réguliers, c’est la sphère qui possède la plus grande valeur ».  Ainsi, l’on peut observer sur le dessin, l’adéquation du fronton du théâtre avec les façades des habitations du boulevard d’Alsace et surtout avec la Halle aux grains de type Baltard, érigée en 1862. 

Ce théâtre deviendrait un lieu consacré à la culture sous toutes ses formes : réunions, représentations de pièces de théâtre, conférences, bibliothèque, salle de concert, lieu de fêtes. Même la décoration florale intérieure y serait rehaussée par la luminosité intense que laisse passer son dôme de verre. Pourquoi un théâtre à Vic-en-Bigorre ? Pour au moins trois raisons :

1 - Par nécessité : Trois ensembles se partagent la vie musicale de la commune et n’ont pas de lieu particulier pour donner leurs concerts. Les « Bardes de Bigorre », c’est l’orphéon de grande réputation récompensé par l’impératrice Eugénie de Montijo, à Biarritz, en 1910. La « Lyre vicquoise » est une chorale accompagnée de sa fanfare et « L’Indépendante », une fanfare qui se perpétuera jusqu’à nos jours.

2 - Pour l’expansion de la Ville : Vic-en-Bigorre est une plaque tournante géographique entre Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques), Landes et Gers. Ont été déjà réalisés : une usine électrique, la restauration de l’abattoir et des bains douches publics, l’agrandissement de l’hôpital-hospice, la restauration de la mairie, en 1913, l’agrandissement et l’aménagement des établissements scolaires, l’agrandissement de la rue de Tarbes. C’est une expansion commerciale et touristique dont Vic-en-Bigorre a besoin, notamment vers Pau. Le projet du chemin de fer : Vic-en-Bigorre-Pau fut saboté par Louis Barthou, ministre du cabinet Méline, en 1896, qui voyait une concurrence dangereuse pour la ligne : Pau-Oloron et le projet de tramway : Vic-en-Bigorre-Pau, en 1910, ne fut pas réalisé pour une raison budgétaire, chaque commune traversée devant assurer le sixième de la dépense, soit 1104 F, pendant 60 ans, pour Vic-en-Bigorre. Le trajet proposé partait de Vic-en-Bigorre, traversait Sanous, Montaner, Ponson-Dessus, Luquet, Gardères, Soumoulou et rejoignait Pau. L’afflux de touristes anglais (*), présents dans la capitale du Béarn, qui prolongeaient leur séjour agréablement en venant visiter la ville principale du nord de la Bigorre, n’était pas étranger à ce projet de lignes ferroviaires.

3 - Pour le prestige de Joseph Fitte : À la mairie, il fut l’élu des vicquois pendant 35 années, soit la durée de six mandats électoraux (1880-1915), 37 années au Conseil Général du département des Hautes-Pyrénées (1878-1915) et 13 années comme député de la 2e circonscription des Hautes-Pyrénées (1902-1915). Il fut mis en ballottage par Louis Barthou, en 1898. Mais un grand banquet de « réconciliation » fut organisé au « Moulin du bois » (route de Morlaàs) en bordure de L’Uzerte, en 1902.
 
(*) Le tourisme anglais dans la capitale béarnaise prit son essor après le passage des troupes alliées du Field Marshal Wellington poursuivant le Maréchal Jean de Dieu Soult, au mois de mars 1814. L’accueil de la population paloise fut exhubérant en faveur des ennemis de l’Empereur.
                                                                                                                                                     Claude Larronde

Vic-en-Bigorre. "Controverses de Marciac" au salon "Au Tour du Livre"

 




