31 janvier 2021

Vic-en-Bigorre. "Au Tour du Livre" en exercice associatif


 


Certes un exercice de démocratie associative statutaire soumis aux effets de la situation sanitaire, mais pour autant l’assemblée générale de l’association "Au Tour du Livre" que préside Magali Charron s’est tenue. Dans le respect des contraintes horaires, donc à un horaire avancé pour clôturer avant 18 h, en appliquant les gestes barrières (distanciation physique et masques), la réunion s’est déroulée salle de CinéVic au centre multimédia mise à disposition par la communauté de communes Adour-Madiran (CCAM). Une année d’exercice, 2020, qui entre deux confinements, a permis l’organisation du Salon du Livre le 19 septembre, manifestation réunissant dans l’espace de l’Octav une cinquantaine d’auteurs, éditeurs, illustrateurs, et au cours de laquelle est décerné le Prix Francis Jammes. Après avoir adressé des remerciements aux partenaires (collectivités territoriales et commerçants), à la médiathèque CCAM et la médiathèque départementale des Hautes-Pyrénées, la présidente affichera une satisfaction sanitaire : aucun "cluster" signalé alors que quelque 300 visiteurs ont fréquenté les stands au cours de la journée et quelque 85 convives l’espace restauration.

* Lecture et proximité. Au volet culturel, Magali Charron, Annick Theis, Marie-Clémence Duguet rendront compte et évalueront d’après des fiches retour, le programme du salon : les conférences dont celle avec des sommités du milieu de l’agriculture (chercheurs, député européen), ou celle sur l’érudit Simin Palay ; aussi des horaires, de l’ouverture à un jeune public. La continuité du partenariat avec le groupe de réflexion citoyenne autour de l’agriculture, la pérennisation du Prix Francis Jammes et sa dotation, la reprise des dîners littéraires (suspendus dans le contexte sanitaire), feront l’objet d’échanges avant l’exercice de renouvellement du bureau et du jury de lecture.

J.P

Rencontre avec Mohamed Moussaoui, conseiller municipal de l'opposition à Maubourguet


 


Dans le cadre de notre rubrique "Rencontre avec…" nous vous présentons aujourd’hui Mohamed Moussaoui. Ce Maubourguetois, âgé de 55 ans, exerce son activité professionnelle dans la sécurité.

Il s’est présenté sur la liste de l’opposition "Agir avec vous pour Maubourguet". C’est son premier mandat et il précise : "lorsque je m’engage, je fais tout pour honorer mon implication, celle-ci reste en permanence dans mon esprit".

Sa priorité pour la commune, c’est le développement du sport, la sécurité, enfin tous les domaines dans lesquels ses connaissances peuvent être exploitées. Il s’investit à travers les réunions et fait partie des commissions suivantes : fêtes-animations, sport-jeunesse, relation avec les associations et sécurité. Ses connaissances professionnelles et la pratique du sport, lui permettront d’apporter aide et expérience, dans les domaines du bien-être et de la sécurité. Il ajoute : "J’attends de ce mandat que nous soyons en osmose avec l’équipe actuelle et qu’il y ait une complémentarité". Sportif de haut niveau, c’est un adepte des sports de combat, champion du monde, champion d’Europe et plusieurs fois champion de France de krav maga (combat rapproché). Ajoutons à sa panoplie qu’il a aussi été maintes fois champion du monde de sambo (combat libre). Il conclut : "je souhaiterais que les élus de la majorité nous apportent leur confiance et utilisent nos compétences à la hauteur de ce que nous aurions aimé accomplir".

Patricia Tiers

30 janvier 2021

Bigorre. Vigilance jaune, vents violents possibles & fortes pluies

Vic-en-Bigorre. Une première : communiqué de vœux numériques


 


Compte tenu des conditions sanitaires actuelles, la municipalité vicquoise n’a pas pu organiser la traditionnelle cérémonie des vœux durant laquelle Clément Menet, maire de Vic-en-Bigorre, et ses élus évoquent les projets passés et futurs de la commune. Cette année, c’est par le biais d’une vidéo mise en ligne sur Facebook, YouTube et sur le site internet de la mairie, que M. le maire a présenté ses vœux pour l’année 2021.

Une occasion pour ce dernier de revenir sur l’année écoulée, une année particulière ayant impacté le fonctionnement de la commune mais aussi ses projets. Ces vœux numériques se sont d’ailleurs ouverts sur l’action de la commune dans le cadre de la crise sanitaire du Covid-19, revenant sur les distributions de masques, les objectifs de maintien et de soutien de l’économie locale ainsi que l’investissement financier pour la protection de la population.

M. le maire est aussi revenu sur les différents projets réalisés au cours de l’année 2020, tant au niveau des bâtiments communaux, des voiries, que des équipements sportifs et de la réorganisation des services municipaux. Notamment la finalisation des travaux de voirie rue Barère de Vieuzac, rue Ténot ou encore route de Pau ; l’installation de la vidéoprotection au Parc Naturel de l’Echez ; la mise en route effective de la fibre optique sur la commune ; mais aussi les actions environnementales, au cœur de l’action de la municipalité, autour de la prévention des inondations, de l’opération "Nettoyons la Nature" ou encore des récentes plantations.

Avant tout, les vœux de M. le maire pour 2021 sont tournés vers le futur et l’espoir. Ce dernier a présenté quelques projets structurants qui seront poursuivis ou amorcés cette année : la rénovation intégrale du pourtour du canal, l’aménagement d’un quartier senior, la construction d’une nouvelle station d’épuration, la valorisation de l’énergie verte grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques ainsi que le projet d’aménagement rue de l’Abattoir. Il a également souhaité, au nom de toute l’équipe municipale, une reprise de l’activité associative et des animations pour 2021.

