24 juin 2021

Vic-en-Bigorre. Il y a 81 ans, un Appel à la résistance




Ce 18 juin 2021, devant le monument aux Morts, allée du général de Gaulle, une commémoration de l’Histoire de France qui se dégage de l’ère Covid et d’une des prescriptions sanitaires – le port du masque à l’extérieur. Certes rassemblement réduit mais l’essentiel de l’exercice mémoriel respecté, avec notamment la participation de la délégation municipale autour de Clément Menet, maire, des représentants des associations patriotiques avec leurs porte-drapeaux, de l’autorité militaire avec le major Dominique Gouez, commandant la communauté de brigades Vic-Rabastens, du conseiller départemental Bernard Poublan. Après les lectures de l’Appel du Général et du message du jour de la secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées, dépôt de gerbes ; pour la municipalité par M. Menet et l’adjoint Patrick Roucau, pour les Anciens combattants par le président Jean Moïse avec la major Gouez.

* Compagnons de la Libération. Un Appel sur les ondes de la BBC le 18 juin donc que le général de Gaulle fera suivre de la création de l’Ordre de la Libération le 16 novembre 1940 ; ordre destiné à "récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées d’une manière exceptionnelle dans l’œuvre de libération de la France et de son empire".

Ils ont été 1 038 citoyens dont six femmes, cinq communes françaises et dix-huit unités combattantes, à recevoir la croix de "Compagnon de la Libération" pour leur engagement à "refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi".

Aujourd’hui, un seul témoin et survivant, Hubert Germain, 101 ans. Site (www.ordredelaliberation.fr/fr/les-femmes-et-les-hommes-compagnon-de-la-liberation).

Josiane Pomès

Maubourguet. Les 7 chandelles se rallument





C’est avec un programme à couper le souffle ! En effet, le théâtre "Les 7 Chandelles" ouvre à nouveau ses portes pour la grande et unique soirée spéciale retrouvaille théâtrale en liberté.

Samedi 3 juillet à partir de 19 h 30, c’est au Centre d’Action Culturelle Jean Glavany (CAC) que vous serez accueillis en musique et chansons par Simon Ferrari et son orgue de barbarie. À cette occasion, toute la troupe du théâtre "Les 7 Chandelles" vous réserve quelques surprises.

La toute nouvelle création de la troupe du théâtre "Des Deux Mains" de Villeneuve-de-Marsan, dirigée par David Sanhes vous présente : "Archie ou l’utopiste" une fiction optimiste, un hommage lointain à l’utopie douce de Don Quichotte et à l’espoir que l’on porte toutes et tous, d’une société idéalisée et réalisable. C’est l’histoire d’une folie assumée qui rêve de noblesse dans les âmes comme dans les actes.

Le théâtre les "7 Chandelles" remercie leurs principaux partenaires et soutiens :

La mairie de Maubourguet, le conseil départemental des Hautes-Pyrénées, la communauté de commune du Val d’Adour, la compagnie de la rOse, l’Octav.

Sans oublier, les commerçants de Maubourguet, le Réseau des arts vivants du 65 et agendas culturels : "De scène en scène et sortir Adour Madiran", le Parvis scène nationale Tarbes – Pyrénées, cinéma et l’office du tourisme de Maubourguet.

L’occasion de découvrir les magnifiques photos de la "Quinzaine de l’image" qui débutera également le 3 juillet.

Restauration sur place par "La Choukoun d’Haïti"

Billetterie à l’Office du Tourisme de Maubourguet jusqu’au 2 juillet inclus,

Horaires d’ouverture : www.coeursudouest-tourisme.com/cote-pratique/passez-a-loffice-de-tourisme/les-horaires-douverture/

Contact Office du tourisme : 05.62.96.39.09
Patricia Tiers

23 juin 2021

Rugby : la belle étape à Vic-en-Bigorre



Dans le cadre de la semaine du rugby occitan, Olivier Labarrère, cadre technique club (CTC), accompagné de Daniel Bacquerie, vice-président du Comité Départemental 65, a fait étape à Ménoni, un terrain qu’il connaît bien, pour une sensibilisation des enfants des écoles à la pratique du ballon ovale.

Les élèves de CM2 du directeur de l’école Pierre Guillard de Vic, Philippe Lagarde, ont pu bénéficier des animations mises en place sous forme de jeux d’adresse au pied et à la main ; même si certain(e) s ont quelques réflexes de basketteur pour envoyer le ballon, tous ont participé avec cœur et se sont montrés très attentifs aux consignes données.

Les équipes d’Irlande, d’Ecosse et du Pays de Galles (bannières choisies par les enfants), termineront par un petit tournoi de rugby à toucher avant la collation préparée par Cathy et Michel.

Ce sont quatre classes de Pierre Guillard et deux d’Artagnan qui se succéderont par roulement – pas de mélange des classes pour raisons sanitaires - sur le terrain d’honneur des "bleu et blanc". Olivier Labarrère, accompagné par Sylvain Naude et Dorian Narenjo, animateur du centre de loisirs, poursuivra sa mission "sensibilisation" dans le département.