Pour la deuxième année consécutive, dans le cadre de la tenue du salon littéraire organisé par l’association "Au Tour du Livre" que préside Magali Charron, le groupe local "AgriCultures et société" dont Jean-Luc Bongiovanni est un des animateurs voire promoteur s’inscrit dans une démarche citoyenne à l’échelle planétaire. En effet, des agriculteurs éleveurs producteurs rejoints par des citoyens d’horizons professionnels divers (enseignement agricole, service hospitalier, associations sportives, culturelles, sociales…) ont choisi de débattre de problématiques environnementales et économiques, de réfléchir aux voies concrètes possibles. Pas d’incantations, mais bien de l’action ! Crise climatique et prise de conscience partagée relayée d’abord par une conférence programmée ce samedi 18 septembre, à 16 heures, au centre multimédia de Vic, salle de cinéma ; une présentation des partenaires et des intervenants a eu lieu à la librairie La Litote où Nathalie Curriel a accueilli des participants du groupe "Agricultures et société" réels militants d’une cause réellement planétaire. Jean-Luc Bongiovani et Christian Manauthon, entourés de Nathalie Laméré, Alain et Fabienne Milhas, ont donné le programme, précisant quelques points de la conférence, du dialogue même entre le public et les intervenants en présentiel ou virtuel compte tenu de la situation sanitaire. À ce rang Natacha Gondran, enseignante-chercheuse à l’école des mines de Saint-Etienne, Benoît Daviron, économiste au Centre de coopération internationale en recherche agronomique (Cirad), Daniel Nahon, docteur en géologie spécialiste des sols, aussi Christian Couturier, directeur général de Solagro (organisme associatif d’ingénierie, conseil et formation en agroécologie), avec aa participation du parrain du salon, Claude Miqueu, à l’expertise affirmée (notamment président de la commission réglementation du Comité national de l’eau).

Réalité scientifique

Jean-Luc Bongiovani ne manquera pas de préciser que la "réalité scientifique serait abordable, les propos exigeants mais tout autant accessibles", soulignant du concept des limites planétaires déjà formulé dans l’Antiquité qu’il avait fallu attendre 2009 pour qu’"une équipe de chercheurs identifie neuf processus biophysiques représentatifs du bon fonctionnement de la planète et fixe, pour chacun d’eux, une limite à ne pas franchir, sous peine de dommages irrémédiables. Du cycle de l’azote à la gestion de l’eau douce, en passant par la réduction de la biodiversité, si l’agriculture joue un rôle dans le maintien ou le dépassement de ces limites, elle en est également dépendante pour sa survie, entre productivité des sols, menaces climatiques et risques biologiques."

Réflexions, interrogations, remises en questions, choix… ? Des pistes samedi ! Entrée libre, gratuite, parole libre sous… le masque.

JOSIANE POMES

Larreule : Frédéric Ré, président de la CCAM, a fait sa rentrée

 




Durant les vacances scolaires, les services techniques de l’intercommunalité ont entrepris de nombreux travaux de rénovation (peintures, huisseries, dotation en mobilier) et les agents des écoles étaient à pied d’œuvre plusieurs jours avant la rentrée pour offrir les meilleures conditions d’accueil aux enfants et aux équipes éducatives. Les élus de l’intercommunalité remercient les agents pour leur implication. Frédéric Ré était donc présent à Larreule.

En cette rentrée 2021, les élèves et les équipes encadrantes appliqueront un protocole de niveau 2 (sur 4) : "les locaux sont aménagés pour espacer les élèves, la stabilité des groupes est recherchée (éviter le brassage des niveaux) et le port du masque est nécessaire à l’intérieur des locaux. Dans les classes de primaire, la constatation d’un cas covid entraînera la fermeture de la classe entière, à la différence des classes de collèges et lycées" précise Frédéric Ré. Il évoquera aussi le problème des effectifs rencontré un peu partout.

À Larreule comme l’indique Maurice Dussolier, maire, c’est la réfection des classes (deux salles) qui est primordiale avec isolation chauffage. Pour Romain Cazes chargé d’école, il est ravi d’être dans le village avec une classe à 4 niveaux Ce1, Ce2, Cm1, Cm2 et 16 élèves. Une classe composée d’une majorité de filles puisqu’elles sont 11. Après les remerciements et encouragements de rentrée, Frédéric Ré se dirigeait vers Sombrun.

Janine Noguez

....