"Qu’il fasse encore mieux vivre à Vic", c’est le souhait sur lequel M. le maire a conclu ses vœux numériques.

Josiane Pomès

Andrest. Crèche "Les Canalous" : trois bougies en février


 


D’accord une "micro"crèche, avec l’agrément pour accueillir 10 enfants de 2 mois à 3 ans, mais d’un "maxi" territoire, celui de la communauté de communes Adour-Madiran ; en pratique, c’est suite à l’offre de délégation de service public lancée par la collectivité intercommunale que l’Association d’aide à domicile en milieu rural, l’ADMR de Vic, s’en est vu confier la gestion. Une crèche dont le nom "Les Canalous" ou "les enfants du canal", fait référence aux nombreux canaux qui dès le Moyen-Âge alimentaient les moulins d’Andrest. Depuis l’ouverture en févier 2018, Vanessa, éducatrice jeunes enfants, en est la directrice, entourée des assistantes d’éveil, Christelle, Orlane, Aurélie, Magali.

De l’année écoulée dans un contexte sanitaire viral, Vanessa fait un point sur les activités adaptées aux contraintes ; l’équipe a exercé ses missions en étant toujours dans l’exigence de "la bienveillance et la bientraitance pour le bien-être des enfants". Et d’illustrer cette vigilance par une anecdote au-delà du geste barrière : les assistantes étaient équipées de masques transparents qui n’ont pas été "adoptés" par les petits, pleurant même, alors qu’ils souriaient avec les masques courants. Bien sûr, il a fallu l’adaptation dans le relationnel avec les parents et les familles (par exemple pas d’organisation de moments festifs partagés) ; pour autant, en appliquant les protocoles de nettoyage renforcés, et en profitant d’opportunités locales, la volonté d’ouverture sur l’extérieur a pu être maintenue. À ce rang, sortie nature, visite chez les pompiers…, tout comme les activités en partenariat avec la médiathèque Adour-Madiran/Bibliothèque Pierre Gamarra, l’association Court’Echelle.

Informations pour "Les Canalous", contact au 05.62.38.02.50.

Josiane Pomès

Avalanche mortelle à Luz Ardiden

29 janvier 2021

Étapes du "Parcours avenir" pour les 3e Segpa de PMF de Vic-en-Bigorre

 



Le contexte sanitaire incertain à plus d’un titre, l’est particulièrement pour mener à bien les projets pédagogiques, dont les stages. Séverine Vignasse, directrice-adjointe de la Section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa) du collège de la cité scolaire Pierre Mendès-France, fait un point d’étape. Avant les choix qui engagent chacun dans leur parcours d’avenir, des visites et rencontres ont été programmées et maintenues sur des sites de formations professionnelles, établissements qui ont bien voulu ouvrir leurs portes malgré les protocoles sanitaires à mettre en place. Premières étapes au lycée Sixte-Vignon à Aureilhan, lycée Adriana à Tarbes, et lycée Jean-Monnet à Vic, avant celles de mars prévues dans d’autres établissements : lycée Lautréamont, Reffye et Ecole des Métiers (CFA) de Tarbes.

* Palette de formations

À Sixte-Vignon, les jeunes vicquois ont découvert des lieux, des programmes d’apprentissages et des apprenants des sections CAP maintenance des véhicules option voitures particulières, CAP charpente, CAP couverture, CAP monteur en installation thermiques. Au lycée de l’Horticulture et du Paysage Adriana, les formations de CAP Jardinier paysagiste et de CAP maintenance des matériels d’espaces verts ont particulièrement attiré leur attention (3 élèves se destinent à une formation de jardinier-paysagiste, choix défini après des stages en entreprises). Enfin, la visite a Jean-Monnet, a confirmé la large palette des métiers de l’agriculture et la forêt dont le CAP travaux forestiers.

Pour l’équipe des enseignants de la Segpa et pour les élèves de la classe de 3e, satisfaction de l’objectif d’une information la plus large et complète possible, avec une difficulté cependant, celle de trouver des stages en entreprise.

J.P.


Le conseil municipal de Siarrouy auprès des seniors


 


C’est habituellement lors de la journée de souvenir et de recueillement du 11 novembre que les seniors de Siarrouy se retrouvent lors d’un repas offert par la municipalité. Hélas, ce moment de convivialité partagé par la cinquantaine de convives, généralement présente, n’a pu avoir lieu. Le conseil municipal a toutefois souhaité faire un petit geste à l’attention des 99 aînés de 65 ans et plus en leur offrant une boîte de chocolats. Dans notre société, et dans ces moments si particuliers, le lien avec nos aînés est primordial.

Ils ont un rôle important à jouer dans nos communes, car ils demeurent la mémoire de nos villages et sont de véritables témoins de son évolution.

À cet égard, le conseil municipal leur souhaite à tous ses meilleurs et plus sincères vœux pour cette année 2021, avec une attention particulière à nos quatre plus anciennes mais non moins dynamiques aînées que sont Claire Larrieu, Henriette Fréchou, Suzanne Coadebez et Berthe Abadie.

A.Allué.