Une belle opération de découverte de la pratique du ballon ovale sous l’égide de la Ligue Occitanie et du comité départemental 65, avec le concours de l’Entente Adour-Echez et de l’USV XV.

Pierre Pomès



 

Accès à la piscine


INFOS PRATIQUES

Bonne nouvelle ! L’accès à la piscine côté quai de l’Echez, qui était jusqu’à présent fermé pour des raisons sécuritaires le temps des travaux au niveau du skate park et du street basket, est à nouveau ouvert. 🙌
En plus des véhicules prioritaires (de sécurité et d’urgence) qui bénéficiaient déjà de cet accès pendant les travaux, les visiteurs piétons peuvent désormais passer par le même portail pour entrer dans le complexe. 🚶
Vous n’avez plus besoin de passer par l’entrée principale du complexe sportif Menoni, situé route de Pau, pour accéder au terrain de street basket, au skate park et à la piscine. 🏊‍♀️
Le portail se trouve au même endroit que l’entrée habituelle.

Parcours de vote au stade

Compétences des régions et épartements


 

22 juin 2021

Hautes-Pyrénées: après Pujo, un violent orage s'abat sur l'agglomération tarbaise





D'Ibos à Séméac et jusqu'à Aurensan et les coteaux au-dessus d'Orleix, un violent orage a balayé l'agglomération tarbaise ce lundi soir, vers 20h30.


Un phénomène de courte durée mais d'une intensité importante, avec notamment la chute de grêlons en forte quantité. En se déplaçant à l'Est, l'orage a frappé les secteurs agricoles. Les champs, de grandes cultures notamment, ont été sérieusement touchés par cet épisode. Les dégâts sont très importants sur de nombreuses parcelles.

Un peu plus tôt ce lundi, en début d'après-midi, un violent orage s'est abattu sur le Val d'Adour et plus précisément sur une bande large de moins de 5 km au Nord de Tarbes, plus précisément sur les communes de Pujo notamment et Andrest. Des trombes d'eau mais aussi des grêlons, parfois aux gabarits impressionnants, sont tombés sur ce secteur peu après 13h30.

 

 

Le département a été placé en vigilance jaune par Météo France pour le risque "orage", jusqu'en milieu de nuit. Face à cette menace, la mairie de Tarbes a décidé de replier sous la halle Marcadieu les concerts itinérants prévus dans la ville, dans le cadre de la fête de la musique ce lundi soir.

Face à cet amas d'eau soudain, le plafond de la cantine du village de Pujo a été endommagé et des vitres brisées. Les cultures ont aussi souffert de cet épisode aussi violent que bref. Du côté du Sdis 65, les pompiers n'ont pas recensé d'activité particulière suite à ces intempéries.

 

De nouveaux orages sont également attendus mardi après-midi. Dimanche déjà, un orage avait entraîné l'inondation d'un pont souterrain à Tarbes.

Andy Barréjot


 

Orages violents dans le 65

21 juin 2021

Départementales: Ré-Thirault, Datas-Abadie et Pélieu-Beyrié premiers élus en Hautes-Pyrénées





Les premiers résultats complets de ce premier tour des élections départementales nous parviennent. 

Sur le canton Val D'Adour-Rustan-Madiranais, Frédéric Ré, le président de la communauté des communes, et Véronique Thirault sont élus dès le premier tour, malgré la présence de trois autres binômes, en recueillant 61,92% des suffrages. Le RN arrive en deuxième position avec 18% des voix, devant le binôme Chateau-Ferré- Bonnargent (14%) et les Insoumis Rocheteau et Andrillon (5,9%).

Dans les Coteaux, la course aura été serrée jusqu'au bout entre Jean-Pierre Grasset et Sabine Caa d'un côté et Monique Lamon et Bernard Verdier de l'autre. Mais ce sont ces derniers, conseillers départementaux sortants qui l'emportent de 300 voix d'écart seulement, avec 53% des suffrages. Mais il faudra toutefois revoter car aucun des deux binômes ne recueille au moins 25% des inscrits, compte-tenu de la faible participation. Il y aura donc un second tour dimanche prochain.

Monique Lamon et Bernard Verdier réélus au finish!
Monique Lamon et Bernard Verdier réélus au finish!

De suspense il n'y eut guère dans la vallée de l'Arros et des Baïses où le maire de Tournay, Nicolas Datas-Tapie, et la conseillère départementale sortante, Joelle Abadie, recueillent 79,83% des voix au détriment du binôme Paquereau-Carrère.

Nicolas Datas et Joëlle Abadie, vainqueurs haut la main.
Nicolas Datas et Joëlle Abadie, vainqueurs haut la main.

Pas plus de suspense en Neste-Aure-Louron où le président du conseil départemental Michel Pélieu et sa colistière Maryse Beyrié renouvellent leur bail sans trembler en recueillant 76,88% des voix.

Pas de souci pour Michel Pélieu et MAryse Beyrié.
Pas de souci pour Michel Pélieu et MAryse Beyrié.