 


16 septembre 2021

Vic-en-Bigorre. L’enseignement agricole présenté au préfet Furcy

 




La visite des deux établissements publics d’enseignement et de formation professionnelles agricoles (EPLEFPA) du département, le lycée horticole Adriana à Tarbes et le lycée agricole Jean-Monnet à Vic, dans un département dont le tourisme est la ressource économique majeure, étaient inscrits à l’agenda de Rodrigue Furcy, préfet des Hautes-Pyrénées. Au-delà des "tournées" traditionnelles de rentrée scolaire des représentants des services de l’Etat sur le terrain, un coup de projecteur sur l’établissement vicquois dont le centenaire devrait être fêté en 2022. Dire que le directeur Franck Bocher, entouré de l’équipe de direction du site vicquois ainsi que d’une délégation d’élèves et étudiants de différentes classes et filières avait été rejoint par les représentants des instances agricoles dont Christian Fourcade, vice-président de la chambre d’agriculture (président du conseil d’administration de l’établissement vicquois), d’élus de la République dont Jean-Louis Cazaubon, vice-président du conseil régional d’Occitanie auprès de Carole Delga, ainsi que Clément Menet, maire de vic.

Au programme de la délégation, un parcours de découverte des installations du "Campus agri-environnement/Nature & Forêt ": sur l’exploitation elle-même (Domaine des Acacias), étables et salles (pouponnière, traite…) avec en filigrane l’objectif d’un "conservatoire" de races pyrénéennes, la création d’une petite unité de transformation laitière à la ferme ; un point sans concession sur l’unité de méthanisation, son fonctionnement, son devenir.

étude des abeilles

Puis, arrêt au laboratoire où les élèves étaient en train d’étudier des abeilles au microscope (l’établissement dispose d’un rucher). Les échanges de Rodrigue Furcy avec les jeunes en formation, se présentant individuellement, indiquant d’où ils venaient (issus d’une large zone de recrutement, Occitanie, Aquitaine), jusqu’à leurs projets professionnels (agricoles, forestiers, environnement…), ont donné la mesure de l’attractivité de l’enseignement agricole. Le lycée Jean-Monnet ? Des réponses aux questionnements d’aujourd’hui de quelques 300 élèves, étudiants, apprentis.

Josiane Pomès

Rabastens-de-Bigorre. Recettes croisées

 




Qu’apprend-on pendant 2 ans au contact d’un meilleur ouvrier de France ? : "La rigueur !". La réponse est de Loris Minvielle. Installée depuis le 3 juin 2020, la boulangerie-pâtisserie de la place centrale compte aujourd’hui 7 collaborateurs. Que recherchez-vous dans la vingtaine de compositions et nouveautés qu’il y a en vitrine ? À cette interrogation, le chef répond : "C’est l’évolution dans ma recherche, la traduction de mes goûts personnels par l’alliance des produits saisonniers que j’aime à faire partager à notre fidèle clientèle. Pour Fest’in Terroir je proposerai une1/2 sphère de chocolat noir caraïbe de la maison Valrhona à Tain l’Hermitage associé à de la framboise de Vic-Bigorre. 

L’effluve chocolatée, on peut la retrouver aussi dans le Madiran. Pascal Savoret du Clos Fardet explique : "Lors de sa fermentation, le vin exhale aussi parfois des arômes de chocolat. L’amertume de cet aliment amène un peu de rondeur. Nous associerons les deux en dégustation à Rabastens comme nous l’avions fait à l’abbaye de l’Escaladieu pour mettre en valeur le territoire des Hautes-Pyrénées et la gastronomie locale. 20 % de la production viticole provient du Madiran. À chacun de se réapproprier l’appellation".

Francis Abadie

SAMEDI DE 10:00 À 18:00 Salon du livre Gratuit · Vic-En-Bigorre

Évènement de Au Tour du Livre
Durée : 8 h
Public Tout le monde (avec ou sans compte Facebook)
Le salon du livre aura lieu à l’hôtel de Journet oú auteurs et éditeurs échangeront et dédicaceront

 

.....


 

Carte interactive de la progression de l'épidémie de COV-19 en France et dans la monde


Mondial



*****



.....