Mr le Maire dévoile ses projets


 

28 janvier 2021

Vic-en-Bigorre : un jumelage Poudlard et Pierre-Guillard



Au début, avant même que Valérie Dumay soit enseignante, elle découvre le personnage de Harry Potter, puis de fil en aiguille, de lectures en lectures au fil et à mesure des tomes de l’auteure J.K. Rolling, elle entre dans cet univers. Jusqu’à, devenue professeur des écoles, aller à Londres en 2015 visiter les studios où sont présentés les décors de films réalisés depuis le premier, en 2001 "Harry Potter à l’école des sorciers". L’année scolaire 2020/2021 est la cinquième édition du projet pédagogique que Valérie Dumay propose à ses élèves de Cours moyen 1 de l’école Pierre-Guillard ; un projet pédagogique dans lequel un groupe d’enseignants s’est engagé, communiquant via le réseau Facebook. L’axe essentiel – pédagogie et apprentissages fondamentaux, est décliné en lectures, dictées, français et mathématiques, éducation morale et civique, arts visuels... À bientôt, la suite des aventures à l’école de magie et de sorcellerie ! 
J.P.

Vic-en-Bigorre. Promotion Poudlard 2020/2021


 

Pour la 5e année scolaire successive, une "Promotion Poudlard" est en exercice à l’école Pierre-Guillard. Vingt élèves de Cours Moyen 1, précisément la classe de Valérie Dumay, mettent leurs pas dans ceux d’Harry Potter à l’école de magie et de sorcellerie. Enzo, Manoa, Theo, Alexandre, Clarisse, Anaëlle, Jeanne, Émilie, Lino, Camille, Rémi, Rafaël, Kassandra, Noah, Clément, Nathan, Luce, Amine, Léa, Lukas, Clément, avec leurs baguettes magiques, leurs cache-nez aux couleurs des quatre maisons Poudlard, et leur pécule en monnaie des sorciers (du nom de Gallion) vont passer des épreuves. Du "Verbo Rapido" ou conjugaison aux "Petits Devins" ou questions de lecture, en passant par "Les Défis de la Plume à Papotte" ou rédaction sans oublier le "Jeu de la fusée" pour des problèmes express et du calcul de vitesse ou encore le "Conseil des sorciers" pour l’éducation morale et civique : les matières du programme de l’Education Nationale, apprentissages fondamentaux donc, autrement !

*Évaluation du "Projet Harry Potter". Valérie Dumay indique : "jusqu’à présent, tous les enfants ont adhéré au thème ; les retours des parents sont très positifs, les enfants ont envie de venir à l’école et se montrent enthousiastes face aux activités proposées". Et d’ajouter "des élèves demandent à leurs parents d’acheter des livres, et même certains créent des saynètes sur le thème pendant les récréations". Il en est même, de plus jeunes de cours élémentaires, à déclarer qu’ils ont hâte de passer en cours moyen !

J.P.

27 janvier 2021

Vic-en-Bigorre : le centre de vaccination plébiscité


 



Lors de sa venue en territoire Adour-Madiran, et après une visite guidée et commentée de la commune par le maire de Vic, la délégation autour du préfet Furcy s’est rendue sur le site du centre de vaccination aménagé salle de l’Octav au centre multimédia. Au 2e jour de la campagne de vaccination sur le site, le constat pour le représentant de l’État de la réactivité et diligence des acteurs de terrain en synergie pour la mise en place du dispositif et des modalités. La complémentarité du corps médical (médecins libéraux ou de centres de santé, médecins hospitaliers et direction, infirmières...), l’engagement des élus, l’investissement d’agents de la collectivité, ont permis cette réponse concrète. 

Des participants présents qui ont pu apporter leur témoignage au cours de la visite du parcours depuis l’accueil jusqu’à l’espace de repos en passant par les box de consultation et injection du vaccin guidée par le docteur Christophe Garçon, coordonnateur. Autour du médecin qui avait déjà coordonné la campagne de tests sur ce même site, des médecins du territoire dont Yannick Gasnier (du site gériatrique du Centre hospitalier de Bigorre avec le directeur Christophe Bouriat), Xavier Daniel, Laurent Baron, Jean-Noël Botella ; des élus des collectivités territoriales, avec autour du président Frédéric Ré de la communauté de communes Adour-Madiran, notamment les vice-présidents Jean Nadal, Roland Dubertrand, ainsi que Bernard Poublan, Conseiller départemental qui au titre de délégué président du Conseil d’Administration du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS 65), service participant à la logistique de l’opération en Hautes-Pyrénées, Clément Menet, maire de Vic. (...)

De l’observation à l’évolution

Mots clés échangés au cours de la visite entre l’équipe d’organisation, représentant et chefs de service d’État : communication, mutualisation, solidarité territoriale, liberté d’initiatives au regard des situations d’administrés ne pouvant se déplacer depuis leurs communes. Si les perspectives sont soumises à des éléments dont le nombre de patients candidats, les jours et horaires d’ouverture du centre avec le rythme des rendez-vous, le nombre de vaccins livrés et leur livraison (à ce jour 150 par semaine), l’application du calendrier gouvernemental, cette première phase a valu des félicitations du préfet.

"Compte tenu de la très forte demande de vaccinations, et du nombre de doses de vaccins fournies disponibles, l’équipe d’organisation de la campagne de vaccination préconise de surseoir à la demande de rendez-vous sur le centre de vaccination.
J.P.

La filière aérospatiale dans le Grand Sud-Ouest

26 janvier 2021

Le vicquois N° 29

Vic-en-Bigorre. Engagement solidaire de l’Agence Broca-Century21










 La situation sanitaire a fait évoluer le quotidien aussi bien des particuliers que des groupes constitués telles sociétés, entreprises, associations ; les engagements solidaires et généreux ont été soumis à des consignes qui auraient pu freiner l’action d’associations comme celle des "Restos du cœur" si leurs bénévoles n’étaient animés par une volonté inébranlable.