Dans la vallée des Gaves, le sortant Louisou Armary et la sénatrice Maryse Carrère sont élus dès le premier tour en recueillant 65,55% des voix, devant Varis-Sonet (13,84).

Andy Barréjot

 

Résultats électoraux - 65

Vic-en-Bigorre. "Pyrénées Forme" : c’est la reprise


 

Masque tombé le temps d’afficher "la banane" des retrouvailles pour Leïla (18 ans), Yaëlle (19), Wesley (21) ; oui, pour ces jeunes parmi les adhérents entre 15 et 88 ans inscrits au Club "Pyrénées Forme" la reprise de ce mois de juin au jour-dit par les autorités avait le goût des jours heureux. Et pour Olivier Gintrand qui avait donné depuis janvier 2018 sinon une nouvelle configuration au moins une vocation renouvelée au site de la rue Bouchotte, un nouveau redémarrage très attendu "il y avait le besoin de revenir, de se retrouver", et d’ajouter "il y a ici un véritable état d’esprit club avec organisation de rencontres conviviales".

* Des objectifs et de la liberté. Sur le pont sportif, à l’écoute, Olivier, qui indique les modalités avec la complémentarité des possibilités ; d’une part les espaces musculation – toujours à disposition pour à peu près la moitié des inscrits qui maîtrisent les pratiques sur les machines à charges libres et machines guidées, et d’autre part des espaces cardio-training avec aussi des équipements variés.

"À partir des objectifs, du niveau de chacun, adaptations anatomiques", pas une "feuille de route" mais un parcours proposé. Du candidat à des professions d’encadrement ou d’animations jusqu’à "l’engagé" dans une perte de poids en passant par "le challenge perso pour la forme" ou "le dépassement de soi" ou encore "l’élimination des tensions"… un large panel de motivations pour ceux qui franchissent le seuil du Club "Pyrénées Forme".

* S’informer. Au 8 rue Bouchotte, du lundi au vendredi, de 9 h à 20 h 30 sans interruption, le samedi de 9 h à 13 h. Tél. 05 62 96 87 50.

19 juin 2021

Vic-en-Bigorre. Soutien et appel du maire de Vic



Un Point Presse avec l’équipe candidate "Le Réveil du val d’Adour" rejoint par le maire Clément Menet exprimant son soutien et celui de la majorité municipale, et lançant un appel "aux Vicquois et habitants du canton à choisir sans biais politique et partisan" Céline Boisseau-Deschouarts, Patrick Roucau, Elisabeth Fosseprez, Nicolas Pébille. Le dossier de la déviation (comme dans le canton de Rabastens du reste ayant été un des sujets de campagne saisis et remis au goût du jour), fera l’objet d’un commentaire du maire de Vic ; rappelant la vocation de la déviation "permettre de sortir les camions du centre-ville", il indiquera que ce dossier de dizaines d’années "est aujourd’hui au même point, sans avancées notables ni tracé précis". Le maire ajoutera "tous les candidats sont en faveur de cette déviation mais aucun n’a concrètement fait avancer le dossier".

À Céline Boisseau-Deschouarts de remercier l’engagement du premier élu "le soutien de Clément Menet c’est plus que dire que le maire de Vic est avec nous", avant d’ajouter "nous avons un maire qui a su réveiller sa ville", et d’élargir le projet "transposer l’image de la commune au canton, être des élus départementaux à l’image du maire". La candidate reviendra sur la transformation de Vic depuis 2014 "la ville est déjà entrée dans le monde de demain" (outils numériques, réseaux d’informations pour la communication, vidéo surveillance…), et Patrick Roucau lancera des pistes de "Réveil du val d’Adour" avec par exemple un "projet de voie verte" pour la réutilisation valorisée des lignes de chemins de fer abandonnées (écologie et tourisme au nord du département).

Aux électeurs des 22 communes du canton de Vic, l’expression du vote ce dimanche 20 juin.

Josiane Pomès

Maubourguet. A. Bonnargent et A. Chateau Ferré rencontrent le Sdis



De cette rencontre il en résulte que : Les services de secours de notre canton sont vulnérables : il y a urgence. Ce qu’ils en disent : "Le nord du département depuis Andrest-Rabastens jusqu’à Castelnau en passant par Vic et Maubourguet est intégralement couvert par des pompiers volontaires. Notre territoire connaît un nombre d’interventions toujours plus importants. Ces volontaires sont de plus en plus sollicités, très exploités, ce qui n’est pas sans poser problème car en théorie ils devraient intervenir en complémentarité du système de secours.

Les volontaires ne sont pas des surhommes, et ne sont disponibles que lorsque leur activité professionnelle et personnelle le permet, or il n’existe que cinq centres de secours (Tarbes, Lourdes, Rivadour, Bagnères et Lannemezan) tenus par des pompiers professionnels salariés du SDIS 65 (Service Départementale d’Incendie et de Secours). Ainsi, en cas d’indisponibilité, les appels basculent de centre en centre pour finir bien souvent à Tarbes ou à Rivadour après de nombreuses et précieuses minutes qui peuvent avoir de graves conséquences sur l’assistance aux victimes comme nous avons dû le regretter il y a quelque temps.