15 septembre 2021

Vic-en-Bigorre. Prix "Francis Jammes" au salon "Au Tour du Livre"

 




Quel auteur distingué et quel ouvrage primé ce samedi 18 septembre à 11 h 30, en l’hôtel de Journet à l’occasion de la 3e édition du salon "Au Tour du Livre" organisé par l’association éponyme que préside Magali Charron ? Parmi la sélection des sept ouvrages retenus sur la liste des quatorze présentés, quel choix des neuf jurés ? Les ouvrages avaient fait l’objet d’une présentation publique préalable à la médiathèque intercommunale Adour-Madiran de Vic par Emmanuelle Michard accompagnée de la présidente et de la secrétaire de l’association, Magali Charron et Annick Theis, ainsi que Nathalie Curriel de la librairie "La Litote", partenaire du salon depuis sa création.

Partager le plaisir de lire

Un salon dont la première ambition est de partager le plaisir de la lecture en favorisant la rencontre entre auteurs et lecteurs, éditeurs et selon le mot de la présidente "tous les acteurs de la chaîne du livre" ; avec l’attribution du "Prix Francis Jammes", nom inscrit dans la mémoire pyrénéenne, nom de l’écrivain, poète, romancier, dramaturge qui vécut en grande partie entre Béarn et Pays basque (la Maison Chrestia à Orthez où il vécut, est demeure labellisée par le ministère de la Culture et de la Communication "Maisons des Illustres").

Un salon parrainé par Claude Miqueu, ouvert à la réflexion citoyenne sociétale, à la fois ancré dans la proximité d’un territoire semi-rural et dont ses habitants partagent des problématiques de l’échelle planétaire. Aussi, les associatifs d’"Au Tour du Livre" proposent-ils un programme d’animations et de conférences. Le vendredi 17 septembre, à 20 h 30, salle de cinéma au centre Multimédia, une conférence "L’humain dans toutes ses dimensions" avec Sandra Forgues, ancien médaillé d’or olympique, auteur d’"Un jour peut-être". Le samedi 18 septembre, à 16 heures, salle de cinéma, une conférence coorganisée par la Mission Agrobiosciences-INRAE et le collectif "Agricultures et société", sur le thème "Limites planétaires : une agriculture sur mesure ?". Clôture le dimanche 19, à 15 heures, salle Camptet à l‘hôtel de Journet, la compagnie "Les VICtambules" invite à une lecture musicale "Sur les pas de Jules Renard" et "Lettres éclairées". Du vendredi 17 au dimanche 19 septembre, un événement culturel dont le programme va au-delà de la proposition d’un salon littéraire pour s’ouvrir à un large public intergénérationnel dans un programme à découvrir sur (www.facebook.com/Au-Tour-du-Livre-).

Josiane Pomès

Larreule. Frédéric Ré, président de la CCAM, a fait sa rentrée

 




Durant les vacances scolaires, les services techniques de l’intercommunalité ont entrepris de nombreux travaux de rénovation (peintures, huisseries, dotation en mobilier) et les agents des écoles étaient à pied d’œuvre plusieurs jours avant la rentrée pour offrir les meilleures conditions d’accueil aux enfants et aux équipes éducatives. Les élus de l’intercommunalité remercient les agents pour leur implication. Frédéric Ré était donc présent à Larreule.

En cette rentrée 2021, les élèves et les équipes encadrantes appliqueront un protocole de niveau 2 (sur 4) : "les locaux sont aménagés pour espacer les élèves, la stabilité des groupes est recherchée (éviter le brassage des niveaux) et le port du masque est nécessaire à l’intérieur des locaux. Dans les classes de primaire, la constatation d’un cas covid entraînera la fermeture de la classe entière, à la différence des classes de collèges et lycées" précise Frédéric Ré. Il évoquera aussi le problème des effectifs rencontré un peu partout.

À Larreule comme l’indique Maurice Dussolier, maire, c’est la réfection des classes (deux salles) qui est primordiale avec isolation chauffage. Pour Romain Cazes chargé d’école, il est ravi d’être dans le village avec une classe à 4 niveaux Ce1, Ce2, Cm1, Cm2 et 16 élèves. Une classe composée d’une majorité de filles puisqu’elles sont 11. Après les remerciements et encouragements de rentrée, Frédéric Ré se dirigeait vers Sombrun.

Janine Noguez

Les journées du patrimoine, c’est le week-end prochain !