Dans le même temps, des initiatives sont nées, éclairant ces périodes d’incertitudes ; ainsi l’équipe de l’Agence Broca immobilier du réseau Century 21 autour de Thomas et Sylvain. Deux jeunes à cette enseigne au 15 boulevard d’Alsace depuis 2015, inscrits d’une certaine manière dans le tissu historique vicquois, les anciens se souviendront de la Droguerie-quincaillerie tenue par Gilbert et Marguerite Broca rue du château ! Au passage d’une à l’autre, avec d’une part la campagne d’hiver des "Restos du cœur", et d’autre part les fêtes de fin d’année, l’équipe s’est engagée en organisant un jeu concours sans obligation ouvert à tous sur les réseaux et leur page facebook (www.century21-broca-vic-en-bigorre.com/). L’objet ? L’offre d’un cadeau (une console Nintendo) à un enfant et un don à une association de solidarité ; un gamin du canton a reçu sa console, Clara et Brigitte des Restos du Cœur de Vic ont reçu un chèque de trois cents euros. Engagements partagés.

J.P.

Bigorre. Aide à deux jeunes arméniens et leur mère.

1 commentaire:

25 janvier 2021

Vic-en-Bigorre. Vic Music en épisodes présentiel-partiel


 


"Comme le monde de la culture dans sa diversité, Vic Music vit au rythme des partitions de la ballade covidienne en mode mineur, composée en épisodes

Retour en septembre 2020 pour l’épisode 1. Adhérents et professeurs s’étaient retrouvés avec la ferme intention de vivre ensemble une année musicale jusqu’au... renvoi, trois semaines plus tard de chacun derrière son ordinateur. Avec juste le temps pour les candidats aux examens fédéraux de fin de cycles de passer leur examen dans les murs de l‘école de musique.

À l’épisode 2, l’équipe pédagogique fait face en utilisant tous les outils numériques possibles, mettant en place des cours individuels ou collectifs en distanciel : échanges de vidéos, élaboration d’un riche "padlet" destiné aux plus petits et aux élèves de formation musicale.

Clôture inédite

L’occasion pour les jeunes musiciens de clôturer l’année de manière inédite, en se mettant en scène pour offrir à leurs familles une vidéo des grands classiques de Noël, répertoire qui a vu le regroupement des trompettes de Vic et Rabastens.

Pour ce tout nouvel Épisode 3 du mois de janvier, les murs de la maison des associations vibrent et résonnent à nouveau aux sons des instruments sans les élèves majeurs qui restent derrière leurs écrans. Les plus jeunes sont de retour auprès de leurs professeurs masqués et désinfectés au gel hydro alcoolique, sans les "voix" en conformité avec le décret de janvier "qui interdit la pratique de l’art lyrique". L’équipe pédagogique musicale autour de Stéphanie René savoure ces retrouvailles même partielles, émettant le vœu qu’elles se prolongent le plus longtemps possible.

J.P

Tarbes – L’Ecole des Métiers des Hautes-Pyrénées, portes ouvertes.

24 janvier 2021

Vic-en-Bigorre. MJC : cap vers les vacances de février




Émilie Espuig, en charge de la direction des séjours vacances du centre de loisirs sans hébergement (CLSH) de la MJC, a réuni l’équipe d’animateurs des prochaines vacances de février. En préambule, Émilie annonce un objectif d’état d’esprit : "Nous souhaitons vraiment que les enfants ne ressentent pas que le protocole sanitaire s’est encore durci" tout en respectant bien sûr les consignes. 

Dans ces conditions, la construction du programme s’articule autour de projets à préciser et à adapter. Pour autant, une certitude : la délégation à la mascotte de la MJC, une boule de neige (en fait un bonhomme de neige), ambassadeur voyageant de pays en pays, de l’envoi de cartes postales pour que les enfants puissent identifier les pays du périple. Si Carnaval est un incontournable des vacances de février (création de Monsieur Carnaval, défilé, peut être…), le projet à distance avec la maison de retraite et un autre accueil de loisirs du territoire reste au rang des activités essentielles pour "garder du lien malgré le contexte". Voilà les perspectives. Pour plus de renseignements, Accueil téléphonique au 05 62 31 61 00.
Josiane Pomès
 

Madiran. Stratéus : le vin à la racine sur des vignes en location


 


Des bouteilles à l’image épurée, soignée, sobrement pigmentée pour rappeler ces couches de terres où les racines de la vigne plongent pour mieux élever leur nectar. Madiran comme Pacherenc, Stratéus détonne, au point d’avoir attiré l’œil de confrères nationaux. Derrière ces fioles, le jeune Simon Ribert, 28 ans, secondé par son cadet, Charles, 23 ans.