Une solution serait d’avoir recours, de manière pérenne, à des sapeurs-pompiers professionnels, car le nombre d’interventions l’exige. Et cela permettrait d’assurer une réponse à l’activité en semaine, lorsque les volontaires sont le moins présents.

Il est urgent de renforcer les centres de secours par des embauches afin de se conformer au code général des collectivités territoriales et de répondre aux déficits du nord du département. Les élus "Territoire en commun" s’engagent à porter les revendications des salariés du SDIS 65 qui face à l’immobilisme du président Bernard Poublan ont fait 18 mois de grève tout en assurant leur service, certain ayant même été injustement sanctionnés. Nous nous opposerons à l’hôpital unique dont les conséquences seront d’éloigner encore nos villages des services de santé, et entraînera la réduction des lits d’hospitalisation."

Janine Noguez

18 juin 2021

Vic-en-Bigorre. "Les Tritons Vicquois" dans le bain




Décidément le mercredi 9 juin 2021 a tout pour devenir une date historique ! Avec l’évolution des modalités de vie quotidienne en temps de Covid en passe d’être maîtrisé, retour à très attendu à bon nombre d’activités. Ainsi celles proposées par l’association "Les Tritons vicquois" en deux temps : d’abord l’aquabike, cardiobike et aquagym, en attendant l’ouverture estivale de l’établissement nautique intercommunal Adour-Madiran, la piscine Louis-Fourcade pour la natation (les tests se dérouleront le mercredi 7 juillet et jeudi 8 juillet, la reprise des entraînements le 9). Toutes informations et modalités sur le site internet (tritonsvicquois.e-monsite.com/).

* Cinq séquences, trois disciplines, un coach. Si Nathalie Audoine-Theis, la présidente de l’asso, après avoir indiqué la tenue de l’assemblée générale le vendredi 25 juin à 21 h, chez Carpy, lançait "Reprise ! Un mot qui résume bien notre joie et notre enthousiasme", Michel Lapène-Deytieux quant à lui rappelait d’abord que ce 9 juin marquait le démarrage de la 8e année de collaboration avec "Les Tritons Vicquois". Ajoutant : "je suis très heureux de pouvoir reprendre les activités ; je m’estime très chanceux, privilégié même, de travailler dans l’ambiance qui porte l’association, avec un bureau toujours souriant et efficace, et des adhérent(e) s au top ! Ils ont toujours le sourire, et la motivation pour me suivre sur des séances souvent endiablées. Mais effort et plaisir s’accordent parfaitement chez les Tritons !"

Au programme, les lundis, mercredis et vendredis, aquabike (19 h) et cardiobike (20 h), aquagym les mardis (12 h 30 et 19 h) et jeudis (19 h).

Josiane Pomès

Vic-en-Bigorre. Made in viande : Concilier production locale et grande distribution




Le troisième volet des entrevues des élèves du lycée Jean Monnet à l’issue de la semaine du Made In Viande : le rayon boucherie de magasin Leclerc. La grande distribution est parfois injustement mise à l’index de la critique. Ses dirigeants ont su s’adapter aux souhaits d’une clientèle en quête d’authenticité, synonyme de qualité, plus encore lorsqu’il s’agit de denrées périssables dont la viande. La vente en circuit court a ses adeptes. Si le volume de l’étal gagnerait à un peu plus d’amplitude, l’ordonnancement y est réfléchi et soigné. Posé sur l’étal, une fiche signalétique avec le nom de Roger Maignon, producteur de bovins et négociants en bestiaux. De par sa connaissance du terrain, ses achats se négocient chez des éleveurs choisis. De l’élevage à l’abattoir, du site d’abattage haut-pyrénéen au magasin, les consommateurs sont en demande d’une provenance établie, d’une traçabilité, marqueur d’un travail à l’ancienne. "C’est une relation de confiance qui est maintenant solidement établie avec Roger Maignon. 

C’est la plupart du temps une poignée de mains qui solde le marché à l’étable. L’octogénaire est un exemple de dynamisme pour nous tous" explique le chef boucher Axel qui a fait ses classes chez un des meilleurs ouvriers de France. Une mise en situation dont ce jeune professionnel veut faire profiter ses clients : "La direction du magasin m’a permis d’essayer de faire évoluer le rayon. Un morceau de viande peut se travailler en 3, 4 ou 5 façons. 