 




Les journées du patrimoine auront lieu les 18 et 19 septembre 2021. Voici le programme en val d’Adour :

Andrest : visite libre de l’église Saint-Barthélémy, le samedi de 10 h à 18 h et visite libre ou accompagnée le dimanche de 10 h à 18 h.

Artagnan : Visite libre de l’église Saint-Nazaire de 9 h à 18 h le dimanche.

Auriébat : visite libre de l’église de la Nativité de 9 h à 18 h tout le week-end.

Castelnau-Rivière-Basse : visite accompagnée de l’église de Mazères sur demande.

Camalès : découverte du village, de son église et de son moulin, avec les outils d’Antan, de 9 h 30 à 18 h 30 tout le week-end.

Caixon : visite libre de l’église Sainte-Marie de 9 h à 19 h tout le week-end.

Labatut-Rivière : visite libre de l’église et de la chapelle tout le week-end de 9 h à 19 h.

Ladevèze-Rivière : visite libre de l’église Saint-Laurent de Theus de 9 h à 18 h 30 tout le week-end ; visite libre de l’église Saint-André de Bagues de 9 h à 19 h tout le week-end.

Larreule : visite libre de l’église Saint-Orens de 14 h 30 à 18 h tout le week-end.

Madiran : Château de Perron et moulin Montus, visite guidée des communs du château, de la chapelle et du moulin suivi d’une dégustation. Samedi de 11 h à 12 h 30 ; de 14 h à 18 h 30 et dimanche de 14 h à 18 h. 5 €

Visite libre de l’église Sainte-Marie de 10 h à 18 h tout le week-end.

Maubourguet : Visite libre de l’église ND de 10 h à 18 h tout le week-end.

Saint-Sever de Rustan : abbaye, visites guidées samedi et dimanche à 14 h 15, 15 h 15 et 16 h 30. Marché des Métiers d’Art le dimanche de 10 h à 19 h.

Sarriac-Bigorre : visite guidée de l’église Notre-Dame de l’Assomption : samedi de 14 h à 17 h et dimanche de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Visite guidée du parcours de découverte du village : samedi de 14 h à 17 h et dimanche de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h.

Rabastens-de-Bigorre : visite libre de l’église Saint-Louis de 8 h à 18 h tout le week-end.

Tostat : visite libre ou guidée de l’église Saint-Martin de 14 h à 18 h tout le week-end.

Vic-en-Bigorre : visite libre de l’église Saint-Martin tout le week-end de 10 h à 19 h.

Visite libre de la ville avec l’audioguide Izi. travelo.

Francis Abadie

Santé 65

14 septembre 2021

Vic-en-Bigorre. Dimensions vicquoises préfectorales

 



N’a-t-on qualifié parfois Vic de "capitale du val d’Adour" tant le chef-lieu de canton, aussi siège originel d’une des premières communautés de communes des Hautes-Pyrénées, avait de rayonnement et d’attractivité sinon d’influence ! Jamais comme en ce mois de septembre 2021, une autre dimension n’était apparue aussi marquée, celle d’une commune qui aurait pu s’aligner au rang des sous-préfectures (de plaine du nord du département) avec celles du piémont pyrénéen Argelès-Gazost et Bagnères. En effet, la cité vicquoise n’a-t-elle été étape préfectorale trois fois en dix jours ? 

Ainsi le préfet, Rodrigue Furcy, est-il venu lors de la campagne de vaccination des 12-17 ans organisée au centre multimédia, au demeurant centre de vaccination mis en place par la communauté de communes Adour-Madiran, CCAM que préside Frédéric Ré depuis le début de l’année, en présence de l’inspecteur d’académie Thierry Aumage, des chefs d’établissements publics Pierre Mendès-France et Jean-Monnet ; ainsi lors de la rentrée scolaire, le représentant de l’Etat est-il venu prendre la mesure de l’enseignement agricole dans le département lors d’un parcours dédié avec étape dans l’établissement public Jean-Monnet que dirige Franck Bocher suivi de l’étape à Adriana à Tarbes ; ainsi dans un registre certes festif mais pas seulement, Rodrigue Furcy est-il venu à l’ouverture de la 6e édition des "Tablées de Vic", festival populaire de gastronomie aux côtés du maire Clément Menet et du chef étoilé Bruno Verjus parrain de cette édition ?