Une aventure débutée en 2014, d’abord par les grandes cultures et la prduction animale, authentique, sur des terroirs différents pour que le bétail puisse s’en imprégner. Son BTS viticole en poche, Simon reprend le petit hectare de vigne de son grand-père, ainsi que les deux autres qu’il a planté durant sa formation. Premier millésime en 2017. Quatre ans plus tard, la production s’étend désormais sur une dizaine d’hectares, cinq communes, trois départements et deux régions. De nouvelles parcelles que le vigneron cultive en bio et en location. Une stratégie innovante qui tendrait à une ubérisation de la viticulture ? "Non c’est davantage une question de moyens et d’opportunité, de répondre à une demande pour se faire plaisir et redevenir paysan", explique Simon, qui met en avant ses compétences en agronomie pour repérer les meilleurs terroirs. Comme cette parcelle à l’entrée de Madiran, gardée par une vierge, qu’il commence à convertir au bio, profitant des vents qui tempêtent sur ces coteaux. "Ça réduit l’humidité et donc les maladies. On n’invente rien. Juste un peu de bon sens…" Ainsi, les troupeaux de brebis, de porcs gascons et de bœufs Angus sur lesquels veille plus particulièrement Charles pâturent librement dans les vignes. "On les a rentrés avant la vague de froid. Mais demain, on aimerait bien recourir à la traction animale, pour entendre plutôt les sabots des chevaux que le bruit des tracteurs." Une philosophie affirmée même s’il ne bénéficie pas encore de la certification agriculture biologique. "Beaucoup de jeunes se convertissent sur l’appellation. On se fait la main. On voulait d’abord s’assurer que c’était faisable, développer une réelle connaissance. On apprend 7 jours sur 7. C’est plus qu’un vra i sacrifice, c’est une passion."

De la souplesse

S’il ne possède que peu de parcelles, Simon n’a pas non plus de chai. Il vinifie sa production aux caves de Castelnau et de Crouseilles. "Je ne ressens pas le besoin d’être propriétaire. Dans un marché qui bouge en permanence, où tout va très vite, trop vite, ça offre de la souplesse." Sans nuire à la qualité de la production. "Au contraire on bénéficie des conseils des techniciens de ces caves. On est convaincu de ce qu’on fait. On réalise des vins qui nous font plaisir à nous d’abord et on l’espère aux autres. On est sur du fruit, de la fraîcheur, de la finesse, quelque chose de moderne avec l’idée de quand on ouvre une bouteille, on la vide avec plaisir. Car de l’émotion que naît l’inspiration. Et vice-versa." Et pour le duo, les projets ne manquent pas sur tous les champs, sans oublier leurs racines, ni ceux qui les ont aidés et qu’ils tenaient à remercier.

ANDY BAREJOT

23 janvier 2021

Vic-En-Bigorre. Les vœux de Mr le Maire pour l'année 2021

Vic-en-Bigorre. Opération "Demain je m’installe" au lycée agricole


 


Les Jeunes Agriculteurs du 65 organisent la 24e édition de l’opération "Demain je m’installe", le mardi 26 janvier, à 13 heures, au lycée agricole Jean-Monnet de Vic-en-Bigorre.

Dans un contexte départemental à dominance rurale, l’agriculture est un moteur de l’économie Haut-Pyrénéenne. Outre sa fonction nourricière, elle permet de valoriser, d’embellir et dynamiser nos territoires. Malgré cela, on constate que dans notre département, plus de 50 % des exploitants agricoles sont âgés de plus de 50 ans. Face à ce constat, les Jeunes Agriculteurs 65 œuvrent en faveur du renouvellement des générations en agriculture notamment par la mise en place d’actions de communication "Valorisation des Métiers de l’Agriculture".

Cette journée du 26 janvier destinée aux élèves du Lycée Agricole Jean-Monnet de Vic-en-Bigorre en cours d’orientation permet de valoriser les métiers d’exploitant et de salarié agricole. Une multitude d’ateliers vont rythmer cette action : scénario sur l’agriculture future, installation, transmission, salariat, commercialisation, para-agricole… Chacun d’entre eux sera orchestré par un intervenant d’une structure agricole et de deux Jeunes Agriculteurs. Le but est de porter à la connaissance des élèves des éléments qu’ils n’abordent pas forcément en cours, et la présence des Jeunes Agriculteurs permet d’illustrer les propos des intervenants ainsi que d’apporter un côté plus concret avec leurs témoignages et leurs retours d’expériences.

Un moment clé de l’année

Cette action, effectuée auprès d’environ 35 élèves, connaît un double intérêt : à la fois pour la

richesse des interventions de particuliers comme de professionnels, mais, c’est aussi un moment clé de l’année pour les élèves qui doivent réaliser leur choix d’orientation. Cette réussite est rendue possible par l’implication de tous : la Chambre d’Agriculture, le Service de Remplacement des Hautes-Pyrénées, la FDCUMA, le CER ainsi que par la présence de salariés agricoles et de JA motivés pour parler de leur métier et échanger avec les élèves et adultes.

La Dépêche du midi

Le préfet a visité le centre médical de Maubourguet


 

Rodrigue Furcy, préfet des Hautes-Pyrénées, accompagné de Sibylle Samoyaut, secrétaire générale de la préfecture, était dans les locaux du centre de santé, ce mardi 20 janvier. Ils ont été reçus par Frédéric Ré, président de la communauté des communes, Jérôme Ganiot, directeur, Isabelle Carchan, élue et Jean Nadal, maire. Rodrigue Furcy a rencontré les médecins, les personnels et a visité les locaux. Il a donné quelques grandes lignes des actions prioritaires du gouvernement.

Visite et rencontres

Frédéric Ré lui a expliqué le fonctionnement du centre, la compétence de la communauté des communes et a évoqué le projet d’extension des bâtiments. "Il faut innover sinon nous n’aurions pas de médecins" a indiqué Frédéric Ré. Le président a notamment évoqué la mise en avant du travail que fait la communauté des communes pour libérer les praticiens du travail administratif (avec un logiciel commun Weda) et aussi les loyers payés qui ne sont pas trop élevés 1700€. Il a aussi signalé les recherches effectuées par Isabelle Carchan pour trouver des médecins et les moyens employés.