Nous mettons en place 1 à 2 foire / mois. Depuis début janvier, nous avons vendu 3 vaches et demie, 7 veaux et 45 agneaux". Le boucher a su faire remonter l’indice clientèle par des foires et des promotions mais privilège : "rentrer en contact avec les clients pour la mise en avant des produits régionaux". Conscient du succès de cette démarche, il mesure : "À la fin des études secondaires, l’obtention du bac c’est bien pour la culture générale, le métier de boucher s’apprend tous les jours". N’en sera-t-il pas ainsi pour ces futurs agriculteurs – éleveurs ? "Les promotions ne sont pas génératrices de plus de marges, les charges restent fixes" tranche M. Pinacky. Nanti d’une longue expérience, le directeur a fustigé : "Une forme d’immobilisme et de discrétion des agriculteurs, restés trop traditionalistes et pas assez innovants, un manque d’engagement dans une France hyperconcurrencée". Des propos qui n’ont pas laissé insensibles plusieurs élèves invités à échanger sur des modes de consommations qui ont changé.
Correspondant

17 juin 2021

Vic-en-Bigorre. Maîtres-nageurs à la manière de…




Entre deux "tours" nautiques – les cycles scolaires et le lancement de la saison estivale- les maîtres-nageurs de l’étape déconfinement de la piscine Louis-Fourcade de Vic, établissement intercommunal de la collectivité Adour-Madiran, ont joué la carte de l’humour, culture cinématographique et complicité sportive. Après avoir revêtu les "ponchos" qu’un certain "Blondin" de l’ère Leone-Morricone n’aurait pas désavoués, ils ont déroulé sinon le scénario au moins le générique, enfin la distribution ! 

Au vétéran Patrick (65 ans) le haut de l’affiche : "Le bon" ou "Patoche de la Pistoche" pour la 16e saison. Ensuite Elodie (40 ans), "La blonde" ou "Pinkie", sirène de Bagnères ; et puis Aurélien (37 ans), "L’imprévu", de la traversée du Désert à l’Oasis. Un trio qui avec Myriam Laurette, la "Fée du logis", sera rejoint par un équipage de saisonniers sur le pont pour l’ouverture le samedi 26 juin.

Josiane Pomès
 

Andrest. 6 Ateliers et rencontres à la GrainoFête



 

65 EN IMAGES/ ANDREST / Ateliers et rencontres à la GrainoFête

* (ANDREST Grainothèque Fête 1).

- Recettes de "Pot pourri" de spécialistes ! * (ANDREST Grainothèque Fête 2).

- S’équiper pour l’Atelier "Poterie".

* (ANDREST Grainothèque Fête 3).

- Des messieurs tentant d’identifier un végétal.

*(ANDREST Grainothèque Fête 4).

- Installation végétale originale "maison" papyrus et prêle.

* (ANDREST Grainothèque Fête 1 (5) .

- Un scarabée cultivé réfugié sur un plant.

* (ANDREST Grainothèque Fête 2 (6) .

-Visiteurs de la mairie et du foyer laïque en visite. * (ANDREST Grainothèque Fête 3 (7) .

- Une gamme plantes et graines pour dégustations naturelles. * (ANDREST Grainothèque Fête 4 (8) .

- Et en fin de cycle, le compostage .

Josiane Pomès, correspondante canton de Vic; sujet "Ateliers et rencontres à la GrainoFête "; envoi de 8 photos en 2 fois 4.

65 EN IMAGES / ANDREST (suite et fin Grainothèque Fête)

65 EN IMAGES/ ANDREST / Ateliers et rencontres à la GrainoFête

* (ANDREST Grainothèque Fête 1).

- Recettes de "Pot pourri" de spécialistes ! * (ANDREST Grainothèque Fête 2).

- S’équiper pour l’Atelier "Poterie".

* (ANDREST Grainothèque Fête 3).

- Des messieurs tentant d’identifier un végétal.

*(ANDREST Grainothèque Fête 4).

- Installation végétale originale "maison" papyrus et prêle.

* (ANDREST Grainothèque Fête 1 (5) .

- Un scarabée cultivé réfugié sur un plant.

* (ANDREST Grainothèque Fête 2 (6) .

-Visiteurs de la mairie et du foyer laïque en visite. * (ANDREST Grainothèque Fête 3 (7) .

- Une gamme plantes et graines pour dégustations naturelles. * (ANDREST Grainothèque Fête 4 (8) .

- Et en fin de cycle, le compostage .

Josiane Pomès, correspondante canton de Vic; sujet "Ateliers et rencontres à la GrainoFête "; envoi de 8 photos en 2 fois 4.

Correspondant

Alerte Orange

16 juin 2021

Vic-en-Bigorre. PMF : du val d’Aran et du val d’Adour pour un conte musical en occitan



Alors qu’en cette fin mai 2021 marquée par les étapes du déconfinement, le sujet de "l’école immersive" (enseignement pour une grande partie du temps scolaire dans une langue autre qu’en français, langues régionales particulièrement) a valu des manifestations dans les rues de Bretagne, Pays basque ou Alsace notamment, à la cité scolaire Pierre Mendès-France, se déroulait une séquence culturelle fédératrice. Dans le cadre d’un Projet Educatif et Culturel en Catalan et/ou Occitan (PEC CO) subventionné par la Région Occitanie-Pyrénées-Méditerrannée, les élèves de l’établissement vicquois inscrits à l’option Occitan dont Christine Plas est l’enseignante, ont participé à la création et l’enregistrement d’un conte musical avec la chanteuse aranaise Alidé Sans. Rencontre entre artistes professionnels, enseignants, élèves, qui, à des degrés divers, ont participé à cette œuvre originale, témoignant que "la langue occitane est une langue vivante, capable d’associer tradition et modernité" ; synergie entre établissements, classes, talents et compétences.