En un mot, "focus" sur Vic.

Josiane Pomès

Vic-en-Bigorre. Annonces associatives

* ATELIER DE PEINTURE EN VAL D’ADOUR, LA REPRISE.

Nouvelle année picturale pour l’association de l’Atelier de peinture en Val d’Adour qui depuis 1998 rassemble des amateurs artistes toujours, débutants ou confirmés, novices ou amateurs éclairés ; activité à la Maison des associations, rue Barère de Vieuzac à Vic, la salle d’Arts plastiques autour de chevalets, tables… mis à disposition par l’association (autres outils personnels pour les adultes, matériel fourni aux enfants). Rentrée en deux étapes : les adultes le lundi 13 septembre à 17 h ; les enfants de 9 à 15 ans le vendredi 17 septembre à 17 h. Cotisations pour les adultes, 65 € par trimestre pour 2 cours par semaine ou 40 € par trimestre pour 1 cours hebdomadaire ; cotisations enfants 45 € par trimestre. Horaires de la saison pour les adultes le lundi de 17 à 19 h ainsi que le vendredi de 14 à 16 h, pour les enfants le vendredi de 17 h 30 à 19 h. Prescriptions sanitaires en cours : pass obligatoire pour les adultes, masque pour les enfants et adultes. Contacts : Patrick Visse au 05.62.96.80.60 ou 06.43.86.51.99.

* VIC-MONTANER GERONTOLOGIE. Assemblée générale.

L’association VMG réunit son assemblée générale statutaire annuelle le jeudi 23 septembre 2021, à 20 h 30, à la salle Campet-Larmitou, Résidence La Clairière, rue Pierre Trouillé.

À l’ordre du jour : pour l’exercice 2020, rapport moral ; rapport d’activité ; rapport financier. Projets 2021 ; montant des cotisations 2021 ; appel à candidatures. renouvellement du tiers sortant et du conseil d’administration. Plus d’infos, page informatique (Facebook : CLIC VMG). Tél 05.62.31.83.39.

*ANCIENS COMBATTANTS & SOUVENIR FRANçAIS.

La section des Anciens combattants du canton de Vic que préside Jean Moïse, et le Souvenir Français que préside le lieutenant-colonel Louis Maslies tiendront leur assemblée générale le dimanche 26 septembre 2021 à partir de 10 heures en l’Hôtel de ville de Vic.

Correspondant

Lascazères. Un boulanger attendu

 





Situé dans un village dynamique des Hautes-Pyrénées, le restaurant "la Palombe gourmande" possède sa propre boulangerie-pâtisserie.

Jean Carbonne, le gérant accompagné de Clément Billeret, le chef cuisinier et ancien boulanger-pâtissier, ainsi que toute l’équipe, sont à la recherche d’un boulanger-pâtissier.

En effet, sans boulanger, pas de baguette croustillante, ni de pain de campagne traditionnel ou spécial, sans parler des fameuses viennoiseries et autres pâtisseries qui ont fait leur entrée à la carte des produits à emporter de la Palombe.

Que vous soyez un homme ou une femme, si vous souhaitez rejoindre une équipe dynamique, pourquoi ne pas postuler à cette offre ?

Un travail en autonomie, pour une boulangerie à faible volume avec un travail artisanal, division, pesage et façonnage à la main.

Travail du matin de 2 heures à 9 heures. Vous aurez droit à deux jours de repos consécutifs avec possibilité d’être logé sur place.

Le Cap de boulanger est requis pour postuler et une expérience de 1 an est souhaitée (salarié ou apprentissage). Le salaire sera au smic suivant expérience, avec une possibilité d’évolution et de formation au sein de l’entreprise. Poste à pourvoir en CDI.

Alors tentez l’expérience, pour postuler il suffit de faire parvenir un mail à l’adresse suivante : rh@jeancarbonne.com

Passion, partage et excellence, sont les valeurs que vous partagerez avec une ambiance de travail agréable, un matériel neuf et une équipe jeune et dynamique.

La Palombe Gourmande 11 bis, Route des Pyrénées à Lascazères (65 700)

Patricia Tiers