Le préfet a rencontré les docteurs Vettorel, Traissac, Perez-Padilla qui ont expliqué les raisons de leur venue, les avantages trouvés alors que les jeunes médecins ne restent pas. Les internes, quant à eux, effectuent en moyenne 6 mois. Pour le Dr Traissac, "quatre médecins ne suffisent pas pour satisfaire la patientèle et de nombreux patients n’ont pas de médecins traitants. Deux de plus seraient encore mieux". De leurs présentations, on retient la facilité d’installation, les avantages avec la délégation des tâches, un projet de soins mené ensemble avec tous les praticiens, un bâtiment fonctionnel et agréable. "Tout est facilité, l’équipe est bien, les locaux sont bien dimensionnés. Peut-être faudrait-il développer des spécialités" estiment les praticiens. Ont aussi été évoquées les difficultés des permanences et gardes qui rebutent les jeunes médecins et le temps partiel des femmes médecins.

Comité de santé

Si l’avenir semble plus serein, Frédéric Ré pense que l’ensemble est encore fragile, que les bâtiments sont très adaptés pour le territoire, et ce, grâce à l’engagement du territoire et de l’État et qu’il faut continuer à œuvrer dans ce sens.

Le préfet, de son côté, a énuméré les actions de l’état, et annoncé la création d’un comité de santé pour identifier ce qui est concret . Pour les maisons de santé, leur nombre est passé de 7 à 13. "L’objectif est dépassé" a constaté le préfet. Quant aux actions sur le terrain, il a notamment cité l’opération "lunettes gratuites" dont il faut examiner le résultat et le corriger si besoin. Rodrigue Furcy a indiqué qu’il se rendra régulièrement sur le terrain. Le préfet se dirigeait ensuite vers le centre de vaccination à Vic.

Nuit de la lecture à la médiathèque

En raison du couvre-feu avancé et des jauges minimalistes imposées par la crise sanitaire, les animations prévues sur le réseau de médiathèques à l’occasion de la Nuit de la lecture sont remplacées par des lectures filmées à suivre sur la page Facebook à partir de vendredi : lectures maintenues en journée pour les scolaires à Andrest. Les rendez-vous : vendredi 22 janvier à partir de 17 heures : voyage vidéo, lectures filmées et présentations de livres par l’équipe de Maubourguet. Samedi 23 janvier à partir de 17 heures : contes autour du feu par l’équipe de Vic-en-Bigorre. Ces lectures ont été filmées dans la spontanéité et avec des équipements basiques, aussi des enceintes sont-elles conseillées pour assurer une qualité d’écoute satisfaisante. Des chèques « Lire » seront à gagner chaque soir pour les auditeurs les plus attentifs.

Janine Noguez

22 janvier 2021

Vic-en-Bigorre. Le Dr Michel Struye part en retraite


 


À l’heure de son accession à la retraite après plus de quarante d’exercice de médecin, il y a fort à parier que la blouse de Michel Struye ne restera pas au vestiaire. En effet, celui qui confiait au regard de cette longévité sur le lieu même de ses racines, de sa naissance, "j’aime mon territoire, j’aime les Vicquois", se tient à disposition pour intégrer le dispositif de vaccination dans le contexte sanitaire en cours. Et d’aller plus loin avec un message militant pour convaincre les réticents : "Les vaccins on les connaît depuis longtemps, le but du vaccin c’est retrouver une vie normale, se faire vacciner est le seul salut".

Fidélité et engagements

Parcours de vie rare que celui de Michel Struye dont témoigne une photo accrochée au mur du dernier cabinet, celle de la maison familiale sur ce même site où a été érigée la Maison de santé. Depuis l’école communale et jusqu’au baccalauréat, depuis 1976, date de son installation après des études (en fait prolongées et complétées d’une dizaine de spécialités dont Santé publique, gérontologie, médecine du sport, aéronautique, hyperbare, médecine de catastrophe en tant que pompier...), le docteur Struye a placé toute son activité sous le signe de l’écoute, de l’échange, de l’observation, sans idées préconçues, "une journée où je n’apprends pas quelque chose est une journée perdue".

De la même manière qu’il confie que l’"on ne pose pas sa blouse le soir en quittant son cabinet", il souligne qu’"un patient ce n’est pas qu’une carte Vitale, c’est une relation de confiance". Une relation à laquelle ce propos donne un sens précieux. "Ce qui m’a rassuré, c’est le nombre d’enseignants que j’ai reçus au cabinet".

Pas de liens coupés.

Bien sûr, quelques interrogations citoyennes, dans "une société d’hypersophistication", par exemple qu’on n’oublie pas la simplicité, que dans les facs "on ne formate pas trop, il n’y a pas que les cours, il y a l’humain".

Si l’émotion a bien été là lors de témoignages d’amitié que le médecin a reçu et qu’il commentera en substance : les liens ne sont pas coupés, il y a la vie associative (compagnies médiévales et impériales), la proximité du quotidien avec le marché sous la halle "un activateur de souvenirs d’enfance !", les balades à vélo… Et puis, c’est à son épouse que Michel Struye rendra hommage : "Je lui dois beaucoup, elle a été omniprésente". Une autre vie pour Michel Struye ? Vicquois toujours.