* De l’école au lycée. Au générique, les collégiens qui, à partir de deux récits en gascon créent et interprètent un conte abordant le thème de la protection de l’environnement, aidés en celà par le conteur bilingue gascon-français David Bordes ; aussi les élèves du cycle 3 de la section bilingue de Rabastens qui avec Mélanie Jaen, travaillent sur les textes des collégiens ; puis les lycéens qui ont imaginé un dialogue à partir du film "Le chant de la fleur" et d’autres documents adaptés en gascon sur l’intelligence et les émotions cachées des plantes. Bien sûr, Alidé Sans et des chansons illustrant et rythmant le récit dont "Triste ei lo céu", "Cuatro vientos", "Térra", "Bona umor", "En blanc e nere", "Es flors deth noste prat" et "Aigua infinita", chansons soutenues par les lycéens autour de la chanteuse. Dans le chœur, des élèves d’espagnol Langue vivante 1 de Christiane Jodar, sur les arrangements de Johanna Barduca, professeur d’éducation musicale, et deux élèves de Terminale, Adeline Pantalé et Coralie Boudassou à la flûte et à la guitare. Côté technique son et images, Johann Berger.

À l’auditorium devenu studio de répétitions et d’enregistrement, du travail partagé dans une atmosphère conviviale, et sans nul doute des souvenirs engrangés de cette aventure musicale et linguistique avec une chanteuse "qui trouve son inspiration dans tous les genres musicaux" et qui fait résonner le gascon, l’occitan, l’aranais d’hier à d’aujourd’hui en pensant à demain. Catalan, Gascon, Occitan, Aranais… au-delà de la langue, une "Térra" commune à protéger pour mieux la partager, "beauté et ressources d’un patrimoine à transmettre.

Josiane Pomès

15 juin 2021

Vic-en-Bigorre. La salle du quartier de La Hountagnère revit






Le quartier de Saint-Aunis à la sortie sud de Vic a une histoire à la fois urbaine, sociale, associative dont témoigne la salle mise à disposition pour des activités programmées, publiques ou privées ; et si d’autres quartiers (Les Américains par exemple) ont su, à l’occasion, créer des liens dans la convivialité estivale, c’est à La Hountagnère qu’une deuxième salle communale, lieu équipé pour une vie associative a été mise à disposition. L’équipe municipale plus particulièrement déléguée au suivi (Danielle Bajon, en charge de l’aménagement, du cadre de vie et des cheminements doux ; Patrick Roucau, des achats publics, commandes publiques et des ressources humaines ; Dominique Bulhet, de l’attractivité du territoire et du commerce), autour du maire Clément Menet, avec à leurs côtés, Patricia Huppé-Clément et Aurélie Dabadie, de l’association, ainsi que des habitants du quartier, se sont retrouvés sur le site pour une inauguration conviviale.

Au premier élu de souligner : "il nous tenait à cœur de faire l’inauguration de cette salle", rappelant qu’avec cet équipement il s’agissait de "faire revivre un quartier important de la ville" ; pour mémoire, un quartier de plus de 30 ans, aux premiers pavillons construits par l’OPH65 dès les années 1970. Avant de rappeler les conditions de la rénovation – travaux réalisés en régie municipale, le maire ajoutait : "c’est tout neuf, ce n’est pas très grand, la salle peut évoluer selon les besoins (Réf. Salle de quartier Saint-Aunis), le but c’est qu’elle serve, qu’elle soit utile". Rappel de l’intervention des agents communaux, du rafraîchissement de la peinture des murs à la pose du nouveau carrelage ainsi que la rénovation du plafond ; la pose de sanitaires accessibles aux personnes à mobilité réduite, et d’une kitchenette permettant d’avoir un point de restauration lors de l’utilisation de la salle. Un mot de l’aménagement extérieur : un cheminement jusqu’à la porte d’entrée de la salle sera créé, l’avenir, "le souhait de la collectivité est également d’agrémenter l’espace de verdure via la mise en place de mobilier urbain".

* Vie associative. À la présidente, Patricia Huppé-Clément de compléter : "nous devrions pouvoir très prochainement organiser des activités intergénérationnelles et ce, dans le but de redynamiser le quartier. Mais pas seulement. L’idée étant aussi de recréer de la solidarité, du partage entre voisins et d’aider les nouveaux arrivants qui ne connaissent personne ou encore les personnes seules qui se sentent isolées malgré une forte proximité avec de nombreuses habitations".

Josiane Pomès

Rabastens-de-Bigorre. L’univers métallique d’Alexandra Gatti






Les sculptures d’Alexandra Gatti sont dédiées aux intérieurs mais aussi peuplent jardins et espaces publics. Le métal est façonné à la main pour reproduire les courbes voluptueuses des végétaux, animaux et autres, un assemblage de formes par soudure et habillées de fil de fer. "Dans un monde où l’émerveillement perd sa place et son utilité, j’essaie de préserver ce sentiment à travers mes créations. Autodidacte et amoureuse de la nature, je trouve mon inspiration dans l’univers protégé qui m’entoure dans la montagne ariégeoise. 

Des objets métalliques en fin de vie sont fondus et recyclés pour laisser place à ses bobines. L’atelier n’existe pas, seul les arbres et les feuilles m’entourent et m’accompagnent dans mes recherches. Le fil de fer tourne et se retourne, s’oxyde, se colore pour devenir chimères" confie l’artiste. S’arrêter longuement devant les réalisations d’Alexandra Gatti, c’est suivre le fil d’une balade bucolique, une invitation au rêve dans un univers métallique auquel les visiteurs du XVe salon peinture et sculpture auront accès en l’abbaye de Saint-Sever de Rustan tous les après-midi du samedi 26 juin au dimanche 4 juillet.
Francis Abadie

14 juin 2021

Vic-en-Bigorre. Élections régionales : Lutte Ouvrière en campagne




 

François Meunier tête de liste de la section départementale des Hautes-Pyrénées, de la liste conduite par Malena Adrada : "Il est indispensable que toutes les travailleuses et travailleurs qui refusent de baisser la tête, qui ne se résignent pas à cet ordre social injuste puissent défendre leurs intérêts, assure la candidate. Les projecteurs se sont braqués sur eux pendant le premier confinement. Les soignants, les ouvriers, les transporteurs font tout tourner dans la société et sont indispensables.

La pandémie a mis en lumière le fait qu’une poignée de capitalistes, aujourd’hui, ont la mainmise sur toute l’économie. Le club des milliardaires s’est élargi et enrichi. Le programme que nous défendons est un programme de lutte pour mettre un frein au chômage qui pourrit nos quartiers populaires".

Propos recueillis par J.P

Saint-Lanne. Parc aux rapaces : nouvelle formule




Valery Marche et toute son équipe se préparent pour l’ouverture le 14 juin. Des travaux de tous côtés, entretien, mise en place des structures… une fourmilière s’active pour accueillir le public, les enfants et les scolaires sur un parc qui est passé de 3 ha à 18 en attendant plus.

Valéry Marche "après la grippe aviaire, la covid, le parc a été fortement impacté. Il fallait assurer l’entretien et le nourrissage des 250 animaux, j’ai eu beaucoup de frais mais j’ai reçu l’aide de la DDCSPP ( direction cohésion sociale et protection des populations) et de l’État, ce qui nous a permis de tenir. Il nous tarde de pouvoir retrouver le public".

De nouveaux espaces

Avec un espace abrité de 150 places et des gradins mais aussi une nouvelle volière avec paons, faisans, de nouveaux enclos, de nouveaux oiseaux.

Pour les nouveaux espaces d’abord l’enclos des loups. Ils sont 4 loups tchécoslovaques, la volière aux perroquets. En suivant la roseraie et le jardin médiéval (avec plantes aromatiques et médicinales).

Les spectacles : là aussi une innovation avec les jeux équestres médiévaux à 11 h 30 qui vient compléter le spectacle du ballet des chouettes de 13 h 30 et de fauconnerie. La chevalerie est mise à l’honneur avec combats, planter de hache, de javelines le tout au galop à cheval.

Le théâtre de verdure est en attente, prévu pour 500 places assises mais la Covid en a retardé les travaux. Valéry Marche prévoit aussi un agrandissement du parc avec l’achat de 31 ha de terres environnantes. Il souhaite planter des haies, étangs, vraies cultures… pour être un réel acteur de la biodiversité et de l’environnement. Pour le personnel s’il est aidé par l’Association des compagnons de la plume et ses bénévoles, il prendra en charge trois stagiaires (école de soigneurs animaliers). Un salarié complète l’équipe avec aussi Julia, responsable des oiseaux et Jonathan. Sera présent également un intermittent du spectacle (spectacle médiéval) et dès juillet Rémi grossira les rangs pour prendre en charge la responsabilité de l’entretien du parc.

Contact fauconnerie marche 06 85 95 80 51 – ouverture le 14 juin le week-end et à partir du 3 juillet tous les jours.
Janine Noguez

Soutien La France Insoumise

13 juin 2021

Vic-en-Bigorre. Départementales sur le canton de Vic: Le "couple" sortant veut prolonger