J.P

Conseil municipal - Séance du 18 janvier 2021

Monfaucon. Enracinés à vie pour le futur


 


L’arbre donne une notion du temps. Que ce soit au quartier Marmaille, à la Clotte, à la côte de La Mongie, sur le chemin des crêtes, à La Glacière, à Monfaucon, toute pénétrante autour du village se signale de pierres et de végétaux. À l’opposé de l’éphémère, l’arbre peut aussi avoir une dimension symbolique lorsqu’il est dédié à rendre hommage. À l’arrière de l’église, deux chênes Secille sont les marqueurs du dernier rassemblement des Monfaucon de France en Bigorre. La société a parfois besoin de se "renaturer", d’enraciner ses repères. Planter des arbres est une mission salutaire, une solution à la biodiversité.

Le conseil municipal s’est mobilisé pour enrichir divers endroits de la commune propres à un peu plus d’embellissement. Une matinée citoyenne en forme de prestations comme il en existait autrefois en milieu rural. "C’est en ce moment de dormance végétale la bonne période pour planter arbres, arbustes, ligneux et vivaces. Ouvrez un trou adapté au calibre du volume du chignon racinaire. Ameublissez la terre pour faciliter la pénétration des jeunes racines qui s’émanciperont dès la belle saison à la recherche des nutriments de croissance et de développement. Surtout ne pas enfoncer le tronc qui condamnerait le végétal vers l’étouffement à plus ou moins long terme. Reboucher, tasser modérément autour et aménager en périphérie une cuvette receveuse de précipitations. C’est un tuteur qui doit assurer la pérennité de l’implantation" commente Clément Bruinaud.

"Le pépiniériste Tournayais est notre fournisseur et notre conseiller technique dans la préservation de l’environnement et pour la mise en place volontaire d’une véritable démarche écoresponsable. Je suis entouré de passionnés. Parmi eux, Cédric Soulan, notre employé communal veille à toute cette vraie structure végétale" indique le maire de Monfaucon Roland Dubertrand.                      F.A

21 janvier 2021

Vic-en-Bigorre. Les clubs de la MJC s’adaptent


 


Prolongation du contexte sanitaire en ce mois de janvier 2021, avec la volonté des équipes d’animateurs des différents clubs et administrateurs de l’association Maison des Jeunes et de la Culture, MJC Vic, d’assurer une continuité dans le respect des directives. Sur le site de la Maison des associations, rue Barère de Vieuzac, ou les installations sportives du territoire, (en utilisant salles, préaux, cours), sont maintenus les séances du Contrat local d’accompagnement à la scolarité (CLASSE), les clubs d’enfants ou d’ados (Multisport, Athlétisme, Théâtre, Hip-Hop) ; le club de Tai-Chi-Chuan (6 personnes maximum, bien couvertes et sous les préaux). Technologie, autoroutes informatiques et outils internet (en vision) pour les clubs adultes Yoga (les 2 cours, avec les 2 profs) et la salsa cubaine.

Reports et perspectives

À ce rang, les cours de Danses Bollywood et orientale, Club "Langues déliées", Reliure créative, Calligraphie, Poterie et Vannerie. Le programme des vacances de février pour les 3 à 12 ans et un plus spécifique pour les ados est en cours d’élaboration par l’équipe d’animation autour d’Émilie.

* Accueil téléphonique au 05 62 31 61 00. Informations (www.mjcvic.fr), (Instagram @mjcvic), (Facebook @mjcvic), (Twitter @mjcvic).
Josiane Pomès

Tarbes: la culture à la rue...

20 janvier 2021

Vic-en-Bigorre : distanciation, retrouvailles et dédicaces


 


L’intrusion de la notion "commerce non essentiel" dans le quotidien, les répercussions des confinements et distanciations physiques sur la culture, ont parfois créé de nouvelles situations et modalités de rencontres. Ainsi, Nathalie Curiel à la librairie La Litote, a d’une part maintenu une activité et un lien avec les lecteurs grâce au "Click & collect", et d’autre part pu organiser ces rencontres entre auteurs et lecteurs si appréciées. Affaire de complicités et de "gestes barrières" à la froidure pour ces séances hors la chaleur du magasin ! Alors que dans les hottes de Noël et au pied des sapins, livres et albums ont des places privilégiées, des écrivains comme Pierre Melendez ou Gilles Vincent se sont engagés à rester à l’extérieur et ont présenté des "étals de plein vent". 

Des rencontres avec des lecteurs fidèles (Gilles Vincent a conquis un lectorat au fil de visites à La Litote et en participant au dernier salon de l’association Au Tour du Livre) et de nouveaux, Vicquois revenus passer les fêtes en famille ; ainsi Caroline, qui à l’instar de bien des jeunes trace sa voie professionnelle dans l’espace européen, et a découvert un auteur engagé, citoyen, "impressionniste".

J.P.

Centre de vaccination de Vic-en-Bigorre : ce qu’il faut savoir



 


Le centre intercommunalde vaccination covid-19 Adour Madiran communique :

"Les vaccinations contre la covid-19 au centre de vaccination intercommunal Adour Madiran débutent ce lundi 18 janvier 2021 ;

Qui peut être vacciné contre la Covid-19 ?

 Les personnes âgées de 75 ans et plus ;

 Les professionnels des secteurs de la santé et du médico-social, âgés de 50 ans et plus et/ou présentant des comorbidités.

Avec quel vaccin ?

Au centre de vaccination intercommunal Adour Madiran, vous êtes vacciné avec le vaccin des laboratoires Pfizer.

Où ?

Au centre multimédia – 21, Place du Corps Franc Pommiès, 65500 Vic-en-Bigorre.

Comment ?

1. Prendre rendez-vous chez le médecin traitant. Lors de cette consultation prévaccinale, votre médecin s’assure qu’il n’y a pas de contre-indications à votre vaccination. À l’issue de la consultation, votre médecin traitant vous remet un document prévaccinal qui vous sera demandé le jour de la vaccination.