Pour reprendre une émission télévisée du moment, entre Isabelle Lafourcade et Bernard Poublan, ce fut un peu "marié au premier regard", tant ils ne se connaissaient guère avant la précédente campagne. Mais depuis leur élection en binôme à l’assemblée départementale, à la suite de Claude Miqueu, ce "couple" fraîchement formé s’est comme consolidé. "Pour moi qui venais du monde associatif et social, je me sens plus à l’aise aujourd’hui et légitime pour poursuivre les dossiers sur le canton comme pour la création d’une structure innovante au niveau des seniors, en lien avec la communauté de communes, explique Isabelle Lafourcade. On a envie de servir le département dont la politique se décline ensuite sur le canton. Et entre nous, ça fonctionne bien." "Ces six années ont permis de sceller notre complémentarité, appuie Bernard Poublan, par ailleurs président du SDIS 65. Nous sommes aux côtés des 22 maires que nous accompagnons." Un travail que le binôme de la majorité départementale entend poursuivre, après une élection assez disputée voilà six ans. Mais cette fois, le maire de Vic, ville-phare de ce canton, Clément Ménet, ne sera pas candidat. Mais le premier élu vicquois sera représenté par son premier adjoint Patrick Roucau qui veut "réveiller le Val d’Adour" avec une élue municipale tarbaise, fraîchement installée sur ces terres du Val d’Adour et déjà en campagne. "Notre projet n’est pas de droite ou de gauche, assure Céline Boisseau-Deschouarts. C’est de donner de l’espoir sur ce canton un peu oublié dans le département où l’on a fait beaucoup pour le Sud et peu au Nord." De la communication autour de l’échange d’idées et de la transparence mais aussi des innovations dans le social à leur programme, autour de l’économie circulaire et solidaire, avec panier, garage et camion solidaires à déployer.

Déjà présent au sein des instances communautaires, le GAEC (pour Groupement Alternatif Ecologique et Citoyen) avancera sur le canton ses candidats sous l’étiquette Territoires en commun. Corinne Larmitou, élue dans l’opposition à Vic, formera avec David Dauzet, sans emploi, un binôme de gauche qui mettra "l’humain avant tout", tout en priorisant aussi l’environnement avec une dimension plus collective et partagée. Directrice d’un établissement d’accueil, Corinne Larmitou appuie sur le volet social, "avec davantage de transparence et de cohérence" dans les politiques budgétaires départementales.

Quatrième candidature sur le territoire, celle du Rassemblement national qui n’était arrivé qu’en troisième position voilà six ans (lire par ailleurs). Depuis, l’extrême droite ne semble pas avoir reculé, notamment dans les terres rurales du canton. Aucun des deux candidats de 2015 ne sera cette fois de ce premier tour. Christophe Arcas, livreur de 41 ans, et Marie-Madeleine Rouaix, 61 ans, agent hospitalier, composeront le binôme de Marine Le Pen. Avec l’idée de pourquoi pas s’inviter au second tour. Le binôme sortant gardant jusqu’ici la faveur des pronostics, avec comme inconnues, la mobilisation des électeurs et l’appropriation des deux scrutins du jour.

Population totale: 12183 habitants

Nombre d’électeurs: 9559 électeurs

Communes: Andrest, Artagnan, Aurensan, Caixon, Camales, Escaunets, Gayan, Lagarde, Marsac, Nouilhan, Oroix, Pintac, Pujo, Saint-Lézer, Sanous, Sarniguet, Siarrouy, Talazac, Tarasteix, Vic-en-Bigorre, Villenave-près-Béarn, Villenave-près-Marsac.

La déviation de Vic en bonne voie, oui, mais laquelle?

Venant de Rabastens, l’entrée de Vic-en-Bigorre est à ce point redoutable, avec le virage étroit à angle droit de la boulangerie, pour les chauffeurs de camion qu’elle est devenue un passage quasi-obligé dans l’apprentissage de la conduite des poids-lourds. Et pourtant, faute d’un autre itinéraire, cet axe est largement emprunté par les transporteurs qui souhaitent faire la liaison entre Armagnac et Béarn, Est et Ouest.

Un trafic de plus de 100 camions chaque jour qui fait peser un risque sur la population vicquoise et a donc réveillé le serpent de mer de la déviation Est-Ouest de la ville, après celle Nord-Sud, inaugurée il y a 25 ans presque jour pour jour. "La déviation est dans les tuyaux. C’est un chantier qui pourrait démarrer en 2024/2025, à condition de régler un paramètre environnemental", a estimé dernièrement le président du conseil départemental Michél Pélieu. "Avec la marche arrière concernant la déviation de Rabastens, celle de Vic se fera. Il y a un engagement fort qui est pris, juge Bernard Poublan. La déviation fait consensus. Aujourd’hui on est calé et elle doit se faire durant le mandat à venir."

Pour autant, le tracé n’a pas encore été entériné, avec deux points d’entrée évoqués à l’Est et plusieurs points de sortie à l’Ouest. "C’est un gros sujet que l’on ne voit pas avancer, regrette Patrick Roucau. C’est pourtant essentiel d’aboutir le plus vite possible pour la sécurité des Vicquois et la pollution. La question des emprises par exemple n’est pas réglée. Il en va de même pour la problématique des inondations pour laquelle la mairie est pourtant prête à agir."

Une décision est attendue rapidement pour ce projet d’envergure entre deux régions, avec deux kilomètres de parcours, à ne pas prendre à la légère.

Andy Barréjot