(Si vous n’avez pas de médecin traitant, contactez directement le centre intercommunal de vaccination du lundi au vendredi de 9 h à 12 h au 05 36 30 01 65)

2. Prendre rendez-vous au centre de vaccination

En ligne sur www.doctolib.fr
 Par téléphone au 05 36 30 01 65 du lundi au vendredi de 9 h à 12 h

Le jour de votre vaccination

À votre arrivée, vous devez impérativement présenter votre attestation prévaccinale et votre

numéro de sécurité sociale.

Un médecin vous ausculte afin de s’assurer que vous pouvez être vacciné.

Après la vaccination, vous restez sous la surveillance du personnel médical pendant 15 minutes.

La vaccination est gratuite.

Et après ?

Le jour de votre vaccination, un deuxième rendez-vous est programmé 28 jours plus tard pour la deuxième injection du vaccin".

Pyrénées... par Yannick Legodec.

19 janvier 2021

Vic-en-Bigorre. Vaccination covid : Dispositif et modalités en Adour-Madiran





Le centre de vaccination pour le nord du département, dans le cadre de l’engagement santé de la communauté de communes Adour-Madiran investit dès ce lundi 18 janvier, la salle de l’Octav du centre multimédia, sur un schéma organisationnel qui avait fait ses preuves en mars 2020 lors de la mise en place du centre de consultation et tests Covid-19 (soit dit en passant, le premier en service en Hautes-Pyrénées). Dans un contexte sanitaire inédit, la coopération entre le corps médical (professionnels de santé libéraux et salariés) du territoire Adour-Madiran et l’intercommunalité au service de l’intérêt général de santé. Le président, Frédéric Ré, au côté du docteur Botella, entouré des agents de la collectivité affectés sur le site pour cette campagne, a fait un point d’informations sur le dispositif et les modalités. De la part de la collectivité territoriale, la mise à disposition des locaux et du matériel nécessaire pour l’aménagement du site (parcours depuis l’accueil, box individuels équipés pour les vaccinations, espaces repos…) ; "le personnel et les élus volontaires assureront l’accueil des patients et le secrétariat.

Le rôle de l’intercommunalité est d’assurer les meilleures conditions de travail possibles pour les professionnels de santé".

La vaccination elle-même ? "Les 10 médecins participants, coordonnés par le docteur Garçon, médecin généraliste de Vic, assistés d’infirmières libérales, planifient le bon déroulement de la campagne, en fonction des dates de livraison des lots de vaccin, le suivi de chaque étape de la procédure (consultation prévaccinale, consentement, vaccination, suivi), la traçabilité des injections, toute autre modalité organisationnelle relevant du cadre médical".

* Modalités pratiques. Sont concernées les personnes âgées de 75 ans et plus, les professionnels des secteurs de la santé et du médico-social âgés de 50 ans et plus ou présentant des comorbidités ; le vaccin est celui des laboratoires Pfizer. Les étapes ? Au préalable, prendre rendez-vous chez le médecin traitant pour une consultation prévaccinale qui donnera lieu à la délivrance d’un document prévaccinal (demandé le jour de la vaccination).

En l’absence de médecin traitant, la réservation d’une consultation prévaccinale dans les

établissements de santé du territoire Adour Madiran pourra être réalisée par le centre intercommunal de vaccination. Quel que soit le cas de figure, pour l’étape de vaccination elle-même, toujours prendre RV au 05 36 30 01 65 où 4 lignes directes sont ouvertes.

* Campagne de vaccination. À partir du lundi 18 janvier, du lundi au vendredi de 9 h à 12 h, les patients se présentent munis de leur attestation prévaccinale et de leur numéro de sécurité sociale ; examen par un médecin, vaccination, et surveillance post-vaccin pendant 15 minutes.

Le nouveau RV pour la seconde injection complémentaire sera alors donné.

Josiane Pomès

Horgues : opération maîtrisée pour le GIGN




Tout le monde en ressort indemne. Le GIGN a donné l’assaut, chez l’homme retranché à son domicile à Horgues depuis le samedi 16 janvier, vers 9 h 30 hier matin. "Tout s’est bien passé", déclare brièvement le colonel de gendarmerie, M. Hamel, devant la mairie d’Horgues. "Personne n’est blessé, d’aucun côté". Après une longue nuit de négociations, l’opération est donc un succès pour les forces spéciales de la gendarmerie, positionnées aux abords de l’habitation, depuis samedi après midi. L’homme a immédiatement été pris en charge par les secours, réquisitionnés sur place, avant d’être évacué. Les agents du GIGN ont rejoint le poste de commandement provisoire, installé dans les locaux de la mairie d’Horgues, dès la fin de l’intervention. 

Après avoir rangé leur matériel, ils ont repris la route vers Toulouse. En début d’après-midi, la préfecture des Hautes-Pyrénées et le procureur de la République, ont adressé un communiqué de presse conjoint, afin d’apporter des précisions sur l’affaire. "Un homme appartenant aux forces de l’ordre, en position d’arrêt de travail et n’étant plus en possession de son arme de service s’est retranché dans son domicile. L’intéressé ne souhaitant pas sortir de son domicile de sa propre initiative et pouvant être un danger pour lui-même, le procureur de la République, après avoir recueilli l’accord d’un membre de la famille, a autorisé les forces de l’ordre à pénétrer au sein de l’habitation." Les autorités saluent le maire d’Horgues et les forces de l’ordre pour leur implication.
Sophie Loncan